Titre : être mort c'est chiant !

Auteur : Niwa-himé

Genre : yaoi, humour (noir)

Disclamer : ce sont MES persos !! Et MON histoire !! Pas touche ou je mords !! ( relève les babines, montre les crocs et pousse un profond grognement qui ferait fuir un T-rex )

Résumé : Je suis mort ! Génial ! Mais Dieu me fait chier ! Je dois accomplir une mission si je veux passer les portes du Paradis ! Et quelle mission ! Pff de toute manière j'ai pas le choix. C'est soit la mission, soit l'errance pour l'éternité. D'après vous j'ai choisi quoi ?

Inspiration : " Dieu, Bob, et le Diable " (chui pas sûr de l'ordre) (pour ceux qui connaissent pas, c'est une petite série en dessin animé, et… ben ça m'a toujours éclaté) et " Sept Jours Pour Une Eternité " de Marc Levy (un livre super que je recommande)

Notes importantes de l'auteur :

1) Histoire traitant d'homosexualité donc si ça plait pas, vous lisez pas.

2) Le langage est un peu vulgaire ou cru parfois, d'où le rating.

Et je vous souhaite une agréable mort… euh non, lecture !

Chapitre 1 : La mort ça tue !

Je suis mort ! Ca y est ! Depuis le temps que je voulais crever. Je dois avouer que… ça fait bizarre. En fait je m'attendais pas à planer autour de mon corps. Je pensais qu'il n'y avait rien après la mort. Je me suis trompé apparemment.

Ca va faire trois heures que j'observe mon cadavre. Je commence à m'ennuyer. J'étais vachement enthousiaste au début. J'étais mort ! Fantastique ! Enfin je le suis encore mais bon, c'est plus pareil maintenant. Mon plaisir s'est atténué. Je suis toujours aussi content de n'être plus… qu'une âme, mais bon c'est assez chiant de ne rien faire et d'attendre patiemment qu'il se passe quelque chose. J'ai eu le temps de regarder mon corps sans vie sous toutes les coutures. Et… c'est affreux. Vraiment, je savais pas que j'avais cette tête là.

Je crois, maintenant que je suis plus parmi les vivants, que j'ai une vision des choses moins… comment dire… superficielle ? Matérialiste ? Je sais pas exactement si c'est ça. Enfin bon, je vais pas me prendre la tête pour ça. Quoique, je suis pas pressé, alors je pourrais le faire.

Bref, j'en reviens à mon corps. A l'origine, je suis un mec assez grand, fin, un peu musclé (j'ai fait de la musculation pendant un an !), bronzé, les cheveux courts et noirs, les yeux bleus, une bombe quoi ! Non je plaisante. J'étais pas narcissique de mon vivant alors pourquoi l'être dans l'au-delà, pas vrai ? Donc… je tiens quand même à préciser que j'étais pas moche non plus, j'étais dans la moyenne dirons-nous.

Et là en fait, mon cadavre est… beurk ! Je suis blanc comme un cachet d'aspirine ! C'est horrible ! Non mais y a pas idée hein ! Pourquoi les morts virent toujours au blanc ? Voire même au bleu. Pourquoi ils gardent pas leur couleur originelle ? Faut que je pense à aller me plaindre à celui qui fait ça.

Revenons-en à nos moutons. Je viens de me pendre. Du coup, j'ai ma tête et mon cou qui forment un angle bizarre. Et puis y a du sang qui a coulé le long de ma gorge. A cause de la corde trop serrée sûrement. N'empêche, même si mon corps est beurk, ben c'est impressionnant ! Sans rire, c'est incroyable. J'ai fait trois tentatives de suicide. La dernière a réussi. Je suis fier de moi d'ailleurs. Je suis arrivé à me buter !

Enfin… la première fois que j'ai essayé de me tuer, j'ai avalé toute la pharmacie de chez moi. Résultat : j'ai eu droit à un lavage d'estomac complet. J'ai dormi pendant quatre jours ! Ma mère et mon père ont hurlé quand je me suis réveillé. Et bien sûr, j'ai récolté une de leur chère thérapie, obligatoire pour les " cas comme le mien ".

Ensuite je me suis ouvert les veines, mais ma putain de mère est arrivée trop tôt ! Résultat : deux semaines d'hospitalisation, encore une thérapie, et en prime, un passage à tabac de mon gentil papa. Pauvre con ! C'est toi qui aurais dû crever !

