Gardien des ténèbres abyssales
/Westerly\

Email : yahirai@hotmail.com Genre : originale lemoniaque* où défilent nombre de ziozios plumés et parfois déplumés.fantaisie quoi. Source : inspiration de plusieurs fics sur les anges et les démons qui ont fait toc dans ma tête de perverse finie. Grade : rien de très marqué, mais tout de même à tendance yaoi.. Disclaimer : Pour une fois, j'ai pas fini les culs de bouteilles ! Enfin, vous n'avez qu'à vous le répéter très fort !

*** éclipse temporelle ou changement de lieu.

CHAPITRE 1

« Vieux fou aux prières avenantes, j'incite les dieux à t'accompagner.
Quand le jour où je m'éteindrais, sans attendre, tu devras t'éveiller,
En tant que Gardien des Abysses tu régneras sur l'éternité. »

« Les quatre démons d'Acarpia, ivres de rage, détruisirent tout sur le passage menant au responsable de leur fureur, par vengeance pour leurs clans décimés. Ikartan régna en maître absolu lors de leur enfermement dans les anneaux "hérétiques". Triomphant de sa victoire sur les frères de sang démoniaques, il pourchassa les espèces magiques bénéfiques. Ces dernières se cachèrent et formèrent en s'alliant des groupes de résistance. Mais ces groupes furent anéantis et les derniers survivants se dispersèrent à travers le monde, ils s'endormirent en attente d'une ère meilleure.
Les démons fuirent également, Ikartan voulant les réduire à l'état de vassaux. Il essaya de mettre à son service les démons les plus féroces afin de terrasser ces derniers ennemis. Mais ceux-ci refusèrent et l'ignorèrent, mais jusqu'à un certain point, car ils le craignaient également.Et trouvant cet acte faible et rabaissant, ils refusaient de s'allier pour le vaincre. Certains de ces démons supérieurs s'enfermèrent eux-mêmes, à l'exemple des précédents renégats qui avaient osé se révoltés, dans des talismans, médaillons, anneaux, broches, etcetera. D'autres le furent de force.
Ikartan, furieux de voir le peuple magique déserter leurs terres, déchaîna sa colère sur le monde. Celle-ci créa une spirale nuageuse flamboyante : elle emporta plusieurs des prisons symboliques.Personne ne sait où elles se trouvent à présent, ni dans quel état est ce monde tant prisé. »

-Magnifique légende, tu ne trouves pas ?

Passant une main leste dans ses courts cheveux bruns dégradés, Yahirai fixa son regard de glace sur l'amulette accrochée à son cou. Celle-ci lui répondit intérieurement :

-.C'est étrange, quand tu lisais cette histoire, mon c?ur s'est mis à
battre rapidement, j'ai l'impression de me souvenir.

-Hnn ? De quoi ?

-Yahirai ! Descends ! Ton grand-père a besoin de toi !

-J'arrive grand-mère ! On reparlera plus tard, je te laisse là.

Un an plus tôt, Yahirai s'était vu offrir ce talisman par le père de son père. Mais il était divisé et aujourd'hui l'est toujours. Un fragment s'était égaré.Il avait délaissé l'objet pendant quelques mois, et voici huit semaines, il l'avait retrouvé dans son lit au réveil. Etonné, il s'était levé de suite et l'avait enfilé. Aussitôt et depuis, « cette voix » prisonnière du médaillon résonnait en lui, le conseillant et l'accompagnant dans sa vie de tous les jours. Perdue elle-même, elle l'aidait dans ses joies, ses retrouvailles avec lui-même, car son passé trouble bloquait son âme.

-Grand-père ?

-Oui, je suis là.

La voix étouffée lui parvint du fond de l'antre de son grand-père. Celui-ci sortit échevelé de derrière un meuble assez impressionnant, mais vieux et poussiéreux.

-Peux-tu m'aider à transporter cette relique ?

-Oui papy.Mais que souhaites-tu obtenir de cette antiquité ? Elle doit
servir de casse-croûte aux mites depuis des années !

-Tu te trompes, marmonna le vieux dans sa longue barbe blanche.

Il regarda son petit-fils du coin de l'?il et sa beauté typiquement féminine l'éblouit une fois encore. Il était incontestable qu'il tenait de sa mère, on ne pouvait le nier. Ces iris, d'un bleu clair d'une intense pureté, ciselés par de fines pointes noires encerclant sa pupille, scrutaient le vieux meuble avec un intérêt et une curiosité grandissants.

-Aide-moi à le transporter près de mon plan de travail.

Yahirai hocha la tête et s'exécuta. Quand ils le reposèrent, des tintements se firent entendre à l'intérieur et un objet attira l'attention du jeune homme qui s'en saisit. Il ressemblait étrangement à.

-Ya.hirai..

-GRAND-PERE !!!!!

Le vieux s'écroula une main crispée sur son c?ur. Son petit-fils le rattrapa in extremis, fourrant sa trouvaille dans sa poche et affolé, appela désespérément sa grand-mère.

-Papy ! Que se passe-t-il ? Demanda le jeune garçon en serrant son grand-
père contre lui.

