Auteur : Cerbère

Titre : Sept années « pour du beurre »

Plus qu'un besoin, c'est une nécessité. La confiance qu'elle a en elle dépend de tout cela… Et finalement, elle se détruit petit à petit pour cette confiance qu'elle n'aura peut être jamais…

Besoin d'être acceptée par les autres. Depuis qu'elle est en âge de fréquenter d'autres enfants, c'est ce qui ressort. Sans les autres, elle n'est rien. On l'en a persuadée, elle s'en est persuadée.

Lorsqu'on l'a rejette pour la seconde fois, elle ne sait pas vraiment ce qu'elle a fait de mal. On lui reproche de ne pas vivre en dehors de l'école. Et alors ? Si elle n'aime pas sortir ? Non, en fait, on lui reproche de s'attacher à ses « amies » et de ne pas en avoir d'autres en dehors des cours.

Ah, c'est donc ça ! Si, des amis en dehors du collège, j'en ai. Je les aient rencontré cette année. A un stage. Il y a Marion, Jonathan, Simon et Etienne. Je peux pas les voir depuis février parce qu'on habitent loin les uns des autres. Mais je vais les revoir en juin.

Mais arrivé en juin, elle a compris. Encore une fois, l'année suivante, elle devra se faire de nouveaux amis. Elle n'est pas sûr de ce faire accepter et elle en a marre de devoir tout recommencer chaque année.

J'ai revu Marion, Jonathan, Simon et Etienne. J'ai passé une super journée avec eux. Je les aime bien. C'est dommage qu'on habite si loin les uns des autres. En parlant à Etienne de mon problème, il a haussé les épaules. Non pas qu'il s'en foutait. Il a juste haussé les épaules et dit : « L'important c'est que tu sois bien dans ta tête ». Oh oui ! Bien dans ma tête. Mais le problème il est là. Je ne suis pas bien dans ma tête. J'ai un problème. Je le sais, car si je n'en ais pas, pourquoi est ce que tout le monde s'éloigne ?

Alors que la rentrée ce passe, elle ne découvre une fois de plus, que des nouvelles têtes. Des nouveaux amis ? Il y en a une qui lui plait. Elle est jolie et à l'air timide, et elle l'a rencontrée il y a trois ou quatre ans. Chloé. Elle reste comme elle est et s'approche de Chloé. Elles sympathisent et finissent par devenir amie.

Pour combien de temps ? Je vais devoir tout recommencer, encore, l'année prochaine ?

L'été se passe sans qu'elle ne se fasse éloigner. Mais à la rentrée… Elle et Chloé ne sont pas dans la même classe…

Encore une façon de s'éloigner.

Mais l'année se passe sans qu'il n'y ai trop d'éloignement de la part de Chloé. Un petit peu quand même. C'est la guerre avec cette autre fille qui, elle, est dans la classe de Chloé. Elle n'aime pas ça, elle a peur. Petit à petit, les phrases reviennent dans sa tête : « Tu n'as pas de vie en dehors du collège »… Alors elle regarde Chloé. Elle pense à cette autre phrase et surtout à cette autre personne : « L'important c'est que tu sois bien dans ta tête » avait dit Etienne… Alors elle se lance : « Je t'ai déjà parlé de mon meilleur ami Etienne ?… ».

Et voilà que tout commence. Ce n'est pas grand chose. Et même si ce n'est pas bien, au moins, on ne peut plus la rejeter sous prétexte qu'elle n'a pas de vie en dehors du collège.

L'année se fini comme la précédente et l'été se passe pareil. Mais elle a toujours peur. Elle ne supporte plus cette autre fille. Heureusement elle ne la voit pas pendant l'été, mais à la rentrée ? Et Chloé ? Cela fait deux ans qu'elles sont amies… Est-ce que cela va continuer ? Durer ?

Enfin, la dernière année de collège commence. Chloé est toujours dans la classe de l'autre fille. Et désormais, la guerre est déclarée. C'est ouvertement qu'elles s'insultent, et Chloé est au milieu, presque comme un trophée. Mais elle n'a pas envie de la perdre. Mais difficile d'être proche quand on est pas dans la même classe et que l'on ne se voit qu'aux récrés et pour le repas de midi.

C'est à ce moment là, novembre, pour l'anniversaire de Caroline, qu'elle rencontre Elsa. Elsa qui à l'air de se plaire tout autant qu'elle à cette soirée. Bien sûr elle l'avait déjà vu avant, elles sont dans le même bus, mais jusqu'à présent elle s'était plus intéressé à son frère…

Elsa et elle profite sur l'occasion de devoir accompagner Eve à la place de l'église pour s'esquiver quelques peu de cette soirée qui n'est pas trop leur style.

