Cathédrale de Genève, fièrement dressée! ça devient presque une visite touristique de Genève ces poèmes! Et ce n'est pas fini!
La Clémence est une de ses cloches, sensée sonner en cas de malheur pour prévenir les habitants.
Je n'ai plus les versions mélangées qui furent affichées. La Version de base est un sonnet, à qui, sous word on peut facilement donner une forme de cathédrale avec les interligne des deux tercets du milieu mais là ça donne pas grand chose...
On a, à la fois afficher des feuilles bien en vue dans la cathédrale, et planquer certaines autres dans des endroits discrets.


Ne réveillons pas la Clémence qui dort

Elle veille immobile sur l'Homme et ses malheurs
Sous ses salles, ses sœurs sommeillent au passé
Dernière héritière d'une auguste lignée,
Elle contemple avec peur la fin des Bâtisseurs

Sa Foi qui carillonne est un défi au Mal
Mais un monde qui tombe est trop pour ses piliers
L'Homme sait-il toujours bâtir des cathédrales?

Aurait- on peur, ici, pauvre peuple plié,
De créer la hauteur, d'y rencontrer des dieux?
Les hommes apeurés n'osent toucher les cieux

Et se dresse toujours, dernière de sa race
Sur les fragments cachés d'ancêtres ruinés
Car le ressac du temps, qui terrible, fracasse
Jamais ne détruira ses chapiteaux dressés

Les Limaces masquées de Cornavin
14 mars 2008