Enfin terminé! Voilà le chapitre 5 ou les choses se corsent pour notre personnage principale. Elle va enfin retrouver son arrogance, orgueil et agressivité du début. Bon, je vais répondre aux review (mais vous ne vous souvenez probablement plus de ce que vous m'aviez écrit! Lol)! Au fait, ce chapitre a été long à venir et je m'en excuse! Pardonnez-moi chers lecteurs! J'ai aussi un peu corrigé les chapitre précédents ( ah seigneur, le nombre de fautes!!!) mais je ne les ais pas encore updater.

Gadrièle : Contente que ça te plaise, la description! Mais moi, je déteste en écrire. C'est vrai que certain passage étaient peut-être confus et je m'en excuse. Le style? Mouais, en fait au début je ne faisais pas attention à ça. Je me disais que j'en ferais une fic légère à lire et à écrire. Mais bon, étant donné que je me force un peu pour bien écrire dans mes autres, j'en ai pris l'habitude. Les lecteurs on l'air d'apprécier donc c'est tant mieux!

Shania : Merci!

Habby : Deux review! Cool! Merci pour tout les compliments, et t'as vraiment pas à m'idolâtrer (surtout vu la vitesse de mes upload) tu écris au moins deux fois mieux que moi! En fait, c'est moi qui t'idolâtre! L'intrique à la fin, je me suis toujours demandée si elle existait vraiment dans mes fics! Je ne suis pas très bonne pour ce qui est de mystère, mais je fais de mon mieux.

Azryel : Je ne crains que tu aies à attendre un peu avant de tout savoir ce qui se trame! Sauf si je révèle tout parce que je suis trop pressée! Lol! Enfin, pour l'école qui ressemble à Poudlard, en fait c'était pas vraiment prévu au départ. Je me suis inspirée des cadets pour ça (Et oui, j'en ai déjà fait!) et du camp d'été. On est divisé en compagnie (A, B, C...) et ça détermine notre baraque. De plus, je voulais y intégrer les quatre éléments ce qui fait que ça ressemble à Poudlard, avec les quatre maisons.

Tannysse : Les fautes en fait c'est mon point faible (qui a dit «Ya pas que ça?», lol) Je ne vois pas trop cependant en quoi mon style est différent mais s'il l'est tant mieux! Du courage pour la suite? Il m'en faut! J'ai du et je dois encore créé beaucoup de nouveau personnages et leurs noms et tout... Bref, c'est long et plate mais une fois fini ce sera déjà un plus. En fait, plusieurs personnes m'ont dit que Claudia était attachante mais en fait je ne l'ai pas créée pour ça. Peut-être est-ce ce qui lui donne son charme? Enfin, voilà la suite.

Aphykit : Je suis contente que ça t'ait plu! La deuxième? Bah, un jour tu sauras!

Disclaimer : Tous les personnages de cette fic sont à moi et rien qu'à moi alors pas touche! Le concept gargouille-médaillon aussi de même que l'école en entier!

Au fait, j'ai changé deux détails. L'aura des princesses potentielles n'est plus verte mais blanc pur. Je me suis dit que ça faisait plus noble. Manuel Richefort s'appelle maintenant Manuel Darcy.

Bon, je me la ferme. Bonne lecture!

Chapitre 5

--- Tensions ---

C'est dans ma chambre de collégienne que je me réveillai, la douce lumière de l'aube s'infiltrant dans la pièce. Je me demande à quelle heure commence l'école ici. . . Vu l'activité inexistante de la chambre il doit me rester pas mal de temps avant le début des cours. Je prends la feuille sur laquelle n'était marquer qu'un seul mot et j'y découvre mon horaire complet. Il y est même marqué les heures de réveil et de repas. Je suis sensée me lever à 5h45 et déjeuner à 6h30. Ma montre indique qu'il est 5h. J'ai une heure et demie devant moi. Je commence par mettre mon uniforme (enfin des pantalons) je prends les livres dont j'aurai besoin aujourd'hui (Métamorphose groupe a, français groupe c, math groupe b, sorcellerie groupe a et science groupe b) et les fourrent dans mon sac noir puis je sors en silence pour aller feuilleter tout ça dans le jardin.

