Titre: Ne lui dites rien
Auteur: Heavenly
Genre: Yaoi
Statut: Fini / One-shot préquelle de "Etat de Possession"
Disclaimer: Plagiez et vous mourrez ou je vous intenterez un procès histoire de gagner le plus d'argent possible. Les phrases en italique m'appartiennent également, et non ce n'est pas une chanson. J'ai juste changé le nom du personnage Sasha en Tsuneo, c'est tout ^^ (y avait trop de
«Sasha» dans mes textes lol)


Ne lui dites jamais, que nos doigts entrelacés se délieront un jour.

Ne lui dites pas, que je suis atteint de la maladie d'amour.

Que je l'aime à en crever.

Que je ne veux plus de son corps mais que je désire capturer son cœur.

Ne lui dites rien, je préfère partir, plutôt que de le voir s'en aller.

Ne lui dites rien, je vous en prie, ne lui dites pas.


« - Eh ! Tsuneo, tu dors ? »

Il passe sa main dans mes cheveux, je ne réagis pas. Aujourd'hui c'est la dernière fois que je viens chez lui, que nous faisons l'amour. Il ne le sait pas. Mais c'est mon choix, je ne ferais pas de retour en arrière.

« - Tsuneo ? »

Allongé à coté de lui, je tourne la tête vers mon amant. Je lui souris.

« - Tu es bizarre aujourd'hui, me dit-il. Qu'est-ce qu'il y a ?

- Rien, je vais bien Kyosuke. »

Il m'enlace. Je ferme les yeux. Il fait ça seulement parce qu'il voit que je ne vais pas bien. Je vais craquer si je reste plus longtemps dans ses bras. Je le repousse.

« - Je vais me laver. »

Je ferme la salle de bain à clé pour être sûr qu'il ne me rejoigne pas. J'ouvre les robinets et laisse couler l'eau sur mon corps. Mes larmes froides se mêlent à l'eau chaude. J'étouffe mes sanglots. Je ne veux pas qu'il entende, je ne veux pas qu'il sache.

Je sors au bout de dix minutes. La cigarette à la bouche, il me regarde. Il fronce les sourcils.

« - T'as pleuré ? me questionne-t-il.

- Non, c'est le shampoing dans les yeux. »

Il tapote la place vide à coté de lui.

« - Viens là. »

J'obéis. Il me reprend dans ses bras et enfouit sa tête dans mes cheveux.

« - Hum, tu sens bon. »

Il est tellement câlin aujourd'hui, que ça me fait mal au ventre.

Il commence à caresser mon torse. Il embrasse mon cou.

« - J'adore ton corps Tsuneo. Il s'adapte tellement bien au mien. Ça doit être pour ça que je t'ai pris comme sex-friend. »

Je baisse la tête. Il éteint sa cigarette.


Ne lui dites pas, que cette relation me lasse.

Ne lui dites jamais, toutes les fois où j'ai pleuré.

Ne lui dites rien, sur la solitude que je ressens.


Il m'allonge sur le lit.

« - J'ai envie de te refaire l'amour.

- Alors fais-le. »

Il baisse lentement dans mon entre jambes et commence à me lécher, me sucer.

Qu'il en profite, c'est la dernière fois.

Je gémis. Je me cambre. Il fait tellement bien ces choses là que je suis déjà excité.

Il prend ma main et la met sur son sexe. Je le masturbe consciencieusement, l'emmenant à l'érection.

Il me tend sa main, je lèche ses doigts. Il commence à me pénétrer avec un et puis deux, ensuite il vient à trois. Et délicatement il les retire aussi rapidement qu'il les a mis.

C'est tout lui, il veut toujours me préparer avant la vraie pénétration.

Puis il soulève mes jambes et les place de chaque coté de ses épaules.

Doucement il me pénètre, me faisant languir le moment où il sera au plus profond de moi.

Je grogne, il sourit ironiquement.

Alors je prends les devants, je mets mes bras autour de son cou et m'enfonce.

Je gémis de soulagement. Il me mord l'oreille.

«- Impatient... me souffle t-il. »

Lentement il commence, ses va et viens. Je bouge mon bassin pour plus de plaisir. Il souffle fort, me faisant comprendre qu'il apprécie. Moi je continue de gémir. Il sait qu'il me fait du bien.

Il prend mon sexe entre ses mains et habilement, il me monte peu à peu à l'orgasme.

Je gémis encore plus.

Je jouis en premier, lui se libère plus tard. On lâche tous les deux un râle.

Il tombe sur le coté vide du lit. Il regarde le plafond, reprenant calmement sa respiration.

Tout serait si bien entre nous si il m'avait laissé le droit aux sentiments. Mais il n'a pas voulu d'amour. Trop souvent trahi.


Ne lui dites rien, laissez moi encore l'aimer.

Ne lui dites pas, laissez cet instant magique.

Ne lui dites pas, ne lui dites pas, ne lui dites pas.

Il finira par m'oublier.


Il se retourne vers moi, je le regarde droit dans les yeux. J'aimerais dire quelque chose. Mais je sais que cette chose gâcherait tout. Alors je me tais.

Il me caresse la joue, dessine le contours de mes lèvres et puis m'embrasse.

« - Tu es vraiment beau, Tsuneo. »

Pas autant que toi, mais ça, je ne lui dis pas.

« - Je vais rentrer Kyosuke. »

Je me lève, il fait de même.

« - Je peux t'habiller ? »

J'acquiesce. Il commence à mettre mon boxer, en posant un baiser taquin sur mon sexe. Il me monte le pantalon tout en léchant l'intérieur de mes cuisses. Puis ensuite vient le débardeur, en s'attardant à mordre mes tétons. Et pour finir, mes chaussures, qui avant de les mettre dépose un baiser sur le dos de mon pied.

Puis il me prend la main, entrelaçant bien nos doigts. Devant la porte, mon cœur bat à cent à l'heure.


Dites lui de me retenir, je vous en supplie.

Dites lui de m'aimer, je vous en prie.

Dites lui, dites lui, dites lui, que je l'aime.


Il délie nos mains. Je le regarde comme toujours. Il me prend dans ses bras et m'embrasse longuement, passionnément. Sa langue explorant ma bouche.

Puis il s'arrête. Je souris faiblement.

« - Au revoir, Kyosuke. »

L'ascenseur est déjà là. Je le regarde avant de rentrer. Il est adossé contre le battant de sa porte. Il est nu. Il est beau. Un corps parfaitement sculpté. Un corps qui ne me fera plus l'amour.

Même dans l'ascenseur je continue de le regarder. Avant que les portes ne se referment il me murmure:

« - On dit « adieu », à quelqu'un que l'on quitte, Tsuneo. »

Les portes se referment.


A suivre dans « État de Possession »...