Et ça, c'est le chapitre 2 ! Je la publie sur mon compte pour les gens qui connaîtraient pas paradiZe et qui auraient la flemme d'aller la lire ! Mais c'est une private jock écrite par ma meilleure amie pour moi mais qui est basée sur paradiZe, une histoire de moi, menLOVEmen que vous trouverez sur le page : !

CHAPITRE 2

Plus tard...

Michael, le regard vide : J'm'ennnnnnnuuuiiiiiie !!!...

Miguel, TRÈS concentré : Cinq cent quatre-vingt douze ... Cinq cent quatre-vingt treize... Cinq cent....

Gabriel, occupé à trier son jeu : Vous avez pas voulu jouer quand je vous l'ai proposé, venez pas vous plaindre !

Gadriel : Bon, qui commence ?

Babibel, enroulé dans la couette : Vu que j'ai 500 points de plus que tout le monde, vous pouvez me faire cette faveur non ?

Lox : J'ai jamais vu quelqu'un d'aussi nul que toi au rami.

Miguel : Cinq cent quatre-vingt dix-sept...

Babibel : J'y peux rien, je crève de chaud, c'est pas facile de se concentrer dans ces conditions...

Gadriel : Moi je t'ai bien proposé pourtant...

Lox, le regard noir : N'y pense même pas, il n'est pas question que Bab's porte ton caleçon ! C'est trop... intime !

Babibel, en sueur : Tu sais, c'est pas comme si je te trompais avec lui non plus.

Lox : On ne se passe pas les caleçons déjà portés !

Miguel : Six cent...

Gadriel : T'avais quel âge quand t'es mort ? J'arrive pas à croire qu'aussi jeune on puisse être aussi coincé !

Gabriel, avec un petit sourire satisfait : Je pose mon brelan de roi, avec une suite en carreau et une en pique. 67 points.

Babibel, estomaqué : déjà ?!

Gabriel : Hé !

Lox : Coincé moi ?!

Miguel : Six cent cinq...

Babibel : Oh et puis j'en ai marre ! J'ai trop chaud ! Tant pis pour le "qu'en dira-t-on" ! (et il balance sa couette dans un coin, en l'occurrence sur Michael et Miguel)

Michael : Héé !!

Miguel, déconcentré : B ! Tu pourrais pas regarder où tu balances tes saloperies ! En plus à cause de toi j'ai perdu le compte ! Faut que je recommence au début ! C'est pas comme ça que je vais gagner ma place dans le Guiness Book, tiens !

Michael : De toute façon c'est que pour les vivants...

Miguel : Quoi ?! Non mais quelle bande de racistes !...

Lox : Remet tout de suite cette couette ! Te balader comme ça c'est un appel au viol !

Miguel : Un viol ? Où ça ?

Babibel : Hors de question ! Si tu l'aimes tant que ça cette couette, t'as qu'à t'enrouler dedans toi-même ! Moi j'ai chaud !

Lox : Mais...

Babibel, furibard : Non parce que bon ils sont sympa tous tes bons principes, mais c'est pas toi qui transpire comme un phoque depuis 1/2 heure !

Gadriel : mon offre tient toujours... (puis regardant son jeu) Bon bah j'ai gagné... (pose toutes ses cartes d'un coup) On dit donc : 200 points pour Lox et Babibel... Frérot, il t'en reste combien ?

Gabriel : Hemm... Zut ! 50 points quand même !

Babibel : Et voilà, j'ai ENCORE perdu ! J'abandonne ! Et Gadriel, si t'es toujours partant pour me filer ton caleçon...

Gadriel : Pas de soucis. Frangin, tu veux bien tenir la couette qu'on se change en paix ?

Gabriel, tout en rangeant les cartes : Comme tu veux. Michael, tu viens m'aider ?

Miguel : Pourquoi elle ? T'as pas confiance en moi ?

Michael : (à Miguel) Tu t'ennuies à ce point ? (se lève et prend l'autre bout du tissus) Vous pouvez y aller les mecs.

Gadriel et Babibel disparaissent derrière leur paravent improvisé.

Michael : (à Gabriel) Au fait, pourquoi vous êtes toujours habillés ton frère et toi ?

Gabriel : Comme on avait pas sommeil, on a décidé de se faire une soirée malibu et pasoa. On était en pleine bataille corse quand on a été téléporté...

Miguel : Quoi ?? Et vous m'avez pas invité ?!

Silence général... avec des bruits de frottements de tissus.

Miguel, boudeur : Ca va j'ai compris...

Peu de temps après...

Babibel, soulagé : Voilà ! Je suis pas encore sortable mais bon il y a déjà du progrès !

Miguel : Hé il est sympa ton truc Gadriel ! Tu l'as acheté où ?

Gadriel : C'est mon frère qui me l'a offert.

Michael : Ah bon ? Il a bon goût.

Gadriel : C'est une tradition familiale, depuis toujours on s'offre des caleçons l'un à l'autre.

Miguel : Ah bon ?

Gadriel : Et oui...

Miguel : Ah... (à Gabriel) Et le tiens il est comment ?