Après m'être assise dos à un arbre, je regarde les livres que j'ai apporter. Je m'intéresse surtout au livre de métamorphose et de sorcellerie. Le premier m'apprend que dépendamment de la couleur des ailes nous appartenons à différentes classes sociales. Les ailes noires indiquent qu'une personne est une combattante, les ailes blanches signifie que la personne est une noble de haut rang, les ailes vertes sont reliées à l'amour de la nature et ainsi de suite. Le second parle de wicca, nécromancie, divination, magie élémentale et autres thermes que je ne connais pas.

J'étais en pleine lecture de «L'introduction à la magie» lorsque j'entendis des pas venir dans ma direction et le bruit d'une personne qui s'assoit de l'autre côté de l'arbre sur lequel je suis accotée. Je referme mon livre et me tourne pour voir la personne en question qui, en se tournant en même temps que moi, m'a fait sursauter. Je découvre donc une jeune fille portant le même uniforme que moi (mais avec une jupe) aux cheveux roses et aux yeux jaune comme un chat. Elle a l'air d'être le genre de fille qui crie haut et fort : «Regardez-moi! Je suis la plus belle!». Elle m'adresse la parole en premier.

- Qu'est-ce que tu fais là? Me demanda-t-elle dans un mélange de mépris et de sarcasme.

- Et toi? lui répondis-je sur le même ton.

- Je viens lire.

- Moi aussi.

Silence. Nous nous regardâmes longuement droit dans les yeux, comme un combat, pour que l'autre décide de s'en aller.

- Bon, je m'en vais dit-elle. Je croyais être seule avec la nature mais une présence hostile gâche la beauté et la sagesse des arbres.

- C'est ça, vas-t'en!

Elle me foudroya du regard puis partie vers l'école. Non mais, quelle garce! Le ton avec lequel elle m'a abordée! Comme si elle se sentait supérieur parce qu'elle est belle et féminine. Pfffffft, quelle conne! J'ai le pressentiment qu'une horrible guerre froide a commencé entre nous deux. J'espère que toutes les filles ne sont pas comme ça!

***

- Depuis la nuit des temps, dit Mme Riopelle le professeur de métamorphose, les gargouilles existent sur Ayofet. La métamorphose a été la principale technique de survie depuis lors. Comme la plus part d'entre vous le savent, il y a trois état possible. L'état de statue, qui facilite la régénérescence, l'état normal, celui commun à chaque espèce et qui sert dans la vie de tous les jours et l'état gargouille qui facilite le combat mais qui demande beaucoup d'énergie physique et mentale. Vous pouvez accéder à ces trois états à l'aide du bijou de Coress dont vous devez tous disposer. Lorsque vous voulez vous métamorphoser, visualisez vous dans un endroit complètement noir. Vous devez vous visualiser mentalement trois portes à égale distance. Celle face à vous est celle que vous venez de quitter. Celle à gauche et légèrement derrière est celle qui mène à l'état gargouille et celle de droite est celle qui mène à l'état statue. Je vais vous faire une petite démonstration.

Elle s'assit sur son bureau ferma les yeux et resta immobile. Pendant un court instant elle semblait morte, figée. Puis son corps dégagea une lumière aveuglante et lorsque celle-ci se dissipa, je pus voir mon professeur, dans la même position que tantôt, sa chevelure rousse, avant lisse, maintenant rendue hirsute et étrangement semblable à du craint de cheval. Ses yeux foncés étaient presque entièrement emplis par ses iris vert émeraude et ses sils devaient mesurer environ cinq centimètres. Sa peau était devenue étrangement lisse, son nez était plissé, ses oreilles pointues et ses ongles avaient laissés place à des griffes. Elle avait dans le dos deux immenses ailes (je dirais environ deux mètres chacune) jaunes et, là où la colonne vertébrale se termine habituellement, débutait une magnifique queue orangée comme celle des chats.

- Moi je contrôle parfaitement mes états, mais lorsque vous vous transformerez vous sentirez une vague de rage vous envahir et vous aurez probablement de la difficulté à la surmonter c'est normal, mais ça ne doit pas durer. Plus vous vous contrôlerez plus vous serez puissants. En attendant, ceux qui ont le plus de pouvoirs naturels sont ceux qui éprouvent le plus de difficulté à ce contrôler. Vous viendrez deux pas deux à l'avant et tenterez votre chance (Elle se retransforma) et je vais noter vos résultats. Ensuite nous verrons ensemble la théorie et à la fin du trimestre vous aurez un examen, je noterai alors votre amélioration. Des volontaires pour commencer?

