Lundi 4 Septembre 2006

Bonsoir !!

Me revoilà, après des vacances qui se sont magnifiquement bien passées ! Ce One-Shot (eh oui, encore !) a été écrit pour un concours. Je vous livre donc le fruit d'un travail d'un bon mois et demi. En espérant que tout cela vous plaise !

Auteur : Imari Ashke aka Ima.

Rating : K C'est très léger on survole.

Attention : Ceci est un slash, une histoire entre deux adolescents masculins. Donc je vous le dis : SHONEN-AI ! Homophobes, vous savez ce qu'il vous reste à faire, la petite croix rouge, à droite :p

Note : Tous ces personnages m'appartiennent bien sûr. Donc ne pas les torturer, s'il vous plaît !! Pauvres d'eux !

Note 2 : Le concours était porté sur le style épistolaire. Bonne lecture.


Et alors ?...

Reçu le : 21.03.05 à 19h36.

De : Alex.

Coucou Chris.

Je t'ai aperçu aujourd'hui

mais rien de plus,

alors je voulais t'envoyer

ce petit SMS.

Passe une bonne soirée.

A demain.

-------------------------------------

Reçu le : 21.03.05 à 20h27.

De : Alex.

Merci pour ton SMS !

Demain je commence plus

tard, j'espère qu'on se verra.

Bonne nuit Chris, à demain !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 23 Mars 2005.

Cher Journal…

Je crois que c'est ainsi que l'on commence un journal. Enfin c'est ce que j'ai toujours vu. En fait, cette entrée en matière ne me plaît pas, c'est bien trop sentimental… Je préfère être direct, je pense… Alors commençons :

Tout d'abord c'est assez étrange d'écrire ainsi sur moi-même, de parler tout seul en fin de compte. Je ne crois pas avoir jamais vu un homme écrire un journal intime… Quelques uns de mes amis m'ont parlé du leur mais j'avais du mal à les imaginer ainsi, plongés dans l'écriture de leur vie… Mais là, c'est un cas de force majeure ! Je suis perdu et personne n'est là pour m'aider. Alors j'essaie d'élucider mon problème par moi-même. La question est de savoir si j'y réussirai…

Il est tard, je n'ai pas le courage de tout expliquer et de penser au sujet de mon problème. Je vais dormir et peut-être que demain, je m'y mettrai réellement.

Au fait, mon nom est Chris. Oui, Chris tout court.

Et mon problème ? Il se nomme Alex…

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 25.03.05 à 10h21.

De : Alex.

Salut !

Dis-moi, tu es où ? Je

ne te vois pas et je me

demande si tu es dans

la cour, là. Si oui,

rejoins-moi près du foyer.

Bye !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 26 Mars 2005.

Voilà enfin un peu de temps ! Mes parents sont partis faire des courses et j'ai échappé à la corvée en prétextant des devoirs. Mais ça tourne dans ma tête, inlassablement, alors j'ai décidé d'écrire ce journal.

Bien, il faut donc trouver un point de départ. Je pense que le plus simple serait de présenter Alex ici. Alors on va se le faire façon carte d'identité :

Prénom : Alexis (dit Alex)

Nom : Maillon

Date de Naissance : 11 Septembre 1987 (17 ans donc)

Yeux : bleus.

Cheveux : noirs.

Signes particuliers : peau mate et un piercing à la langue. Il en voulait un et celui-ci était le plus discret, d'après lui. Je pense d'ailleurs la même chose et personnellement, ça ne me dérange pas du tout. C'est vrai que ça lui donne un genre…

Problème : voilà le sujet principal. Alex a depuis quelques temps un comportement assez étrange : il cherche constamment ma présence ! Passer du temps avec lui ne me dérange pas ; c'est quelqu'un d'intelligent et de très drôle, lorsqu'il le veut. Non, ce qui ne va pas c'est cette impression omniprésente que quelque chose a changé entre nous. Si je compare sa façon d'être maintenant avec celle de début d'année, je perçois ce changement qui émane de tout son être ! Il est plus souriant, plus attentionné, plus blagueur… plus charmeur…

Voilà, c'est dit. J'ai bien l'impression que ce gars me drague ! Parfois je me dis que je rêve et d'autres…

Enfin ! J'ai besoin de repos. Cette histoire est trop compliquée, je suis fatigué ! Je vais dormir un peu.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 29.03.05 à 15h47.

De : Alex.

