Pas de vie, pas de mort, pas d'éternité ni de souffrance…
Que la lumière qui est venue t'enlever à moi revienne me prendre avec elle…
Je voulais être avec toi, tout le temps, et je n'ai rien dit, et je ne pourrai jamais te dire ce que je ressens…

Ma lettre d'amour est ouverte et ne s'adresse à personne. Tout est déjà dit, raconté, relaté, disséqué. Tout ce que je ressens, des millions de gens l'ont éprouvé depuis la nuit des temps. Marcher seule sur du sable, sentir la mer, l'odeur iodée dans mes narines, m'étourdir d'alcool, échouer sur un rivage ou me noyer dans une eau putréfiée… Tout a déjà été dit, raconté, relaté. Tout est fini. Le royaume vers lequel j'ai tendu ne s'approchera plus jamais de moi, tu étais le seul lien que j'avais avec le monde de mes rêves, ce monde fait d'éther et de nuages qui n'attendait que moi…

Ce que je dis, ce que j'écris, ce que je pense…D'autres l'ont dit, écrit, pensé. D'autres le diront, l'écriront, le penseront. D'autres réaliseront ce que je n'ai pas eu le courage de faire, d'autres poursuivront mes rêves, d'autres les écraseront. Eternellement. J'aurais pu affronter ce vide, cette vie avec toi à mes côtés, si tu ne m'avais pas laissé là, parmi eux, seule et désarmée, avec pour seule compagnie la sensation que je vais couler, me noyer dans un abysse infini sans aucune bouée de sauvetage, sans aucun ange ailé à qui me rattraper, sans rien ni personne pour retenir ma chute vertigineuse…

Et si la vie s'arrêtait… J'aurais tant de regrets, et si peu à la fois. J'aurais du te dire, te montrer, te répéter ce que tu valais à mes yeux… Ce sont des mots, des putains de mots que tu n'entendras jamais, jamais plus. Parce que ma bêtise humaine a tout gâché, tout piétiné…Tu étais le seul ange qui ait daigné se pencher sur moi avec un regard qui n'était pas plein de mépris…

Tu es née du silence… Silence plein de rien… Un concert parfait pour toi, mon âme sœur… Si peu pour vivre, si peu pour mourir… Si seulement mon cœur avait un lieu où se reposer… Chante-moi ce que tu ne peux dire, prépare-toi à sombrer avec le poète solitaire… Et brûle cette lettre d'amour destinée à un fantôme.


Une lettre que le destinataire ne lira jamais... Qu'importe, au final...