Alors qu'Eve est partie. Elsa et elle discutent. Elles ne sont pas pressées de rentrer. Et, elle aime bien Elsa. Elle peut presque dire qu'elle l'adore. Déjà. Et, décidé à ne pas se faire rejeter encore une fois, elle profite qu'elles soient seules pour parler de tout et de rien…

Etienne a beaucoup changé depuis sa première apparition. Il est toujours son meilleur ami. Ils ne se voient pas beaucoup, mais passent toujours des bons moments ensemble. Surtout lors des stages d'une semaine en Avril depuis trois ans. C'est un garçon super. Du moins, elle l'affirme.

Elsa et elle deviennent des bonnes amies. Elle est persuadé qu'Etienne y est pour quelque chose, sinon, pourquoi les autres ne sont-ils pas « resté » ? Peu à peu, elle s'est détaché de Chloé, ne supportant plus cette autre fille. Elle est tellement mieux avec Elsa…

Elsa qu'elle fréquente beaucoup, qui vient parfois dormir chez elle, qu'elle considère comme sa meilleure amie et avec qui elle passe une bonne partie de son été.

C'est l'entrée au lycée. Etienne a prit un peu plus de place encore en peu de temps. Elle a besoin de lui. Il lui donne cette confiance qu'elle ne trouve pas chez les autres. Etienne lui raconte pleins de choses et il comprend, mais n'est ce pas normal ? Elle se sent aimé par lui, tout autant qu'elle l'aime. Mais elle sait aussi qu'il est temps de s'en détacher.

Elsa va « rester », non ? Après tout, elle n'a rien à voir avec ses « amies » d'il y a trois ans, si ? Non ! C'est alors qu'Elsa prononce sa phrase fétiche : « Je ne supporte pas le mensonge ».

Ouch ! Comment faire ? L'effacer petit à petit ? Mais ces derniers temps, elle en a besoin : Raconter à Elsa une conversation qu'ils « ont eu » et l'entendre critiquer, lui fait du bien. Elle peut ainsi exposer ses idées si contradictoires et ses deux modes de pensée.

Mais elle sait aussi que le mensonge ne durera pas indéfiniment. Pourtant, pour elle, il est devenu sa bouée (bouée, là, où finalement, elle a pied). Tout le monde connaît Etienne, son meilleur ami. Sauf Caroline qui le connaît réellement.

Elsa n'est pas dans sa classe. Elle est avec Bonnie et le soir, lorsqu'elle les écoutent parler de leur journée, elle ne comprends rien parce qu'elle ne connaît pas les personnes dont elles parlent. Elle se sent encore « rejeté ». Elsa va s'éloigner. Etienne revient alors en grande vitesse. Peu importe le mensonge, tant qu'Elsa « reste ». Elle a besoin d'Elsa. Mais le petit groupe éclate. Il y a une nouvelle fille que ni Caroline, ni elle ne supporte. Tant pis, elle parlera avec Elsa à l'internat. Elle ne va pas se laisser insulter par une fille sans pouvoir pour autant parler avec Elsa.

Pour l'instant, elle reste avec les filles de sa classe : Magalie et Sandrine. Deux filles super. Kathleen aussi, qui par la suite... Et bien sûr, Etienne est toujours là.

En milieu d'année, elle sent que Magalie et Sandrine voudraient être toutes les deux. Il est temps de prendre le large. Elle « rencontre » alors Yaële et Samuel. Avec Yaële tout va tout de suite très bien. Cette fille la fait sourire et rire. Samuel, lui, ne parle pas. Il va falloir trois mois avant qu'ils ne deviennent amis. Et Etienne ne l'a toujours pas quitté. Il y a même des nouveaux dans son entourage à lui. C'est bien normal, non ? Après tout, il a une vie, lui aussi.

Lors de la première, elle se retrouve encore toute seule dans sa classe. Mais cette fois, en prime, elle ne s'y sent pas à l'aise. Mais le groupe s'est reformé. Elle peut désormais fréquenter sa meilleure amie Elsa en même temps que Yaële, cette fille qui a vraiment quelque chose de spécial. Tout va pour le mieux. Mais malgré cette envie de faire disparaître Etienne –Elle n'a plus besoin de lui maintenant- Elle se rend compte qu'il est bien trop présent.

Personne ne pourra ne pas se rendre compte du mensonge. Mieux vaux laisser les choses telles qu'elles sont, elle risque moins. Personne n'a fait de remarque quant à cet ami dont elle parle mais que personne ne voit sinon en photo. Et finalement, elle à toujours besoin de leurs « conversations » pour entendre ce dont elle a besoin.