Hey Chris !

Est-ce qu'on pourrait discuter

tous les deux, là ?

Si tu es ok, rejoins-moi à la

sortie du lycée.

Bye.

-------------------------------------

Reçu le : 29.03.05 à 18h30.

De : Alex.

Je pense que tu ne voudras plus

me revoir, alors inutile d'être

blessant. Je me charge seul

de sortir de ta vie.

Salut !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 29 Mars 2005.

Ce que je redoutais est arrivé. Alex est bien gay. C'est l'horreur ! Comment vais-je me sortir de cette situation ? Je me sens tellement mal à l'aise ! Et ce message qui se répète à l'infini, encore et encore, dans ma tête : « Je me charge seul de sortir de ta vie. » Mais moi je n'ai aucune envie qu'il sorte de ma vie, c'est bien cela mon problème ! Alex est mon ami ! Même encore maintenant, même si ce qu'il ressent dépasse mon entendement, ce que je veux c'est qu'il reste avec moi !

Il faut que je me calme, je vais aller courir. Le sport m'épuise : c'est ce que j'aime et surtout c'est ce dont j'ai besoin. Ce soir je crois que ça m'est vital.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 30.03.05 à 19h42.

De : Alex.

Désolé pour hier. Pardon

de t'avoir fait du mal.

Merci de ne pas me

détester. Mais il faut que

tu comprennes :

Moi, je t'aime.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 2 Avril 2005.

J'ai parlé avec Alex, il y a quelques jours. Je crois que ça ira… Enfin, j'espère !

Je l'ai obligé à m'écouter et nous avons fini par avoir une conversation plus calme… Tout est rentré dans l'ordre, il me semble, et pourtant je continue d'écrire. C'est comme s'il restait encore quelque chose d'indéfinissable à découvrir. Je ne me sens pas aussi satisfait que j'aurais dû. J'ai envie de quelque chose, mais je ne sais pas quoi… Un manque s'est introduit dans mon cœur depuis mardi, depuis l'aveu d'Alex, mais je ne trouve pas son origine. Demain, Alex et moi allons au cinéma. Peut-être trouverai-je la réponse que je cherche, avec lui. Qui sait ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 03.04.05 à 11h53.

De : Alex.

Hello !

J'espère que tu n'as pas

oublié notre sortie !

RdV à 13h45 à la gare.

A tout à l'heure !

-------------------------------------

Reçu le : 03.04.05 à 22h59.

De : Alex.

Je n'arrive pas à dormir.

Je ne comprends pas.

Qu'est-ce qui s'est passé,

Chris ? Explique-moi…

Bonne nuit.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 4 avril 2005.

Il est plus de minuit, alors on est à présent le 4. C'était hier que nous avons été au ciné voir ce film, avec Alex. Ou plutôt, c'était il y a quelques heures à peine… En tout cas je ne me souviens même plus de quoi il était question… En revanche, Alex, je ne l'ai pas oublié !

Pourtant tout avait bien commencé. Deux amis, prenant leur place de cinéma, entrant dans la salle de projection avec du pop-corn et parlant de jeux vidéo ! Quoi de plus normal ? Puis la séance a commencé. Au début, tout était normal. Il y avait juste la présence d'Alex à côté de moi qui était bien plus forte que jamais auparavant. Et ensuite, d'un coup, d'un même mouvement, nous avons voulu attraper des pop-corn. Un geste banal ! Comment cela a pu tourner ainsi, ensuite ?

Gênés, nous nous sommes regardés à la lueur des flashs de lumière qui parsemaient la salle de projection. Je ne me souviens que d'une mélodie, comme si le film s'était arrêté ne laissant que la chanson de fond nous entraîner. Et, sans que je réfléchisse, je me suis approché de lui...

Je viens de m'en rendre compte ! C'est moi qui ai tout déclenché ! C'est moi qui ai commencé, qui ai fait le premier pas !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 05.04.05 à 00h52.

De : Alex.

Ne joue pas avec moi.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 5 avril 2005.

Alex… Je ne joue pas ! Je ne joue à rien, je suis perdu. Dans ma tête, tout va mal, tout tourne, tourbillonne, et le simple fait de penser à ce qui s'est passé me donne mal au ventre ! Je me demande ce qu'il m'arrive et ça me fait peur.

Nos visages étaient trop proches, alors j'ai réduit l'écart qui persistait entre nous. On s'est embrassé, bon sang ! Et c'est moi qui me suis avancé le premier ! Qu'est-ce que je voulais à la fin ?

