Voilà une fic composite et très loin de ce que je fais d'habitude. Je ne parle pas à la première personne, je n'écris pas au présent, je ne suis pas mon propre personnage qui s'appelle Miguel et s'il y a bien un Miguel, il n'a rien à voir avec moi. La preuve, il est beau.

Ensuite, c'est un peu inconsciemment plein d'auteurs que j'ai lu qui m'ont influencé. Darkyfrog, pour le fait que le perso soir persuadé d'être dans une secte. Tipheretj, pour le premier paragraphe et l'ambiance. Je fais référence à 'Innocence' bien sûr et à 'Memento mori' pour la soirée du tout début. Luciel, bien sur, pour sa fic que je kiffe comme c'est pas permis. S'il me lit, ce qui serait un honneur, merci pour ta super fic. Y'a donc aussi Gadriele ! Lakesis pour sa fic qu'elle a enlevée et que j'adorais ! Je l'ai construite à l'inverse ! Mes anges sont totalement libres de s'aimer. D'ailleurs, si tu lis ça, je t'ordonne de la continuer sinon moi, je continue pas 'La guerre des Eléments'. Plus je le vois le titre que j'ai donné à cette originale, plus je le trouve pourri ! Un manga aussi : Devil Devil. Si vous l'avez lu et que vous voyez le démon aux cheveux noirs en armure (je sais plus si c'est Los ou Sword), c'est exactement comme ça que je vois mon perso, mais avec les cheveux courts ! Je parle de ce manga mais tout ce que j'en ai vu c'est cette couverture ! Je le trouve pas à Carrefour !!!!!!!!!!!!!!! Friends pour la main aux fesses, pour quand le patron de Chandler lui tape les fesses à chaque fois qu'il fait quelque chose de bien. T-T. Y'en a d'autres d'influences mais j'arrive pas à les retrouver !

Bon, j'arrête ! Bonne lecture !!!

paradiZe

Chapitre 1 - Anonyme

Qu'est-ce qu'il faisait dans ce trou à rat ? Il essayait d'oublier… Et bien, c'était raté ! Il venait encore d'y penser… Qui croyait-il berner en venant dans une espèce de discothèque backroom gay à tendance bordel et en se déhanchant comme un gigolo au rabais ? Lui, probablement.

Toujours est-il que ça fonctionnait. Combien étaient venus faire une danse rapprochée avec lui sur des musiques lascives pour larves neurasthéniques ? Cinq, dix ? Il aurait déjà pu en ramener un dans son lit, voire plusieurs à la fois. Ils semblaient prêts à tout pour coucher avec lui, même à s'abaisser à partager leur couche. Tout ça pour voir sous sa chemise bleu nuit en soie cintrée et sous son pantalon moulant blanc. Tout ça pour faire face à ses yeux bleu-vert, cette peau mâte, ses cheveux noirs coupés courts et cette bouche aux lèvres fines et pourtant si pulpeuses.

Un maillot moulant noir avec un poignard duquel goûtait du sang imprimé au niveau du cœur. Un pantalon de cuir noir évasé et lacé de cordelettes grises qui s'entrecroisaient depuis les genoux. Des longs cheveux carmins qui battaient la mesure au rythme de ses pas et un visage étrangement bronzé. Voilà l'ombre qui l'approchait.

Trop sûr de lui, fut la seule chose à quoi pensa l'homme aux cheveux courts à propos de celui qui avançait vers lui. Et il l'était. Il arriva à son niveau et n'essaya même pas de danser avec lui. Il se contenta de coller ses lèvres aux siennes et d'essayer de forcer l'entrée de sa bouche de sa langue trop avide.

De même, il posa ses mains sur son cou et entreprit de les descendre tout en tentant de coller son sexe au sien. Mal lui en prit.

Celui qui n'était là que pour oublier une rupture lui attrapa les deux bras et les tordit. Sans relâcher sa prise, de façon à ce qu'il soit coincé, il profita de leur position rapprochée pour lui envoyer un puissant coup de genoux entre les deux jambes.