Personne n'osa lever la main.

- Très bien, dans ce cas je vais devoir choisir au hasard. Jane De Médicis et Katia De Montauban veuillez venir à l'avant.

Une fille aux cheveux blonds platine, longs et ondulés s'avança ainsi qu'une fille aux cheveux noirs, un peu moins longs et raides. Leurs transformations furent moins impressionnantes que celle du professeur Riopelle mais c'était tout de même quelque chose. La fille aux cheveux blonds avait des ailes couleur rubis et l'autre des ailes d'une étrange couleur entre le bleu, le mauve et le gris.

- Comment vous sentez vous mesdames?

Les deux filles se regardaient avec une haine profonde au fond des yeux.

- Votre silence en dit long. Retransformez vous et allez vous rasseoir. Qui seront les prochains?

La fille aux cheveux roses se lève et va à l'avant.

- Merci Mégane, personne d'autre?

Silence total.

- Mademoiselle Châteauvert s'il vous plaît.

Merde je vais devoir me comparer à elle! Enfin je m'avance en essayant de ne pas avoir l'air trop nerveuse. Je me place devant cette dénommée Mégane puis je ferme les yeux et je me concentre sur cette pièce noire dans laquelle je suis allée plusieurs fois. Elle apparaît aussitôt après la lumière aveuglante puis je me concentre sur les porte qui sont sensées y être. Je repère soudain trois arches bleutées, à peine visibles. Je passe par celle à l'extrême gauche. Encore la lumière, puis je me retrouve dans la salle de classe. Mégane devant moi a les ailes blanches. Je regarde mes propres ailes qui sont d'un noir profond.

- Parfait mesdames! C'était éblouissant!

Mégane me regarde en voulant dire «Regarde mes ailes, je suis noble, pure et beaucoup plus belle que toi». Oh, cette petite conne, j'aurais juste envie de lui casser la gueule. D'ailleurs je me demande pourquoi je me retiens. Ce sentiment de haine est beaucoup trop exagéré, mais je n'y prête aucune attention. J'aurais tellement besoin de me soulager les nerfs sur quelqu'un.

- Bien maintenant vous pouvez...

Avant qu'elle ait finit sa phrase j'avais déjà décocher une droite sur la belle petite face de miss parfaite. Mais avant de pouvoir continuer je fus propulsée dans mon corps normal puis le noir m'envahit et je m'effondrai sur le sol. Je repris conscience quelques secondes plus tard et Riopelle avait mit ses deux mains sur mes joues.

- Vous vous sentez mieux? demanda-t-elle en ôtant ses mains.

- Euh, oui, répondis-je, qu'est-ce qui c'est passé.

- Vous avez perdu connaissance suite à une trop grande consommation d'énergie. Cette perte de contrôle de soi, dit-elle est s'adressant maintenant à tout la classe, est tout à fait normal, surtout chez les personne dont la caractère est déjà instable. Pour l'empêcher de continuer à se battre trop longtemps, j'ai forcé son esprit pour la faire redevenir normale. Comme vous n'êtes qu'en première année, vous ne possédez que très peu de défense, aussi cela est assez facile. Cependant, miss Châteauvert s'est débattue pour rester gargouille et cette perte d'énergie l'a momentanément affaiblie. J'espère que cette leçon vous sera utile à tous. Maintenant j'aimerais voir Lawrence Westminster et Colin Dubois.

Un grand garçon musclé aux cheveux noirs à l'allure trop sûr de lui et un autre aux cheveux bleus longs et à l'allure négligée s'avancèrent.

***

Le reste du cours de métamorphose s'est passé sans trop d'encombre. Je dois être la seule à être instable comme dirait Riopelle. Un genre de gong annonça la pause. Les élèves se précipitèrent à l'extérieur, moi en premier. Mon prochain cours était français, je déteste le français! Alors que je regardais mon horaire pour voir dans quelle salle aurait lieu le cours, je m'arrêtai juste à temps pour ne pas foncer dans le gars aux cheveux noirs de toute à l'heure. Je le regardai brièvement dans les yeux, des yeux gris et glacials, puis fit un pas de côté pour continuer mon chemin. Il se planta en face de moi, me barrant la route. Je le regardai à nouveau dans les yeux.

