Reviews for Levide
zigaudrey chapter 1 . 9/23/2017
Je ressens la souffrance auquel je ressens dans ce texte...
Victime de harcèlement, victime des handicapes, victime de différenciation... Victime du poison que la société concocte...

Je suis aussi victime du harcèlement, je m'isole des autres, qu'importe leur gentillesse, je crains leur démon qui cache sous leur couverture... Je déteste le monde auquel j'ai grandit... Je ne pouvais pas contrôler mon alentour par mon manque de ressources et ils en profitent de ma faiblesse.

"J'ai peur du futur","J'ai peur du lendemain" la peur de ne pas repasser les mêmes événements qu'avant. Une boucle sans fin, impossible à s'en échapper. Du même pour moi, je ne voulais pas aller à l'école pour ne pas repasser les mêmes épisodes, souhaitant être morte aux yeux des autres. Je voulais aimer l'école, je ne pouvais pas l'aimer en retour...

"Boulimique, atteinte de dysthymie", que c'est triste d'entendre... D'avoir ces maladies qui peut nous rendre différent des autres. Les maladies génétiques, c'est pire. Une malédiction biologique qu'il faut faire avec et que les autres doivent accepter ce sort...
L'insulte sur son apparence est terrible. Leur mot blesse la cible sur le point de ne plus manger et s'être privé de l’énergie nécessaire pour vivre. Un meurtre lent, similaire à un victime de harcèlement. Il ne faut pas les engouffrer, la nourriture est plus saine que les mots toxiques crachés par les autres. Qu'importe nos apparences, on est parfait comme on est.

"Dépressive et émotionnellement instable","les diverses coupure qui recouvrent mes poignets" la faiblesse de tous le monde est le cerveau... les personnes causent traumatisme mental sur le point de mourir et d'être hors de la réalité. N'ont-ils pas conscience de leur conséquence? Les faire mourir comme ça? Et qu'ils regrettent ensuite? Le taux de suicide augmenterai et la fin de monde sera causée par eux.

"F- You Rémi", le diable en personne, portant un nom. Dans mes années de collège, rien sur le nom de ces bons à rien pour arrêter la violence... Rien à faire. Par leur faute, mes pensés suicidaire, homicide et génocide m'empiraient et qu'il fallait que je les nettoie par ma drogue, sous le nom de l'ordinateur. Dévorant les minutes de mes devoirs.

"Je fais une fuite en arrière", maintenant qu'on a compris ce qui s'était passé, on voudrait réparer le précédent pour retrouver une vie normale, hélas, le passé c'est du passé. Le passé forge le futur. Le passé empoissonne le futur. On est tous responsable de l'avenir à l'autrui. Du coup, je m'imagine des tas de possibilités dans la timeline, de tous les causes à effets, de tous les effets qu'engendre la personnalité et l'action d'un seul papillon, qu'importe si il est gentil ou diabolique... Il est impossible d'éviter la mauvaise. Si on est tous conscient, le fil se dérivera vers le but.
"Le passé est absent à mes yeux"... Alors, comment ne pas voir le passé si on est affecté par celui-ci? C'est impossible de ne pas voir le passé. Une cause(passé) est toujours accrochée à l'effet(futur).

"L'anxiété me paralyse", les mauvais moments nous paralysent, quelque soit physique et vocale. Privé de parler, seul le papier le fait parler... Et rédige cette voix. Puissante et bravoure que j'admire. Son courage de la montrer à tout le monde pour comprendre son âme et ses souffrances. Une place meilleure, confortable, que nous les accueillons comme de bon citoyen. La liberté d'expression est une valeur qu'il faut porter pour nos semblables.
"La crainte du rejet me propulse", il est difficile de définir le sens de la vie quand personne ne comprends ce qu'on dit. Ils pensent que la tristesse, ça n'a aucun effet... ils considèrent comme un signe de faiblesse et la suppriment aussi tôt. La tristesse est une nature humaine, pourquoi ont-ils une mauvaise vue sur les gouttes de douleurs?
On est malheureusement dans un monde auquel personne empathie la souffrance d'autrui...

"Le suicide m'apparaît comme une solution facile..." mémoire à un texte auquel une femme exprime son monologue de suicide pour s'échapper de l'esclavage des femmes. Nous, habitants, on est esclave de la croyance, de la société et de leur douleur. On se dévore sans conscience. Quelle est le but de notre existence? Doit-on mourir pour plonger dans notre tombe ou doit-on vivre si on veut changer le monde? Ce ne sont que des tâches pour nous motiver. Après tous, la vie... c'est à prendre ou à laisser?

Le monde est cruel... Rémi mérite une bonne leçon pour le mal qu'il a causé. Ce texte fera comprendre qu'il faut écouter la douleur des autres et de ne pas les ignorer pour ne pas que vous soyez seul dans un univers si chaotique.
Et si beaucoup de personne lisent vos mots, je suis sûr que le monde prendra conscience de leur action et de forger un bon avenir avec beaucoup plus d'efforts.

(J'ai tendance de réduire ce texte à votre biographie, une histoire ne se rédige pas sans mémoire, qu'importe si c'est le votre, qu'importe si c'est à nos alentours. On est les souffles d'appels de tous les gens qui avaient souffert qui appelle de l'aide.)
Absurdum chapter 1 . 9/6/2017
Normalement à moins de mille mots je proteste mais parfois il arrive que je trouve des fictions qui font tout aussi bien sans. C'est le cas ici. La description est belle, quasi lyrique, ce qui la rend d'autant plus poignante. Merci pour cet os !

Forum - general - français - le jeu des reviews