Il faut que je dorme !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 06.04.05 à 21h20.

De : Alex.

Tu as échappé à toute

confrontation, Chris. Tu

ne fais face à rien, tu te

caches. Ce n'est vraiment

pas bon pour toi.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 6 avril 2005.

Je ne sais plus quoi faire, je suis perdu. J'ai évité Alex autant que possible et durant toute la journée. Il l'a d'ailleurs bien remarqué, c'était plutôt flagrant… Qu'est-ce qu'il se passe ? Je ne sais plus ce que je veux… J'ai embrassé Alex et j'ai aimé ça. Oui, j'ai vraiment apprécié ce baiser. Mais après, qu'y aura-t-il dans notre futur si incertain ? Aimer est un verbe profond et je ne m'en sens pas aussi proche que cela. Mais… il me semble qu'Alex a quelque chose de plus que les autres. Alors quoi ? J'ai envie de savoir ce qui le rend particulier ! Je dois me reposer…

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 20.04.05 à 10h04.

De : Alex.

Je crois qu'il faut que

l'on parle. Rejoins-moi

à la bibliothèque.

-------------------------------------

Reçu le : 20.04.05 à 20h15.

De : Alex.

On est parti pour une

histoire compliquée toi

et moi, je crois.

J'espère juste que tu

ne regretteras pas ta

décision.

Bonne nuit, Chris.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vendredi 29 Avril 2005

Il y a deux jours, j'ai fait face à Alex. Notre baiser me torturant à chacun de ses regards, j'ai fini par accepter de le revoir. Et somme toute je ne le regrette pas.

Quand je suis arrivé à la bibliothèque, il était assis et avait déjà cessé de lire, la tête rejetée en arrière, plongé dans des songes plus intéressants que ses lectures. Je pense qu'il était aussi préoccupé que moi, même s'il n'a rien dit. Il m'a demandé, après que je me sois silencieusement assis en face de lui, ce que je voulais « exactement entre nous » de cette manière douce qui lui était propre. Mais je voyais au fond de ses yeux briller une lueur d'incertitude et… d'espoir ? J'ai fini par lui dire la vérité, même si cela m'a mis dans une position inconfortable ; je n'aime pas particulièrement étaler mes sentiments ou mes doutes. Mais pour une fois, j'ai fait un effort : je lui ai demandé si l'on pouvait commencer quelque chose tous les deux, malgré le nombre incalculable de problèmes qui surviendraient certainement entre nous. Ma voix a un peu tremblé, il me semble, peut-être à cause de son regard brûlant ?

Enfin, à l'instant où ma question a plané dans le silence ambiant, je l'ai presque regretté mais n'ai rien ajouté. J'avais eu peur en fait, tout bêtement.

Je ne regrette plus, à présent, d'avoir agi aussi spontanément : Alex et moi avons retrouvé l'entente que nous partagions auparavant. Mais il y a quelque chose de plus entre nous, en dehors de la légère gêne qui subsiste…

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 11 Mai 2005.

C'est étrange et effrayant. Cette nuit, j'ai rêvé d'Alex… Ce n'était pas un simple rêve que l'on oublie au moins partiellement au réveil, non, c'était… comment exprimer cela ?

Il était nu. Voilà. Je ne peux pas oublier ce que j'ai ressenti en le voyant ainsi. Ma main s'est approchée de lui pour toucher sa peau brunie mais, au moment de la poser sur son corps, j'ai quitté ce monde de rêve.

Mon cœur bat encore sous le choc de cet instant, alors que j'écris. J'ai même l'impression que mes mots sont légèrement brouillés, comme si je tremblais, donnant à mon écriture cette forme teintée de préoccupation.

Ce que j'ai ressenti face à Alex était réellement fort. De l'envie ? Il me semble, oui. Envie tout d'un coup de le connaître, de tout savoir de lui, de posséder son cœur et son corps à la fois… Pourtant c'est un garçon… Mais j'en suis venu à me demander : et alors ?...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 27.05.05 à 19h36.

De : Alex.

Qu'est-ce qu'il se passe,

Chris ? Tu n'étais pas

toi-même cet après-midi.

J'ai fais quelque chose

de mal ?

Répond-moi.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 28 Mai 2005.

