Auteur:Tatiana-x

Titre:Je ne suis que ton jouet, ta poupée

Inspiration:Lui...Et svp une p'tite review ne fait pas de mal

Je ne suis que ton jouet, ta poupée.

Je ne le sais que trop bien,je suis ton jouée, ta "barbie" comme tu le dis si bien.Mais rapelle toi que je suis une "barbie" brune, que j'ai un cerveau.Je ne te connais pas très bien, tu ne me connais pas très bien,mais je t'appartient.J'ai ma propre volonté qui fait profil bas devant la tienne.Quand je fixe tes yeux noirs ou la lumière se reflète,à ce moment précis, je ne vis que pour toi...Quand tes yeux s'emplissent de désir, j'aimerai tant de l'offrir.Sans t'en être rendu compte tu m'as prises, m'a coupé les ailes, je t'appartient.Et tu joues comme si de rien n'était,c'est un coup oui, un coups non.Je t'attire, tu me rejettes; je te rejettes du mieux que je le peux, tu m'obtient, jamais totalement bien sûr.

Etre ton jouet ne me pose pas tellement de problème, lire le désir se dessiner dans tes yeux m'amusse,voit-tu je suis à toi jusqu'au bout. Je dis souvent que tu es miens, mais ce n'est qu'un mensonge, bien au contraire, je suis tienne...

Je suis seulement ton pantin, tu me prends,tu me perds, m'abandonnes, me recherche et me retrouve.Et meme si un jour j'aimerai prendre mon envol je ne le peut pas, car vois-tu ton sourire est ma drogue.Drogue dur, j'en ai fais des overdose à cause de toi.Tes paroles, mon alcool.Fort, alcool très fort à consommer frais et sans modération.Et tes baisers mon aphotéose.Euphorie supreme que tu m'accordes,tu es mon roi.Alors comme tu le vois, je suis dépendante de toi, ta voix,tes yeux,ton souffle,ton odeur.

Je ne pense vraiment pas que je t'aime,je tiens surement à toi,ça oui.Tu fais naitre en moi un étrange sentiment,genant,euphorisant.Ce sentiment est comme la consequence de la drogue que je consomme qui est ton sourire,de l'alcool que sont tes mots.Mais comme toute droguée,à force ça me détruit.Etre ta poupée me fatigue,j'aimerai etre là avec toi, et pas pour toi...

Si tu savais comme tu es présent dans mon esprit,tu m'obsèdes.Je pense à des plans tous plus grand les uns que les autres, mais devant toi mon imagination est bien peu de choses.En vérité tu es l'écrivain de ma vie, le réalisateur de ce film qui n'a pas de sens,le metteur en scène de cette povre pièce.

Crois-moi quand ça aura changeait, quand je ne tiendrai plus autant à toi.Quand j'aurais récupéré mes quelques neurones, quand mon cerveau fonctionnera normalement, à ce moment-là...Je te detesterais pour tous ces moments que tu m'as fait passer.

Mais pour l'instant ne parlons pas du futur,car tu arrives devant moi, je vais cacher cette feuille, et me remettre dans le role au moment où tes yeux se posseront sur mon corps.Je suis tienne...