Voici un petit complément sur Hypnose. Les compositions des familles, les âges, des explications sur le point kinesthésique et ce que fais Mario, ainsi que sur les Compagnons.

Famille Gardon : Dimitri 32, Gwenaëlle 31, Gabi (qui en aurait 25) et Stéphanie 24.

Famille Laumer : Lena 34 (Mère de deux enfants, un garçon et une fille), Mario 27, Andreas et Tobias 25 (Le premier marié à Clarisse et père de Marion), Lukas 18.

Famille Terimes : Dorian 36 (Marié à Madame sa femme et père de Alice, Kévin et Maxime), Mathias 31, Evelyne 21

Famille Hyanes : Clémentine 26, Johan 23.

Famille Journet : Marie 29 et Alex 24.


Le point kinesthésique est un point qui rappelle un souvenir heureux lors de sa pression. Il est en rapport avec le cerveau limbique, celui qui enregistre les mots, odeurs, souvenirs… Ainsi, si je me rappelle régulièrement un événement particulièrement positif en me pressant le bout de l'auriculaire, le sentiment heureux viendra de lui-même à chaque fois que j'effectuerais cette pression. Cet exercice nécessite de la pratique.

Il y a trois parties au cerveau. Le cortex, le limbique et le reptilien. Le premier est le cerveau, le second est associé aux souvenirs et le dernier est un instinct primitif. C'est lui qui nous indique s'il faut fuir ou attaquer en présence d'un événement inhabituel.

Toute situation inhabituelle entraîne un stress et une présence d'adrénaline.

Il y a plusieurs réactions face aux situations inhabituelles.

La réaction d'alarme qui est la survie. L'adrénaline et le cerveau reptilien indiquent au corps s'il faut fuir ou attaquer.

Il y a la phase de résistance. C'est un ancrage dans la mémoire. Des problèmes personnels.

Puis la phase d'épuisement qui équivaut à la dépression.


Les Compagnons du Tour de France, en GROS :

L'adoption :

Le nouvel itinérant reçoit le titre d'Aspirant au cours d'une cérémonie appelée Adoption, qui comme son nom l'indique, marque pleinement son entrée dans la communauté des Compagnons du Devoir. C'est un moment important et solennel que prennent les compagnons pour accueillir celui qui va devenir l'un des leurs.

Lors de cette adoption, le futur aspirant est convié à ouvrir sa conscience au fait que pour être un homme de métier complet, il devra non seulement acquérir des valeurs professionnelles mais également humaines.

Ces valeurs universelles sont transmises en utilisant des symboles et l'histoire qu'ils représentent.

Ils sont frappés sur un large ruban de velours appelé Couleur que le jeune aspirant portera lors des cérémonies, de fêtes compagnonniques qui jalonneront sa vie de compagnons.

Les symboles visibles sur la couleur d'un Aspirant, sont : le blason du corps de métier, une frappe concernant la légende de marie Magdeleine, bien connue par les compagnons, notamment à la saint baume en Provence ainsi que le labyrinthe et la tour de Babel qui sont des signes des bâtisseurs de l'antiquités.

Le jeune aspirant maintenant prêt à partir sur les routes « du Tour de France ou du monde » reçoit sa canne d'aspirant. Elle symbolise le voyage qu »il va entreprendre. Enfin, il reçoit son surnom compagnonnique qui indique sa région d'origine : Lorrain, Breton, Lyonnais etc…

La cérémonie se clôture toujours par un repas convivial partagé le plus souvent avec la famille des nouveaux adoptés et ponctués de chants.

Compagnon : s'ouvrir aux autres

L'Aspirant va de ville en ville, d'entreprise en entreprise, d'expérience en expérience. Chaque étape de son Tour de France est mise à profit pour favoriser l'ouverture culturelle. Celle-ci s'appuie d'abord sur le métier ou le travail, source et moyen de culture exceptionnelle. Des bibliothèques sont mises à disposition pour que chacun vienne approfondir les thèmes de son choix. Les cours du soir et les stages confortent les acquisitions professionnelles et générales. Tout est fait pour faciliter la rencontre avec les autres, avec la cité, avec le patrimoine, avec la culture, et cela va au-delà avec les voyage en dehors des frontières, qui permet de rencontrer d'autres hommes et femmes, d'autres langues, d'autres cultures.

Peu à peu, l'Aspirant acquiert savoir-faire et savoir être. Quand ces deux richesses semblent l'animer suffisamment, il lui est proposé de « tailler pour la réception », il est invité à se « mettre en chantier » : les Anciens du métier lui proposent de réaliser un travail plus conséquent que lors de son adoption ; cette réalisation fera preuve d'une maîtrise technique et manuelle, c'est le fameux travail de réception, plus connu par le grand public sous le nom de Chef d'œuvre.

Mais souhaiter être honoré du titre de Compagnon, c'est avant toute chose souhaiter orienter sa vie vers le perfectionnement et l'ouverture aux autres. Devenir Compagnon, ce n'est en aucun cas recevoir un diplôme professionnel qui couronnerait un savoir-faire ! Souhaiter recevoir le titre de Compagnon, c'est souhaiter se mettre en Devoir de transmettre. À ce moment encore, l'Aspirant doit comprendre peu à peu et faire siennes quelques valeurs.

La Réception :

L'Aspirant ayant d'une part réfléchi, compris et accepté les valeurs qui lui sont proposés de vivre, et d'autre part achevé son travail de réception, il est alors temps de lui donner le titre de Compagnon. Comme pour l'Adoption, cette étape est l'objet d'une belle cérémonie partagée avec les compagnons de son corps de métier.

C'est lors de sa Réception que le nouveau Compagnon se voit remettre une nouvelle canne, plus grande que celle d'Aspirant, et sa couleur est complétée des frappes de la pyramide, du tombeau, du temple et de la cathédrale. Son surnom de Compagnon est alors complété d'un qualificatif qui varie selon les usages de son métier.

Source : « Tout savoir sur… Les Compagnons du Devoir », librairie du Compagnonnage.


Bon d'accord, c'est toujours un peu flou, mais ça reste une description.

A bientôt j'espère,

Cerb