Et puis ma dernière tentative. Une agréable réussite. Une corde, un lustre solide, et une chaise. Tout ce dont il faut pour mettre fin à ses jours ! Je me demande comment ma tendre famille va réagir. Je suis sûr que mon père va me décrocher et me donner des coups de pieds en me traitant de sale petite pédale. Ce sont eux qui vont me découvrir, je leur ai téléphoné avant de me pendre. Ce que j'ai dit pour les faire venir alors qu'ils ne voulaient plus me revoir ? C'est tout con : « Papa, maman venez à la maison, j'ai une petite amie, je voudrais vous la présenter. Vous aviez raison. J'avais un problème, je vous demande pardon de mettre fait passer pour une de ces dégoûtantes tantouses ! » Et comme deux cons qu'ils sont, ils y ont cru ! J'ai hâte de voir leurs tronches quand ils vont me voir. Et évidemment, la lettre, l'accessoire indispensable au suicidaire. Je les descends littéralement dedans ! Je leur dis mes quatre vérités ! Attention ça va saigner ! Bien sûr, ça a déjà commencé à saigner, et quel sang ? Le mien ! Je suis trop content de moi !

Ils vont chialer, j'en suis sûr. Pas pour moi. Pour les pompiers et les flics qui vont venir. Ils vont jouer à la famille modèle qui adorait leur fils unique. Ils vont dire qu'ils ne comprennent pas pourquoi je me suis suicidé. J'étais pourtant si heureux. Tu parles. Tellement heureux que j'aurais tué toute ma famille pour changer de vie. Mais à la place, c'est moi que j'ai tué. Je voulais pas finir en tôle pour des connards pareils.

Ils sont longs à venir les abrutis ! Je m'ennuie ! Au bout du compte, je sais pas si ça en valait vraiment la peine. Bien sûr, je suis enchanté d'avoir quitté ce monde pourri. Mais si c'est pour rester comme un con devant mon cadavre pour l'éternité… Non merci ! Pff, qu'est-ce que je pourrais faire… Hé ho ! Y aurait pas quelqu'un qui aurait oublié de venir me chercher par hasard ? Pas de réponse. Ok, alors patientons. J'ai que ça à faire de toute façon.

Tiens, y a du bruit dans le couloir. On dirait un troupeau d'éléphants. C'est mes parents chéris ! Ils frappent à la porte. Evidemment je réponds pas puisque je suis mort. Ils m'appellent. Hey ! Ils sont en train de démolir ma pauvre porte ! Arrêtez de vous acharner sur elle ! Elle a rien fait ! Ca y est, ils abaissent la poignée ! Voilà. Maintenant, vous êtes gentils tout plein et vous avancez, direction le salon.

Putain ! Je savais pas que ma mère pouvait hurler aussi fort ! Elle tremble de tous ses membres. J'ai presque pitié d'elle. J'ai dit " presque " ! Mon père bouge plus. Il m'énerve ! Il peut pas faire quelque chose ? Visiblement non. Oooh. Y a les voisins qui débarquent. Ils ont dû entendre le cri perçant de ce qui me sert de mère. Et hop, de nouveaux cris d'horreur. C'est génial, ma mort est une attraction. Venez voir, Christopher Lanik (j'ai honte, mon nom de famille est abominable), le mec du troisième étage qui s'est pendu ! J'aurais aimé que ce soit un peu plus intime quand même.

Enfin bon… les flics arrivent. J'ai toujours adoré les uniformes. Personnellement je trouve ça… excitant. Dominer un flic. Hm. Merde. Est-ce que je vais être privé de sexe ? Non pitié non, c'était la seule chose que je voulais garder de mon vivant ! Hey, ils m'emmènent ! Et ma lettre ! Personne l'a vu ou quoi ! Oh, voilà un pompier qui ramasse mon enveloppe. Hm…pas mal la vue… zut, il s'est redressé trop tôt ! Il la tend à mes parents. Ah ah ! Ils ont hésité à la prendre. Peut-être qu'ils savent déjà ce que je vais leur dire. Au début je voulais marquer sur l'enveloppe un truc du style : « pour mes parents qui ont si bien su me pourrir la vie ». Mais finalement j'ai juste mis : « pour mes parents ». Les insultes sont sur les pages à l'intérieur !

