-Rends-moi ce marteau ! lança Mikii.
-Je suis en train de fixer les pieds du lit, ne m'ennuie pas, répondit Benjamin.
-Et moi j'aimerais fixer la tête du lit !
-Un lit, c'est comme toi, même sans tête on peut l'utiliser.
Mikii baissa les yeux et feignit de bouder.
-Tu es vraiment méchant.
Benjamin tourna les yeux, et en voyant l'air triste du Neko, lâcha le marteau et quitta son ouvrage pour le consoler. Vif comme l'éclair, Mikii passa sous ses bras tendus et s'empara du marteau.
-Qui c'est la peluche sans cerveau ? demanda-t-il en tirant la langue.
Le terrien était sur le point de répondre, lorsqu'un immense bruit se fit entendre, suivi d'un tremblement de terre.
-Youhou, Benjamin !! Mikii !! lança Isabelle.
Le Neko posa une main lasse sur son front.
-Pitié, pas elle.
-Je t'ai entendu, sale bestiole, grogna Isabelle.
Puis avec un sourire, elle annonça à Benjamin :
-Je suis venue passer quelques jours de vacances. Je vois que mon lit est bientôt prêt.
-Pas avant trois jour, c'est Mikii qui a le marteau et il va sûrement tout casser. Ensuite, il pleurnichera pour que je remonte tout, et comme un imbécile, je céderai.
-Bon, ça ne fait rien, je dormirai à bord du Tilus, céda Isabelle. Mais j'aimerais bien goûter à une spécialité d'ici.
-De la souris farcie à l'herbe à chat, ça te convient ? demanda Mikii. C'est le plat que je réussis le mieux.
Isabelle pâlit. Puis elle s'écria :
-J'oubliais, je ne suis pas venue pour les vacances !
Reprenant son sérieux, elle annonça au terrien :
-J'ai rendu la Starline à ton père. Je lui ai dit de ne pas se faire de soucis pour toi, comme tu me l'avais demandé.
D'un air innocent, elle ajouta :
-Je lui ai également dit que s'il s'en prennait à nouveau aux Nekos, les pirates lui voleraient sa cargaison, son vaisseau, et le prendraient, lui et son équipage, comme esclaves.
Benjamin ne put s'empêcher d'éclater de rire. Isabelle déposa un baiser sur sa joue et lança :
-Bon, je dois y aller, j'ai repéré un vaisseau qui a l'air intéressant sur notre trajet.
-Tu ne restes pas manger ? demanda Mikii avec un sourire en coin.
-Non merci, je ne mange pas de viande, c'est mauvais pour mon teint.
Le Tilus repartit comme il était venu. Benjamin profita de l'inattention de Mikii pour lui reprendre le marteau.
-Hé, mon m...
Le Neko n'eut pas le temps de terminer, son compagnon venait de lui couper la parole d'un baiser. Le marteau devint le cadet de ses soucis. Ses bras se nouèrent autour du cou de son ami.
-Si nous testions le lit ? suggéra-t-il avec un sourire mutin.
-Sans pieds ?
-Sans pieds ni tête, ni même de matelas...
Benjamin sourit et enlaça tendrement son amant, embrassant à nouveau ses lèvres tout en caressant distraitement une oreille.
-Hé ? demanda Mikii.
-Oui ?
-Je t'aime, Benjamin.
-Je t'aime aussi, sale chaton pervers...