Je suis de retour. J'ai un peu tardé, je sais, mais j'arrivais pas à poster mon histoire, grr!!

Bon, je préviens tout de suite, cette fic n'est pas classé en M pour rien. Elle contient des passages clairement sexuels. Je décline donc toutes responsabilités si vouz êtes trop jeunes ou trop sensible, j'y peux rien!

Bon, j'espère ne pas avoir fait fuir tout le monde non plus lol!

Bonne lecture!


Les joies de l'Informatique.

Bon sang, pourquoi ces ordinateurs ne voulaient jamais faire ce qu'on leur demandait ? A chaque fois quelque chose plantait. A chaque fois ! Cela faisait près de trois quarts d'heure que Thomas s'énervait sur son pauvre ordinateur qui n'en faisait qu'à sa tête. Il avait beau faire comme leur avait montré leur professeur, il n'y arrivait pas. Sa patience commençait à s'amenuiser de plus en plus et il songea sérieusement à faire passer cette maudite machine par la fenêtre.

Un éclat de rire provenant de sa gauche le tira de sa rumination. Il coula un regard dans cette direction pour apercevoir Mégane et Aurore en pleine crise de fou rire. Cette vision lui arracha un sourire et une vague de chaleur se diffusa lentement dans son corps. Depuis ce matin il était dans cet état. Quand il apercevait ou entendait Mégane, il se sentait tout chose et étrangement fébrile.

Il secoua la tête pour essayer de se concentrer sur son travail. Mais au bout de cinq minutes, il dû se rendre à l'évidence, il n'y arrivait vraiment pas. D'ailleurs, il ne devait pas être le seul puisqu'il entendit Alex et Anthony, juste devant lui, insulter copieusement leur ordinateur. En désespoir de cause, Alex se retourna vers Mégane.

« Meg ? »

La jeune fille releva la tête en entendant son nom.

« Comment as-tu fait pour insérer une table des matières et un index ? »

« Attends je vais te montrer. »

Elle se leva et se dirigea vers les deux garçons désespérés, faisant claquer ses talons. Elle se plaça juste entre eux deux, prit la souris et leur montra ce qu'il fallait faire. Thomas pouvait ainsi l'apercevoir de dos. Il tenta de se concentrer sur l'écran de son ordinateur mais son regard ne cessait de dévier pour aller admirer la jeune fille devant lui.

Ce jour là, elle portait un petit débardeur rouge près du corps et un jean taille basse assez moulant. Son regard se posa sur sa chute de reins pour finir sur ses... Non, il devait rester concentré ! Pourquoi portait-elle des vêtements moulants, s'en était presque indécent ! Pourtant, il dû bien admettre que même avec un pull extra large et un baggy, elle restait extrêmement belle. Son regard se posa une nouvelle fois sur ses fesses. Il commençait vraiment à faire chaud dans cette salle et cela ne provenait pas seulement des ordinateurs... Thomas tira sur sa chemise pour y faire passer un peu d'air.

Mégane venait de finir ses explications et s'apprêtait à retourner à sa place quand Thomas l'interpella.

« Mégane, tu pourrais m'aider aussi s'il te plaît ? Je ne m'en sors vraiment pas. »

C'était sortit tout seul, il n'avait pas réfléchit.

« Bien sûr » lui répondit la jeune fille en lui souriant.

Elle avait un sourire à faire fondre un radiateur et il sentit ses genoux se transformer en guimauve. Heureusement qu'il était assis. Elle s'approcha de lui pour lui montrer ce que leur professeur attendait d'eux. Elle était encore plus belle de près. Quand elle se pencha pour prendre la souris, il pu sentir son parfum, doux et fruité.

Soudain, une de ses mèches de cheveux roula sur son épaule. Il l'observa avec fascination, se retenant à grande peine de suivre le même chemin qu'elle avec son doigt ou ses lèvres... Il déglutit difficilement. Sa température interne venait de monter d'encore quelques degrés. Ses yeux allaient de son visage à ses hanches en s'arrêtant un moment sur la courbe gracieuse de sa nuque et sur son ventre plat, pour ensuite revenir sur son visage et plus particulièrement sur ses lèvres.

Mégane, ne se doutant de rien, continuait ses explications. Thomas, lui, n'écoutait pas un traître mot. Il fixait ses lèvres avec envie. Il aurait tant aimé pouvoir les goûter, sentir son souffle chaud dans son cou ou contre son oreille, embrasser sa peau blanche, la sentir frissonner sous ses caresses... Son cœur battait à cent à l'heure et le feu intérieur qui le dévorait devenait de plus en plus insoutenable.

« Tu as compris ? » lui demanda la jeune fille en se tournant vers lui.

Il hocha la tête, bien qu'il ne l'ait pas écouté une seule seconde.