Bon alors, on m'embarque. Et moi, je fais quoi ? Je suis mon corps ou je reste avec ma supposée famille ? Pourquoi je bouge tout seul moi ? Ok. Je suis mon cadavre. Et bien ça répond à ma question.

Non mais c'est pas vrai ! Un peu de respect je vous prie ! Je savais pas qu'ils traitaient les morts comme des sacs d'ordures. Je les retiens ceux-là. Ils vont le payer. Ils ont pas à nous faire ça. Même si ce n'est que des corps sans âme…

Donc, maintenant que je suis à la morgue, je fais quoi ? Je sais, je me répète, mais c'est la première fois que je fais un tour dans l'au-delà, et je sais pas comment ça marche, moi, l'au-delà. J'aimerais bien que quelqu'un me vienne en aide là. Hey ! Pourquoi ils éteignent la lumière ? Je suis là moi ! Génial. Je suis un fantôme attaché à son ancienne enveloppe charnelle, et en plus, plongé dans le noir.

Un grognement ? Non, non, non. Mes oreilles me font défaut. Je ne peux pas entendre un grognement pour la simple raison que je suis SEUL. J'ai peur. Je veux que la lumière revienne et je veux que n'importe qui (ça fera l'affaire) vienne tuer ce qui fait ce bruit ! Je veux pas mourir ! Minute. Je suis déjà mort. Je suis une âme sans chair. Je n'ai rien à craindre. Personne ne peut me tuer vu que je n'ai plus de corps ! Ah, ah ! Vilaine créature montre-toi ! Moi le grand Christopher Lanik, je ne crains rien ni personne ! … Heu finalement je préfèrerais qu'elle reste où elle est, parce que ses grondements sont terrifiants. Je ferais tout ce que vous voudrez, mais par pitié, aidez-moi. De la lumière ! Je suis sauvé ! Eurk ! C'est quoi ce vieux croûton ?

« Salut le jeune »

« Euh… salut le vieux »

« Ça fait plaisir d'avoir un peu de compagnie, je commençais à me sentir seul. »

« Vous êtes qui au juste ? »

« Oh, je suis George et toi ? »

« Chris… comment êtes-vous arrivé là ? »

« J'ai fait une crise cardiaque, c'est con pas vrai ? T'es mort de quoi gamin ? »

« Pendaison »

« Ouille, c'est moche ça… tu sais qui c'est ? »

« Qui quoi ? »

« Qui t'a pendu ma foi ! »

« Ben c'est moi »

« Comment ça ? »

« Je me suis suicidé »

« Ah d'accord je comprends. Les jeunes alors, jamais contents de la vie. »

« Vous savez pas comment on sort d'ici ou comment ça se passe après ? »

« Est-ce que j'ai l'air d'être au courant ? »

« … Non pas vraiment. »

Donc le vieux n'en sait pas plus que moi. Mais au fait, si mon âme reste attachée à mon corps, est-ce que je devrais passer l'éternité à côté de ma tombe ? D'ailleurs ça me fait penser que je vais sûrement assister à mon enterrement. C'est dégueulasse, je vais voir tout le monde pleurer alors qu'y en a pas un qui va avoir des larmes sincères. Le pire c'est que je pourrais même pas leur donner des claques. Peut-être que si je rassemblais toute ma volonté j'y arriverais. Faudra que j'essaye tiens ! En attendant, je dois me coltiner le vieux qui raconte sa vie. Misère, dans quoi je suis tombé.

Ca fait quatre jours que je suis à la morgue. Le vieux s'est finalement tiré après la deuxième journée. Il est sûrement allé à son enterrement. Et j'ai eu aucune visite depuis. Je suis désespérément seul. C'est pathétique. J'aimais bien la solitude avant, mais là, je sais pas pourquoi mais… je la supporte plus ! (la solitude hein !) Je voudrais que quelqu'un vienne briser ce putain de silence qui m'énerve ! Bon, Chris calme-toi. Ca sert à rien de se mettre en colère. Allez, on reste zen comme un ver de terre. Un ver de terre. Ridicule !

Passons. Mon médecin légiste a fait un excellent travail. Epatant. Je suis comme avant. Si ce n'est un peu plus beau. Il a fini hier, donc je pense que je devrais être mis en terre aujourd'hui ou demain. J'ai hâte de voir tout ce beau monde en larmes. Ca risque d'être drôle !

