C'est la faute à Jérémy Angel et Max Evil si j'écris ça (mais ils le savent pas, chuuuuuut !). C'est en lisant « Sourire de Vampire » que j'ai eu envie d'écrire ces quelques pages… J'en suis qu'au 4e chapitre de leur fic, mais l'envie d'écrire a été la plus forte, je lirais la suite après avoir écris ça ^__________^.

Heu… si vous voulez me trucider les gars, c'est à cette adresse : Karrakoln@yahoo.fr. Mais tapez pas trop fort quand même, ok ? ) Sivouplaîîîîît….

Aussi…, le titre est débile, mais je suis plus que nul pour trouver des titres donc… Si vous avez des suggestions ^___^.

Cruauté pour une âme pure.

Nausikaa regardait, incrédule, le jeune homme blond aux yeux noisette, admirable par sa beauté, assis en face d'elle sur le lit. Elle passa ses doigts sur son cou, là où son sang pulsait plus que d'habitude et où la peau était plus chaude. Elle resta incrédule. Que venait-il donc de lui dire ? Qu'il l'avait… mordu ? Qu'est-ce que… Qu'est-ce que cela voulait dire ? Il avait des canines bien pointues… Rouge sang…

Elle n'arrivait pas à réaliser ce qu'il venait de se passer.

- « Eh bien Nausikaa, tu ne réagis pas ? »

La jeune fille se contenta de fixer encore le jeune homme, la bouche ouverte, une lueur de pure incompréhension dans les yeux.

- « Ma pauvre petite fille ! Tu ne sais donc pas ce qu'est un vampire ? »

Un vampire ? Bien sûr qu'elle savait ce que c'était un vampire : c'était ces créatures du mal que les écrivains adoraient décrire dans leurs romans d'horreur. C'était ces créatures d'une beauté époustouflante vivant éternellement, dans une obscurité infinie.

- « Tu as bien déjà été au cinéma au moins ? »

Il se moquait d'elle, mais elle ne s'en rendit même pas compte. Les vampires… cela n'existe pas

- « Eh oh ! » fit-il en clignant des doigts.

Cela eut pour effet de la réveiller de sa transe.

- « Ah ! Tu m'écoutes enfin ? »

Elle referma la bouche, et reposa des yeux éveillés sur le jeune homme. Puis progressivement, l'idée d'avoir un supposé vampire en face d'elle fit chemin dans son esprit.

- « Un vampire ? »

- « Voilaaaaaaaaaaaaa ! Eh bé ! T'en as mis du temps à réagir ! »

- « Tu voudrais me faire croire… que tu es un vampire ? »

Le jeune homme perdit instantanément son sourire.

- « Je te demande pardon ? »

Nausikaa soupira.

- « Des fausses dents, ça se trouve dans tous les hyper-marchés. Je ne savais pas que cela faisait si mal quand le crétin qui les porte vous mord avec. »

Le visage du jeune homme se ferma et toute trace de sentiment disparu chez lui.

- « Je t'ai mordu parce que je te trouvais intelligente et avec de l'humour, et suffisamment mignonne pour que l'on ne rit pas de ma future servante. »

- « Mais c'est que tu t'y crois vraiment ? »

Nom de Dieu mais c'est un détraqué !!! Faut que je file d'ici en vitesse.

Nausikaa descendit du lit en prenant le drap avec elle, révélant ainsi la nudité de l'homme étrangement beau encore assis dessus. Elle se dirigea vers la chaise où étaient posés ses vêtements. Elle prenait son temps. Elle ne voulait pas qu'il se rende compte qu'elle était nerveuse.

Il se leva à son tour, se dirigea vers une commode dont il ouvrit le tiroir supérieur et en sortit un revolver. Les yeux de Nausikaa s'agrandirent de stupeur à sa vue. Ô mon dieu, mais qu'ai-je fais ? Pourquoi l'ai-je suivi ? Pourquoi ai-je été si stupide ?

