Titre : together, and perhaps for a life

Auteur : Niwa-himé

Genre : romance, yaoi, one-shot

Disclamer : perso rien qu'à moi !!!(Note de crazy-sennyo (bêta lectrice ) : et l'histoire aussi, faut pas oublier !)

Note de l'auteur : c'est ma première fic, ne soyez pas trop méchant avec moi please. Et un commentaire (même tout pitit) est le bienvenu. ^_^  Ah oui je voulais aussi remercier ma soeurette chérie qui m'a corrigé. Voili c'est tout !

Note importante à lire avant tout : cette histoire parle d'homosexualité, si cela vous dégoûte, gêne ou je ne sais trop quoi, faites demi-tour !!! Voilà vous êtes prévenu, sur ce, bonne lecture !

~oOo~

~Together, and perhaps for a life~

Depuis plus d'une semaine, la pluie ne cessait de tomber. Depuis plus d'une semaine, ils ne s'étaient pas revus. Et depuis plus d'une semaine, un jeune homme était prostré, dans un coin de sa chambre, incapable de retenir ses larmes. Le temps semblait comprendre sa peine, le ciel était gris comme ses yeux, la pluie comme ses larmes. Une atmosphère triste s'était installée dans l'air, tout comme dans son cœur et son âme. Andy se sentait à l'abandon, perdu, désespéré, seul. Il se noyait et n'avait aucune envie de remonter à la surface. 'Il' l'avait quitté, et ce, sans doute pour toujours. Il ne comprenait pas, tout allait bien entre eux, et pourtant…Il croyait que 'lui' l'aimait, ou du moins l'appréciait un minimum, mais apparemment il s'était trompé. Il avait cru tout 'ses' mots doux, et à présent il le regrettait amèrement. Il avait été idiot et tellement naïf. Andy essayait de 'le' haïr, de 'lui' en vouloir férocement, mais il n'y arrivait pas, il n'arrivait même pas à arrêter de l'aimer. Pathétique. Il se trouvait pathétique et irrécupérable.

Il voulait 'le' revoir, essayer de se faire pardonner, mais avant tout, il voulait savoir pourquoi. Il avait l'impression de revivre 'cette' scène constamment, ne pouvant s'empêcher de se la remémorer.

Ils étaient tout les deux, à une petite soirée entre amis, le sourire aux lèvres, et puis sans qu'il ne s'y attende, 'il' s'était énervé contre lui, l'avait insulté et avait fini par rompre. Andy, sous le choc, n'avait pu prononcer un mot, durant toute 'sa' tirade. Et 'il' était parti, le laissant seul. 'Il' ne s'était pas retourné, n'avait pas vu Andy s'écrouler au sol et éclater en sanglot.

A cet instant il avait été anéanti, détruit, brisé. Tout son monde, qui se résumait à 'lui', venait de s'effondrer. Et il se répétait en boucle la même question : pourquoi ? Et pour réponse, il n'avait droit qu'au silence.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Depuis plus d'une semaine, la pluie ne cessait de tomber. Depuis plus d'une semaine, ils ne s'étaient pas revus. Et depuis plus d'une semaine, il errait dans les rues de la ville, sans but, ne se souciant pas de la pluie qui s'abattait sur son visage, cachant ses larmes de douleur. En levant les yeux au ciel, il ne pouvait s'empêcher de se rappeler de 'ses' yeux, gris, comme ce ciel pluvieux. Il avait fait une erreur. Une terrible erreur, qu'il avait regretté dès qu'il avait 'repris conscience' de ses actes et paroles. Un abruti, voila ce que Lucas avait été, il ne 'lui' avait même pas demandé d'explications. Il l'avait accusé sans chercher à l'écouter, peut être n'est ce pas ce qu'il avait cru sur le moment, peut être qu'il avait une bonne raison. Sur le moment, il n'y avait pas pensé et s'était contenté de s'énerver, de l'insulter. Il avait été des plus cruels, mais peut être que sa première pensée avait été juste, et alors dans ce cas, il avait tous les droits de l'avoir traité comme il avait fait.

Cependant, il n'en pouvait plus. Ces 'peut être' le hantaient, il se les ressassait sans cesse. Il l'aimait tellement. Mais 'lui' est-ce qu'il l'avait aimé un seul instant ? 'Il' lui avait dit de nombreuses fois certes, mais avait-il été sincère ? Oui, il en était sur. Ses yeux étaient le reflet de son âme. Lorsque leurs regards se croisaient, Lucas y avait vu amour, confiance, sincérité, admiration et tendresse. Comment avait il pu être aussi stupide ? Il se haïssait. 'Il' avait souffert énormément, et lui, Lucas, avait rajouté une couche de plus à toutes ses peines. Il n'y pouvait rien, la jalousie l'avait envahie et il ne s'était plus contrôlé, et sa vie avait basculé dans une souffrance intense, telle qu'il ne l'avait jamais ressentit auparavant.

Il voulait 'le' revoir, pouvoir lui demander pourquoi, et peut être que tout cela n'était qu'un abominable malentendu, qu'ils se remettraient alors ensemble, oubliant cet instant qui a tout détruit, et ils recommenceraient tout à zéro. Mais, il ne pouvait pas, ne voulait pas le revoir, parce qu'il savait que dans ses yeux, il y trouverait de la haine, de la douleur, et non plus l'amour qu'il avait à son égard, avant tout cela. Il le regrettait, il le regrettait tant.

Perdu dans ses sombres pensées, ses pas l'avaient ramené chez lui. Il entra alors dans son immeuble, monta les escalier, ouvrit la porte, la referma derrière lui, se dirigea vers sa chambre et s'allongea dans son lit, ne prenant même pas quelques minutes pour ôter ses vêtements trempés par la pluie. Etendu là, sur les couettes, il ne pu s'empêcher de se rappeler leurs moments passés ensemble, leur 'histoire' à eux deux.

//Flash back//

Lucas, comme à son habitude, était assis sur un banc dans le parc. Son chien, un magnifique dogue allemand noir, vadrouillait dans l'herbe attenante. Le ciel était nuageux et l'atmosphère humide, il adorait sortir par ces temps là. Peu de monde venait au parc, et ainsi tout était plus calme. Il en profitait pour se perdre plus librement dans ses pensées. Chose impensable les jours de soleil, les gens, les enfants particulièrement, étant de sortie, il devait faire attention à Black, son chien. Non pas qu'il soit méchant mais bon, il était d'un naturel prévenant.