Je trouve enfin le temps d'écrire à nouveau. Courir m'a fait sereinement dormir, hier soir, mais aujourd'hui je suis à nouveau assailli par la colère.

Alex ! Mais quel… traître ! Voilà !

Il faut que je me calme et que je récapitule ce qu'il s'est passé…

C'était hier. J'avançais vers notre coin habituel, près du foyer des élèves du lycée, quand je l'ai aperçu ; il n'était pas seul. Avec lui riait un autre garçon, blond aux yeux bleus. Il était d'ailleurs plutôt pas mal : j'avoue l'avoir regardé de haut en bas. Il ne valait pas Alex, mais... Mais je suis tout de suite descendu de mon nuage quand le bras de ce garçon s'est posé négligemment sur l'épaule de MON copain. Ils riaient ensemble, heureux, très proches l'un de l'autre ; j'en aurais hurlé de rage ! Il n'avait pas le droit ! Il n'avait pas le droit d'être autant collé à Alex ! Pourtant ce dernier ne disait rien et continuait de rire. Ca n'avait pas l'air de lui déplaire, apparemment.

Rien que d'y penser, je sens de nouveau mes tempes battre de façon saccadée. Et après, il me demande ce qui ne va pas ? C'est vrai qu'ensuite je suis parti en les laissant seuls, mais c'était ce qu'il cherchait, non ?!

Je savais depuis le début que je m'embarquais dans une histoire compliquée, mais pas à ce point ! Alex m'a trahi et il ne le reconnaît même pas…

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 30.05.05 à 12h18.

De : Alex.

Encore disparu.

Et si tu me disais ce

qu'il se passe ?

J'aimerais comprendre.

Je me sens coupable.

Appelle-moi.

-------------------------------------

Reçu le : 01.06.05 à 21h33.

De : Alex.

Tu es jaloux.

Reconnais-le !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 1er Juin 2005.

Il a tort, je ne suis pas jaloux !

-------------------------------------

Samedi 4 Juin 2005.

Je viens de relire mes derniers mots sur ce journal. Je crois qu'il faut encore que je mette cette partie de ma vie sur papier. Je ne pensais pas qu'écrire ainsi ce qui se passait dans ma vie et ce que j'en pensais pouvait autant m'aider à y voir clair. Bon, je me lance :

J'ai avoué à Alex mercredi après-midi, après une longue hésitation, que je l'avais vu avec cet abruti de blond. Il est resté tout à fait normal ; aucune surprise ni culpabilité n'a transparu sur son visage. Alors je lui ai rapporté à quel point tous deux avaient eu l'air proches et comme ce Johann, car tel était son nom, s'était appuyé tout contre lui. Finalement, au lieu de m'expliquer quoi que ce soit, Alex m'a ri au nez ! Il n'avait pas le droit ! Il était en faute et c'était lui qui se moquait. Et tout cela pour me dire ensuite que j'étais tout simplement jaloux ! Cette affirmation complètement erronée me dépasse encore ! Tout est de sa faute ! Point final.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 05.06.05 à 14h16.

De : Alex.

Tu es borné ! C'est tout

ce que j'avais à dire.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi 7 Juin 2005.

C'est de sa faute, mais il me manque.

Plus je pense à ce qu'il s'est passé, plus je doute de mes accusations et plus je me sens stupide. C'est vrai, si c'était un ami à lui, Alex avait le droit de rire avec et il n'avait pas à refuser un quelconque geste amical. Il ne m'appartient pas de manière absolue.

Pourtant, je crois que je l'aurais voulu ainsi, totalement à moi.

Suis-je égoïste ?

-------------------------------------

Mercredi 8 juin 2005.

D'accord je l'admets : je suis jaloux !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 09.06.05 à 22h40.

De : Alex.

Je suis content que tu aies

reconnu ta méprise, Chris.

Tu n'es pas égoïste et ta

jalousie me prouve

beaucoup de choses.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dimanche 19 Juin 2005.

Il n'y a pas que les mauvais moments qui méritent leur place sur ce journal. Les bons sont tout aussi importants : on s'est à nouveau embrassé ! C'était la première fois depuis ce fameux jour au cinéma qui a tout fait basculer.

C'est étrange d'embrasser un homme mais finalement ça l'est tout autant avec une femme : ce n'est jamais la même chose. En tout cas, j'aime son piercing ! C'est agréable… C'était réellement un après-midi génial ! Mercredi prochain, il vient à la maison. C'est la première fois. Je me demande ce que l'on va faire…

-------------------------------------

Mercredi 22 Juin 2005.