« Super. Je retourne m'asseoir mais si tu as encore besoin de mon aide, n'hésite pas. »

« Ok, merci. »

Elle s'en alla en lui souriant une dernière fois. Vivement que cette heure se termine, sa simple présence devenait une véritable torture. La sentir si près de lui, mais pourtant intouchable, était affreux. Il avait hâte de rentrer chez lui pour se prendre une bonne douche bien froide histoire de calmer ses ardeurs...

Vingt minutes plus tard, leur professeur les laissa enfin sortir. Thomas retint de justesse un soupir de soulagement. Il se dépêcha de s'habiller pour aller se prendre un café bien mérité. Aurore et Mégane étaient déjà sorties. Il retrouva les autres dehors en train de discuter. Alex et Jérôme parlaient de leur dossier qu'ils comptaient rendre le lendemain. Ce fameux dossier qu'il devait aussi rendre et qu'il n'avait toujours pas imprimer. Pourtant il l'avait terminé, mais son imprimante ne fonctionnait plus. Il pourrait peut-être... Après tout, il ne risquait pas grand-chose à demander.

« Euh...Mégane, tu as une imprimante chez toi ? »

« Oui, pourquoi ? »

« J'ai fini mon dossier mais mon imprimante m'a laissé tomber. Je pourrais l'imprimer chez toi ? »

« Bien sûr. On a qu'à faire cela ce soir en rentrant. »

« D'accord. »

Autant pour sa douche, il devra la prendre plus tard. Ils discutèrent encore un peu avec les autres puis Alex, Aurore et Jérôme décidèrent de rentrer chez eux. Thomas et Mégane suivirent le mouvement et se dirigèrent vers la résidence. Ils firent halte à la chambre de Thomas pour qu'il puisse récupérer sa clé USB puis il suivit Mégane jusqu'à sa chambre.

Quand elle ouvrit la porte, il s'aperçu que sa chambre était identique à la sienne, sauf qu'elle était inversée. Son lit était à droite alors que le sien se trouvait à gauche. C'était assez déconcertant. Elle était aussi mieux rangée et nettement plus propre que la sienne ! Son parfum remplissait la pièce, lui rappelant douloureusement ce qu'il avait ressenti à peine une heure plus tôt. Elle alluma son ordinateur et son imprimante. Il lui donna sa clé et elle lança l'impression.

Pendant qu'elle s'activait devant son ordinateur, il s'assit sur le lit afin de l'admirer à sa guise. Il n'aurait peut-être pas dû aller dans sa chambre aujourd'hui, vu dans quel état il était... Il devait se retenir de ne pas lui sauter dessus, ce qu'elle apprécierait sûrement très moyennement.

« Excuse-moi, je te laisse quelques minutes, il me reste encore de la vaisselle à faire. J'ai eu la flemme hier » ajouta-t-elle avec un soupir de résignation.

« Ne m'en parles pas, il m'attend la même chose chez moi ! »

Elle le laissa donc seul sur le lit pendant qu'elle finissait de nettoyer ses affaires. Mais avant, elle ôta son pull qu'elle lança sur sa chaise, se retrouvant pour la seconde fois de la journée en débardeur. Le souffle de Thomas s'accéléra quelques peu et il sentit ses joues le brûler. Il se mordit la lèvre pour tenter de se contrôler. Il profita de l'absence de la jeune fille pour inspirer profondément afin de se calmer. Malheureusement, en faisant cela, il inhala encore plus de son parfum, ravivant son désir.

Il se leva et s'approcha de Mégane qui lui tournait le dos. Quand elle se retourna vers lui, elle heurta son torse et sursauta, étonné de le trouver si près d'elle.

« Thomas, tu m'as fait peur ! Je ne pensais pas que tu... »

Il ne la laissa pas finir sa phrase et s'empara brusquement de ses lèvres. Surprise, elle ne réagit pas tout de suite, mais cela ne l'empêcha pas d'entrouvrir ses lèvres quand le jeune homme quémanda le passage avec sa langue. Il en profita pour approfondir leur baiser et la serrer contre lui. . Elle répondit avec enthousiasme à ce baiser enflammé en nouant ses mains autour de la nuque de Thomas. Il la plaqua contre le mur avec violence et l'embrassa sauvagement dans le cou. Mégane plaça une de ses jambes autour des hanches du jeune homme et passa une main dans ses cheveux tout en s'accrochant à son dos avec l'autre.

Il releva la tête pour plonger ses yeux dans ceux de Mégane. Topaze contre Emeraude. Elle pu y lire tout l'amour et toute la passion qu'il éprouvait pour elle. Il l'embrassa de nouveau, avec plus de douceur cette fois-ci. En la tenant tout contre lui, il se rapprocha du lit et l'allongea dessus. Il recommença à l'embrasser dans le cou, y laissant morsures et suçons. Le souffle de Mégane s'accéléra encore un peu.