Relâchant ses bras, il le laissa plié en deux sur le sol, ses cheveux carmins lavant la piste de danse et s'en alla sans un mot, quoiqu'il se demanda comment on pouvait se plier en deux avec un pantalon en cuir si serré…

Il sortit de la boîte qui se trouvait dans un coin mal famé des docks. Sans regarder, il s'engagea sur la route pour rejoindre sa voiture. Il ne vit pas le camion qui ne put freiner à temps et le percuta.

Il mourut sur le coup, emporté par un océan de noirceur.

Il se réveilla dans une pièce totalement blanche qui l'éblouit vivement. Rassemblant ses idées, tout lui revint en mémoire jusqu'à l'océan de noirceur. Mais il ne souvenait pas de ce qui l'avait causé. Complètement déboussolé, la seule phrase qui lui vint à l'esprit fut celle que disaient souvent les acteurs de série télé en se réveillant après un terrible choc :

« Est-ce que je suis mort et au Paradis ?

Exactement, répondit une voix. »

Il se redressa en lançant un magistral :

« Allez, arrêtez de vous foutre de moi. »

Néanmoins, ses yeux s'habituant à la blancheur aveuglante, il distingua la personne qui avait prononcé ces mots et recula de peur :

« Mon Dieu, où est-ce que j'ai atterri ?

Au Paradis, répondit la personne. Tu l'as dit toi-même.

Dans une secte, tu veux dire ?

Ça ne va pas plaire au Très-Haut, tout ça ! Modère tes paroles.

Ah oui ? Je croyais qu'il n'était qu'amour ?

Si on lui tape sur le système, il revoit ses positions ! Il n'aime pas l'insubordination, c'est tout.

Ah oui ?! Et qu'est-ce qu'il fait quand on n'est pas gentil ? Un peu de drogue et au trou ?

Ça suffit ! lança la personne en lui lançant une magistrale claque dont le bruit résonna dans toute la pièce. Ne parle pas de Dieu comme ça si tu n'en veux pas une autre. Si tu ne me crois pas, suis-moi et tu comprendras.

Pour me faire endoctriner par un gourou mal baisé ? »

N'essayant pas d'argumenter plus, la personne le tira sans ménagement.

« Hé, je t'interdis de faire ça ! Mais lâche-moi ! ».

Mais rien n'y fit. La poigne de l'homme était bien trop forte. Enfin, homme, c'était un grand mot. Il avait plutôt affaire à un adolescent. Il était de la même taille que lui mais beaucoup plus frêle. Il avait les traits fins et de longs cheveux blonds et lisses. Ses yeux bleues collaient tout à fait au type d'homme qu'il était. Qui a dit Aryen ?

Jusque-là, rien de bien étrange. Cependant, il portait une tunique blanche bordée de liserés d'or qui descendait si bas qu'on ne voyait pas ses pieds. Sa tunique était maintenue fermée par une large bande de tissu. Celle-ci, une fois nouée, pendait encore jusqu'à la base de la tunique.

Les manches de son habit était plutôt larges et rappelait de ce fait les costumes chinois… ou japonais, je sais plus !

Son habit était percé de deux trous au niveau des omoplates desquels partaient de grandes ailes d'un blanc immaculé.

« Elle tiennent comment ? demande l'homme en désignant les ailes.

Elles font partie de moi, grand nigaud. Tu veux voir ? »

Ne lui laissant pas le temps de répondre, il les fit se rétracter et défit le haut de sa tunique et la retint à temps de façon à ce qu'elle ne dévoile que son torse. Il les fit ensuite de nouveau grandir.

« Oups, un peu plus et elle tombait complètement. La tunique, pas mes ailes. Ça aurait fait mauvais genre vu que je porte rien dessous. Heureusement que c'est pas ton cas, parce que vu cette érection naissante que je distingue, t'aurais eu l'air chouette ! ».

L'accusé ne put se retenir de rougir. Le blond avait raison. Néanmoins, il ne pouvait détacher ce regard du torse finement musclé qui jurait avec ce visage si fragile.

« C'est les ailes qu'il faut regarder. (Rabattant sa tunique sur son torse, il le contraignit à regarder les ailes). Voilà qui est mieux. Alors, tu vois qu'elles sont vraies ? »

Il dut se rendre à l'évidence : cette secte arrivait très bien à embobiner ses adeptes. Il décida néanmoins d'arrêter de leur tenir tête, sans changer complètement d'attitude.