- Où est-ce que tu crois que tu vas, comme ça? demande-t-il

- Je crois que je m'en vais en cours, pousse-toi!

- Non, tu as osé te trouver dans mon chemin, excuse-toi.

- Quoi?

Il me poussa.

- Excuse-toi, dit-il encore.

Je n'en reviens pas, il me provoque? Très bien! Je le pousse à mon tour.

- Vas jouer ailleurs, minable, dis-je avec mépris.

Il tenta de me donner un coup de poing à la figure, que j'évitai facilement. Ce coup était beaucoup trop prévisible. En revanche, je lui donnai un coup dans le ventre qu'il n'est pas près d'oublier! Mademoiselle Desrosiers arriva au moment où la bagarre commençait à prendre de l'ampleur.

- Il est interdit de se battre dans l'école. Vous deux êtes en retenue samedi, de huit heures à midi. Maintenant allez à vos classes avant d'être en retard.

Elle partit. Je jetai un dernier regard à ce con et je me dépêchai de chercher la salle de français. Le prof était très ennuyant et la matière aussi. On étudiait la poésie. Je n'ai jamais aimé cela, je trouve complètement stupide d'essayer d'exprimer ses émotions à travers des mots qui riment. Enfin, le cours se passa sans trop d'encombres, puis ce fut le cours de math. Pour la première fois que j'écoutais dans une classe de math, je trouvais cela assez facile. Au fond, tout n'était qu'une question de logique. L'heure du dîner arriva. Je me rendis dans la cafétéria en suivant quelques élèves. Ce qu'on servait avait l'air, assez bon, comparé à ce qu'on servait dans mon ancienne école. Au fait, je me demande ce qui se passe, là-bas, si on a signalé mais disparition. Au fond, je m'en fous. Je ne manquerai à personne. Avec mon plateau, je cherche une table libre. Il n'en reste qu'une seule et je m'y assois. Une fille aux cheveux auburn viens timidement me voir et me demande si elle peut s'asseoir à ma table. Je réponds en faisant « oui » de la tête. Elle sourit et s'assois.

- Merci, dit-elle. Je n'ai pas d'amis et donc je ne savais pas trop où aller. Et puis ici il y a des filles vraiment ignobles. - Oui, je sais, répondis-je. Je m'appelle Claudia Châteauvert, toi?

Ce n'est pas dans mes habitudes d'être aussi aimable, mais cette fille a l'air aimable et je me dis qu'avoir des amis ne me ferait sans doute aucun mal.

- Moi je suis Olivia Be... Bergeron, dit-elle, mal assurée.

- T'es quoi? Je veux dire, moi je suis gargouille.

- Je suis une enchanteresse.

- Tu es de quelle compagnie?

- De l'eau, bien sûr, mon chandail est bleu.

- Oh, c'est vrai.

Le silence retomba à la table, rompu seulement lorsqu'une fille, probablement asiatique, aux cheveux noirs et courts et aux yeux noirs vint nous demander pour s'asseoir à notre table. On accepta et elle se présenta. Elle avait plutôt l'air sûre d'elle et très sociable.

- Bonjour, je m'appelle Éléna Belle, dit-elle à mon intension.

- Claudia Châteauvert, dis-je.

- Enchantée, dit-elle.

Elle ne dit rien à Olivia.

- Vous vous connaissez? demandais-je.

- Un peu, répondit Éléna. Elle est dans la même chambre que moi. On s'est déjà présenté.

- Oh...

- En passant, c'était spectaculaire ta transformation en gargouille! T'as l'air d'être très puissante!

À ce moment je vis Arnaud à une table avec d'autres gars de son âge. Ils parlaient et riaient. Il était vraiment beau et charmant, j'aimais sa façon de parler et de bouger... Éléna suivit mon regard.