            Toujours plongé dans ses pensées, ce n'est qu'après plusieurs minutes qu'il revint à la réalité, aidé de Black qui jappait avec enthousiasme à ses côtés. Il sentit doucement une fine pluie qui commençait à s'abattre sur le parc. Il regarda son chien et ce qu'il vit lui fit lâcher un rire franc : Black sautillait autour de lui et tentait, sans grand succès, de « mordre »  la pluie. Lucas se leva et s'étira, s'adressant en même temps  à son chien :

 _Allez, Black, on rentre !

            Il pensa à rattacher son dogue allemand, mais changea rapidement d'avis, après tout il n'y avait personne, autant le laisser vagabonder encore un moment.

            Il se mit à marcher, Black devant. Il eu la surprise d'entendre une mélodie à travers le bruit de l'eau battant le sol. Une douce mélodie, assez mélancolique mais merveilleuse tout de même. Black dressa ses oreilles et couru vers l'origine de la musique, suivit par Lucas. Il stoppa sa course lorsqu'une silhouette rentra dans son champ de vision. La mélodie émanait de cet être immobile face au lac.

            Après un petit moment, il s'approcha d'un pas lent. La fine silhouette devenant moins flou. La personne avait les cheveux couleur soleil, coupé légèrement au-dessous des oreilles. De dos il ne pouvait pas savoir s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme. La mélodie cessa et il vit l'inconnu(e) s'agenouiller et gratouiller gentiment le tête de Black. Marchant toujours, il arriva à quelques mètres seulement de la personne et pu constater que l'inconnu était un jeune homme. Au bruit de ses pas, il se retourna dans sa direction, et Lucas eu le souffle coupé. Un ange. Il avait face à lui un ange. Il était vêtu de noir, ce qui renforçait son teint blanc neige, et ses traits fins, presque féminins.

            Black voyant son maître non loin de lui, trottina jusqu'à lui. Le garçon se retourna complètement, lui faisant face à présent. Il leva les yeux vers Lucas et leurs regards se croisèrent. Lucas fut alors plongé dans deux prunelles grises, comme le ciel au dessus de leur tête, à cet instant il resta figé, incapable de détourner ses yeux, les contemplant ouvertement. Et ce fut d'une voix incroyablement douce que l'étranger le ramena dans la réalité :

_bonjour, ce chien est à vous ?

_bonjour……ah heu….oui, c'est mon chien, Black

_vous avez un chien magnifique

_merci

Le jeune homme lui fit un petit sourire et Lucas se sentit fondre. Il le trouvait tout simplement splendide. L'inconnu se retourna et rangea ce qui semblait être un instrument, un violon, dans l'étui.

_c'est vous qui jouiez la mélodie tout à l'heure ?

_oh vous avez entendu ?

_oui et c'était vraiment superbe !

_merci.

Lucas eu alors le plaisir de le voir rougir légèrement, il le trouvait de plus en plus mignon.

            Il se redressa enfin et après une dernière caresse sur la tête de Black et un au revoir, l'inconnu s'éloigna de Lucas qui eu du mal à réagir, lorsqu'il réalisa brutalement qu'il ne le reverrait jamais. Après une fraction de seconde, lui-même ne serait dire pourquoi, il le rattrapa. Et là, à ses côtés, il ne savait pas quoi dire.

_il y a un problème, demanda gentiment le jeune homme en arrêtant ses pas, Lucas l'imita.

_heu…non, non c'est juste que…

_...oui

_ben il pleut…

_je l'avais remarqué moi aussi, ria-t-il face à la maladresse de Lucas.

_c'est pas ce que je voulais dire !...En fait voila, je me disais qu'on pourrai peut être prendre un café

_ben c'est-à-dire que…

_il y en a un pas loin…s'il vous plait

_je ne sais pas

_je ne vous retiendrai pas longtemps promis

_...d'accord

_merci, répondit Lucas d'une vois où l'on pouvait clairement entendre  du soulagement.

Ils prirent, tous les deux, côte à côte, la direction indiquée par Lucas.

_pourquoi vous vouliez prendre à tout pris un café avec moi ? Si je peux me permettre bien sûr

_hein...oui, enfin je ne sais pas, je vous ai vu partir et je ne voulais pas, alors, voila quoi !

_............

_surtout ne me prenez pas pour un déséquilibré mental hein ! C'est juste que… je ne sais vraiment pas en fait.

Après un moment de silence, une voix s'éleva à nouveau :

_je m'appelle Andy

_....moi c'est Lucas, souria-t-il

//Fin du flash back//

Leur rencontre avait été exceptionnelle. Inoubliable, pour l'un comme pour l'autre. Lucas sentait un sourire étirer ses lèvres à ce souvenir si précieux pour lui. S'il ne l'avait pas invité à boire ce café, ils ne se seraient sans doute jamais revus et juste la pensé que leur histoire aurait peut être pu ne jamais exister, Lucas se sentit tout retourné.

            Finalement, ce jour là, ils étaient restés des heures à parler, de tout et de rien, (à une table du café). Lucas avait appris qu'il avait 16 ans, à l'époque de leur rencontre, d'ailleurs il trouvait qu'il ne les faisait pas et n'avait pas hésité à le lui dire. Lui était beaucoup plus vieux, il avait 25 ans. Leur différence d'âge ne lui avait pas posé problème mais il avait été tout de même étonné de voir à quel point  ils arrivaient à parler facilement. Andy était en terminale, il avait sauté deux classes à l'école élémentaire. Lucas, lui, était à la fac, il faisait des études pour devenir avocat et réussissait assez bien. Ils avaient parler de Black, qui adorait Andy, et aussi de musique, en particulier de violon puisque Andy en faisait. Puis ils s'étaient quittés, rentrant respectivement chez eux.

            Par la suite ils s'étaient revus à de nombreuses reprises, et apprenaient à se connaître d'avantage un peu plus, l'un l'autre, à chacune de leur rencontre. Andy et Lucas étaient devenus amis. Lucas l'avait présenté à ses autres amis qui l'avaient vite accepté. Andy ne lui avait cependant  jamais  présenté personne. Il en su la raison d'une manière horriblement désagréable.

