Reviews for Vingt-huit lésions
Guest chapter 3 . 12/11
Je ne comprends pas comment tu peux te permettre d'écrire des trucs comme ça. Je vais pas m'attardé sur le style, qui est pauvre, gnangnan, lourd à lire et mal construit. Mais ton histoire... T'ose parlé d'un sujet qui touche des gens en ayant un gro manque de respect. Tu pose incite les enfant à ne pas parlé, à s'enfoncé dans le silence sans rien dire et en leur fesant croire qu'ils seront heureux et que tout ira bien. Tu devra vraiment avoir honte. Tu denonce rien du tout tu encourage.
T'arrive à vivre bien ?
Pandore chapter 3 . 12/9
(Re)

Je voulais juste dire à la fin aussi, c'est assez drôle que tu mettes pas paradis et enfer. Mais enfers au pluriel. Parce que oui, ce sont vraiment des petits enfers d'être en couple surtout avec un nigaud pareil x)

Voilà, j'aurais pu m'abstenir de rajouter cela, mais écoutes j'avais envie :P
PS: les bombes, c'est toujours d'actualité o:)
Pandore chapter 3 . 12/9
Coucou,

C'est beau. Vraiment j'aime beaucoup ton style d'écriture :) Cela ne fait pas trop et c'est juste, je trouve. Cela touche juste. Et on ressent vraiment toutes les émotions qui s'en dégage :)
Que cela soit de la noirceur, du bonheur... On voit que tout se mélange en elle.
Comme ses pensées qui tournoient en elle, une voix un peu plus sombre qui fait partie d'elle qui parfois l'aide et parfois lui dit qu'elle ne s'en sortira jamais. Une voix qui la représente elle. Son envie d'oublier ou plutôt de s'en relever mais au fond il y a aussi cette idée que jamais elle pourrait sortir de ses souvenirs. Comme de son reflet qui la suit partout ou elle ne peut s'empêcher de voir elle, comment elle était si jeune, fragile, sous le joug de son géniteur.

Et d'entendre ces mots des juges... Que dire que je trouve cela pas génial. Un enfant comprends plus ce que l'on croit. Et pas besoin de dire le jugement, le délibéré de l'entretient psychologique devant elle. Surtout quand elle n'est encore qu'une enfant. Cela n'a pas vraiment de sens, je trouve. Quand on voit un psychologue, on ne s'attend pas à entendre un verdict du psychologue en question. Cela devrait être pareil je trouve au tribunal, bien que l'entretient psychologique est un travail différent qu'uns suivis psychologique vraiment. Vu qu'un entretient, ce n'est qu'un entretient. Cela enferme peut-être un peu l'enfant dans ce qui est dit et ne l'aide pas forcément à s'en sortir, à s'en remettre. La résilience, la question de résilience est inégale et propre à chacun. Et c'est sûr qu'il y a un traumatisme. Dont elle a conscience même si elle évite d'y penser. D'en prendre conscience, c'est déjà un premier pas. Après cela la suit comme son ombre, comme son reflet. Et donc, c'est à chaque mouvement, chaque geste, chaque action, moment peut faire surgir ses souvenirs, son trauma. Car ses souvenirs flotte à la lisière de sa conscience et sont comme dissociés, pas encore intégrés comme de véritables souvenirs. Pas comme les autres. Et alors tout peut faire surgir ses anciens souvenirs. Il y en a qui arrive à s'en remettre seul, d'autres non. Tout dépend de la résilience.