- Il est séduisant, n'est-ce pas? C'est Arnaud, l'un des gars le plus doué de l'école! Plusieurs filles sont tombées amoureuses de lui, tu vois, parce qu'il n'est pas chiant comme la bande à Westminster. Enfin, les filles qui ne se tiennent pas avec Katia De Montauban, la pire pétasse de l'école. Des filles comme... mo

Je restai surprise une minute, la détaillant. Non, face à cette fille je n'avais absolument aucune chance. Mais de quoi est-ce que je parle? Je n'aime pas Arnaud ou, peut-être que si. Je n'en sais rien, je ne veux pas l'aimer. Si cette fille veut sortir avec lui, bien, je m'en fous.

- Je connais Arnaud, je suis sûre que tu lui plairais.

- Vraiment?

- Ouais.

Je me tue. Éléna continua à parler des gens de l'école, qu'elle connaissait bien puisqu'elle vivait ici depuis qu'elle était née. J'appris entre autre que je gars qui avait voulu se battre avec moi s'appelait Lawrence Westminster et qu'il était arrogant et méprisant envers tout le monde, même ses amis, et qu'il fréquentait la fille Je-suis-belle-et-je-le-sais, que j'ai déjà croisé dans les corridors. Elle, elle s'appelle Katia. Elle a aussi dit que Mégane, la fille aux cheveux roses, fréquentait un gars de troisième, Erwan Darcy. Ce sont les seuls noms que j'ai retenu de tout ce qu'elle m'a dit, parce qu'elle a nommé près du tiers de l'école! Bref, je commençais, pour la première fois de ma vie (enfin, la deuxième après Arnaud), à me faire des amies. Nous restons ensemble toute l'heure du dîner puis nous nous rendons toutes ensembles à notre prochain cours, qui est commun pour nous trois, la sorcellerie. L'enseignante est une femme de haute stature, mince et à l'air sévère. D'après ses cheveux blonds grisonnants, elle doit avoir la cinquantaine.

- Bonjour chers élèves. Je suis madame Sydney Harris, votre professeur de sorcellerie pour cette année. Pour le premier cours, nous sortirons dehors pour aller chercher et fabriquer vos baguettes. Cependant, je vais d'abord vous expliquer comment faire. Nous commencerons par méditer pour trouver en nous même ce qui nous correspond. Vous devez prendre une branche, au sol si possible, sinon vous en coupez une délicatement, de la longueur de votre avant-bras. Ensuite vous la sablez pour en faire une baguette ronde et lisse, sans écorce. Après cela, vous devez souvent méditer avec elle, centraliser votre énergie pour l'harmoniser avec le bois. Vous verrez lorsque cette phase sera terminée seulement lorsque la surface du bois sera lisse comme si on y avait mis du vernis. Après cela, personne de devra jamais lui toucher, autre que vous, ou cela pourrait être très dangereux. Maintenant prenez toutes vos affaires, nous sortons!

Tout le monde se leva et suivit madame Harris. Après avoir marché dans les couloirs une quinzaine de minutes (cette école est vraiment immense), nous sortons finalement dans un immense et magnifique jardin. Il doit y avoir toutes les sortes de plantes que vous puissiez imaginé et toutes les sortes d'arbres aussi. Croyez-moi, voir un palmier à côté d'un sapin ça fait très étrange! L'enseignante nous dit de nous asseoir n'importe où dans le jardin et de méditer. Je choisis l'ombre d'un châtaigner. Je fermai les yeux et sentit l'herbe sous moi, le vent dans mes cheveux et l'odeur des diverses plantes dans mes narines. Je fut très rapidement à l'aise et détendue. Je rouvre les yeux et commence à me promener dans le jardin. Une branche attire mon attention. Elle semble m'appeler. Je la prends dans mes mains et je sens l'énergie de l'ébène entrer en moi, me revigorant (j'étais toujours un peu fatiguée après l'accident du cours de métamorphose).

Le cours se termina et je me rendis en science. Là, je dois dire, je n'ai absolument rien compris! Olivia avait beau m'expliquer ça ne rentrait pas. Je crois que même un groupe de physiciens auraient eu du mal à suivre. Je me demande comment ça se fait que je ne soie pas dans le groupe C. Bref, passons. Après ce cours, je marchais avec Olivia (qui tentait toujours vainement de m'expliquer la métaphysique), lorsque la dénommée Katia nous arrêta.

- Hé, la Bergeron, t'es laide, dit-elle.

