Utopie

Son pays, madame, est celui des Vénusiens, les habitants de Vénus. Leur monde est fondé sur le bon sens et une science extrêmement pointue. Il n'est plus grand chose d'inaccessible à ce peuple.

Par exemple, cela fait longtemps qu'ils ont maîtrisé le voyage intergalactique. Ils ont découvert beaucoup de races dans l'univers. Ils ont rencontré les habitants d'une des planètes orbitant autour d'une des étoiles de la ceinture d'Orion, ainsi que les Magellaniens, les Centauriens et tant d'autres !

Cependant, peu ont autant avancé que nous, car quoi qu'on en pense, même si elle est jeune par rapport à l'âge de l'univers, par rapport à l'âge de l'intelligence, la race humaine est très vieille.

Ils maîtrisent également des formes de voyages qui pour nous relèvent du fantastique ; voyages instantanés vers tout lieu qu'ils ont déjà visité, voyage dans le temps et, encore plus incroyable, voyage dans des mondes parallèles habités et inhabités.

L'univers étant infini, les Vénusiens ont sans cesse besoin de colons pour découvrir de nouvelles planètes et de nouvelles sociétés. C'est l'occupation d'une grande partie de ces êtres.

Cependant tous n'aiment pas les voyages, ce qui est heureux, car le but de cette société étant d'assurer le bonheur de tous, le travail n'est pas obligatoire. Les services, tels les médicaux, l'équivalent des coiffeurs, etc., sont donc produits qui sont qualifiés et qui ne voyagent pas.

Les biens sont gratuits et produits dans des usines entièrement informatisées et non polluantes, car elles n'utilisent que les sources d'énergie les plus naturelles et des matériaux recyclables.

Ce pour quoi ils ont le plus de mal à trouver des membres permanents, c'est pour les tâches administratives et gouvernementales ; car chacun considérant que n'importe qui se débrouillera aussi bien que lui, personne n'est volontaire. Ils ont donc établi un roulement.

Ce genre de décisions est pris à l'aide de sondages ; des instituts spécialisés demandent à un certain nombre de gens ce qu'ils pensaient être une solution pour tel ou tel problème, et ensuite prennent l'idée qui leur semble la plus sensée.

Ils n'ont pas de villes ; chacun choisit comme il veut le lieu de sa résidence. La plupart des voyageurs vivent dans leur vaisseau, qu'ils aménagent à leurs goûts. Ils en dessinent l'extérieur.

À l'origine, leur longévité était le même que la notre, mais leur médecine a fait de tels progrès qu'ils pourraient désormais vivre des millénaires sans qu'ils paraissent dépasser l'âge de soixante ans. Mais il faut avouer qu'ils se lassent de la vie bien avant, aussi l'âge moyen de la mort se situe-t-il vers deux cent cinquante ans. On pourrait appeler cela un suicide, si l'ennui ne les tuait pas simplement par la trop grande concentration dans le sang ou ce qui en tient lieu d'une hormone qu'une de leurs glandes sécrète.

Ils n'ont aucune tradition correspondant au mariage; en effet, ils considèrent que les relations amoureuses sont une affaire privée qui se règle en tête-à-tête. Les seules règles qu'ils possèdent découlent du respect de l'autre et ne sont inscrites nulle part, car ils ont remarqué que les lois écrites ont tendance à vite devenir dépassées.

Il y a en moyenne trois enfants par couple chez les sédentaires et cinq chez les nomades ; les enfants sont laissés sous la responsabilité de leurs parents, dont la principale tâche consiste à leur enseigner à se comprendre, pour qu'ils deviennent complètement indépendants; ainsi deviennent-ils toujours des citoyens modèles possédant leur propre personnalité ne devant rien à une autre.

Il arrive cependant que des enfants soient manifestement incapables d'apprendre à se connaître ; ils sont alors envoyés sur Terre, où, espèrent-ils, ils ont davantage de chances de devenir « normaux ».

En cela ils n'ont pas tort, car ces enfants, qui seraient devenus criminels dans leur monde, deviennent souvent psychanalyste dans le nôtre. Les Vénusiens ont résolu le problème de la criminalité dans leur monde en envoyant Sigmund Freud dans le nôtre.

Ils n'ont pas de religions, car il leur semble que l'existence d'un être précédent l'univers et étant absolu est une absurdité. Cependant, ils laisseraient facilement un des leurs croire ce qui lui plaît sans lui créer le moindre ennui.

FIN