Je ne sais pas quoi écrire. J'ai besoin d'extérioriser ma perplexité et ma confusion, mais rien ne me vient à l'esprit, c'est étrange. C'est une sensation qui part du cœur et s'envole dans toutes les directions d'une manière totalement aléatoire, me faisant perdre toute notion d'équilibre. Je suis à nouveau perdu…

L'après-midi avait très bien commencé. Il est entré à la maison, curieux. Mes parents étaient absents. Nous sommes allés directement dans ma chambre. Il est entré lentement puis a fait tout le tour de la pièce, posant des questions, s'émerveillant, se passant une ou deux fois la main dans les cheveux. Finalement, il s'est lassé et nous avons commencé à discuter. De tout, de rien, de l'école… On a fini sur mon lit à jouer à la playstation.

Sur un jeu de course de voitures, on s'est battu l'un contre l'autre. La bataille était vraiment rude et ce tricheur a commencé à détourner mon attention en passant sa main sur mon cou de temps en temps. Je sens encore la chaleur qui s'en dégageait irradier derrière ma tête.

Finalement, en plein milieu de la course, il m'a retiré la manette des mains et m'a embrassé. J'ai été soufflé, je ne savais plus quoi faire : il m'a eu par surprise…

Son baiser s'est adouci peu à peu et ses mains sont venues caresser mon dos. Mon t-shirt n'a pas fait long feu et le sien non plus d'ailleurs.

Je crois que si mes parents n'étaient pas rentrés à la maison de façon si bruyante à ce moment-là, nous aurions fait ce que les adultes appellent « commettre l'irréparable ». J'en ai tout à fait conscience.

Alors pourquoi est-ce que la seule chose à laquelle je pense c'est ce sentiment de liberté et de volupté qui persiste au creux de mon estomac ? Pourquoi est-ce que lorsque je ferme les yeux, c'est Alex à demi nu et dans mes bras que je surprends ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 23.06.05 à 01h04.

De : Alex.

Je n'arrive pas à dormir.

Quand je ferme les yeux,

c'est toi que je vois.

Je t'aime Chris.

­-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 4 Juillet 2005.

Alex vient de partir en vacances, avec ses parents. Je crois que je ne me suis jamais senti aussi seul de ma vie ! C'est peut-être pour cela que j'écris aujourd'hui. C'est vrai que depuis deux semaines et demie il ne s'est pas passé grand-chose. Alex et moi n'avons pas eu l'occasion de nous retrouver à nouveau seuls et livrés à nous-même dans une chambre. Je ne sais pas si c'est une bonne ou une mauvaise chose… Comment expliquer mon doute ?

Je tiens énormément à Alex, je m'en rends compte, à présent qu'il n'est plus là. C'est douloureux et lancinant de penser à lui en sachant que je ne le reverrai pas avant une vingtaine de jours… ça me rend triste. Je n'avais jamais ressenti cela. Depuis le début, avec ce gars, c'est fort et incontrôlable. Tout ce qui nous est arrivé s'est chaque fois violemment répercuté. Le premier baiser, Johann, notre « presque première fois »… ça ressemble à un roman sauf qu'ici, les héros sont tous deux des sujets masculins.

Je me demande d'ailleurs comment j'ai pu en arriver là. Les filles ne m'intéressent même plus. Ni les hommes, d'ailleurs. Le seul que je vois à présent c'est Alex… Et sans lui, en ce moment, j'ai l'impression de ne faire que survivre en attendant son retour. C'est ça l'amour ?

Alex, je t'attends…

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 27.07.05 à 15h31.

De : Alex.

Je viens de rentrer.

Rejoins-moi chez moi,

mes parents sont

repartis.

A tout de suite !

-------------------------------------

Reçu le : 27.07.05 à 19h15.

De : Alex.

Je n'aurais jamais rêvé

meilleur accueil. Merci.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 27 Juillet 2005.

Je crois que je suis heureux !

-------------------------------------

Samedi 30 Juillet 2005

Ce mercredi, je n'ai pas eu l'envie d'écrire ce qu'il s'est (enfin !) passé. Mais maintenant… j'ai vraiment l'intention de marquer de manière indélébile ces sentiments qui m'ont traversé alors que mon corps se collait au sien.