Je la regardai avec incrédulité. Non, mais, pour qui est-ce qu'elle se prend?

- Pour qui est-ce que tu te prends? demandais-je sans vraiment attendre de réponse.

- Hum, elle me détailla du regard, tu es une Châteauvert, non? Je te donne un conseil, ne te tiens pas avec elle. Elle est pauvre et dénuée de noblesse.

- Et alors? Toi tu es pauvre d'esprit et dénuée d'intérêt.

- Imbécile, tu devrais essayer de t'arranger un peu au lieu d'insulter les autres, t'as l'air d'un gars.

Elles se mirent à rire et passèrent leur chemin. Olivia me regarda.

- Merci, dit-elle. Jamais personne ne m'a défendue avant.

- Bah, c'est rien, oublie ça!

- Il n'y a pas beaucoup de gens qui se soucient de gens sans noblesse comme moi.

- C'est rien, je te dis! De toute façon je ne suis pas noble non plus, alors...

- Châteauvert c'est un nom de noble, pourtant.

Je n'ajoutai rien, je n'avais rien à rajouter. Le cours suivant était option danse. C'était agréable, ces gens avaient vraiment la danse dans le sang! Olivia n'était pas dans mon cours, mais Éléna si. La première partie était de la danse individuelle, la seconde de la danse en groupe. Katia faisait sa belle à l'avant, avec Mégane et une fille aux cheveux blancs. Moi j'étais dans la deuxième rangée. Je suis pas mal en danse, c'est assez physique et j'aime bien. La musique était un mélange funky, baladi et new age. Enfin, c'est bizarre à expliquer, mais agréable à entendre. L'heure du souper vint tout de suite après et ce n'était pas trop tôt. J'avais une de ces faims! Éléna parlait toujours autant, et Arnaud était toujours à sa table, avec ses amis. Il alla porter son plateau et lorsqu'il revint il m'aperçu et se mit à marcher vers moi. Je sentis mon c?ur s'accélérer. Qu'est-ce qui m'arrive? Il s'assit en face de moi, à côté d'Éléna. Ses yeux étaient très bleus.

- Salut, dit-il tout sourire, je suis content de voir que tu t'es fait des amies.

- Salut, dis-je simplement.

Je ne sais pas pourquoi, mais je ne savais pas quoi dire d'autre. Pourtant d'habitude je n'ai pas la langue dans ma poche.

- Tu mes les présentes? demanda-t-il.

- Eu, oui, bien sûr. Voici Olivia et Éléna.

- Enchanté, dit-il en leur faisant un grand sourire. Claudia, Olivia et Éléna, quel drôle de trio! Qu'est-ce que tu fais ce soir?

- Ben, il me reste un cours, mais après je suis libre. Pourquoi?

- J'ai pensé qu'on pourrait se voir, je sais pas, aller se promener dehors.

- Ouais, ça semble bien.

- Cool, dit-il en souriant, ses yeux devinrent d'un bleu intense. Rejoins- moi après ton cours dans le jardin de l'eau, près de la fontaine!

- Ok, dis-je.

- Allez, j'y vais! Bye, à tantôt!

Il partit. Éléna me regarda, une expression étrange sur le visage. Arnaud devait vraiment l'intimider car elle n'avait pas dit un mot de tout le long, ce qui n'est pas dans ses habitudes.

- Tu ne m'avais pas dit que tu le connaissais à ce point là!? dit-elle.

- Bah, on est amis, dis-je sans trop comprendre ce qu'elle voulait dire.

- Amis? demanda-t-elle. Et il te donne un rendez-vous?

- Quoi? C'est pas vraiment un rendez-vous, c'est juste, pour parler.

Silence.

- Tu sais quoi? Je ne plairais pas à Arnaud, dit-elle.

- Pourquoi?

- Parce qu'il est amoureux de toi.

Elle avait l'air triste.

- Éléna...

- Je suis désolée, coupa-t-elle, mais j'ai besoin d'être seule.

Elle se leva et partit. Je restai muette. Amoureux de moi? Elle se fait des idées. C'est impossible qu'un gars comme Arnaud soit amoureux de moi. Le sport se révèle très décompressant. Ça fait longtemps que je n'ai pas pu me défouler de la sorte et ça fait un bien fou! On joue à un jeu qui ressemble au soccer. Je suis presque la seule fille au milieu de tous ces gars. Lawrence est là, il m'énerve et je n'en suis que meilleure. Mon équipe clenche la sienne, 10 à 6. Je vais me doucher puis je me rends dans les jardins, où Arnaud m'attend.