Gabriel, qui à l'air mal dans sa peau : Euh... trèèèès joli...

Gadriel, dans son coin : Hin hin hin...

Babibel : (tout bas à Gabriel) Il est moche à ce point ?

Gabriel : (tout bas aussi) Pourquoi tu crois que je te l'ai pas proposé ? C'est bizarre en fait, parce qu'au début, ils étaient super beaux, et depuis qu'Anabel a ramené la Pierre des Âmes, ils sont de plus en plus moches... Je comprends pas...

Gadriel, riant toujours sous cape : Hé hé hé...

Babibel : Bah pourquoi tu les portes alors ?

Gabriel : Je voudrais pas le vexer, il est tellement gentil et sensible...

Silence... Tout le monde se regarde en se demandant ce qu'ils pourraient bien faire.

Miguel : Et si on réfléchissait à un moyen de sortir d'ici ? Pendant qu'Elle est partie, on a peut-être une chance...

Michael : Ca me fait mal au ventre de l'avouer mais je suis d'accord avec lui. On a toujours nos pouvoirs non ?

Silence...

Michael : Non ? Attendez, j'essaie un coup pour voir !

Pour le coup, tout le monde se barre dans un coin de la pièce, n'ayant pas très envie de se faire hypnotiser.

Michael, avec un grand sourire : Rhooooo mais restez là ! Je vais pas vous bouffer ! (les dévisage tous, cherchant sa future victime)

Miguel, très stressé et recroquevillé dans un coin : Ca va être pour ma gueule, je sens que ça va être pour ma gu...

Michael : Lox ! Viens là !

Lox : Hein ? Qui moi ?

Miguel : Ouf... -

Michael : T'en connais beaucoup des mecs avec un nom pareil ? (voyant que Lox ne bouge toujours pas, le prend par le bras et le tire vers elle) Mais quel femmelette ! Qu'est-ce que tu craints Babibel est là pour te protéger !

Lox, dubitatif : euh...

Babibel, avec une lueur étrange au fond des yeux : T'en fais pas mamoure, je l'empêcherais d'abuser de la situation !

Lox, de moins en moins rassuré : Et si j'utilise mon joker ?

Michael : Tatata ! Allez ! Bon Lox : met toi sur une jambe et récite nous "L'Albatros" de Baudelaire !

Lox, sur une patte et le regard vide :

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage

Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers

Qui suivent, indolents compagnons de voyage,

Le navire glissant sur les gouffres amers.

Miguel : Ca va, elle est plutôt soft sur ce coup-là.

Gabriel : Chuuut ! J'écoute !

À peine les ont-ils déposés sur les planches,

Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,

Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches

Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Gabriel, des étoiles pleins les yeux : Sniff... c'est beau...

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !

Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !

L'un agace son bec avec un brûle-gueule,

L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Miguel : Mais c'est des enfoirés !

Babibel : Tu connaissais pas ?

Miguel : Moi tu sais les vers...

Gabriel, tout ému : sniff...

Le Poète est semblable au prince des nuées

Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;

Exilé sur le sol au milieu des huées,

Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

Gabriel, en extase : Bouhouhou...

Gadriel : Mesdames et Messieurs, c'était la minute culturelle.

Michael : Bon au moins on est sûr que nos pouvoirs marchent...

Babibel : Pourquoi t'as choisi ce poème là ?

Michael : Parce que l'auteur l'aime bien et qu'elle avait un recueil pas loin...

Babibel, un peu surpris : Michael, tu te sens bien ? Qu'est-ce que tu racontes ?!

Michael : Je... je sais pas pourquoi j'ai dit ça...

Miguel : sniff...

Michael : Bin ça va pas ?

Miguel : Sniff... si... c'est... c'est tellement beau...

Babibel : Je croyais que t'aimais pas la poésie ?...

Miguel : Oui... sniff... mais là... sniff... je suis tout retourné...

Gabriel, tout ému aussi : (à Miguel) Dans mes bras mon frère !

Les deux anges s'effondrent dans les bras l'un de l'autre, en larmes...

Lox, même s'il ne dit plus rien, et toujours en équilibre sur sa papatte...

Babibel : (en le regardant) J'avais pensé profiter de la situation, mais bon... j'ai plus le coeur à ça... (à Michael) Allez, libère-le...

Michael : Oui... je crois que tu as raison... Allez Lox !

Lox, réveillé d'un coup : Groumph ! Il s'est passé quoi ? (reste silencieux un moment) Mais qu'est-ce que vous avez tous ?!

En effet, en face de lui, Gabriel et Miguel sont enlacés et pleurent tout en parlant de ce pauvre albatros, de la cruauté humaine... Ils disent que c'était beau, ils disent que c'était grand...

À côté de lui, Babibel le regarde d'un air coupable, ne pouvant s'empêcher de comparer l'albatros sans défense à son Lox quelques secondes plus tôt... Au fait qu'il avait voulu lui faire la même choses que les marins à cette pauvre bête : profiter de sa faiblesse pour se moquer de lui... Pourtant il l'aimait...