Alex m'attendait à sa porte, habillé légèrement d'un short court et d'un T-shirt blanc, ses jambes et ses bras très bronzés et presque noirs me surprenant presque ; il récoltait si vite la lumière du soleil sur sa peau ! Il était vraiment magnifique… Son sourire voulait tout dire : un désir et une joie immenses de nous retrouver enfin ensemble ! Avait-il été aussi sensible à mon absence que je ne l'avais été à la sienne ? Je crois, oui… Certainement même.

Nous sommes montés dans sa chambre et nous nous sommes enfin embrassés. Ça m'avait tellement manqué que je trouvais notre échange presque étrange. Mais peut-être l'était-ce, tout simplement ? Il a frôlé mon dos en un va et vient incertain avant d'enfin retirer mon T-shirt. J'ai mis davantage de temps avec le sien, craignant plus qu'autre chose de faire une bêtise.

En fin de compte, ce qu'il s'est passé n'est pas plus mal. Alex, plus à l'aise, a pris les devants et avec douceur et tendresse, s'est accaparé toute ma confiance, nous emmenant tous deux dans une extase indescriptible !

Il y a eu du plaisir, oui, énormément et ravageur, mais aussi un échange que nous n'avions jusqu'alors pas connu. Nous ne parlions plus avec les mots à ce moment, mais avec tout notre corps.

Maintenant encore je ressens la chaleur qui nous a accompagnés tout du long. Cette sensation de complicité qui ressemblait au partage d'un instant fugace mais rempli d'émotions. Oui, Alex a bien ravi ma raison…

Et mon cœur ?

-------------------------------------

Lundi 1er Août 2005.

Je suis dans un avion. C'est la première fois ! A côté de moi se trouve mon petit ami et derrière, il y a mes parents. On a invité Alex pour le mois d'août. D'ailleurs, le principal concerné s'est endormi il y a une dizaine de minutes et le temps que je sorte un stylo et ce cahier, il est allé poser sa tête contre mon épaule. Nous sommes tous les deux en partance pour l'Ile de Beauté, la Corse. Dans une demi-heure on atterrira et on ira tous, Alex, moi et mes parents, dans la maison louée pour l'occasion. J'ai hâte de rencontrer la mer !

Je suis en train de penser que je n'ai jamais passé autant de temps avec Alex que celui que nous allons partager durant ces trois semaines ! Ça me fait un peu peur. Et si nous ne faisions que nous disputer ?

Alex a bougé, je préfère arrêter d'écrire et fermer le cahier.

-------------------------------------

Dimanche 7 Août 2005.

Finalement, tout va bien. Avec Alex, on sort beaucoup ! La plage est notre coin privilégié, c'est un petit endroit assez peu fréquenté, tout près. On s'y sent à l'aise et complètement coupé du monde extérieur ; c'est ce qui nous plaît, je pense. Là, quand il n'y a personne, c'est la mer qui est témoin de notre relation plus qu'amicale. C'est assez étrange en fin de compte et tout ce petit jeu est en train de me miner. Je crois que c'est pour cela, cette fois, que j'écris. Le secret de notre relation est un lourd fardeau que j'ai de plus en plus de mal à porter. Alex a l'air tout à fait à l'aise avec tout cela, il faudrait que je lui pose des questions sur ses anciennes relations. A mon avis, je ne suis pas son premier copain.

On m'appelle pour manger. Alex a aidé ma mère à préparer le repas, ça risque d'être bon !

-------------------------------------

Lundi 15 Août 2005.

Comme je l'avais prévu, j'ai enfin pu discuter avec Alex et comme je le soupçonnais, je ne suis pas son premier amant.

Je suis celui qui compte le plus, heureusement ! S'il m'avait dit le contraire, je crois que je l'aurais mis dans le premier avion en partance pour Paris ! Je pense que je suis jaloux… à nouveau. Je trouve ce sentiment désagréable, il me met dans tous mes états. Alex profite chaque fois de ces moments pour s'amuser à mes dépens, c'en est frustrant !

Enfin, j'écrivais sur ses anciennes relations. Tout d'abord, Alex n'a JAMAIS mis l'une de ses histoires au grand jour. Je trouve cela bien difficile à concevoir. Personnellement, je n'en peux plus. J'ai envie, parfois, de tout dévoiler à mes parents, mais que diraient-ils ? J'ai trop peur de leur réaction pour avancer quoi que ce soit. Alors je me tais et laisse le temps faire son travail… Même si c'est douloureux, et chaque jour un peu plus…

-------------------------------------

Mercredi 17 Août 2005.