-Calme-toi petit, répondit le vieux prêtre, sourire aux lèvres, avant de
perdre conscience..

***

Après une semaine passée au chevet de son grand-père, Yahirai avait perdu tout espoir de le voir s'éveiller.

-Poussin.Réveille-toi mon grand.

Le jeune homme ouvrit les yeux, il s'était endormi sur la main qu'il tenait sans cesse de jour comme de nuit dans l'espoir qu'elle revienne à la vie.Et cette main bougeait !!! Il releva vivement son regard et croisa, celui, plein de vie de son grand- père.Quelle transformation ! Celui-ci admira une fois de plus le jeune garçon. Il était l'heure.

-Yahirai, écoute-moi.

-Non, repose-toi, on aura tout le temps de parler plus tard.

-Chhh.Je souhaite que tu te montres à la hauteur de ce que je vais te
demander, et des responsabilités qui en résulteront. Ne baisse jamais les
bras et accepte ton sort, garde toujours la tête sur les épaules afin de
ne jamais fausser ton jugement.Cherche la vérité dans l'âme des choses
qui t'entourent.Ne perds jamais l'espoir qu'un jour, tout s'arrangera au
travers des mondes, je serais là pour t'accompagner.Et surtout, prends
garde à Ikartan.

Le prêtre Akirion sortit de l'âme du mourrant.Il avait accompli sa mission, certes, elle avait pris un petit moment, mais pour rien au monde il n'aurait regretté d'avoir un jour veillé sur Yahirai Akusui.Et puis, ils se retrouveraient, plus tard, quand il aurait besoin d'aide et de conseils.Par contre, il faudrait qu'il le surveille.

-Mon garçon, prends soin de ta grand-mère.Adieu Aku.

Les yeux de l'ex-prêtre se figèrent et ses lèvres abandonnèrent leurs mouvements. Un gémissement s'échappa de celles de la vieille dame éplorée.Yahirai se redressa et la serra dans ses bras, séchant les larmes d'affliction qui ne se tariraient jamais, tandis que ses yeux avaient refusé de montrer sa douleur. Son c?ur se déchirait en symbiose avec le temps d'arrivée de la nouvelle jusqu'à son cerveau tuméfié.

-Je suis là grand-mère.Je reste avec toi.Je suis là.

Etonnant comme cette phrase lui semblait désuète et sans sens, il n'était plus là, enfin, plus comme avant. Il lui manquait une partie de lui.Une âme chaude et pleine d'amour pour lui. La veuve s'agrippa à son petit-fils.Elle ne voulait pour rien au monde perdre la dernière personne qui donnait un sens à sa vie.Pour rien au monde. Yahirai prit sa veste et en recouvrit son défunt grand-père symboliquement. C'était sa préférée.Il la lui laissait jusqu'à ce que les médecins le.l'emmène pour son dernier voyage.Pfff, c'était trop cruel, pourquoi lui ?

***

Il referma la porte de la maison avec un soupir à fendre l'âme. Montant les escaliers jusqu'à sa chambre, il en clos l'ouverture et s'effondra sur son lit. Son talisman gisait là, sur son oreiller. Il le prit et le glissa autour de son cou. Le cordon noir roula sur sa peau, et le médaillon se casa dans le creux de son cou.Aussitôt la voix s'inquiéta.

-Yahirai ? Que se passe-t-il ? Pourquoi es-tu si bouleversé ? Ton c?ur et
ton âme se sont refermés à nouveau.Ne me dis pas que tout est à refaire !
Reprends-toi « Hirai » !

Peine perdue, le jeune s'était endormi, torturé par les récents évènements.Dans son for intérieur la voix soupira.Pourquoi ne pouvait-elle pas l'aider comme elle le souhaitait ? Elle observa la respiration irrégulière de son hôte et ferma son esprit : c'était trop douloureux.

***

Lorsqu'il ouvrit les yeux, Yahirai souhaita que ceci ne fut qu'un cauchemar.Il descendit au rez-de-chaussée mais remarqua bien vite son erreur ; sa grand-mère n'était pas levée, la vaisselle était empilée dans l'évier et le chat quémandait son lait matinal. D'habitude, à son réveil, son bol de chocolat l'attendait sur la table, son grand-père y lisait son journal et sa grand-mère brodait. Tout était vide et froid.Il recula vivement et remonta à sa chambre.

Il retira précipitamment ses vêtements et se dirigea vers la salle de bain attenante à sa chambre. Il fit couler l'eau dans la douche et entra sous le jet gelé. Le contraste chaud/froid le fit frissonner et lui arracha un gémissement de douleur quand l'eau glacée attaqua son dos. Il se demanda ce qui pouvait le faire souffrir autant, il ne se rappelait pas s'être blessé. Sans qu'il le décide de son plein gré mais sans qu'il ne s'en rende compte, sa main tourna le robinet d'eau chaude, et la température devient plus supportable pour son dos meurtri. Elle revint ensuite sur son corps et glissa vers son intimité. Yahirai sortit de son étourdissement et s'écria :

-Exaxiel ?! C'est toi ?

A suivre.