Et elle a réussi à avancer, on le voit. Déjà une rencontre normale entre Gael et Nolanne, simple et un poil guimauve, plus léger. Mais c'est réel. Et c'est bien que cela une rencontre normale pour elle. Et qu'elle soit capable de se faire des amis, de tomber amoureuse. Cela lui prouve qu'elle est capable d'avancer, de vivre. Et c'est important. Et on voit aussi que ses amis ont pu l'aider. Savoir qu'elle peut avoir des amis, nouer des contacts. Et surtout, l'amour avec Gael, qu'elle aime et on le ressent et en même temps... On sent qu'elle ne peut accepter cet amour, elle n'ose y croire. De tomber amoureuse. Car alors même qu'elle lui tient la main, son passé lui revient en boomerang avec ses angoisses, ses peurs. Où une simple main peut se transformer en cauchemars. Ce passage dont tu as décrit à ce sujet est vraiment frappant d'ailleurs. Une main où on voit le bon côté avec Gael, une main qui aide et qui aime. Et de l'autre une main qui aurait dû être aimante mais est devenu un abus de pouvoir, de confiance, de trahison d'amour... Et c'est triste. Que chaque moment, action lui rappelle le passé. Qu'elle n'arrive pas encore à dissocier, qu'elle n'arrive pas encore à prendre pleinement confiance en elle... On voit que c'est fragile. Et on sent que si jamais la main de Gael devient mauvaise elle aussi... Bien que ce n'est pas le cas.

Mais cela pourrait basculer vraiment. Et encore plus dur de s'en remettre, de faire confiance à quelqu'un, de se confier. Un don de soi, un peu l'amour où chacun se donne à l'autre. Et d'ailleurs Gael aussi devra se confier. De ses tourments. Évident avec l'existence d'un petit frère, d'un demi-frère. Que non, ce n'est certainement pas facile. Le demi-frère a l'air d'être le fils de la maîtresse ou est-ce l'inverse? Je le saurais plus tard, je suppose.

Être prêt à se confier à l'autre, comme l'autre en a besoin d'une confiance partager. De tout accepter de l'un et de l'autre. Que ce soit les mauvais côtés et les bon côtés. La confiance est primordiale et surtout quand il y a des blessures. Pas pour les effacer mais pour les laisser se cicatriser. Une confiance bien primordiale qu'on voit quand Gael lâche la main de Nolanne, on sent bien que même si cette main, elle en a peur, que des frissons d'horreurs viennent s'y introduire, que son passé lui susurre que cela peut très bien devenir un cauchemar, qu'elle ne le mérite pas, on voit son désir de s'y accrocher. Et quand elle dit que cela "lui glace", c'est rien, un petit mot glissé mais qui veut tout dire. Elle a peur en même temps que cette main la lâche. L'abandonne. C'est un peu le choix entre vivre ou survivre. La peur de sauter dans le vide.

Et d'ailleurs je vois bien, petit délire personnel de ma part, mais voir Nolanne et Gael, ou Nolanne toute seule sauter dans le vide. Un saut à l'élastique hein. Et cela peut symboliser un lâcher prise dans la vie. Mais toujours en étant au contrôle de la sienne. De ses sentiments. De mettre son passé au rang de souvenirs bien intégré à sa mémoire et non pas à la lisière de sa conscience, où tout peut lui rappeler. Et si là ça va. Cela peut devenir très brutal si un acte un peu choque ne fait plus que lui rappeler un petit moment mais qu'elle s'y plonge carrément dans ce souvenir, comme si elle le revivait. Et je suppose aussi, qu'il y la question du corps. Rien que le titre montre qu'elle a dû mal avec ses cicatrices du passé ou plutôt de les montrer à quelqu'un. C'est très intime comme acte. Se dévoiler. Avoir confiance que l'autre ne la trahisse pas. Encore plus puissant lorsque l'un a déjà été blessé. Et c'est le cas de Nolanne.