Comme je l'avais prévu, je suis placé dans un corbillard le jour même. Et on file vers l'église. Eglise ? Mais je suis pas croyant ! Bon, mes parents chouchous ont décidé de me prendre la tête même dans l'au-delà ! Je jure, fantôme ou pas, de me débrouiller pour aller danser sur leurs tombes quand ils crèveront.

La cérémonie commence. Bon sang ce que c'est chiant ! Il peut pas abréger le prêtre… Apparemment non. Je suis maudit. C'est ça hein ? Je ne vois que ça comme explication logique à tout ce qui m'arrive. Je croyais qu'une fois passé au trépas, on était paisible et tout. Et ben non ! Une annonce. Je vais faire une annonce !

Oyez, oyez, mesdames, mesdemoiselles, messieurs, ici présents dans cette église pour honorer la mort du génialissime Christopher Lanik, ouvrez grand vos oreilles. Dieu n'existe pas. Ou alors c'est un crétin fini qui fait chier ! La vie après la mort existe. Croyez-y ! Mais vous faites pas d'illusions, c'est de la merde ! Vous vous faites chier ! Vous regardez et écoutez vos " proches " débiter que des conneries !

Pourquoi ? Pourquoi ? Mais pourquoi ? Je n'ai rien fait à la vie. C'est elle qui m'a détruit ! Alors pourquoi le sort s'acharne-t-il sur moi ? Pourquoi ?

J'avais oublié de préciser, chers gens, que vous êtes SEUL, entièrement seul. Et donc personne pour répondre à vos questions !

Chris, Chris, Chris. Il faut que tu te fasses une raison. Le destin t'en veut personnellement. Dieu, s'il existe, t'en veut personnellement. TOUT le monde t'en veut !

Enfin on va me mettre en terre. On replace le cercueil dans le corbillard et maintenant on fonce en direction du cimetière. C'est bien. C'est qu'ils peuvent être très dociles quant ils veulent.

Ils font leurs derniers petits discours. Maman pleure à chaudes larmes. Papa est à côté d'elle. Il la soutient. Il a un regard vague. On dirait presque qu'il est un peu triste.

Bien fait ! Pleurez votre fils ! Vous n'avez plus que vos larmes ! Et vos remords ! Vous avez été ignobles avec moi ! J'espère que vous aurez à jamais ma mort sur la conscience ! Espèces de Bâtards ! Pauvres cons !

Vous pouvez vous les garder vos fleurs ! Elles sont laides et elles puent comme vous ! C'est ça, fuyez avant de subir mon courroux ! Bande de lâches ! Sans cœur ! Je suis fier d'être une pédale ! Ca vous en bouche un coin hein !

« Et bien, c'est le premier enterrement auquel j'assiste où le mort est si plein… d'enthousiasme. »

Je fais volte face et regarde la personne qui a eu le malheur de m'interrompre. C'est un homme. Bien. Il est pas dans mon genre. Dommage.

Stop ! C'est à moi qu'il a parlé ? Non parce que sinon c'est un miracle ! Quelqu'un me voit, et me parle. C'est formidable ! Donc tentons d'en savoir plus. Et… heu tentons aussi d'être poli.

« Vous êtes, monsieur ? »

« Jack. »

« Enchanté Jack, vous êtes mort vous aussi ? Vous avez votre tombe pas loin ? »

« Oui je suis mort, mais ma tombe n'est pas dans ce cimetière. »

« Vous êtes venu pour moi ? »

« Exact. »

« Cool, c'est quoi le programme ? On va boire un verre et on se cherche quelques petits culs de fantôme à se faire ? »

« Mon Dieu, quel langage ! »

« Ben quoi ? »

« Je suis un envoyé de Dieu et je dois vous ramener auprès de lui jeune homme. »

« Jeune homme ? J'ai quand même 25 ans ! »

« Vous êtes jeune, croyez-moi. Bon vous n'avez plus rien à faire dans ce lieu. Veuillez me suivre. »

Ok, je le suis. Pour aller où ? Chez Dieu bien évidemment. Pff. A quoi il ressemble Dieu. Et ben je vais le savoir. Bon on se motive et on y va gaiement !

Un ascenseur ? En plein milieu du cimetière, il y a un ascenseur. J'aurai tout vu. Il monte dedans et vu le regard qu'il me lance, il attend que je fasse pareil. Je risque quoi ? Rien : je suis mort. Alors autant le suivre. En moins d'un claquement de doigts, on est au ciel. Et c'est pas une image, on est réellement au ciel !

