Les rues sont enflammées et la Ville s'enfuit.
Le sang coule de tes lèvres et l'eau de mes yeux.
Je m'empare de ton dernier soupir et je te suis.
Mais la mort ne vient point : je ne passe pas aux cieux.

Je dois donc rester et porter encore un poids
Sur mes épaules vierges, celui du deuil pour toi.
Mais tu désires que je me batte, tu crois en moi,
Tu me fais confiance pour défendre notre foi.

Alors je courrai, armes aux mains, pour te venger,
Pour sauver ce peuple de pauvres nomades exilés.
Mais que puis-je faire dans un pays qui nous hait,
Et qui se meurt pour de cette terre nous chasser ?

Réponds-moi mon ange, je sais que tu seras toujours là,
À mes côtés, me contemplant du haut du ciel embrasé ;
Guide moi, car je ne crains ni mal ni la guerre qui viendra.
Je cherche la paix, mais je veux d'abord trouver la liberté.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

AN : Wow, je suis impressionnee par moi-meme.voici mon premier vrai poeme
en français :D, 'bin faut dire que je suis très contente d'avoir fini celui-
la. S'il vous plait dites moi ce que vous en pensez.

Love,

Mia