- Salut, dis-je.

- Oh, salut! Ça va?

- Oui, très bien. Le sport a cet effet là sur moi.

- Ok, dit-il en souriant. Alors, dit-moi qu'est-ce qui c'est passé depuis que je t'ai laissé chez Rachel?

- Bien, rien de très intéressant. Elle m'a fait rencontré un gars, Manuel Darcy et, il est très gentil. Ensuite je suis arrivée à l'école, j'ai rencontré Olivia et Éléna.

- Fais attention, Manuel Darcy est un enchanteur, il peut te manipuler pour que tu sentes attirée par lui sans que tu le veuille.

- Oh, et qu'est-ce qu'on ressent alors?

- Une faille de la volonté et une attirance, la plupart du temps. Jamais de l'amour, nul n'est capable de manipuler ce sentiment. Tu veux que je te fasse une démonstration?

- Sur moi? Eu...

Non, il ne faut pas. Je mets déjà ma volonté à l'épreuve chaque fois que je suis avec lui pour ne pas lui passer la main dans les cheveux ou faire autre chose de stupide.

- Oui.

Stupide! Stupide! Stupide! Stupide! Stupide! Pourquoi j'ai fais ça? Seigneur, venez-moi en aide! Il ferma les yeux puis les rouvrit après quelques instants. Je ne sentais rien de nouveau, à part ses lèvres sur les miennes... Quoi? Je reculai brusquement et faillit tomber dans l'eau de la fontaine. Il me retint juste à temps par la taille, m'aida à retrouver mon équilibre puis recula un peu et me regarda dans les yeux. Je sens le rouge me monter aux joues. Qu'est-ce qui m'a prit? Pourquoi est-ce que j'ai fait ça?

- Eu, je... je suis désolée... je ne voulais pas...

Mon dieu je bafouille, j'ai l'air d'une belle conne!

- C'est pas grave, dit-il en souriant. Ça arrive, parfois.

Au seigneur, son sourire est si beau! Il faut que je m'en aille, sinon je vais encore faire une bêtise.

- Je... je retourne à ma salle commune, dis-je, bye.

Et je m'enfuis, carrément. Sans me retourner. Je le plante la et rentre dans l'école. C'est la première fois que j'embrasse un gars. Ça peut paraître con, je sais. C'est la première fois que j'ai ce genre des pensées pour un gars, des pensées... tendres. La plupart du temps je ne fais que me battre avec eux, pas les embrasser! Qu'est-ce que j'ai fait? Il va me prendre pour une conne, l'une de ses groupies. Pourquoi est-ce que j'ai fait ça?

***

On cogna à la porte du bureau du directeur.

- Entrez, fit-il.

Virginie Desrosiers franchit le seuil de la porte avec un grand sourire.

- Monsieur, nous savons qui est la princesse légitime, dit-elle. J'ai trouvé tout ce que j'ai pu sur elle. Voici le dossier que j'ai créé.

Elle lui tendit un document. Il l'ouvrit et regarda la photo, un sourire apparut sur son visage.

- Et l'autre, qu'est-ce qu'elle est?

- Nous n'en savons toujours rien, nous faisons des recherches en ce moment même. Nous pensons qu'elle aurait un lien avec la princesse, mais nous ignorons lequel.

- Bien, je veux tout savoir sur ces deux filles, jusqu'aux personnes qu'elles fréquentent!

***

C'est déjà fini, mais j'ai quand même écrit mille mots de plus que la dernière fois. Tk, je sais que mes chaps sont courts mais j'y peux rien! Commentaires, suggestions et critiques sont les bienvenus, vous n'avez qu'à me laisser une tite review! Le prochain chapitre va probablement mettre Arnaud en avant scène (c'est-à-dire qu'on va savoir tout ce qu'il pense), mais je n'en suis pas encore sûre. Voilà, c'est tout! Bonnes vacances à tous!

Élune : Commence déjà à être l'ami de toi-même, tu ne seras jamais seul.