Elle était pétrifiée. Il s'avança vers elle, l'arme à la main. Elle respirait difficilement. Elle ne pouvait rien faire. Cela ne servait à rien d'essayer de s'enfuir maintenant, elle ne serait pas assez rapide pour ne pas lui laisser le temps de tirer. Elle était malheureusement une jeune fille ordinaire, pas du tout celles énergiques et futées des films à la télé. Elle ne bougea donc pas, son regard se faisant plus déterminé et froid. Elle venait d'accepter l'idée de la mort, si jamais il en arrivait à cette extrémité. C'était facile, la mort ne lui avait jamais fait peur. C'était juste un retour à cet état où il n'y a rien, ni sentiment, ni temps, ni espace… Rien.

Mais contre toute attente, le jeune homme lui tendit l'arme.

- « Prends. »

Sa voix ne souffrait aucun commentaire. Elle s'exécuta. Il se recula de quelques pas.

- « Tire-moi dessus. »

Elle ne réagit pas, ne comprenant pas.

- « Quoi ? » fit-elle au bout de quelques instants.

- « Tire-moi dessus. »

- « Jamais je ne ferais ça ! » s'offusqua-t-elle.

- « Tu ne crois pas que je sois un vampire, me tirer dessus te le prouvera. »

Elle se mordit la lèvre inférieure, et secoua tristement la tête. Elle regarda le jeune homme, emplie de pitié et de compassion.

- « C'est tout ce que tu as trouvé pour te suicider ? Te faire passer pour un vampire afin qu'un autre que toi n'appuie sur la gâchette. Et du coup, tu gâcheras deux vie ? »

Il ne répondit pas.

- « Je suis désolée, mais j'aime la vie, et je la respecte. Je ne tuerai jamais, sois-en certain. »

Il se rapprocha d'elle. Près. Dangereusement près. Il avança son visage vers celui de Nausikaa, qui ne put s'empêcher de reculer un peu sa tête.

- « Regarde mes dents. » fit-il en ouvrant sa bouche.

C'était une bouche normale, une dentition normale et… Quoi ? Mais… Soudain, un léger bruit de craquement se fit entendre, et la jeune fille assista horrifiée à la pousse des canines de son compagnon. C'était incroyable. Ses deux dents avaient poussé d'au moins un centimètre. Il referma la bouche, ses dents dépassant sur ses lèvres. Il sourit devant l'air ébahi de la jeune fille. Puis il rouvrit la bouche, et rétracta ses canines. Il s'éloigna un peu, savourant la succession d'émotions que la jeune fille subissait, se rendant enfin réellement compte de la situation. Au moment où elle comprit enfin, elle releva des yeux rempli d'un désespoir sans nom. Il recula un peu plus. Il ne s'attendait pas à y lire ça. De la peur, ou de la satisfaction, l'un ou l'autre, mais pas ce désespoir, ce cri muet.

Elle tourna lentement la tête, et telle une zombie s'approcha de la fenêtre. Elle laissa tomber le draps en marchant. Elle posa une main sur la vitre de cette fenêtre sans volet, qui donnait sur la ruelle la plus sombre qu'elle ait jamais vu.

- « Vampires… Vous existez vraiment alors ? » fit-elle d'une petite voix.

Il se rapprocha d'elle, nu lui aussi, et passa ses bras autour de sa taille, collant son torse contre son dos, et posant ses lèvres sur le cou de la jeune fille. Elle frémit.

- « Oui. » souffla-t-il.

Elle hoqueta.

- « J'ai toujours voulu… être un ange. »

Il se recula comme si elle l'avait giflé.

- « Qu'est-ce que c'est que cette stupidité ? »

Elle ne bougea pas, la main touchant encore la froideur du verre. Elle ouvrit finalement la fenêtre et respira à grande goulée l'air frais de la nuit.

- « J'ai toujours été émerveillée par la vie, la nature, les contes de fées, la bonté… l'amour… Les anges rassemblent tout ça en eux. Je voulais être un ange. »

Le jeune homme se rapprocha à nouveau d'elle, la prit par les épaules et la força à se tourner vers lui. Une fois face à face, il prit son menton dans sa main pour relever son visage bouleversé, et il l'embrassa. Elle se laissa faire, terrorisée par la froideur de son cœur. Elle ne ressentait rien. Plus rien. C'était tellement horrible.

- « C'est pour ça que je t'ai choisi. » révéla-t-il.