« Imaginons que je te crois… Qu'est-ce que je fais là ?

Tu ne te souviens de rien ? demanda celui qui se prenait pour un ange, tout en remettant sa tunique.

Si, juste que tout est devenu noir.

Ouh ! Mauvais signe, ça.

Pourquoi ?

Ça veut dire que tu as failli aller un peu plus bas.

Au Purgatoire ?

Encore plus bas…

Dans une rave party dans une cave ?

Une rave party avec beaucoup de feu et le Diable.

Ah. Mais pour être là, faut pas être mort ? Attends, tu vas me dire que je le suis.

Tu as été écrasé par un camion. Tu es mort sur le coup.

Prouve-le moi.

C'est dans mes projets. C'est pour ça que je te traîne de puis cinq minutes.

Qu'est-ce qui va se passer ? Je vais être jugé ? On va peser mon âme ?

Hé ! On est au Paradis, pas en Egypte. T'es pas chez Anubis ! »

Comme pour confirmer ses dires, ils arrivèrent devant une énorme porte de métal sur laquelle étaient gravées les images immenses de deux Anges, l'un arme au poing et l'autre en position de prière.

L'ange, si tant est qu'il en soit un, la poussa sans difficulté. Ils avancèrent dans la pièce qui se trouvait derrière. Ils se retrouvèrent dans un endroit plein d'instruments étranges inconnus de l'invité. Au milieu de la pièce se tenait un autre hurluberlu avec des ailes et une tunique. Il devait avoir dans les quarante ans et ses cheveux longs étaient noirs comme la nuit, contrastant avec pas mal de choses ici.

« Gabriel, je t'amène un petit nouveau ! Il ne se souvient de rien en ce qui concerne sa mort et bien qu'il fasse semblant de commencer à nous croire, il ment sur toute la ligne et nous prend pour une secte.

Hé, comment tu sais ça ?

Comme ça !

Bon, ok, t'as gagné. Mais je vous crois toujours pas !

Qu'est-ce que je te disais ?! Plus têtu, y'a pas.

Si, y'a toi, lança Gabriel. Quand t'es arrivé ici, t'as essayé d'arracher mes ailes. »

Le blond baissa les yeux, honteux.

« Bon, à nous deux, lança Gabriel. Comme l'a dit Miguel, qui ne t'as probablement pas dit son nom en bon sauvage qu'il est, je suis l'ange Gabriel.

L'ange Gabriel ? bredouilla le nouveau.

Non, non, y vient de te le dire, mais en fait, c'est ma grand-mère, la fée Clochette.

Hé ! lança Gabriel. Sois un peu compréhensif. Pour toi aussi, ça a été difficile. Ai-je besoin de te rappeler quelques souvenirs ?

Wow wow wow, ça va aller ! Pas besoin d'étaler ma vie devant ce taré.

Dans ce cas, tais-toi ! »

Miguel obéit et ne dit plus mot. Gabriel s'approcha de lui et lui posa une main sur l'épaule du nouvel arrivant :

« Alors, tu ne te souviens pas de ce qui t'est arrivé ?

Non.

Accepterais-tu que je te le montre ?

Si ça ne comprend ni drogue du violeur, ni coup sur la tête pour me faire un lavage de cerveau, ça peut se négocier.

Dans ce cas, suis-moi. »

Il l'amena devant une de ces drôles de machine qu'il avait vues en entrant. Sur un socle était posé une sphère turquoise. L'ange passa sa main devant et elle se mit à tourner sur elle-même. Des anneaux apparurent et se mirent à tournoyer autour dans tous les sens.

« Place tes mains de chaque côté et ferme les yeux.

Fermer les yeux ?

Ne les ferme pas si tu ne me fais pas confiance mais alors le choc sera encore plus violent. »

Etrangement, l'aura que dégageait cet homme le mettait en confiance. Il lui obéit donc et ferma les yeux tout en posant ses mains comme indiqué.

