Epilogue 2 : Et dans quelques années ?

Une maison était abandonnée dans un coin de la ville. Enfin, c'est ce que les habitants croyaient. Mais en réalité, quelqu'un venait l'occuper depuis quelques jours. Un jeune garçon aux longs cheveux d'argents munit étrangement d'un aspect de phélin. Mais pour tous les villageois, Nakabe leur paraissait quelqu'un de normal. Après tout, depuis les présentations faites par Akira de son amant devant tout le monde il y avait cela deux ans, ils avaient eu le temps de l'accepter. Et puis, il s'était rendu utile alors que son Maître travaillait : il aidait ceux qui en avaient besoin, les malades et jouait avec les enfants qui le souhaitaient. Enfin, le jeune homme n'effrayait plus personne. Il est vrai que lorsque Sadadzuki lui avait anoncé qu'il le mettrait en avant pour le présenter comme il se doit, le pauvre Nakabe en avait fais des nuits blanches. Il n'avait pas du tout aimé le regard que les gens avaient posés sur lui à ce moment-là, et il ne sortait que très rarement, obligeamment accompagner par son amant. A force, ils ignorèrent sa présence ou lui disait timidement bonjour. Plus le temps passait, plus il devenait ouvert aux autres et se faisait apprécier. Néanmoins, il était strictement interdit d'en parler aux villes voisinnes : cela aurait pu créer des problèmes. Tout le monde gardait donc intimement ce secret.

A présent il sortait souvent seul et avait des amis de tous les âges qu'il allait voir presque tous les jours. Il s'était épris de peinture et avait déjà crée de nombreuses toiles. Au début, ce n'était que pour suivre le conseil d'Akira et trouver une activité intéressante pour l'occuper. Il n'aimait pas l'équitation, la chasse encore moins...il avait essayé le jardinage mais il ne savait vraiment pas y faire avec les plantes. Et puis lui vint l'idée de la peinture. Cela lui plut tout de suite même si ses oeuvres ne ressemblaient guère à grand chose. Mais il ne renonça pas et finalement s'améliora. A présent, il créait de magnifiques toiles des différents endroits de la ville en différentes saisons. Son Maître lui avait offert une pièce exclusive au château pour entreposer ses oeuvres. Il lui avait sauté dans les bras avant de l'embrasser comme il se doit. Ainsi, il était sur le toit de ce batiment abandonné, en train de pofiner sa dernière toile. Le soleil commençait à se coucher lorsque quelqu'un l'appella.

-Nakabe-kun ! Eh, descend de là ! Ca fait une heure que je te cherche !

Le jeune homme se leva de son tabouret de fortune qui se trouvait être une vieille caisse en bois et se pencha vers le vide avec un grand sourire en faisant des signes de la main.

-Akira-sama ! Vous n'auriez pas du vous ennuyez à me chercher, j'allais bientôt rentrer !

-Je sais que tu aimes la peinture mais tu travailles depuis le début de l'après-midi ! Viens me voir de temps en temps, ça me changerait les idées avec la pile de travail que j'ai !

-Je suis désolé...je descends tout de suite !

Il prit donc ses affaires et descendit préconieusement les escaliers de bois légèrement pourris. Une fois arriver aux côtés de son bien aimé, il posa les objets par terre et se jeta dans ses bras pour l'embrasser. Sadadzuki enserra doucement sa taille. Il n'avait pratiquement pas changé en deux ans. Mis à part qu'il avait pris presque dix centimètres, il était toujours plus petit que lui. En tout cas, c'était plus commode pour l'embrasser et le prendre dans ses bras. Son corps était toujours aussi mince et paraissait toujours aussi frêle, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Son visage c'était allongé, lui donnant un air d'adolescent. Ses yeux n'étaient plus aussi grands qu'auparavant et lui donnait un aspect plus adulte, mais son apparence restait globalement la même. Et puis, lorsque la personne que vous aimez grandie petit à petit à vos côtés, vous ne remarquez même pas ses changements physiques. Enfin, pour lui, il n'y avait pas de différence : son protégé l'attirait toujours autant, et puis, son charactère n'avait pas vraiment changé non plus, sauf qu'il était plus sérieux et assuré dans ce qu'il faisait. Il lui caressa les bras qui se trouvaient dénuder, lui faisant froncer les sourcils.

-Nakabe, il commence à faire frois, tu devrais t'habiller un peu plus chaudement !

-Ne vous inquiétez pas, Akira-sama ! Après tout, je retiens bien plus la chaleur qu'un humain normal !

-Ne dis pas cela. Pour nous tous, tu es une personne normale.

-Peut-être, mais il faut tout de même voir la réalité en face : je ne suis pas comme les autres et je ne le serais jamais. Mais maintenant que j'ai des amis pour m'aider à l'accepter, je ne vois pas où est le problème.

Son Maître l'observa quelques secondes avant de l'attirer contre lui et de lui poser une main sur la tête. Oui, il avait bien muri depuis deux ans. Un peu surpris par cette étreinte peu commune, le jeune homme leva son visage vers lui.

-Akira-sama ?

-Humm...ce n'est rien, je repensais seulement à la première fois où je t'avais vu, complètement terroriser.

-Ah oui, je ne vous ai jamais demandé comment vous aviez pu arriver au moment le plus critique ? Fit-il remarqué, se remémorant également la scène.

-Eh bien, je connaissais ton existence et tu paraissais mystérieux. Je t'ai donc fais suivre pendant quelques jours pour savoir ce que tu faisais. Mais voyant que tu n'étais pas une menace j'ai laissé couler. Et puis, en fait, c'était un hasard que je vienne ce jour-là. Je devais justement voir comment les travaux de la batisse avançaient, et je suis tombé pile au bon moment.

-Donc...euh...c'est dû au hasard si je suis toujours vivant ?

-Et bien oui...avoua-t-il avec un soupir. Mais quel heureux hasard nom ? Tenta-t-il pour se rattraper.

Le jeune homme sourit avant de reprendre ses affaires sous son bras, prenant la main de son Maître de l'autre et marchant droit devant lui.

-Oui ! Je pense vraiment qu'on peut parler de rencontre de bonne fortune !

-Hein ? Commença, «rencontre de bonne fortune» ?

Il se mit à rire alors qu'Akira affichait une mine renfrognée. Mais en voyant la joie pleinement affichée sur le visage de son amant, il ne put s'empêcher de sourire. Tout allait bien, et tout irait bien, jusqu'à la fin de leur histoire, qui se terminera à la mort de l'un d'eux.

Fin !

Surprise, surprise ! Voilà un deuxième petit épilogue. J'espère que tu es satisfaites Pyrane, j'ai fais ce que j'ai pu n_n En tout cas je trouvais que c'était une bonne idée (même si je te l'ai déjà dis). Bon, voilà, normalement cette fic devrait être vraiment terminée. A la prochaine !