On voit qu'elle a tout subit avec sa mère surement qu'elle mentionne quand même. Il est dit qu'elle est l'aînée, ses frères et sœurs trop jeunes pour comprendre ce qui se passe. On voit qu'elle parle quand même assez peu de ses frères et sœurs, ainsi que de sa mère. On sent les silences à table et que c'est un peu douloureux. On sent ce qui se joue. Et on voit bien qu'il y a quelque chose là dessous. A creuser avec une pioche (ok je sors...). On en parle pas et le silence est très parlant. Et comme je te l'ai déjà dit avant, on sent quelque chose dans les autres chapitres, une tension un silence avec sa mère. Des rapports un peu vide où il y a des non dits. Enfin je verrais par la suite :)

En tout cas, j'avais deviné que c'était Gael, la potentielle romance avant ce chapitre :P Parce qu'on voit déjà que tu t'attardes plus sur lui. Plus de descriptions sur lui. Et le côté blagueur et extraverti avec la petite introverti :) Oui, il pourrait l'aider. A condition qu'il y a la confiance, un partage entre eux... On voit déjà un peu le partage. Mais il y a quand même des côtés secrets. Bien évidemment pas obligé de tout savoir, tout connaître et chaque détail. Mais des moments importants, qui bouleversent, se confier, c'est se montrer soi dans toutes ses facettes. Accorder sa confiance. Tout l'enjeu après une telle trahison.
Et on peut voir à travers les mots, qu'il y a de l'amour, une attention particulière de Gael envers Nolanne. On voit qu'il y a quelque chose de plus. Mais le savoir, qu'il l'aime, cela peut être un pas quand cela arrivera. Mais il faudra la construire cette relation, à deux et avec confiance. Et c'est ce qui est beau et touchant.

Finalement, j'ai bien les réponses à mes questions et personne est au courant de ce que représente le tribunal pour elle. Le regard vide de l'accusé, était-ce le cas de son géniteur? S'en souvient-elle seulement. On voit que c'est un monstre informe dans sa mémoire. Une main. Abus de pouvoir. Elle le reconnait déjà. Elle sait ce qu'elle a vécu. Mais on voit qu'il y a pas une représentation très clair, presque flou. La peur de trop s'y plonger. Surtout s'il y a eu des moments de tendresses. Puis d'un coup de la violence. Sans réponse. Parce qu'il n'y a pas de réponse à ce genre de choses. Oh, il peut y en avoir des réponses... Mais des réponses satisfaisantes pour elle? Pour qu'elle avance? On voit que le pourquoi n'est trop présent dans son esprit. Et peut-être bien. Si jamais elle a conscience qu'il n'y a pas de réponse, à ce genre d'acte. Bien que la nature humain a envie de rationaliser car cela peut aider de rationaliser pour mieux se soulager, se reconstruire. Se dire ce n'est que cela et... Mais parfois cela n'aide pas. Et quand c'est un géniteur, un proche. Souvent un proche qui peut causer le plus de dommage. Dur de se reconstruire psychologiquement. Et on le voit dans ce tribunal, dans ces gestes avec Gael, dans ces silences avec lui... Et on ressent qu'il est conscient de quelque chose. Le tout est qu'il ne faut pas qu'il lâche cette main.

Ce geste du chat, ce parallèle entre eux. Un autre pas entre eux. Plus intime. C'est vrai que Gael ne se confie pas vraiment à Nolanne comme elle. mais perso, j'aurais peur de me confier au chat et que le chaton rapporte tout à Nolanne x) Oui la paranoïa... x) Bah il a bien dit que le chaton reste attachée à Nolanne après tout! Que diable x)
En même temps, faut bien un chaton pour qu'il surveille Gael et Marie T_T L'existence de Marie... Pourquoi elle est là? Il est mou Gael! Cela se voit qu'il n'est pas attaché à elle... Je vous jure sortir avec quelqu'un et ne pas savoir pourquoi on sort avec quelqu'un... Déjà... bon j'ai pas les sentiments de Marie, mais si elle est amoureuse de lui. C'est pas très sympa. Donc rompre aussi, c'est être juste et respecter les sentiments. pas parce que Marie serait agaçante selon Gael qu'il faut oublier qu'il a un être humain en face de lui et qu'elle ressent des sentiments. Irrécupérable ce petit Gael. C'est bien, on voit que c'est un petit nigaud qui a besoin de sa Nolanne :) Heureusement que Nolanne est là!