Le décor se modifia et il se retrouva devant la boîte de nuit de laquelle il était sorti après avoir émasculé un prétendant trop prétentieux. Néanmoins, quelque chose clochait et il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre. Il se voyait sortir de l'endroit ! Il était lui, il était dans son corps, et pourtant il se regardait marcher et traverser la route.

Il se vit marcher sans regarder autour de lui. Il se vit se faire heurter par le camion et pire, il sentit son cœur brusquement s'arrêter.

Mais ce n'était pas terminé. Il vit une main démoniaque s'approcher de son cadavre. Cependant, très vite, une plume tomba du ciel et se posa sur sa poitrine, chassant la main. Ensuite, son corps se décomposa et devint poussière dorée. Celle-ci fila dans le ciel à une allure folle.

Et il rouvrit les yeux dans la salle des machines, haletant et en sueur.

« Tu nous crois maintenant ?

Je commence à me faire à l'idée. C'était quoi cette main noire ?

Tu auras toutes tes réponses si tu suis Miguel chez un autre ange.

On est parti Miguel. Je veux savoir ce que je fais là. Et vite !

Très bien ! Accompagne-le Miguel. (Puis, lui murmurant à l'oreille, il ajouta :) Et évite de l'aguicher en lui montrant ton torse, tu es un ange, pas une prostituée.

Faut bien s'amuser un peu !

Tu me fais honte !

Ah bon, je croyais que je t'excitais.

Dégage ! »

L'ange n'insista pas plus et fit signe à son hôte de le suivre dans une autre salle.

Ils marchèrent quelques minutes dans les couloirs d'un blanc immaculé, jusqu'à arriver devant une autre porte où l'on voyait un humain approcher sa main de ce qui semblait être une flamme.

« T'es sûr qu'on n'est pas en Enfer ?

Non, pourquoi ?

Je sais pas. Les flammes…

Stresse pas, tu vas comprendre. Allez, en avant, mon biquet, lança Miguel en lui tapant sur les fesses.

Ne refais jamais ça si tu tiens à ta main.

Oh, j'ai peur…

Tu devrais, lâcha-t-il en lui jetant un regard noir qui fit froid dans le dos à l'ange.

Je le ferai plus, c'est promis. »

Satisfait, le nouveau se laissa guider dans la nouvelle salle, non sans profiter de la vue 1. Il pénétra à son tour dans la pièce et se retint de pousser un cri de surprise en voyant son occupant.

« B… Bonjour !

Qu'est-ce qui y'a ! Je suis la copie conforme de mon frère jumeau ?

Oui, je crois. »

Devant lui se tenait le clone de Gabriel. Même âge, même carrure et même prestance, à un détail près : les cheveux. Ils étaient d'un blanc immaculé.

Il s'approcha de lui et lui tendit sa main.

« Bonjour, je m'appelle Gadriel. Enchanté de faire ta connaissance ! Je suis le gardien de la Pierre de l'Ame qui se trouve derrière moi.

Derrière lui se trouvait une pierre rouge sang qui ressemblait à une flamme. Elle semblait brûler d'un intense feu intérieur.

« Elle est très… Rouge, cette pierre. Comparé à tout ce qu'il y a ici, elle est… Rouge 2.

Une des particularités du Paradis. Tout est fait de blanc, de doré pour nos tuniques et de couleurs froides : bleu, vert, turquoise… Mais tu as dû le remarquer, notamment avec la Sphère du Défunt.

Ah, c'est comme ça qu'elle s'appelle.

En effet.

Mais, excusez-moi d'être curieux, pourquoi ce truc est rouge alors ?

Le rouge et la plupart des couleurs chaudes telles que l'orange ou le rouge… Sont les couleurs de l'Enfer. Tu fais le lien ?

Cette pierre a pris ses petites pattes à son cou et elle est venue sonner aux portes du Paradis ?

Oui, c'est ça. Elle est venue d'elle-même, portée par un ange. Il s'appelait Anabel. Il avait été envoyé en Enfer la voler. Il était très courageux et n'a pas failli à sa réputation. Il est arrivé blessé aux portes du Paradis. Blessé par un démon bien connu de nos services : Lothor 3. Celui-ci l'avait surpris, bien que le pouvoir d'Anabel était d'être furtif, autrement dit de n'être que difficilement repérable par qui que ce soit. Il est arrivé blessé mais il avait la pierre.