//Flash back//

            Ils se connaissaient depuis 7 mois maintenant. Puis un jour, sur un coup de tête, Lucas avait décidé d'emmener Andy au cinéma, ce dernier avait fortement protesté trouvant de nombreuses raisons mais aucune valable selon Lucas, qui avait persisté et avait fini par le convaincre. Ils avaient pris chacun un ticket et s'étaient installés dans la grande salle de projection. Andy était mal à l'aise, Lucas avait d'ailleurs remarqué qu'il était souvent dans cet état là dans les lieux où les lycéens, ou étudiants, étaient nombreux. Il avait voulu savoir pourquoi, mais Andy savait très bien détourner la conversation sur autre chose dès que Lucas commençait à en parler. Lucas était déterminé, cette fois-ci, à ne pas le laisser se défiler. Il était décidé, après le film il lui en parlerait. Ils discutèrent à la sortie sur l'histoire et Lucas se lança enfin.

_Andy

_.........

_Andy ?

_...........

_hé ho, Andy ?

_hein….

_je t'appelle depuis au moins 5 minutes

_ah…je suis désolé, je réfléchissais, je ne t'ai pas entendu

_pas grave

_tu voulais me demander quelque chose ?

_oui, je voulais savoir ce que tu avais ?

_ce que j'avais ? Je ne comprends pas.

_ben…quand on sort dans ce genre d'endroit, tu te sens pas très bien je dirai

_ce genre d'endroit ?

_oui, là où il y a le plus de jeunes.

_je ne vois pas du tout de quoi tu parles

_Andy, tu sais de quoi je parle et je veux savoir ce qui ne va pas

_......

_Andy, s'il te plait, dis moi

_.............

_je déteste quand tu t'enfermes comme ça dans ton mutisme ! Je ne vais pas te juger ou te critiquer…je te le promets

_écoute, Lucas, ce sont des choses qu'on n'aime pas dire généralement, en tout cas moi je ne veux pas en parler

Devant l'aire triste de Lucas, Andy n'y tenant plus repris la parole :

_Lucas, ce n'est pas que je ne veux pas te le dire à toi spécialement, c'est juste que….bon ok, tu ne m'interrompes pas alors

_promit, le regard bleu de Lucas se teinta de joie, Andy allait se confier à lui. Il ne voulait pas qu'eux deux aient une amitié superficielle, Lucas voulait plus qu'une amitié mais s'il devait se contenter de ça alors, il fera que cette amitié soit profonde.

_je ne sais pas par quoi commencer

_prend ton temps

_tu m'avais dis que tu ne me couperais pas !

_désolé je voulais juste t'encourager

_non ça me déconcentre et j'oublie mes mots à cause de toi

_hé !!

_quoi ? C'est toi qui à commencer

_même pas vrai !

_si, c'est vrai

_arrêtes ! T'es en train de changer de sujet là !

_.....

_c'est que j'ai raison en plus

_bon ok cette fois je me lance

_je t'écoutes, Andy

_dans mon lycée, je ne suis pas vraiment apprécié et quand je me rend dans ce genre de lieux, j'ai plus de chances de voir des lycéens de mon bahut et je n'ai vraiment pas envie de les voir…Tu comprends,  entre eux et moi il n'y a même pas un semblant d'amitié, enfin avec ce que je connais hein ! La plus part du temps quand on ne fait même que se croiser ils………

_hé !! Mais qui voilà ! Regardez les mecs y a notre petite tapette adorée !!

Ces paroles arrêtèrent nette la tirade d'Andy, ainsi que les pas de Lucas et Andy qui marchaient tranquillement. Lucas jeta un œil à Andy et eu la surprise de lire une lueur d'infime détresse dans les prunelles grises. Soudain il eu alors toutes les réponses à ces explications, Andy ne lui avait jamais présenté aucun de ses amis, tout simplement parce qu'il n'en avait pas. Il ne voulait pas aller dans ces lieux parce qu'il risquait de les rencontrer, et déjà qu'il se faisait mal traiter dans son établissement, il ne voulait certainement pas l'être à l'extérieur, chose tout à fait compréhensible. Lucas sentit une vague de haine l'envahir, de quel droit ces petit c*** se permettaient-ils de le traiter ainsi ! Une seconde vague de protection envers Andy le submergea.

_Je savais pas que t'étais capable de sortir de tes bouquins ! Oh, mais je vois que t'es accompagné ! Ca m'étonne, ton copain doit être complètement barge pour rester avec toi, ou alors il y est obligé, remarque c'est plus probable, qui voudrai de ta compagnie après tout !

Andy avait baissé la tête et des larmes menacées de couler sur ses joues.

_la ferme !!!

_que…

Sans laisser le temps de réagir aux jeunes qui leurs faisaient face, Lucas avait saisi par le col, celui qui avait prononcé ces paroles, et se retint de justesse de lui mettre son poing dans la figure.

_re-dis encore une fois ça et je n'hésiterai pas à abattre mon poing sur ton visage

_...

_tu as peur, tant mieux !!! Si tu lui fais encore ce genre de remarques ou si tu oses le toucher physiquement, je jure de t'envoyer à l'hosto, toi et tes petits camarades ! T'as compris ?

_...oui…

_bien, Lucas le relâcha et mort de peur devant le regard de pure colère qu'il leurs lançait, ils partirent en courant. Lucas se retourna, et vu Andy, la tête baissée entre ses mains, ses épaules tremblaient légèrement. Face à cette vision, Lucas ne pu résister à le prendre dans ses bras, lui donnant un peu de réconfort.

_Andy…à son nom ce dernier enfouie sa tête dans le cou de Lucas, s'agrippant à sa chemise de toute ses forces. Et lui, Lucas, le serra alors plus étroitement contre lui.

_Andy, tout va bien

_....

_c'est pour ça que tu n'aimes pas ces endroits, pas vrai ?

Andy acquiesça faiblement, et sa voix s'éleva, étouffée contre le torse de Lucas

_je ne voulais pas que tu saches

_pourquoi ?

_parce que…

_parce que ?

_tu m'aurais laissé et je ne voulais pas parce que je t'aime bien et c'est la première foie que je m'entends aussi bien avec quelqu'un.