Elle le regarda, ne comprenant encore pas.

- « Les âmes pures ont un sang si sucré, si doux, un vrai nectar. C'est un bonheur sans nom que de goûter à leur sang. Et une fois vampire, la transformation de leur âme est lente et difficile, mais ils deviennent généralement les meilleurs vampires que la Terre ait jamais porté, la luminosité de leur âme devenant une obscurité infranchissable, un puit de noirceur plus dense que la Mort elle-même. »

Elle le regarda, brusquement résigné à son sort.

Alors comme ça mon pire cauchemar va finalement se réaliser ? Je vais devenir sombre, cruelle, perverse et folle ? Elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Mais je voulais juste vivre en paix, heureuse… Apporter du bonheur à mes proches, à ceux qui sont dans mon cœur, aux animaux, à la nature. Je veux avoir des enfants, un mari, pouvoir donner tout l'amour que mon cœur renferme. Je voulais juste prodiguait du bonheur, dans ma moindre mesure, à mon échelle. Je voulais être bonne et juste, sage et honnête. Je voulais être un ange… Alors pourquoi ?

Le jeune homme sembla lire dans ses pensées.

- « On ne choisit pas son destin. On devait se rencontré. C'était écrit. »

Il baissa la tête, soudain timide.

- « Tu pourrais même devenir ma femme, si tu le désirais. Toi et moi unis pour l'éternité, cela ne te plairait pas ? »

Il était vraiment beau, avec ses yeux noisettes curieusement capables de prodiguer de la tendresse. Son corps était parfait, et hier soir… Elle n'avait jamais rencontré quelqu'un d'aussi séduisant spirituellement… Croyait-il donc que cela suffisait ?

- « Pour devenir vampire… »

- « Tu as juste besoin de boire mon sang. C'est très facile. Et tu verras, c'est très bon. »

Non.

Non, elle ne verrait pas.

Elle s'approcha de lui, lui attrapa les mains et les mit derrière son dos, et l'embrassa. Elle enleva ses mains pour les poser sur la taille fine et musclée du jeune homme. Ce dernier ne bougea pas, appréciant l'idée de soumission qu'il y avait dans sa position. Une fois ses mains remontées au niveau de son plexus, elle le poussa de toutes ses forces. Surprit, il partit en arrière, les quatre fers en l'air. Elle n'attendit pas de le voir par terre, elle se rua vers la fenêtre et s'élança dans le vide.

Plutôt mourir que devenir cette atrocité, fut sa dernière pensée.

Le jeune homme se releva lentement. Une fois debout, il partit d'un rire hystérique. Il s'approcha de la fenêtre et se pencha en avant. Ils étaient au 6e étage. Il pouvait apercevoir les contours d'un corps en bas, dans la ruelle. Il s'habilla et prit la veste de la jeune fille. Il enjamba le rebord de la fenêtre, et se laissa descendre jusqu'en bas en volant. Il s'approcha du corps. Il s'agenouilla, prit le corps par les épaules et le retourna, prenant Nausikaa dans ses bras.

- « Ma pauvre petite. Tu croyais vraiment échapper à cette éternité de souffrance qui t'attends en te jetant par la fenêtre ? » Il rigola doucement. « Tu as du courage remarques bien, et tu es plutôt douée au lit. Je te garderai peut-être sans te faire trop souffrir. »

Il se mordit le poignet, créant une coupure, et le colla aux lèvres de Nausikaa. Au bout d'une ou deux minutes, il sentit les lèvres s'entrouvrir pour avoir plus de liquide. Il sourit.

- « Pauvre petit ange. Innocente et naïve. Je t'avais déjà mordu depuis plus d'un quart d'heure. Ton corps avait déjà commencé à se transformer et devenir invulnérable. Tu n'étais pas tout à fait un vampire, mais c'était suffisant pour qu'une chute ne te tue pas. Tu l'ignorais pas vrai ? Tu as tellement de chose à apprendre. Cela sera amusant, tu verras. Tu vas aimer ça. »

FIN.

Gwenaelle D., 06 mars 2003.

© Copyright 2003 Dancelune (FictionPress.Net ID:282599). All rights reserved. Distribution of any kind is prohibited without the written consent of Dancelune.