Il a l'air d'être un formidable guerrier. Je pourrai le rencontrer ?

Il est mort.

Je… Je suis désolé.

Ce n'est pas ta faute. En fait, Lothor l'avait empoisonné. Ça faisait partie de son pouvoir d'empoisonner les armes qu'il utilisait. Mais ça, Anabel ne le savait pas. Il est mort aux portes du paradis pour nous ramener la pierre.

Désolé d'être aussi abrupt… Mais à quoi sert cette pierre pour avoir risqué la vie d'un Ange si valeureux ?

Tu as raison de savoir te reconcentrer. C'est une qualité utile dans cette guerre. Pour en revenir à la pierre, elle permet à celui qui la touche de révéler sa fonction et d'obtenir les artefacts les plus adaptés à son caractère et à son potentiel magique. Elle fait également revêtir la tenue propre au rang. C'est ainsi que je suis devenu un prêtre et que j'ai obtenu le bâton du Guide qui me permet d'aider la pierre dans son travail.

Et ce n'est pas dangereux ? On ne risque pas de tourner démon ?

Non, aucun risque. Nous avons su dompter la pierre. Elle nous obéit pleinement.

Et, est-ce que ça veut dire que je dois… La toucher ?

C'est là qu'apparaît le choix… La pilule bleue ou la rouge. Où tu la touches et tu prends part à la guerre ou bien tu passes les portes des Champs-Élysées et ta vie s'achève pour trouver le repos éternel. Mais voyant ta réaction, je perçois que tu ne veux pas encore continuer ton Ascension.

En effet.

Alors, tu sais ce qu'il te reste à faire. »

Il toucha donc la pierre sans vraiment hésiter. Celle-ci irradia la pièce de sa teinte rouge et tout le corps de celui qui serait bientôt un ange se mit à briller. Il brilla de plus en plus jusqu'à ce que la lumière soit si aveuglante qu'on ne le voit plus.

Quand elle s'estompa, il était revêtu d'une armure bleu nuit. De chaque côté de son corps pendaient deux fourreaux. Instinctivement, il y porta chacune de ses mains et en sortit deux dagues, l'une turquoise et l'autre vert clair. Les deux manches étaient d'ivoire et imprimés de runes et les lames colorées étaient gravées elles aussi de nombreux symboles. Il les sentit pulser dans ses mains et ressentit de suite le lien instinctif qu'il entretiendrait avec elles.

« Je crois que tu seras un guerrier, commenta Gadriel.

Et c'est quoi ce truc que je sens dans mon cou ? C'est pas un boa quand même ?

Ben non, s'étonna Miguel. Ce sont tes cheveux ! »

Il avala de travers.

« Mes… Cheveux ? Mais mes cheveux sont… »

Il allait dire courts mais les touchant du bout des doigts, il ouvrit de grands yeux.

« Longs, corrigea-t-il.

C'est une particularité de tous les anges, expliqua calmement Gadriel. Quand on accède à ce rang, ils poussent. C'est… Comme ça…

Et on peut changer cet état de fait ?

Jamais personne ne l'a fait avant. C'est dans nos mœurs. Mais rien n'interdit de les couper.

Eh ben, je serai le premier, lança-t-il en se saisissant d'une de ses dagues et en les tranchant. Je sais, c'est pas terrible, mais je me fignolerai plus tard. Vous n'y voyez pas d'inconvénient ?

Non, répondit Gadriel. C'est… Une nouveauté. Mais bon, passons. Parlons de tes armes. Tu as senti quelque chose de spécial ?

Oui. Un lien.

C'est normal. Ces armes sont magiques.

Comment pouvez-vous déjà le savoir ?

C'est le bâton du Guide qui me renseigne. C'est sa fonction. En passant, les armes ou instruments que l'on reçoit sont un atout non négligeable. Ce sont généralement, pour ne pas dire toujours des artéfacts magiques. Ils confèrent en général un autre pouvoir.