Michael a les yeux dans le vague, se demandant pourquoi elle avait dit ça tout à l'heure... Et se disant aussi que bon, les deux madeleines là, faudrait qu'en même qu'elles s'en remettent...

Quant à Gadriel, devant l'émotion général, il avait stoïquement décider de faire une réussite.

Lox, un peu perdu : Bon alors nos pouvoirs marchent ou pas ? (se tourne vers Babibel) Bab's ? Ca va pas ?

Babibel : Lox... je... je...

Lox, inquiet : Oui ?...

Babibel : JE T'AIMMMMEEEEEUUUUUUUHHHH !!!!!! BOUHOUHOUUUUU !!!!

Lox, qui vient de recevoir Babibel dans ses bras : Euh... mais moi aussi...

Babibel, ressemblant de plus en plus aux chutes du Niagara : Je suis désoléééééééé...

Lox, qui le berce doucement : T'as fait une bêtise ?

Babibel : Nan... mais j'ai failli... je...

Lox, les yeux doux : Bah alors c'est pas grave si tu t'en es rendu compte tout seul.

Babibel, avec de grands yeux plein d'espoir : ...

Lox : Tu sais, ça arrive à tout le monde d'avoir de mauvaises pensées... On a pas vraiment de contrôle là-dessus... Ce qui compte, c'est que t'ai rien fait...

Babibel, avec des grands yeux de bambi : Je t'aime...

Lox, en se penchant vers lui : Moi aussi...

Leurs visages se rapprochent, tandis que leurs yeux se ferment... Mais soudain tout deux s'arrêtent et se tournent vers leurs compagnons.

Miguel : Vous êtes mignons...

Michael : Faites pas attention à nous, continuez...

Gabriel, toujours avec un Miguel dans les bras :

Gadriel, concentré sur ses cartes : Zut, j'ai perdu...!

Babibel et Lox : --;;;

À ce moment-là...

Zwwwiiiiiiippp

Narratrice : Coucou ! J'ai raté quelque chose ?

Gabriel : On peut dire ça comme ça...

Narratrice : Ah bon ? Bah je relirais la fic !

Miguel : Vous pouvez faire ça ??!! O-O

Narratrice : Bin oui évidement, chuis l'auteur quand même !

Miguel, qui se voit déjà avec une paire d'oreilles toute neuve : gloups

Narratrice : T'as encore fait des bêtises pendant mon absence ? Bah, pas grave, j't'aime bien choupinout !

Gabriel sert son ange contre lui dans un geste protecteur - et peut-être bien un brin possessif aussi -, ange qui lui lance alors un regard à la candy, plein de tendresse...

Narratrice : Wow, j'vous laisse 3/4 d'heure et ça tourne déjà à la guimauve ?! (rigole) Bin ça promet !

Gadriel, vexé par son échec à sa réussite : Et ils sont où les autres ?

Narratrice : Les autres ?... Ah ! Ils vont pas tarder ! Je suis passé devant pour vous prévenir, histoire que vous ayez le temps de ranger si vous aviez mis le souk !

Michael, pragmatique : Y'a rien ici, j'vois mal comment on aurait pu mettre le bordel...

Narratrice : Bah, vous auriez pu avoir l'idée stupide d'utiliser vos pouvoirs pour sortir ! J'voyais déjà Babibel en train de saloper ma moquette !

Babibel : Je sais me tenir quand même !

Narratrice : Enfin c'est bien que vous ayez rien tenter, vous auriez juste récolté des bosses !

Gabriel : (tout bas) Ce poème a vraiment été une bénédiction...

Narratrice : Un poème ? Bon... Allez, les autres arrivent !

Effectivement, juste à ce moment, les poignées commencent à tourner...

Tout le monde : ... (silence concentré)

Lentement, les portes s'entrouvrent...

Tout le monde : ... (silence tendu)

De plus en plus...

Tout le monde : --;;;

Bon okay, j'arrête ! Une première silhouette apparaît.

Silhouette, l'air toute joyeuse : Yo !

Michael, avec des grands signes de la main : Salut !!

Miguel : Tu connais ? oo??

Michael : Nan, mais chuis polie !

La personne est bientôt rejointe par cinq nouveaux arrivants...

Babibel : Tout ça d'un coup ?

Narratrice : Bin ouais, c'est pour ça que j'ai été longue.

Gabriel : Mais qui sont donc ces personnes ?

Nouveau#1 : En fait...

Babibel : Je sais !

Nouveau#2 : ...

Nouveau#1, donnant un coup de coude à son voisin : Tu t'rends compte ?! On est célèbre même en dehors de notre réalité !

Nouveau#3 : Hnn.

Lox : (à Babibel) Comment tu sais ça toi ?

Babibel : Hé hé... le talent mon grand... le talent...

Michael : Plutôt que de frimer, accouche, où alors laisse les parler !

Babibel : En fait ce sont...

Roulement de tambour

Mais qui sont donc ces mystérieux inconnus ????

Babibel : Mais attendez ! Puisque je vous dis que je vais vous le dire !!!

Vous le saurez au prochain chapitre !

Babibel : Méheu !