Les choses empirent lorsqu'elle sort avec Samuel. Etienne le déteste. Ce qui fait que certaines amies se posent des questions sur Etienne ou veulent le voir. Mais Etienne déteste Samuel, parce que au fond d'elle, elle n'est pas bien avec lui. Mais elle ne veut pas lui faire de mal. Elle sait ce que sait que d'avoir mal.

Elle ne dit rien pendant quatre mois. Plus elle s'enferme pour ne faire de mal à personne, plus Etienne devient présent. Il lui faut penser à autre chose. Etienne est son entourage lui font penser à autre chose. Gérer quatre personnages demande du temps. Elle a vraiment besoin d'eux, car avec les autres, elle a peur. Peur de se faire démasquer dans ce qui n'a que trop duré.

Finalement, l'histoire avec Samuel se fini à la mi-avril et laisse un Etienne encore plus présent. Peu à peu, elle respire de nouveau. Si elle compte autour d'elle, elle a plus d'amis qu'elle n'en a jamais eu auparavant. Mais ne sont-ils pas là grâce à Etienne ?

Pendant les vacances d'été, elle va rencontrer un nouveau garçon. A celui-là, elle se gardera bien de lui parler d'Etienne. Il n'est pas un ami potentiel, il est son petit-ami. Et elle a envie de vivre toute seule, sans dépendre de cette bouée qui, quand elle éclatera, fera beaucoup de dégât. Mais avec ses autres amis, il reste. Parce que s'ils découvrent, ils partiront tous et elle en a peur.

A la rentrée, dernière année de lycée, terminale, Elsa se fait distante. Elles se prennent la tête pour pas grand chose. Peut être est-il temps de tout arrêter ? Mais elle est trop « dedans ». Elle en parle comme si ils étaient réellement là, à son côtés. Elsa continue de s'éloigner et cela lui fait mal.

Puis en mars… Tout dérape. Elle parle avec Caroline. Tout le monde à compris. Pas tout le monde, c'est vrai, mais beaucoup, dont Elsa. Elle comprend mieux d'un seul coup. Elsa et Bonnie ne disent rien, parce qu'elles ne sont pas sûr et ne veulent pas mettre en doute sa parole. Mais elle a comprit. Si Elsa s'est éloignée, c'est parce qu'elle lui en veut, non ? Puis c'est normal après tout, alors pourquoi cela lui fait-il aussi mal ?

Seule Caroline lui a dit. Merci Caroline. Sans elle, elle n'aurait jamais rien su et aurait continué dans un mensonge qui l'étouffait. Parce que les autres savent, elle peut désormais arrêter. Tout de suite, ou plutôt le lendemain, elle le dit a Yaële. Ne pas la perdre elle aussi. Elle préfère lui dire elle-même plutôt que les autres ne s'en charge. Pareil pour Magalie à qui elle demandera de raconter à Sandrine. Sandrine qui savait déjà et qui ne disait rien et qui souriait toujours. Elle ne pouvait pas le raconter à Sandrine. Elle avait déjà raconté deux fois, elle avait eu peur deux fois d'entendre les mots qui blessent qu'elle a trop peur de le faire une troisième fois.

Désormais, elle évite Elsa. Elle ne supporte plus son regard qu'elle croit haineux. Elle reste avec Yaële, Magalie et Sandrine. Elle quitte l'internat où elle ne mange et ne dors plus. Cela va envenimer les choses, mais tout n'est-il pas déjà perdu ?

Malgré la fin de l'année qui passe, Elsa lui manque. C'est sa meilleure amie qu'elle a perdue., qu'elle a blessée. Elle n'a jamais voulu en arriver là. Elle voulait juste… Quoi en fin de compte ? Qu'est ce qu'elle voulait ? Ne pas tout reprendre à zéro chaque année ? Elle ne s'était pas rendu compte qu'elle n'était plus entourée par les mêmes personne qui l'avaient déjà rejeté. Elle a tout perdu, sauf peut être Yaële, Magalie et Sandrine… Et aussi ceux qui ont juste entendu parler d'Etienne en de rares occasions… Et finalement qui n'y prêtent pas plus d'attention, ce qui est bien.

Un grand nombre de fois, elle va essayer de parler avec Elsa. A chaque fois, elle repartira en pleurant, avant même d'avoir croiser le regard de celle qu'elle considère encore comme sa meilleure amie. Trop peur des mots qui pourraient blesser. Yaële s'éloigne et elle ne veut pas abuser des autres, elle en a déjà trop fait… Elle s'isole.

Le bac passe, le jour des résultats arrive. Dans le bus du retour, elle parlera avec Elsa. Juste quelques mots échangé. Elle arrivera très brusquement devant elle, apeurée de la réponse et de la situation. Finalement, même en ayant pleuré avant, elle ne peut dire sa phrase sans que les larmes ne coulent :

« Je suis désolée. Je n'ai jamais eu l'intention de blesser qui que ce soit ».