_Andy, tu es stupide, comprenant ce que voulais dire Andy, Lucas pris son visage entre ses paumes et le releva délicatement pour voir deux yeux gris humides.

_jamais je n'aurai réagi de cette manière si je l'avais su plus tôt, ok ? C'est une réaction puérile, et de toute façon, moi aussi je t'aime bien, et ce n'est pas parce que des idiots te dises que tu mérites d'être seul que tu vas les croire, et que moi je vais agir comme eux. Et franchement, tu crois vraiment qu'avec tout le temps qu'on a passé ensemble, si je ne t'avais pas apprécié je serai resté avec toi ? Je suis pas du genre à jouer la comédie, si tu m'aurais énervé, ou quelque chose comme ça, je te l'aurais dis et on ne se serai plus revu mais ce n'est pas le cas, j'aime parler avec toi, j'aime ta compagnie ok ?

Andy hocha la tête positivement et la reposa sur le torse de Lucas, celui-ci resserra son étreinte. Ils finirent leur après-midi ainsi que leur soirée tranquillement, sans aucun autre incident, Lucas lui faisant changer les idées en lui racontant n'importe quoi pour qu'il oublie cette  désagréable altercation.

//Fin du flash back//

            Après cet événement Andy et Lucas s'étaient beaucoup rapprochés. Ils s'étaient dévoilés pratiquement tout entier l'un à l'autre, bien que certaines zones d'ombre persistaient. Lucas savait que c'était cet instant qui lui avait fait prendre conscient des sentiments qui l'animaient pour Andy. Il s'était rendu compte douloureusement que lorsqu'il avait prononcé « je t'aime bien », il aurait en fait voulu lui dire « je t'aime », sans faire paraître ce sentiment pour de l'amitié mais bel bien pour de l'amour.

A leur rencontre, il avait senti naître en lui un sentiment fort, mais sans parvenir toute fois à y mettre un nom. Cela s'était amplifié alors que les jours passaient et il avait enfin su de quoi il s'agissait ce jour là. De l'amour. Il aimait Andy. A cette constatation, son cœur s'était empli de joie mais aussi de peur. Comment allait réagir Andy s'il l'apprenait ? Il ne le savait pas. Mais en attendant le moment où il ferait la 'chose' qui le trahirait et dévoilerait ses sentiments, parce qu'il y a toujours un moment où on se trahit sans le vouloir, il ferait que leur moment ensemble soit parfait, inoubliable et il profiterait de chacun de ces instants comme s'il s'agissait du dernier et c'est se qu'il fit.

Lucas sourit à la pensée que finalement ce n'était pas lui qui s'était trahi mais Andy, les mots qu'il avait dit et le geste qui avait suivi ne lui avaient laissé aucun échappatoire, ils étaient plus qu'équivoques. Replongeant à nouveau dans ses souvenirs, il se rappela alors l'instant qui avait changé leur amitié en amour.

//Flash back//

Cinq mois étaient passés depuis le fâcheux incident. Andy avait pris l'habitude d'aller chez Lucas, le contraire ne pouvant pas se faire puisqu'Andy vivait encore chez ses parents. Lucas attendait Andy dans sa voiture devant son lycée, il allait le chercher souvent ses derniers temps, ça ne le déplaisait pas, bien au contraire, ainsi il le voyait plus. La portière sur sa droite s'ouvrit et Lucas vit Andy s'installer, se tourner vers lui, et lui faire un bisou sur la joue. L'un des petits plaisirs de Lucas, il adorait les bonjours d'Andy. Ils discutèrent de leurs journées respectives durant le trajet et montèrent à l'appartement. Lucas avait mis un mois entier à détendre Andy. En effet, dès qu'il rentrait chez lui, Andy était raide comme un piquet et bégayait. Il avait dû lui répéter mainte et mainte fois qu'il était vraiment content de le voir là, et qu'il ne regrettait pas de l'avoir invité à venir. Lucas voyait avec joie qu'Andy était maintenant à l'aise et détendu en entrant. Ils posèrent leurs affaires et Lucas se mit derrière les fourneaux. Andy assit à la table le regardait faire.

            Ils mangèrent en tête à tête et  finirent la soirée dans le salon, se reposant sur la moquette et les coussins étalés sur le sol. Lucas racontait sans cesse des blagues pour entendre le rire clair d'Andy. Une mélodie qu'il trouvait magnifique, qui n'était comparable à aucune autre, pas même à la douce musique qu'Andy produisait avec son violon D'ailleurs  il lui en jouait tout le temps, Lucas aimait le voir en faire et ne se lassait jamais de lui demander d'en jouer pour lui.

            Lucas avait découvert récemment qu'Andy était très chatouilleux et il s'amusait de le voir rire aux éclats alors qu'il gesticulait dans tous les sens pour échapper à ses mains. Et d'ailleurs il lui sautait dessus pour lui faire subir ce supplice lorsqu'il s'y attendait le moins, comme à cet instant.

_ arrête…..Lucas…..j'en…peux plus

_t'as oublié le mot magique

_Lucas….… s'il te plait

_tu vois, ce n'était pas si dur

Andy était allongé de tout son long à terre, Lucas assit penché légèrement au dessus de lui. Andy lui fit un sourire et Lucas s'empressa d'y répondre. Sans s'y attendre il vit Andy se redresser et lui souffler doucement : « Lucas, je t'adore » et il posa ses lèvres sur les siennes en un chaste baiser.

            Lucas les yeux grands ouverts, dû prendre quelques secondes pour se remettre du choc, mais il n'eut pas le temps de réagir ou du moins Andy ne lui en laissa pas le temps.

_Je suis désolé Lucas, je ne voulais pas, pardon, je recommencerai plus, pardon, je…

Il se leva précipitamment et s'enfuit en courant. Lucas sortit de son état de transe au son de la porte claquant. Il avait sentie les lèvres pulpeuses et rouges d'Andy sur les siennes. Le peu de temps où leurs bouches avaient été l'une contre l'autre lui avait fait goûter à un bout de paradis. Il voulait les embrasser encore et encore maintenant qu'il les avait eu une fois, il ne pourrait plus s'en passer. C'est à cette pensée qu'il réalisa qu'Andy était partit Il se leva à son tour et sortit.