Je vais le tuer ! Ce sale fouineur d'Alex ! Qu'il ne m'approche plus pour le reste des vacances ! Comment a-t-il osé lire tout ce que j'avais écrit dans ce cahier ?! Je me sens trahi et surtout, je me sens nu face à lui, à présent. Je suis mal à l'aise par sa faute : il connaît toutes mes faiblesses, mes peurs, mes joies… Quel traître ! Il a attendu que je sois sorti de la chambre pour fouiller. Heureusement que j'avais bêtement envie de lui faire une surprise après la douche en entrant discrètement dans la chambre, sinon je n'aurais rien découvert… Il n'avait pas le droit !

Maintenant il doit être à son tour à la douche, je ne sais pas exactement, je me suis refusé à le rencontrer depuis cet incident. Aujourd'hui, je le déteste !

-------------------------------------

Vendredi 26 Août 2005

Je ne sais pas comment écrire ce qui se passe… Avec Alex, c'est fini. Un jour avant notre départ il m'a trahi comme jamais il ne l'avait fait ! Je suis perdu, il me manque, j'ai besoin de lui en ce moment… Ce qui s'est passé a précipité tellement de choses… Tout est sa faute !

La dernière fois que j'ai rangé ce cahier, je l'ai remis à sa place. Il savait pertinemment où il se trouvait mais je lui ai fait confiance, je n'ai rien changé à mes habitudes ; le journal est retourné sous mon oreiller. Ensuite, je n'y ai plus touché de toute la semaine. Quand j'ai voulu le récupérer, il avait disparu. J'ai cru tout d'abord l'avoir égaré quelque part, puis j'ai fini par réaliser que non, je ne l'avais pas touché depuis que je l'avais rangé dans son coin le jour où Alex l'a lu. Je me suis mis en colère, je lui ai crié dessus, je l'ai frappé, même. Il n'avait pas le droit de le lire et encore moins de me le prendre ainsi !

C'est trois jours plus tard, alors qu'on ne se parlait plus du tout et que l'atmosphère était péniblement lourde, que je l'ai récupéré… Il l'avait posé sur le lit de mes parents. Et ils l'ont lu…

Quand ma mère me l'a tendu, j'ai cru que j'allais tout casser ! Devant mon regard tout s'est obscurci et mon cœur s'est arrêté de battre. J'étais mortifié ! Et Maman et Papa étaient étranges. Quand j'ai repris mon journal, les doigts de ma mère m'ont frôlé et elle les a retirés d'un mouvement sec… Je me suis senti si mal !

Depuis ce jour, rien n'est pareil. Ni à la maison maintenant que nous sommes rentrés, ni dehors lorsque je sors. Alex n'est plus là, mes parents m'évitent… Je me sens seul, tout est fini. J'ai l'impression qu'en un instant j'ai perdu tout ce qui avait de la valeur à mes yeux…

Je me sens inutile et oublié.

-------------------------------------

Dimanche 4 Septembre 2005

Mon humeur s'approche à nouveau de cette chaleur que l'on appelle la paix : mes parents et moi avons eu une conversation. Quand ils m'ont appelé du salon, j'ai appréhendé interminablement le simple instant où j'allais croiser leur regard. Mais finalement, la lueur de dégoût que je pensais y voir était absente. Cela m'a un peu rassuré, mais j'étais toujours aussi mal à l'aise.

Je me suis assis sur le fauteuil et les ai regardés en silence. Ils étaient un peu souriants, plutôt conciliants en fin de compte, quand j'y repense. Puis c'est Maman qui a commencé à parler. Et là… mes yeux se sont agrandis de stupeur. De la stupeur mêlée à de l'apaisement et de la joie.

En parlant doucement et lentement, cette femme magnifique qui m'a élevé a su me consoler et m'attendrir. Elle m'a expliqué tendrement que depuis qu'ils avaient appris ce qu'il se passait entre moi et Alex, ils ne savaient plus quoi faire. Ils s'étaient sentis un peu comme affligés et trompés. C'est vrai, Alex et moi sommes restés très secrets du début à la fin… C'est peut-être ce qui nous a séparés, non ?

Enfin, ils se sont excusés de leur conduite et m'ont assuré que, après avoir grandement réfléchi, ils ne voulaient que le meilleur pour moi. Ils ne me voulaient aucun mal et si être avec Alex me rendait heureux, pourquoi pas ?

