Notre mémoire

Le pont sur la Tamise devrait être interdit à partir d'une certaine heure. Ses eaux sombres sont très attirantes dans la nuit. Telles sont les pensées du jeune homme accoudé à la rambarde. Son visage n'exprime rien. Ses lèvres ont l'air de ne pas avoir bougé, que ce soit pour sourire ou pour parler, depuis longtemps. Ses cheveux noirs coupés courts et un peu bouclés contrastent avec le superbe bleu de ses yeux. Ceux-ci, à l'instar de ses lèvres, ne paraissent plus pouvoir exprimer la moindre joie. Il enregistre tous les éléments de la scène : le bouillonnement de l'eau sous lui, le bruit des voitures qui passent dans la route longeant le fleuve, les rires des passants dans cette même rue, le brillant des étoiles incrustées dans le velours presque plus noir que sa chevelure du ciel…Il n'y a pas de lune cette nuit. Le bois rugueux de la rambarde sous ses avants-bras et l'odeur de l'essence s'associent pour augmenter son mal-être. Il sait qu'il n'oubliera rien de tout cela, comme il n'a jamais rien oublié jusqu'à présent. Sa mémoire lui montre sans cesse des choses qui ne sont plus et des gens qui l'ont oublié. Il ne sait pas quoi faire. En regardant les gens qui marchent dans les rues à proximité, il soupire. Il voudrait rencontrer un ami qui puisse lui faire oublier le reste. C'est dans ce but qu'il est venu ici ce soir. Il voulait revoir la seule personne qui y ait jamais réussi. Ils se sont donné rendez-vous il y a deux mois. Mais elle a toujours eu une très mauvaise mémoire, il le sait, et depuis deux mois qu'ils ne se sont pas vus, elle a très bien pu l'oublier. « Elle a déjà une demi-heure de retard », pense-t-il. La conclusion lui semble s'imposer d'elle-même. Il reporte son regard sur les eaux en-dessous de lui. Il ne veut plus rien savoir. Il veut vivre sans tout connaître de son passé. Mais c'est impossible. L'eau du fleuve le fascine. Serait-ce la solution ? Il espère qu'il n'y a rien après. Il sourit légèrement et tombe.

C'est à ce moment qu'elle arrive, en retard. Entre le téléphone, les feux, les bouchons, le plein à faire(elle s'en serait bien passé, mais c'était ça ou la panne, et ça aurait été pire), et la difficulté pour trouver une place, elle a perdu une demi-heure. Elle court. Mais il est trop tard. Ses cheveux blonds détachés lui font comme une auréole. Elle ressemble à un ange. Mais c'est un ange désespéré, sur les joues duquel coulent des larmes. De ses lèvres s'échappent un cri : « Non ! » : Elle se penche et tend le bras vers lui. Mais il est déjà trop loin. Lui la regarde faire en tombant. « Dommage », pense-t-il. Mais il doit lui dire avant de mourir. Il espère qu'elle l'entendra.

-Sois heureuse, dit-il.

Son dernier souhait avant que la mort l'accueille. Mais cependant, des mots frappent son oreille:

-Je me souviendrai toujours de toi.

Il ferme les yeux et touche l'eau.

Cent cinquante ans plus tard, une enfant fête ses dix ans. Elle fait crisser ses cheveux blonds entre ses doigts en souriant. Depuis sa naissance, elle a certains souvenirs d'une autre vie qu'elle a tus à son entourage. Aujourd'hui elle est heureuse, car si elle a bien deviné, c'est aujourd'hui qu'elle doit le revoir. Et en effet, la porte s'ouvre sur un petit garçon brun aux yeux bleus, dont l'expression reflète une tristesse presque désespérée. Mais dès qu'il la voit, son visage s'éclaire et il s'avance vers elle. Elle le rejoint et, prenant ses mains dans les siennes, murmure de telle sorte qu'il soit le seul à l'entendre:

-Tu vois, je me souviens encore de toi; tu peux oublier maintenant.

Et comme leurs regards se retrouvent comme il y a si longtemps, deux sourires jumeaux s'affichent sur leurs visages où ne se lit plus la moindre trace du passé.

FIN

N'oubliez pas de laisser une review, s'il vous plait !