Bref, sur ce,
Je te souhaite bon courage :) Pour corriger la suite et poster :)
PS: je t'ai dit que j'aimais les bombes? Enfin je te le dis juste pour info o:)
Maelllll-kun chapter 3 . 12/9
Bonjour c'est moi !
Je sais que tu l'attendais ma review parce que tu sais que j'ai lu ce chapitre dès que j'ai eu la notification (en bon plus grand stalkeur que cette fic n'ai jamais connu mdr) donc la voilà !

J'adore ce chapitre, tu le sais déjà hein
Il a un ton plus léger que les deux précédent mais pourtant il ne l'est pas vraiment (je sais pas si tu comprends, j'explique très mal)
Je veux dire, c'est moins triste que les deux chapitres précédent mais on sent quand même que ça l'est (ça l'est mais moins) Il y a toujours le sujet de base qui revient en arrière plan alors qu'elle est simplement avec ses amis, comme s'il la hantait (et je pense que oui effectivement ça la hante)

J'aime beaucoup la rencontre entre Nolanne et Gaël, c'est simple, c'est mignon.
J'aime bien la façon dont elle sait qu'elle ne peut pas lui mentir bien qu'elle essaie et j'aime bien sa façon à lui d'être là pour elle, de tout "deviner", de savoir que, non, elle ne vas pas aussi bien que ce qu'elle montre
J'aime la façon dont tu décris l'entrée dans le tribunal, quand elle évite de regarder son reflet dans les vitres. "L'image que me renvoie les vitres, je ne suis pas prête à l'affronter, surtout ici..." ça montre bien que, comme je le disais plus haut, elle est hanté par ce qu'il s'est passé quand elle était plus jeune. Déjà dans le chapitre précédent il y avait une confrontation avec son reflet mais là elle l'évite, parce qu'elle n'est plus dans sa chambre et que ce bâtiment lui rappelle des souvenirs, qu'elle préférerait oublier. (ce qui est d'ailleurs très bien décrit après "Des dialogues me reviennent. Des gestes brusques, des éclats de vois, des accusations, des réfutations. Je revois à travers mes yeux de petite fille, mon frère et ma soeur, trop jeunes pour comprendre ce qu'il se passe." et surtout juste après ça "La voix de la juge résonne dans ma tête, fait des ricochets dans ma boîte cranienne" comme si les paroles de la juge était des cailloux, qui frappaient dans sa tête, ce qui au vu des paroles est totalement logique.)

"Respire Nolanna. Ce ne sont que des murs" Elle a raison mais en même temps elle ne peut pas s'empêcher de repenser au passé parce que, si pour les autres ce ne sont que des murs, pour elle c'est bien plus, c'est une partie de sa vie. J'aime beaucoup cette phrase, ce ne sais pas s'il y a une raison particulière pour que je l'aime autant mais, je l'aime.

Après les sentiments de Nolanna pour Gaël, ça aussi j'aime beaucoup. Parce que c'est pas comme dans beaucoup de fiction "Je l'aime, tout est beau, tout est rose, et nous allons nous enfuir ensemble au pays des licornes et des arc-en-ciel" non. C'est nuancé parce que malgré l'amour qu'elle lui porte elle a peur, parce que même si elle se dit "Gaël ne te fera jamais de mal Nolanna ! Tu le sais ?" elle ne peux pas s'empêcher de douter à cause de son passé où une personne qu'elle aimait et qui était censé l'aimer lui avait fait du mal.

J'aime bien aussi ta "description" (avec des guillements) de la main. Tu montre que, dans le présent la main de Gaël dans la sienne la rassure mais qu'avec cette même main il pourrait faire bien des choses comme la fait son géniteur. "La main c'est le pouvoir" parce que ça peut guérir comme ça peut blesser.

J'aime bien le paragraphe où tu dis "Quand Gaël me touche, c'est pour m'emmener dans cet espace vide où nous sommes seuls tous les deux [...] et il y a l'ombre de cette autre main, menaçante, qui ne fait que me vider, me prendre tout ce que j'ai" parce que ça montre encore une fois que malgré qu'à cet instant elle soit heureuse (quand elle est avec Gaël) il y a toujours cette peur qui la hante, ce passé qui détruit encore son présent.

