Il y a des jours où tu danses

Sur la musique de ta joie

De ces jours où dans le silence

Tu meurs sans trop savoir pourquoi

Et puis tous ceux où tu avances

Pour un peu moins souffrir du froid

Philibia, 2004