Je t'attendrai éternellement


Chapitre 1 : La nouvelle


Elle était nouvelle dans notre école et arrivait en cours d'année. Comme tous les nouveaux, elle fut accueillie dans un grand silence, avec trente cinq regards braquées sur elle. Sans se démonter elle regarda la classe et après avoir été présentée, elle alla s'asseoir à la place que lui désignait notre professeur de maths, à coté de mon pote Félix. Elle s'appelait Magali Sainsonge, elle avait des cheveux noirs avec des mèches rouges discrètes, un teint de lait, une petite bouche rose et des petites dents blanches, ses yeux étaient cachés par d'affreuses lunettes aux montures noires, qui lui cachaient, également, la moitié du visage.

Une fille à classer dans la catégorie « mignonne » me dis-je, sans intérêt pour moi, surtout qui avait un goût de chiottes pour s'habiller : jeans large, et chemise longue, qui avait du appartenir à son grand frère, ce devait être un vrai garçon manqué, donc très peu pour moi, y a assez de garçon à la maison.

Moi, je m'appelle Christopher Vincent et j'ai seize ans. Je mesure un mètre quatre-vingts et je suis un beau brun aux yeux verts, un canon.

C'est pas moi qui le dis ce sont les filles du lycée !


Le cours reprit, long et ennuyeux au possible comme à l'habitude. Alors que je commençais à m'endormir, je fus réveillé par un bruit.

- Mlle Sainsonge, je ne vous dérange pas trop j'espère ?

Je mis un temps à réaliser que notre professeur venait de s'adresser à la nouvelle et pas à moi, une première dans ce cours.

Sans se démonter, elle lui répondit :

- Non, Mademoiselle, j'expliquais simplement à mon voisin pourquoi x ne pouvait être égal qu'à 2...

- Oui, effectivement c'est la bonne réponse mais si M Bonx à des questions, il doit me les poser à moi. Vous êtes nouvelle et je ne sais pas comment cela se passait dans votre ancienne école mais ici, on ne discute pas avec son voisin. Mais comme il semble que vous vouliez vous exprimez, allez donc au tableau !

- Je m'excuse, Mademoiselle, reprit Magali, mais nous avions déjà étudié ce chapitre dans mon ancien lycée. Je ne voulais pas vous interrompre.

- Peu importe maintenant, au tableau immédiatement et c'est Madame !

A cette dernière remarque toute la classe sourit. On savait tous que Madame Puesch était une vielle fille coincée, mais personne n'avait osé l'appeler Mademoiselle avant. Magali commençait très mal. Sûr que Mademoiselle Puesch ne le laisserait pas passer.

La nouvelle, loin de se laisser impressionner, passa au tableau et commença à résoudre les équations avec brio.

- Nous ne vous entendons pas Mademoiselle Sainsonge, avez-vous perdu la parole? Pourtant à l'instant vous nous avez fait une insolente démonstration de votre verve.

Magali se retourna et regarda notre professeur droit dans les yeux sans rien dire.

- Alors, nous vous écoutons insista Mademoiselle Puesch

Que j'aimais ce mot Mademoiselle !

Mais Magali ne dit toujours rien. Un silence de mort s'installa peu à peu dans la classe. Puis, tout à coup elle dit :

- Je ne suis pas professeur Mademoi ... pardon, Madame.

- Oui, je le sais, puisque c'est moi le professeur, mais vous sembliez à l'aise pour donner des explications tout à l'heure alors maintenant c'est à vous. Expliquez nous ce que vous venez de faire !

- Chacun son travail Madame, vous expliquez et moi, nous, on résout ses putains d'équations !


WOUAH ! Jamais personne n'avait osé parler à Puesch de cette manière, c'était un suicide, elle allait se faire trucider ! Le prof serra si fort les lèvres, qu'elles n'étaient plus qu'un trait blanc sur son visage devenu rouge. Ses yeux étaient exorbités et s'il n'y avait eu les lunettes sûr qu'ils se seraient fait la malle!


- CHEZ LE DIRECTEUR IMMEDIATEMENT ! Hurla la prof, avant de s'étouffer .


Caroline, une fille de ma classe, avec qui je venais de rompre (c'est juste pour info parce qu'entre elle et moi c'est bel et bien fini et je suis pas près de me remettre avec elle, pour elle je dois être passé de la catégorie : « mec trop canon » à celle de « connard de première », j'suis sûr qu'un jour elles feront un club, rien que dans cette classe je devais bien avoir cinq ex, mais je m'éloigne là !), s'approcha de Puesch et lui tapota doucement dans le dos, ce devait être pour ça que j'avais rompu, trop lèche cul, à moins que se ne soit trop collante ...


Magali la regarda, posa doucement sa craie et repartit vers sa place pour reprendre ses affaires, lançant au passage un petit sourire à Félix, qui se sentait un peu responsable de tout ça. Petit sourire qui n'échappa pas à Marie Laure (encore une ex!), sa copine du moment, trop jalouse. Ca allait barder à la récréation.

Magali fut interrompue par Puesch qui hurla un :

- J'AI DIT IMMEDIATEMENT !

Elle pivota alors et prit la porte, la refermant avec soin et laissant la classe perplexe. On n'arrivait pas à croire ce qui venait de se passer, mon envie de dormir avait totalement disparu maintenant et je dus me résoudre à écouter la fin du cours où même une mouche n'osait voler.