J'aime bien la description de sa relation avec Gaël, le fait qu'il lui demande son avis, qu'ils aient les même goûts, le fait qu'elle se souvienne de la position qui a quand il l'écoute. Le fait aussi que tu dise que dans ces moments là il se forme comme une bulle autours d'eux, qui s'éclate quand il rompt le contact. Ça montre bien ses sentiments à elle qui sont présent malgré la peur et l'ombre de ce qu'elle a vécu.

"Je vois bien que quelque chose ne vas pas. Je te connais par coeur Nolanne"
Comme je le disais plus haut j'aime bien sa façon de tout "deviner", de savoir que, non, elle ne vas pas aussi bien que ce qu'elle montre. Le paragraphe suivant aussi je l'aime et surtout la dernière phrase "Pourtant, il ignore tellement de choses..." parce que ça montre que malgré l'attention qu'il lui porte et la confiance qu'elle a en lui, elle lui cache beaucoup (ce qui est un comportement commun pour les personnes victimes de maltraitance ou d'abus en général)

Je passe rapidement le moment où tu parles de Gardien pour pas que ma review soit trop longue non plus mdr
J'aime bien le fait de lui avoir acheté un chat pour qu'il puisse se confier sans peur ni honte, c'est une très bonne idée ! (et j'adooooooore les noms Weasley et Gardien !)
J'aime aussi beaucoup le "parce qu'il n'est jamais bon de tout garder pour soi. "Et pourtant c'est ce que tu fais Nolanne ? Non ?"" Parce que on vois que les conseils qu'elle donne à Gaël, elle ne les appliques pas à elle.

Ensuite j'aime bien le fait qu'elle fasse tout pour lui faire croire qu'elle va bien mais que lui justement n'y crois pas, au contraire, qu'il s'inquiète parce qu'il sait qu'elle ne vas pas bien, c'est mignon de sa part. Ça montre aussi qu'il la connais bien.

J'aime bien le "Tu sais que je suis là, n'est ce pas" et le fait qu'elle change de sujet, comme si elle ne voulait pas lui mentir une fois de plus.

Et j'adooooore le retour sur la "description" de la main (avec des oxymores si je ne me trompe pas !?)
"Délice et suplice
Douceur et douleur"
Ça rime, c'est beau et le
"Enfer et enfer"
Comme si dans aucun des cas e n'était une bonne chose.

Breeeeef, désolé pour ce pavé !
J'adore toujours autant

A la prochaine :3
~ Maël
Maelllll-kun chapter 2 . 11/30
Salut c'est moi !
Tu connais déjà mon avis petit ange (oui ce sera ton nouveau surnom mdr) mais je te le redonne quand même (mais cette fois je vais un peu plus détaillé)

Déjà bravo, j'adore vraiment !
Ton texte est poignant et ton style magnifique
Je ne te cache pas que ma gorge s'est serré à plusieurs reprises

Je trouve que tu retranscrit vraiment bien les pensées qu'une personne ayant vécu des choses de ce style pourrait ressentir, tu ne parles pas du sujet comme d'autres pourraient le faire, en bâclant etc.. Non tu en parles bien et ça semble si vrai... (c'est d'ailleurs pour cette raison que ma gorge s'est serrée)
Tu ne te contente pas, comme beaucoup de parler du "pendant", tu parles du "après" et tu en parles bien, avec toutes les émotions qu'on peut ressentir.