            Il l'avait cherché pendant plus de deux heures et il ne l'avait toujours pas trouvé. Dépité, il se rendit au parc pour marcher un peu, cela le détendrait peut être. Il se dirigea vers le lac et soudain il s'immobilisa. Il était là, assis dans l'herbe face au lac, les genoux repliés sur sa poitrine, les bras croisés sur eux et la tête enfouie dans le creux de ses bras. Il sourit devant cette image, Andy avait une apparence fragile et il avait pu constater que ce n'était pas qu'une apparence. Andy était une personne fragile, et cela lui donnait envie de le protéger constamment. Il ne voyait pas son visage dans la position dans laquelle il était, seulement sa courte chevelure blonde.

            Lucas s'avança sans un bruit, il s'installa à côté de lui et attendit plusieurs minutes. Il se rapprocha alors, passa gentiment sa main sur sa nuque jusqu'à sa mâchoire, en une douce caresse et tourna le visage d'Andy vers le sien. Des larmes coulées sur ses joues. Peiné de le voir ainsi, Lucas les essuya de son autre main.

_Andy…

_pardon, je ne voulais pas, je sais pas ce qui m'a pris, je n'aurai pas dû…

Lucas posa un doigt sur ses lèvres pour le faire taire et le regarda dans les yeux. Il pouvait  lire la peur dans les deux prunelles grises. Alors tout doucement il enleva son doigt et le remplaça par sa bouche. Sa main sur la joue d'Andy attira ce dernier plus à Lucas et Andy finit collé contre lui.

Ce soir là, ils échangèrent leur premier baiser. Il fut tendre, doux, et y mêlait tout l'amour qu'ils ressentaient l'un pour l'autre.

//Fin du flash back//

Leur premier baiser était l'un de ses plus beaux souvenirs, bien que tous moments passés ensemble étaient fantastiques. Andy avait eu du mal à se faire à leur nouvelle relation. Au début il avait été assez tendu, il avait dû prendre un peu de temps pour s'habituer aux différents gestes tendres, protecteurs, tous ceux qui montraient l'affection qu'avait Lucas pour lui, ainsi que les baisers. Après ce stade de leur relation où ils avaient été maladroits et hésitants l'un envers l'autre, surtout Andy, tout c'était bien passé. Ils avait eu quelques disputes comme dans tout les couples mais Lucas ne tenait pas s'en souvenir, à chaque fois Andy avait souffert et cela lui faisait énormément mal. Il préférait oublier ces moments douloureux pour ne penser qu'aux instants de joie.

            Ils avaient plusieurs fois failli faire l'amour mais Andy n'était pas certain, il avait peur de la première fois. Pour cela Lucas avait été très compréhensif, il ne voulait pas le presser, il voulait attendre qu'il le veuille vraiment pour que tout soit parfait.

            Ce fut six mois après leur premier baiser qu'ils firent l'amour. Lucas avait été doux, sécurisant, tendre, lui murmurant des mots d'amour et l'embrasant doucement durant tout l'acte. Il avait pris soin de lui, se souciant de toutes ses émotions. Ils s'étaient aimés durant la nuit entière. Cette soirée avait été la plus belle de toute leur vie. Pour Andy parce que c'était sa première fois, il avait découvert de nouvelles sensations qui l'avaient transporté vers l'ultime bonheur. Pour Lucas se fut un instant délicieux, exquis, et il avait compris qu'il ne pourrait plus se passé d'Andy. Lorsque cette nuit se déroula, Andy avait 17 ans et lui 26. Ils se connaissaient alors depuis un an et demi.

            Trois mois et demi plus tard Andy lui avait fait rencontrer ses parents. Il les avait mis au courant de son orientation sexuelle un peu plus tôt. Ils l'avaient accepté, bien qu'un peu réticent au tout début, ils avaient su s'y faire. Apprenant que leur fils avait quelqu'un dans sa vie, ils avaient tenu à le rencontrer.

//Flash back//

            Andy était venu chez lui en début de semaine et Lucas avait remarqué qu'il y avait un problème. Andy était tendu et stressé. Sans qu'il ne s'y attende, son blondinet lui avait sortit d'une traite qu'il avait informé ses parents de son homosexualité, de sa présence dans sa vie et qu'ils l'avaient invité à dîner samedi soir. Lucas n'avait pas d'autre choix que d'accepter puisque Andy leur avait promis qu'il serait là.

            Etant mardi lorsqu'il lui avait tout déclaré, Lucas avait été stressé, angoissé et énervé contre toute personne le contrariant, même pour la plus petite des choses, durant la semaine entière. Le jour j étant là, il commença à se préparer, pour 19 heures 30, à 13 heures. Il choisit un costard noir avec une chemise bleue nuit, et une cravate noire. Il attacha ses cheveux bruns mi-long à l'arrière ne laissant qu'une mèche tomber sur le côté gauche de son visage. Après avoir vérifié pendant au moins 2 heures s'il était parfait, il voulait à tout prix donner une bonne impression, il se rendit à la demeure familiale d'Andy.

Il s'étonnait déjà que les parents d'Andy l'aient bien pris, mais encore plus qu'ils veuillent le rencontrer. Alors il voulait être parfait. Andy et lui avaient 9 ans d'écarts, ce qui était mauvais parce que généralement l'entourage prenait mal une aussi grande différence d'âge, bien que de son point de vue, il ne trouvait pas que 9 ans était beaucoup. Et si ses parents pensaient comme la plupart des gens sur ce sujet, pour qu'ils oublient ce détail d'âge, il devrait se retrancher sur autre chose. Il allait jouer sur les apparences : dans sa vie quotidienne il avait déjà une allure classe, et là il ferait le maximum pour l'être au maximum.

C'est dans cet état d'esprit qu'il arriva devant le lieu tant redouté. Il jeta un coup d'œil à sa montre : 19 heures. Lucas avait une demi heure d'avance. Bien comme cela il ne sera pas en retard, il allait patienter jusqu'à 25 dans sa voiture puis il irait tranquillement sonner à la porte. Il souhaitait ardemment que ce soit Andy qu'il lui ouvre la porte.

Se répétant tout ce qu'il devait faire, il se retint de justesse de pousser un cri lorsque la portière du côté passager s'ouvrit, laissant entrer une tête blonde qui lui était plus que connu.

