Auteur : Karin

Genre : (Dark) Fantasy, slash…

Rating : PG-13, mais attention aux âmes sensibles ! ( ça sera sûrement très pessimiste), et aussi pitètre passage en R-17 plus tard…

Disclamers : C une histoire originale, je veux pas la voir ailleurs sans mon consentement, pas de plagiat non plus, chaque oeuvre étant la propriété intellectuelle de son auteur !

Note : yonde kudasai & review please !

Titre : Insurrection Sanglante. (il se peut que le titre change plus tard, si j'ai plus d'inspiration…)

Insurrection Sanglante

Chapitre Un.

"Ce monde est pourri.

Non, il ne s'agit pas tout à fait  du monde... Après tout, ce sont les hommes qui en ont fait ce qu'il est devenu. C'est l'âme humaine qui est corrompue... Enfin, ceci ne change rien à la situation...Justement, il faudrait peut-être songer à la changer..."

Ces pensées se bousculaient dans ma tête alors que je baisais avec délectation Mariko et que Lance me baisait avec grand professionnalisme, dans la maison des Plaisirs de la Rue du Trouvère Ivre. Il faut dire que j'ai toujours aimé les situations originales et autant les hommes que les femmes...

Après cette petite séance démonstrative d'endurance et de souplesse, je me vautrais dans les coussins et tentures pourpres et parmes disposées à même le sol pour plus de confort durant les ébats... Mariko et Lance se lavaient distraitement avec les éponges imbibées de l'eau parfumée misent à leur disposition entre chaque clients.

Je m'amusais à les regarder faire leurs ablutions obligatoires, comme à chaque fois. Je n'aurais pas su dire pourquoi, mais une sorte de tendresse m'unissait à ces deux amants vénaux. Mes favoris. Mariko et ses fabuleux cheveux noirs longs et lisses, ses yeux amande et son petit corps tatoué pleins de mystères, Lance et ses grands yeux verts candides et ses cheveux neige malgré son jeune âge...

J'étais pratiquement leur seul client régulier, les autres ne les demandant qu'une fois, juste "pour essayer". Ces deux souffraient de leurs caractéristiques physiques dans ce royaume aux idées étroites. Je leur avais souvent proposé de venir s'installer au château et travailler à mes ordres...

Et ils m'avaient toujours répondu qu'ils ne voulaient pas renoncer à leur liberté, malgré leur emploi des plus ingrats... Avais-je donc une réputation si terrible une fois dans les murs du palais de mon roi de père, moi le fils indigne du Royaume ?

J'allais le leur demander encore une fois quand je m'avisais qu'ils refuseraient une fois encore... Je ne pouvais guère les blâmer pour ça...

Je m'arrachais à mes réflexions lorsque le premier des douze coups de canon annonçant Minuit fut tiré. Ils signifiaient pour moi que c'était la fin de ma journée hors de l'enceinte du palais, et que je devais y retourner y passer le reste de la nuit, "Raison d'Etat" oblige... De toute façon,  si je ne rentrais pas seul, des gardes m'étaient envoyés pour me faire obéir, car les espions chargés de ma surveillance rapportaient immanquablement le lieu de mes distractions... Impossible de les semer, et aucune chance de corruption...

Je me rhabillais distraitement et quittais la pièce sans un mot... Mariko et Lance comprenaient parfaitement, depuis le temps...

Je sortais de la maison des plaisirs, et prenais le chemin le plus court pour rentrer, malgré le quartier mal famé. La nuit était magnifique, et chose rare les deux lunes soeurs étaient pleines. La lumière de ses deux astres divins remplissait la rue du Pendu Dansant d'ombres intéressantes, et la rendait moins sordide. L'ambiance y était aux trafics en tous genres, esclaves ou drogues plus ou moins exotiques, recrutement de mercenaires ou tueurs à gages, tout ce qui devait ce faire dans la légalité la plus douteuse ou l'illégalité la plus complète se faisait dans cette rue. Les autorités n'y mettaient jamais les pieds. En échange, la vermine de la ville restait dans cette rue. Cet accord tacite permettait la prospérité de tous, les sujets de Mendera étant friands d'exotismes les plus variés, toutes catégories confondues... Bizarrement, je me sentais à l'aise ici, personne n'espérant rien de moi...

Je m'arrêtais à la boutique de Slanzar le Borgne, le meilleur fournisseur de narcotiques de la ville, pour acheter une poignée de baies de fleur de nuit, très efficaces pour faire de beaux rêves...

Après cette petite digression, je rentrais, accompagné de "mes" espions à quelques mètres de distance. Le palais était en effervescence, comme toujours. L'Etat ne dort jamais.

Je regagnais mon aile réservée, et dormis du sommeil du juste après avoir bu mon infusion somnifère...