Comment ça, un 'autre' ?

Chaque ange a un pouvoir, un don. Mon bâton ne peut dire ce qu'il sera. C'est à toi de le découvrir. Il va souvent de pair avec les capacités de l'objet qu'on reçoit. Mon pouvoir est l'empathie et le bâton du Guide complète mon don de façon à pouvoir guider les nouveaux arrivants. »

C'était beaucoup de choses d'un coup mais il arrivait à peu près à encaisser. Cependant, il sentait que c'était loin d'être terminé. C'était comme naître une seconde fois. Catapulté dans un monde inconnu, il fallait tout réapprendre.

« Et vous savez à quoi servent ces armes ?

Bien sûr. Ce sont des dagues élémentaires. La verte est liée à la Terre, c'est-à-dire la terre à proprement parler, les plantes, bref, tout le végétal et le minéral. Tu peux donc influer sur le milieu qui t'entoure et t'en servir d'arme ou de défenses. Par contre, tu ne peux pas créer de matière avec. Tu peux juste utiliser celle qui existe et faire croître des plantes. L'autre est liée à l'eau. Elle fonctionne sur le même principe que l'autre à la différence qu'elle peut générer de l'eau.

Et elles peuvent servir de dagues ?

Oui, bien sûr ! Et en passant, si elles ont une telle fonction, c'est que tu as sûrement un pouvoir élémentaire. Reste à vérifier cela et à découvrir lequel. Tu as d'autres questions ?

Euh oui… J'ai vraiment failli finir en Enfer ?

Oui. Chaque personne qui meurt et qui a une destinée potentielle dans la guerre que nous menons est assaillie, si je peux m'exprimer ainsi. L'Enfer comme le Paradis tente de l'amener à lui. Cette main noire que tu as probablement vue à travers la Sphère du Défunt, c'était Lucifer qui tentait de t'amener jusqu'à lui.

Et la plume, c'était vous ?

Tout à fait.

Y fait quand même moins chaud ici… C'est un peu bleu mais bon, c'est mieux que les braises…

Je ne te le fais pas dire. D'autres questions ?

Pleins. Comment ça va se passer ? Y'a-t-il un entraînement ? Je crèche où ? Et…

Du calme. Tout ça, c'est avec Michaël.

Je dois suivre Miguel, c'est ça ?

Oui.

C'est parti ! Au revoir, Gadriel ! En chanté d'avoir fait votre connaissance.

Moi de même. »

Le courant était bien passé avec tous ceux qu'il avait rencontré. Il espérait que ça continuerait.

Les deux anges se remirent donc en marche. Qui serait le prochain et qu'allait-il encore apprendre ? Dieu seul le savait, au propre comme au figuré…

TBC

1 Comprendra qui voudra !

2 Buffy's spirit !

3 Non, ce n'est pas la NSA et oui, la référence d'où vient le nom de Lothor me fait honte. C'est le nom du grand méchant de Power Rangers Ninja Storm… Je suis découvert ! J'aime Power Rangers. En fait, j'en ai rien à battre de l'intrigue mais c'est les robots qui me fascinent. Bien que l'intrigue de cette saison est pas mal ! C'est dans l'esprit du tout début de la série, genre le démon qui fait les petites annonces pour trouver un ennemi de taille pour les membres du Bien. En y réfléchissant, c'est dans l'esprit de mes fics cette série ! Ou plutôt mes fics sont dans l'esprit de cette série, enfin un peu…

C'est tout pour cette fois. J'ai la suite, enfin des morceaux et le reste dans la tête, mais j'ai préféré couper là de façon à avoir de la réserve pour updater plus souvent que mes autres fics… vv Honte à moi, je sais, mais je dois finir ma fic sur Angel avant !!! Après, je finis 'Not Gonna Get Us' et après je m'atèle à 'Quand deux vies se croisent', c'est promis !!!!!!!!

Une review, une tarte à la crème en pleine face, des tomates, un lavabo, un cactus, un père tolérant, vous avez le droit de me jeter tout ça. Et pour les mails c'est toujours : (Si vous trouvez l'adresse : sachez qu'elle n'existe plus!).

Miguel