_Andy ?

_moi même

_mais qu'est ce que tu fais là ?

_appelles ça le hasard si tu veux, mais quand tu t'es garé j'étais à la fenêtre.

_ah ok

_je ne t'attendais pas aussi tôt

_ben je n'imaginais pas arriver aussi tôt moi aussi en fait

_allez calme toi ! Mes parents ne vont pas te tuer !

_ouais qu'est ce que t'en sais toi d'abord ?

_parfois tu es pire qu'un gamin Lucas, on se demande vraiment qui est le plus vieux de nous deux. Bon tu viens on rentre

_quoi maintenant là

_tu veux peut être que je dise à mes parents que tu ne veux pas les voir ce soir ?

_Andy non c'est bon…..c'est juste que c'est la première fois que je sort avec un mec qui me fait présenter sa famille. Et ça me rend heureux parce que si tu me présentes à eux ça veux dire que toi et moi c'est du sérieux, et avec toi, c'est ce que je voulais.

Andy se pencha vers Lucas et ils échangèrent un long et tendre baiser pour se donner du courage. Ils descendirent et main dans la main rentrèrent dans la maison.

Andy ressemblait d'avantage à sa mère qu'à son père. Ils avaient les mêmes traits fins, les mêmes cheveux, le même teint, et il tirait sa petite taille de sa mère également. Pourtant il avait les mêmes yeux gris de son père.

_bonjour madame, monsieur

_bonjour

_alors, Lucas je te présentes ma mère, Christine et mon père, Jean. Maman, papa je vous présentes Lucas.

_je suis vraiment enchanté de faire votre connaissance

_nous de même, n'est ce pas Christine

_oui

Ils discutèrent tranquillement durant toute la soirée. Lucas appréciait beaucoup le père d'Andy qui lui parler avec sympathie, contrairement à la mère d'Andy qui était un peu agressive avec lui.

Il y avait toujours un membre de la famille qui était plus ou moins contre l'homosexualité de son enfant, bien que parfois tout le monde le prenait plutôt bien. Dans le cas d'Andy, c'était sa mère qui n'acceptait pas trop cette situation. Peu importe de toute manière, puisque Lucas se souciait seulement du fait qu'on les laisse ensemble tout les deux.

Finalement malgré les paroles assez acides de Christine, la soirée se passa dans une bonne ambiance. Lucas fut invité à revenir et il accepta avec plaisir. Andy le raccompagna à sa voiture, soulagé que tout se soit passé pour le mieux.

_merci d'être venu Lucas, ça comptait beaucoup pour moi

_tu n'as pas à me remercier, je ferai tout pour toi

_ne dis pas de bêtise Lucas

_hé ! Je te suis en train de te faire une déclaration au cas où tu ne l'aurais pas remarqué

_je t'adore

_moi aussi

//Fin du flash back//

            Par la suite, Lucas avait  dîner chez les parents d'Andy à de nombreuses reprises. Tous les deux avaient franchis une nouvelle étape ce soir là. Il avait une discussion sérieuse avec Andy lui demandant de l'excuser, lui ne pouvait pas lui présenter sa famille puisque ceux-ci, à la nouvelle de son homosexualité l'avaient complètement renié et refusé de le voir. Il se souvint d'ailleurs qu'Andy lui avait dit qu'il était stupide de s'excuser, ce n'était pas sa faute si ses parents ne l'acceptaient pas tel qu'il était.

            Après les 18 ans de son blondinet préféré,  Lucas avait absolument voulu trouver un moyen de le faire venir habiter avec lui. Il souhaitait Andy à ses côtés constamment. Mais il ne savait pas comment s'y prendre pour le lui faire comprendre et encore moins pour le convaincre. Généralement, Lucas était une personne directe, mais avec Andy il était hésitant, jamais il n'avait eu une relation aussi solide.

            Alors durant deux mois, il fit des sous entendus, comme « j'aimerai que chaque jour, tu sois la première personne que je vois », « je voudrais dormir tous les soirs en te serrant dans mes bras », ou encore « tu sais, ça ne me dérange pas que tu laisses tes affaires ici, chez moi c'est chez toi ». Mais rien n'y fit. Lucas désespéré de voir qu'Andy ne comprenait pas ce qu'il voulait, lui dit de but en blanc un matin.

//Flash back//

            Sortant doucement de son rêve, Lucas fut des plus heureux en voyant son petit ange blond lové contre lui. C'était toujours lui qui se réveillait le premier. Cela ne le dérangeait pas du tout. Il aimait regarder Andy dormir. Il l'aimait tellement. Il désirait ardemment faire sa vie avec lui, il espérait vraiment qu'Andy pensait comme lui. S'il pensait le quitter un jour, cela anéantirait Lucas.

            Il s'extirpa du lit, prenant garde de ne pas réveiller l'être endormi dans ses bras. Il alla préparer le petit déjeuner, donna un bol de croquette à Black avant qu'il ne se mette à aboyer. Il avait découvert qu'Andy avait un très grand appétit, avant il se retenait devant lui pour pas qu'il le dégoûte, avait-il dis lorsqu'ils en avaient parler, mais une fois sans s'en rendre compte, il avait mangé une somme importante de nourriture sous les yeux surpris de Lucas.

            Andy le rejoint à la cuisine peu de temps après, dans un demi sommeil visible.

_tu aurais dû dormir encore, tu as l'air fatigué

_non ça va, fallait que je me lève de toute façon

_si tôt ?

_j'ai oublié mes cours chez moi, faut que j'aille les chercher

_tu pourrais laisser tes cours ici,

_je viens déjà pratiquement tout le temps chez toi, alors si je commence à laisser des affaires, je serai là tous les jours

_ça ne me poserait aucun problème à moi

_à moi non plus mais je veux pas m'imposer

_Andy tu ne comprends rien !

_hein ?

_ça va faire deux mois dans trois jours que j'essais par tous les moyens possibles de te faire comprendre que je veux que tu viennes habiter avec moi, et si l'appartement te plait pas ça ne me dérange pas de déménager. Je veux qu'on vive ensemble, toi et moi.

_je ne sais pas quoi dire

_dis juste oui ou non, si tu dis non ce n'est pas grave j'attendrai que tu sois prêt, et si tu…..