« Tu ne m'as jamais blessé ».

Cette réponse, elle va la prendre comme un coup de poignard. Elle s'attendait tellement à de la haine, qu'elle interprète tout comme tel. Pour elle, elle a dit « Pourquoi m'aurais-tu blessé ? On a jamais été amie ».

Le sourire qu'Elsa arbore lui fait peur. Elle préfère retourner s'asseoir et attendre d'arriver chez elle plutôt que de parler plus. Elle lui a parlé et finalement, rien n'a changé. Elle a été stupide d'y croire.

En août, Bonnie revient d'elle-même. Cela voudrait-il dire que tout n'est pas perdu ? Par ailleurs depuis l'épisode du bus, elle dit bonjour à Elsa. Rien de plus. Elle pense avoir fait le premier et aimerait la voir faire le second. Pour elle, cela voudrait dire qu'elle la pardonne. Mais la pardonnera-t-elle un jour ?

Tout lui manque toujours autant. Juste pouvoir la regarder… Elle baisse instinctivement les yeux quand elle se retrouve face à elle. Milieu août, elle va rencontrer Elsa par hasard dans un magasin. Est-ce que c'est par ce qu'elle est avec son copain que cela lui donne plus de courage ? Ou parce que elle, est avec le sien. Elle ne sait pas mais les mots s'enchaînent tous seuls. Elles se parlent comme si il ne s'était jamais rien passé. Comme si il n'y avait jamais eu de froid de plus de quatre mois. Et là, elle regrette d'avoir autant attendu, de ne pas y être allé le jour même ou le lendemain ou lors de toutes les premières occasions.

Elsa viendra à sa soirée. Elles ne parleront pas beaucoup, mais elle sera venu et lui aura donné une lettre. Lettre qui lui fera peur jusqu'à ce qu'elle l'ouvre lors de ses premiers jours à l'étranger.

Les premières larmes arrivé à l'étranger, seront versé sur cette lettre. Ce ne sont pas les mots de quelqu'un qui pardonne, mais de quelqu'un qui veut comprendre… Qui essaye…

Les secondes larmes versés sont sur la réponses où elle tente d'expliquer quelque chose. Mais expliquer quoi ? Qui pourrait comprendre ? Elle voulait juste être intégré comme tout le monde l'été autour d'elle. Etre, elle aussi, entouré par des gens qui auraient des sentiments réciproques au siens.

Mais elle peut justifier, maintenant, qui pourrait croire . Ou ne serait-ce que faire semblant ?

Par la suite, elle va découvrir que si Bonnie lui a reparlé, c'est parce qu'elle en avait fait la promesse et qu'en suite, c'était parce qu'elle le voulait bien. Est-ce de même pour Elsa ?

Est-ce que Elsa a cherché à savoir comment elle allait pendant ces quatre mois où elles ne se parlaient plus ? Ou bien lui était-elle devenu indifférente ? Elle a envie de savoir et en même temps préfère ignorer cette réponse qui pourrait lui faire mal.

Bientôt elle va rentrer chez elle. Ce qu'elle a décidé ? Concernant cette histoire : Faire un face à face avec Elsa. Jamais elle ne redeviendra sa meilleure amie, alors que pour elle le statut n'a pas changé.

A la fin du face à face, elle aimerait la prendre dans ses bras… Elle espère, mais ce n'est qu'illusion. A moins qu'Elsa n'amorce le geste, elle ne fera rien. Elle n'en a pas le droit. Elle se l'interdit.

Pourra-t-elle lui pardonner ?

Aujourd'hui, elle écrit ses lignes, pas encore capable de dire « je » là où elle met « « elle ». Elle veut retourner dans le pays qu'elle a fui, ne supportant plus une situation qu'elle a elle-même créée. Mais aussi, elle se rend compte que le regard des autres lui sont toujours important. Et demain, si personne ne l'accepte, a quoi bon rester ?

Elle a essayé d'expliquer. L'écriture lui est plus facile que les paroles. Maintenant, elle s'attend à être jugée. Et elle est presque prête à accepter.

Elle appréhende toujours.

Sept ans de mensonges lui auront fait plus de mal que de bien. Et finalement, lui auront fait perdre ce qu'elle aurait pu avoir sans tout ce monde.

Fin

Pour tout ceux qui n'ont jamais compris la fin de cette histoire. Pour ceux qui en voient juste les conséquences. Pour ceux qui sont arrivés après. Avant aussi. Pour ceux avec qui tout est fini et qui ont le droit de savoir. A tout ceux aussi qui ont lu sans pour autant me connaître.

Merci d'avoir lu. La critique est plus que bienvenue !