En définitif, ils en sont venus à la même conclusion que celle que j'ai difficilement accepté il y a plusieurs mois : Alex est un garçon, tout comme moi, leur propre fils ; et alors ?...

-------------------------------------

Lundi 5 Septembre.

La rentrée a eu lieu. C'était hier encore que j'écrivais mais aujourd'hui, après avoir vu Alex, j'ai presque envie de pleurer. Ça ne me ressemble pas ! Comment m'a-t-il rendu si sensible ?! J'ai eu très mal aujourd'hui. Vraiment… c'était douloureux.

Je suis arrivé juste à l'heure en cours. Je savais qu'il serait là ; nous sommes dans la même classe, malheureusement. Ou heureusement, peut-être ? Je ne sais pas. Pour l'instant, être dans la même pièce que lui en me sentant oublié est plutôt une épreuve.

Nous avons passé la journée à nous ignorer. Enfin, du moins ai-je essayé de m'en convaincre mais je me suis abstenu de compter le nombre de regards que je lui ai lancé. Il n'a pas changé, peut-être un peu plus mince, rien de plus. Il est toujours aussi beau avec ce contraste qui fait tout son charme : la noirceur de sa chevelure et le bleu perçant de ses yeux…

Mais qu'est-ce qu'on a fait ? Que nous est-il arrivé ? J'aimerais tant aller vers lui et qu'il me réconforte. Il a toujours été si calme et maître de la situation, chaque fois. Il l'était pour lui, mais aussi pour moi. Je suis triste et dès que « je ferme les yeux, c'est toi que je vois »… C'était une partie de l'un des messages qu'il m'a envoyé… Je m'en souviens encore… C'est aussi ce que je ressens en ce moment…

Je n'ai pas le cœur d'aller courir. Je crois que même cela n'arrivera pas à me faire dormir… Je vais quand même aller m'allonger. En tout cas, c'est sûr, je n'ai vraiment pas faim.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 06.09.05 à 00h04.

De : Alex.

Je voulais juste t'aider.

Tu voulais tellement

leur en parler que j'ai

utilisé le meilleur

moyen que j'ai trouvé.

Je suis tellement

désolé…

-------------------------------------

Reçu le : 06.09.05 à 12h17.

De : Alex.

Je veux bien te voir.

Viens me rejoindre

à la sortie du lycée,

Je t'attends.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 7 Septembre 2005

Aujourd'hui, le temps est en osmose avec mon humeur ! Le soleil brille haut dans le ciel et aucun nuage n'est visible… C'est ce qu'on appelle une humeur au beau fixe, il me semble !

Touché par son SMS, j'ai proposé à Alex que l'on se voie. Je n'en espérais pas autant, je crois… Nous avons commencé dans un bar et fini dans le parc qui jouxtait le lycée, cachés derrière un buisson. J'ai pleuré. Je crois que ça ne m'était plus arrivé depuis plusieurs années mais là, c'était particulier…

En lui demandant pourquoi il avait donné mon journal à mes parents, je ne m'attendais pas à sa réponse qu'il prônait depuis tant de temps. Je pensais juste qu'il avait fait tout ça sur un coup de tête, sans trop y penser. Je ne comprenais pas son geste, je crois. Mais non. Alex m'a à nouveau prouvé son attachement : il n'avait laissé mon cahier à mes parents qu'en réponse à mon désir de nous dévoiler enfin face à eux, débarrassés de nos masques.

Ensuite, c'est lui qui a pleuré. Ca m'a fait drôle, je ne me sentais pas du tout à l'aise. Deux hommes se laissant aller ainsi, j'avais honte ; pour lui et pour moi. Mais finalement, je crois que ça nous a aidé à nous comprendre. Tout ce que l'on a fait, tout ce qui a renversé ce qu'on avait construit, c'est notre incapacité à nous comprendre. Alors on a décidé de ne plus jamais rien faire sans l'accord de l'autre.

C'est une bonne idée, je pense…

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 10 Septembre 2005

C'est bien vrai ! Mais je conserve une part de mystère ; je me garde le droit de t'offrir des surprises comme celle-ci sans ton accord. (Alex, ton homme)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Reçu le : 11.09.05 à 00h02

De : Chris

Tu n'avais pas le droit

d'écrire dessus, tricheur !

Bon anniversaire, Alex.

Je t'aime.


Ima.