_oui

_quoi ?

_oui !

_tu veux bien qu'on habite ensemble ?

_oui Lucas

Ce dernier le prit brusquement dans ses bras et l'embrassa avec fougue.

_tu me rend tellement heureux Andy

//Fin du flash back//

            Fou de joie ce jour là, il avait insisté pour qu'Andy emménage le plus vite. En deux jours, il avait réussi à ramener toutes les affaires d'Andy chez lui, enfin chez eux maintenant. Ses amis n'y avaient pas cru. Lucas avait été pendant longtemps l'image d'une personne libertine pour eux, et le voila qui se mettait en ménage, avec un homme de 9 ans plus jeune que lui en plus. Beaucoup désapprouvaient cette relation, mais Lucas leur avait dit clairement qu'il se fichait de se qu'il pensait. Et il avait eu raison parce que s'il les avait écouté, ils ne se seraient jamais mis ensemble, et il n'aurait pas connu l'extrême bonheur et la joie d'être avec une personne qui partage exactement ses sentiments.

            Ils se connaissaient depuis quatre ans, dont un an et huit mois de vie commune. Tous ses souvenirs y passaient, particulièrement ceux qui avaient fait avancer leur relation. Et bien malgré lui, il se rappela son plus douloureux souvenir et le plus récent. Leur rupture.

            Ce soir là, il n'avait pas su se contrôler. Il avait laissé la jalousie l'emporter. Et il l'avait déversé sur Andy, au lieu de le laisser s'expliquer et de s'énerver contre cet abr*** de Marc.

//Flash back//

            Une soirée avait été organisée par Adrien, un ami d'enfance de Lucas qui avait été l'un des premiers à accepter Andy et leur couple. Andy et lui s'étaient, dès leur arrivé, immiscés dans les conversations. Ils plaisantaient tous, l'ambiance était au beau fixe.

            Mais pour son plus grand malheur, Lucas vit arriver Marc, un homme tout à fait odieux que peu de personne appréciait. Lucas avait d'autant plus de raison de ne pas l'aimer. En effet, il reluquait sans cesse Andy, et cela ne lui plaisait pas du tout. Andy était à lui. Lucas était très possessif et très jaloux. Tous ceux qui regardaient avec un peu trop d'insistance son blondinet se voyaient fusiller par les deux prunelles bleu de Lucas.

            Il se maîtrisa tant bien que mal, lorsqu'il vit Marc s'approcher d'Andy et lui chuchoter quelques mots à l'oreille. Quand Marc s'éloigna du blond, il en profita pour aller lui remettre les idées au clair.

_Marc !

_oh ! Bonjour Lucas ça va ?

_ça pourrait aller mieux

_hé bien qu'est qui t'arrive ?

_je voulais te parler d'Andy

_Andy ? C'est un garçon très agréable

_ça je sais

_et il embrasse bien, quoique je croie qu'il est un peu trop timide à mon goût

_tu l'as embrasser ?

_oui, je ne vois pas où….

Il ne termina pas sa phrase que Lucas était déjà partit. Il avait empoigné Andy et l'avait conduit dans une pièce isolée.

_tu as embrassé Marc ?

_Lucas ce n'est pas…

_la ferme ! Comment tu as pu me faire une chose pareille ! Tu n'es qu'un connard ! J'avais confiance en toi et toi tu m'as trahi ! Tu pourra toujours chercher des excuses je n'arriverai même plus à te regarder sans penser que tu n'es qu'un salaud ! Finalement les gars de ton bahut avaient raison ! Tu ne mérites même pas d'être aimé !

_Lucas…

_ne prononces pas mon prénom ! Tu le salis ! Tu me dégoûtes ! Comment as-tu pu me faire ça à moi ? Je t'aimais ! Tu m'as trompé, je ne pourrai jamais te le pardonner ! Je ne veux plus te voir, t'entendre ! Tu….tout est fini, tu as tout gâché !

_Lucas, s'il te plait…

_je ne pourrai plus t'aimer comme avant ! Je n'arriverai plus à penser à autre chose ! Tu as tout gâché. Pourquoi ? Non tais toi je ne veux pas savoir ! On a plus rien à faire assemble !

_Lucas…

Il entendit Andy s'écrouler au sol et se mettre à pleurer bruyamment lorsqu'il lui tourna le dos et il partit sans un regard pour lui.

//Fin du flash back//

            Allongé dans son lit, Lucas sentit des larmes couler sur ses joues à ce souvenir si douloureux à son âme. Andy. Il lui manquait tant. Il le voudrait, là, à ses cotés, le serrant dans ses bras, et revoyant son magnifique sourire. Toutes ses pensées étaient dirigées vers lui, et d'avantage depuis leur rupture.

            Le téléphone sonna, mais il ne prit pas la peine de répondre. C'était Casey. Son meilleur ami. Il écouta vaguement les paroles prononcées sur le répondeur. Il compris cependant qu'il parlait d'Andy. Il semblerait que le blond était détruit, tout autant que lui. Puis il énonça la soirée, et Marc. D'après lui, la faute revenait entièrement à Marc. Il avait, dit il, forçait Andy. Et tous connaissaient la possessivité sans borne que Lucas exerçait sur Andy, alors personne ne l'avait averti, personne ne lui dit qu'Andy ne voulait pas le mettre au courant des avances répétées de Marc, parce qu'il ne souhaitait pas le voir en colère. Même si Lucas le savait déjà, le fait de l'entendre l'aurait probablement énervé et il n'aurait pas hésité à frapper Marc. Dieu qu'il avait été stupide. Andy l'aimait, il en était certain. Et, lui, il ne lui avait laissé aucun échappatoire. Et même si Andy était dans le tort, il avait été stupide de croire qu'il pourrait se passer de lui. Parce que Lucas savait très bien qu'il avait besoin d'Andy. Et il ne supportera pas d'être loin de lui encore longtemps. Déjà qu'une semaine lui paressait être une éternité, il n'osait pas imaginer une vie sans lui.

            Cette dernière pensée lui fit réaliser l'horreur de la situation dans laquelle il se trouvait. Il se leva d'un bon et partit en courant, claquant la porte derrière lui. Non, il ne le laisserait pas. Même si Andy avait été consentant, ce n'était pas grave. Lucas réparerait les morceaux brisés et ferait en sorte qu'ils ne se brisent plus jamais.