Ensuite la phrase "Ne m'abandonne pas, Nolanne" est juste... puissante. Ça bouscule, ça heurte, ça fait mal. Ce n'est pas une mauvaise chose. On sens le détresse de la petite fille qui veut juste qu'on l'aide.
"Je n'ai jamais su me réconforter moi-même..." Encore une autre phrase puissante parce que c'est exactement ça. Parfois on a juste besoin de se dire que tout va bien aller, qu'on est fort, qu'on surmontera tout, mais on est tellement brisé qu'on ne peut pas. Cette partie est puissante parce qu'elle est vrai, parce que dans la vrai vie c'est ce qui arrive souvent.
"Tu détournes les yeux... Pourquoi tu n'arrives pas à te regarder en face ?" La honte !? La tristesse !? Ça aussi ça retranscrit une vérité et ça fait mal parce que souvent les "victimes" ne parlent pas parce qu'elles acceptent, qu'elles se disent qu'elle le mérite ou qu'elles ont honte.

Enfin, je ne vais pas analyser chaque phrase hein, je n'ai pris que celles qui m'avait le plus touchées mais ces deux chapitres regorgent d'une vérité impressionnante et à la fois touchante. Ça fait mal parce que tu décris ce qui peut se passer dans la vie réelle et tu nous rappelle que ce texte n'est pas une simple histoire inventée de toute pièce, ça existe et on ferme trop souvent les yeux dessus.

J'aime ton texte, j'aime ce que tu écris même si ça fait mal. J'adore tout simplement. Je continuerais à suivre, en espérant que les prochains chapitres soit aussi bien et aussi poignants (et je n'en doute pas).
Bonne continuation !

Mael ~
Maeglin Surion chapter 2 . 11/30
Ouah. C'est... A la fois superbe et terrible. Superbe pour le côté extrêmement poignant de ce récit, et terrible parce que ce qu'a subi cette jeune fille est totalement inadmissible. La maltraitance est un mal pernicieux qui ne devrait jamais avoir vu le jour. Les enfants ne sont que des enfants, ils en arrivent à penser que c'est normal, voire de leur faute, si ils sont maltraités. C'est affreux. Ton texte souligne très bien le côté inacceptable et pourtant trop banalisé de la chose. Bravo à toi, c'était un très bon texte.
Maeglin Surion chapter 1 . 11/30
Je n'ai plus trop l'habitude de lire des originales, mais j'accroche bien à la tienne. On est déjà en plein dedans, bien que le chapitre soit court, et on commence à imaginer ce qui peut effrayer cette jeune fille à ce point. C'est bien écrit et ton style est agréable, je m'en vais lire le 2e !
Pandore chapter 2 . 11/29
Coucou,

Ces deux chapitres waouh! Le premier chapitre, on voit que tu maîtrise le "je", c'est jolie et agréable à lire. On sent presque derrière les mots du chapitre 1, une tension. Mais une fille aussi normale qui a des amis, des choses qu'elle aiment. Du droit mais cette fois, elle va intervenir dans le procès.
C'est un peu ironique ou pas d'une certaine manière. Mais cela peut permettre de travailler dans le droit, d'en finir avec ces propres problèmes de "droit". Et j'i l'impression que ses amis savent déjà du moins un peu pour le passé de Nolanne? Ou du moins un peu.
Beau prénom d'ailleurs Nolanne, mise à part x)

Et ce deuxième chapitre... de ce qui n'étaient que sous-entendu, tout s’accélère et c'est déjà plus sombre, poignant. Et les mots avec justesse! Très beau franchement sur les mots que tu emplois, tes mots sont aussi percutant! Peut-être que le tribunal une fois ça passée, peut-être pour cela que ça revient encore plus fort son passé maintenant. Que la petite fille qui symbolise son passé, son traumatisme revient. Vraiment... Triste et juste. Oui c'est le mot juste alors qu'il y a de l'injustice. On sent que c'est un point essentiel dans sa vie!
Et rien que le nom de l'histoire est dure...
Et sa mère, relation je suppose étrange entre toutes les deux. Entre la fille et la mère, où le silence a du pesé pendant un certain temps. Et les mots de sa mère devant la professeur veut vraiment tout dire. Pas besoin des mots. On comprends tout ce qui se passe derrière les silences.
Bref, très percutant!

Franchement bravo pour cet écrit :)
Sur ce je lirais la suite avec plaisirs :)