Il me montre des chaises. Heu… oui elles sont jolies. Je suis censé en faire quoi, de ces chaises ? Il me dit d'attendre là bien gentiment. Je suis pas son chien pour qu'il me fasse signe de m'asseoir ! Et non plus un gamin ! Je sais rester calme, moi. Je suis un incompris.

J'ai l'impression que ça fait sept heures que j'attends. Je commence à en avoir marre ! Qu'y a-t-il après la vie ? Des heures, et des heures, et des heures d'attente. C'est insupportable.

Ah le revoilà ! Il me mène dans une autre pièce et là, il me fait de nouveau asseoir sur une chaise. Non mais c'est quoi ce bin's ? Je vais devoir attendre, je ne sais quoi, encore longtemps ? Non parce que je me sens proche de la crise de nerfs là !

Oh un pépé. Pourquoi il me fixe ? Il a un problème ? Hey ! Arrête de me regarder comme ça, je vais te gifler ! Peut-être que Jack lui a dit que je cherchais quelques petits culs et que lui, il est tenté ? Sauf qu'il est trop vieux pour moi ! Beurk ! Et re-beurk !

« Tu es Christopher Lanik »

« Ouais, comment vous le savez ? C'est Jack qui vous l'a dit ? Attendez, je lui ai pas dit mon nom de famille, alors comment vous le connaissez ? »

« Figurez-vous, jeune homme, que je sais tout »

« Vous savez tout ? Ben voyons. Et vous êtes qui pour tout savoir ? »

« Je suis Dieu »

Et mon grand-père c'est une marmotte ! Il se fout de la gueule de qui là ? Il croit pas me berner. Si ? Non parce que si Jack y a cru, et ben moi je suis pas dupe ! C'est qu'un vieux pépé qui s'est pris une raquette de tennis dans la tête. Il se prend pour Dieu, c'est logique qu'il se soit reçu un coup, non ?

« Bon allez papi, t'es qui ? »

« Papi ? C'est bien la première fois que l'on me nomme ainsi. »

« Et comment on vous appelle d'habitude ? »

« Dieu, Seigneur, Monsieur le tout puissant, Maître… »

Ce mec est timbré. Il est plus atteint que ce que je croyais. Qu'il compte pas sur moi pour l'appeler comme ça. Et puis il a l'air de vraiment s'y croire le papi. Bon j'ai que lui en face de moi. Peut-être qu'il va pouvoir répondre à certaines de mes questions, voire à toutes, vu qu'il sait TOUT…

« On est où ? »

« Au purgatoire. »

« Ok. Et qu'est-ce que je suis censé faire au purgatoire ? »

« Tu t'es suicidé, c'est un péché. C'est pourquoi il faut que tu te rachètes. Beaucoup voient cela comme une punition »

« Une punition ? Avec tout ce que j'ai vécu, j'ai une punition ! Si je me suis buté c'est parce que la vie était trop dure et parce que j'ai eu que des souffrances dans mon existence. Vous croyez pas que j'ai payé assez cher ? Il faut en plus que je sois puni pour avoir mis fin à ma douleur ! Et puis si vous êtes vraiment Dieu, pourquoi tant de souffrance ? Pourquoi certains ont une vie plus que minable, et pourquoi d'autres sont pratiquement au paradis ? »

« Parce qu'il faut un équilibre des forces. Le bien et le mal. Ils ont toujours été liés. Ces deux forces ne peuvent se séparer. Il ne peut y avoir de bien sans mal, et il ne peut y avoir de mal sans bien. »

« Pourquoi ne pas équilibrer réellement les choses alors ? Chacun aurait le même taux de douleur et de bonheur, comme ça pas de jaloux. »

« C'est plus facile à dire qu'à faire. Le Diable adore faire souffrir certaines personnes… »

« Et vous, vous adorez faire le bonheur d'autres… »

« C'est pour garder l'équilibre que je fais ça… tout est une question d'équilibre. »

Il me gave sérieusement avec son équilibre. Je vais lui en foutre moi de l'équilibre dans la tronche. Reste calme Chris.