            Il prit le volant de sa voiture et se dirigea sans plus attendre vers la maison familiale d'Andy, il devait forcement y être ! Il ne gara pas sa voiture, courut à l'entrée, et frappa à la porte. Elle s'ouvrit sur Christine, la mère d'Andy.

_Que désirez vous ?

_Andy…est ce qu'il est ici ?

_Oui

_Je voudrai le voir, c'est très important…s'il vous plait

_vous lui avez fait mal, vraiment mal. Dès qu'il est entré, il s'est enfermé dans sa chambre et ne l'a pas quitté depuis

_je sais, je l'ai fait souffrir et si je suis là c'est pour réparer mon erreur

_qui vous dit que je vais vous laisser le voir ? Vous ne le méritait pas, et permettez moi de vous informer que vous avez de la chance que son père ne soit pas présent. Jean tient beaucoup à son fils, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle il a accepté sans se poser de question l'homosexualité d'Andy. Il vous a accepté aussi parce qu'il a cru que vous étiez une personne bien et que vous sauriez rendre notre fils heureux, mais il s'est trompé ! Vous le faite souffrir plus qu'autre chose.

_Madame, j'ai conscience de la faute que j'ai commise mais excusez moi, vous ne savez pas ce qui nous a mené à en être là. Depuis le début vous refusez notre relation et ne niez pas, cela se voit dans votre comportement, dans vos regards. Et je suis persuadé que vous êtes ravi que notre histoire prenne fin, mais je vais vous contrarier, j'aime votre fils et malgré tout ce que vous pourrez dire ou faire, je ne renoncerais pas à Andy. Je ferais tout mon possible pour le récupérer. Maintenant j'aimerais que vous me laissiez aller le voir. Je préfèrerais pénétrer votre demeure avec votre consentement mais si vous ne me laissez pas passer, alors je n'hésiterais pas à entrer de force.

_la première porte à gauche à l'étage

_ . . . merci

_je ne veux que son bonheur, les homosexuels souffrent d'avantage que les hétérosexuels parce qu'il doivent en plus supporter les insultes, les regards, l'intolérance des autres, et je ne voulais pas qu'il ait à subir tout ça, c'est pour cela que je refusais votre liaison. Mais Andy vous aime, et ça je n'y peux rien, alors s'il vous plait, faites cesser ses pleurs et redonner lui l'envie de sourire. Je vous le confit, ne me décevez pas.

_ . . . merci

La gorge serrée par l'émotion, il monta les escaliers.

            Arrivé devant la porte, il appela Andy mais il ne lui répondit pas. La porte n'était pas fermée à clé Il l'entrebâilla légèrement, et il pu voir une forme tremblante recroquevillée sur elle-même, malgré la pénombre de la pièce. Il s'approcha de la silhouette qui essayait tant bien que mal de retenir ses sanglots. Il murmura son nom, et le corps face à lui se tendit au son de sa voie. La tête blonde se redressa et Lucas vit deux prunelles argentées remplies de larmes. Son cœur se serra à cette vision, et il se mordit violement la lèvre inférieure.

_Lucas…..gémit-il.

N'y tenant plus, ce dernier prit soudainement Andy dans ses bras, et l'étreignit à l'étouffer. Andy s'accrocha à Lucas comme un naufragé à une bouée, répétant en litanie le nom de son bien aimé.

_Ne pleure plus amour, je t'en pris…

_Lucas…pardon …je voulais pas …je te le jure

_chut…calme toi, tout va s'arranger, d'accord

_je te jure que je voulais pas…

Lucas prit tendrement le visage d'Andy entre ses paumes et essaya, en vain, d'encrer son regard à celui du blond.

_Andy regarde moi…s'il te plait, Andy regarde moi…bien, maintenant tu m'écoutes, et tu ne m'interromps pas, ok ? …Bien…Je sais que l'autre fois mes paroles ont été abominables et très blessantes, je ne pensais pas tout ce que je t'ai dit, et je ne le penserais jamais quoi qu'il arrive. Quand je t'ai vu dans les bras de Marc, j'ai été jaloux, horriblement jaloux, et je me suis emporté. J'aurais dû mettre mon poing dans la gueule de ce bâtard et non pas m'en prendre à toi. Je suis désolé. Non, laisses moi finir. Durant cette semaine, je me suis rendu compte d'une chose, je t'aime, ça je le savais déjà mais je n'avais pas vu l'ampleur que tu as pris dans ma vie. Andy j'ai besoin de toi. Je te veux pour toujours à mes cotés. Et  même si ce qui c'est passé la semaine dernière était voulu, de ton côté du moins, je ne t'en voudrais pas, ou peut être si, mais je te pardonnerais, quoi que tu fasses, parce que je t'aime, je suis dingue de toi, je ne peux plus me passer de toi, et je ne veux pas te perdre Andy…Casey m'a appelé et il m'a tout raconté, enfin il a plutôt parler au répondeur, mais c'est pas grave…je le crois entièrement, et dorénavant je veux que tu me dises tout ce qui ne va pas, le moindre petit problème, tu peux, non, tu dois me le dire. Parce que je t'aime et que je veux faire partie de ta vie. Complètement. Pas seulement une partie. Tout. Je veux que tu me fasses confiance Andy. Mais peut être, que toi tu désires autre chose, et je veux que tu me le dises Andy. Parle moi Andy…

_je ne voulais pas ce qui c'est passé, je te le jure, je veux être avec toi, Lucas c'est tout, je me fiche de mes sentiments, il n'y a que toi qui compte, je veux juste être au près de toi rien de plus, je ne te demande pas de te préoccuper de moi ou de mes problèmes, je veux juste que tu me gardes à tes côtés, rien d'autre, je t'en pris, Lucas,  je t'aime…

_Dieu, Andy, si tu savais à quel point je t'aime aussi…

Trop ému, Lucas se tu et étreignit avec force Andy, pleurant silencieusement, le visage enfouit dans les mèches blondes de son amour. Ils passèrent le reste de la nuit serrés l'un contre l'autre. Ils s'étaient retrouvés. Ils resteraient sans doute ensembles pendant longtemps. Et qui sait, peut être même durant toute une vie …

~Fin~

~oOo~