Elle entreprit de défaire les boutons de la chemise de Thomas pour avoir enfin accès à son torse musclé. Il fit de même pour le débardeur de la jeune fille qu'il envoya rejoindre sa chemise par terre. Il parsema le corps de Mégane d'une pluie de baisers tous plus brûlants les un que les autres. Elle frissonna de plaisir, sentant la bouche et les mains de Thomas descendre de plus en plus bas et se rapprochant dangereusement de son intimité. Il fut arrêté par son jean qu'il commença à déboutonner d'une main pendant qu'il remontait dévorer ses lèvres.

Le vêtement eut tôt fait de valdinguer à travers la pièce, rapidement suivit par celui de Thomas que Mégane lui avait ôté. Elle savoura avec délice le contact de leur peau nu. Thomas repartit à l'assaut du corps de la jeune fille, cherchant à en connaître les moindres détails.

Il décida de lui enlever son soutien-gorge qui commençait sérieusement à le gêner. Mégane eut un léger mouvement de recul involontaire mais il la rassura en l'embrassant avec toute la douceur dont il était capable. Ce vêtement rejoignit les autres. Il la regarda un moment et lui murmura :

« Tu es magnifique. »

Elle lui répondit d'un sourire et l'embrassa avec fougue. Elle décida de renverser la vapeur et se plaça au-dessus de lui. Elle commença par lui mordiller l'oreille et le cou, traçant une ligne de baisers descendant jusqu'à son nombril. Thomas laissa sa main se balader de ses épaules à ses fesses, la faisant frémir sous ses caresses.

Soudain il lui attrapa les hanches et se replaça au-dessus d'elle. Elle grogna de ce changement de position mais les caresses de Thomas transformèrent rapidement ses grognements en gémissements. Il remarqua qu'elle était très sensible au niveau des oreilles et dans le creux des reins. Il en profita un maximum et les gémissements de la jeune fille commencèrent à remplir la pièce.

Dans le feu de l'action, Mégane ôta le dernier vêtement de Thomas, qui d'ailleurs commençait à se sentir sérieusement à l'étroit dedans. Quand sa virilité frôla le sous-vêtement de la jeune fille, elle ne pu retenir un gémissement, avant-goût de bien des plaisirs futurs. Inconsciemment, elle remua les hanches pour le sentir encore plus près d'elle.

Il l'embrassa une dernière fois avant de se relever. Mégane lui lança un regard de totale incompréhension, mais elle comprit enfin quand elle le vit sortir un préservatif de sa poche.

« Quel homme prévoyant » lança-t-elle en se redressant à moitié.

« Toujours prêt, comme les scouts ! » répondit-il en retournant auprès d'elle.

« Au fait, je crois que l'imprimante a terminé » lui murmura-t-elle à l'oreille en souriant.

« Je n'avais pas remarqué. Mais nous, nous ne faisons que commencer... » répondit-il en lui mordillant une nouvelle fois l'oreille.

Sur ce, il enleva le dernier habit lui faisant obstacle. Le regard de Mégane se rempli d'appréhension quand elle se sentit entièrement mise à nu. Il revint l'embrasser tendrement.

« Je t'aime » lui susurra-t-il à l'oreille pour la rassurer.

Puis il entra au plus profond de son intimité, là où personne n'était encore jamais allé. Au début elle se crispa, de peur et de douleur, puis une vague de plaisir déferla en elle, balayant la moindre de ses pensées. Ses gémissements devinrent des petits cris à mesure que Thomas accélérait la cadence. Elle lui griffa le dos tant son plaisir était grand. Son souffle était de plus en plus saccadé, ses gémissements de plus en plus sonore. Chaque cellule de son corps était électrisée. Le rythme augmenta encore un peu.

Mégane se cambra pour épouser parfaitement les mouvements de Thomas et se rapprocher davantage de lui. La tension monta d'un cran, arrivant à son comble. Et, dans un ultime coup de rein, les deux jeunes gens arrivèrent à un point de jouissance incomparable. Un feu d'artifice sembla exploser dans le corps et l'esprit de Mégane, lui faisant oublier jusqu'à son nom pendant quelques secondes.

Thomas s'effondra sur elle, haletant. Ils reprirent tous les deux leur souffle avant qu'il ne roule sur le côté et ne la prenne dans ses bras.

« Je t'aime » lui répéta-t-il en la regardant droit dans les yeux et en lui caressant les cheveux.

« Moi aussi je t'aime » lui répondit-elle dans un murmure.

Il l'embrassa le plus tendrement du monde. Elle se pelotonna contre son torse et s'endormit au rythme des battements de son cœur, un sourire de satisfaction sur les lèvres. Il déposa un léger baiser sur ses cheveux et s'endormit à son tour en serrant contre lui celle qu'il aimait par-dessus tout.

FIN

---------------

Alors? Bien? Trop? Pas assez? lol!

Laissez-moi des reviews svp!