« Bon… en quoi consiste cette punition alors ? »

« Personnellement je trouve qu'il s'agit plus d'un acte humanitaire que d'une punition… Ta mission est de protéger un jeune homme. »

« Protéger un jeune homme ? »

« Un vivant »

« Pourquoi ? »

« Sa vie est en grand danger, il faut quelqu'un pour le protéger, du moins jusqu'à ce que ses jours ne soient plus en péril, et tu seras ce quelqu'un. Seulement il ne peut pas te voir et tu devras utiliser tes capacités de fantôme pour arriver à le sortir de certaines situations. »

« Quelles capacités ? »

« Tu verras le moment venu. »

« Et si je ne veux pas le faire ? »

« Tu seras une âme errante, condamnée à être seule pour l'éternité et sans… rien… Je te laisse jusqu'à demain pour me donner ta réponse. »

Il s'en va. Il me laisse sur ça le con ! Bon restons calme. J'ai le choix entre redescendre sur Terre, protéger un mec jusqu'à ce que sa vie soit hors de danger, ou rester ici, seul, à rien foutre, et loin de toute personne qui serait apte à m'emmerder. Hm. Le choix est difficile. Me faire chier avec un vivant ou avoir une éternité tranquille. Mon cœur balance. Tranquille… mais en tant qu'âme errante. Et puis je serai seul. Je n'ai pas envie d'être seul à jamais. Je l'ai été pendant 25 ans et ça m'a marqué… alors une éternité. Je suis maudit. Cette fois c'est sûr !

Bon allez, je sauve la vie à cet imbécile et les portes du Paradis s'ouvriront à moi. Pff. Putain fait chier, dans quoi je suis en train de me fourrer ? Et puis le papi, c'est même pas sûr que ce soit Dieu. Il en a vraiment pas l'air. Tous des cons. Même au ciel !

Allez Chris, on se motive ! On rassemble toute sa bonne volonté, qui est très minime, et on fonce comme un taré dans une merde pas croyable ! 'tain qu'est-ce que j'ai fait pour en arriver là ? Ah oui, je me suis suicidé. J'aurais dû m'arranger pour que ce soit quelqu'un d'autre que moi qui me bute. Parce que je suis persuadé que les victimes de meurtre ont un traitement de faveur. Merde pourquoi j'y ai pas pensé avant ? Ah oui, c'est parce que je savais pas que les êtres au ciel étaient aussi, si ce n'est plus, barges que les êtres vivants sur Terre.

Allez, je me décide pour de bon. Et sans aucune hésitation je choisis la tranquillité sans effort, donc je dis l'errance pour l'éternité… Je trouverai bien un autre moyen pour aller au Paradis, non ? Je suis dans une sacrée merde moi.

oooooooooooooooooooo

« Hm, mon Diablounet, je crois qu'on devrait pas faire ça, c'est mal »

« Je sais mamour, mais c'est justement ça qui est bien. »

« Mais celui que j'envoie est un nouveau, il vient de mourir il y a à peine trois semaines, tu vas avoir un avantage sur moi. »

« Bon d'accord alors… Dieu, écoute, j'ai une idée »

« Hm, moui mon Diable ? »

« J'envoie moi aussi un novice, mais on augmente la mise alors. »

« Tu veux quoi ? »

« Le gagnant, en plus d'un massage aura droit à… le Diable chuchote quelques mots à l'oreille de Dieu et celui-ci devient vite rouge comme une écrevisse. »

« Tu es vraiment un pervers mon Diablounet »

« Je sais mamour, mais c'est pour ça que tu m'aimes, pas vrai ? »

« Oui… je t'aime mon Prince des Enfers »

« Moi aussi je t'aime mon Prince des Cieux »

oooooooooooooooooooo

Il se fait attendre papi. Ah enfin le voilà ! Je vais lui balancer mais quatre vérités comme avec mes parents ! (Sauf que là c'est en face et pas par écrit.) Et puis il se prend pour qui lui ? Question stupide. Il se prend pour Dieu. Il le crie même sur tous les toits ! C'est Jack qui me l'a dit. C'est inquiétant quand même. Notre Dieu est taré. Quoique, en y réfléchissant, je comprends mieux pourquoi les Humains sont fous. Ils tirent de leur créateur.

Enfin… j'ai juste à lui dire qu'il se mette sa mission de merde dans le cul ! Allez Chris, t'as qu'une seule phrase à dire, lance-toi !

« Comment je fais pour trouver le vivant que je dois protéger ? »

Et merde, dans quoi je m'embarque moi…

à suivre…