Voila enfin le 3ème chapitre. Vous pouvez également retrouver la lettre qu'écrit Charlie dans la partie "les lettres du corbeau"

Bonne lecture


Chapitre 3

Charlie est assis devant le bureau qui lui est réservé, en train d'écrire. Ace gémit dans son sommeil et il se retourne, stoppant son activité de peur qu'il se réveille. Mais le roux ne fait que se retourner et le brun reprend. Au bout de plusieurs minutes il plie la feuille qu'il glisse dans une enveloppe avant de la ranger dans le tiroir avec les autres puis de refermer à clé. Il se lève ensuite pour aller prendre ses cachets, puis retourne sur le lit. Là il caresse doucement la joue de son compagnon.

-Ace, il va bientôt falloir que j'y aille... Tu veux qu'on prenne le petit dej ensemble ?

Ace tâtonne pour lui saisir ses hanches et fouiller son ventre de son visage.

Charlie lâche un petit rire.

-Ace, je suis sérieux, je vais finir par être en retard.

Ace soupire et ouvre les yeux.

- J'arrive.

Il lui embrasse le ventre plusieurs fois.

Le brun continue à lui caresser les cheveux avant de se plier pour venir lui embrasser le sommet de la tête.

-Je vais aller te servir le café alors, dès que tu voudras bien me lâcher.

Ace soupire encore et le relâche.

- J'arrive...j'arrive...

Cette fois Charlie vient lui embrasser les lèvres avant de disparaitre dans la cuisine.

Ace se lèche les lèvres et s'étire. Il cherche son tee-shirt et son caleçon et quitte le lit. Il traine les pieds dans la cuisine et vient embrasser la tempe de Charlie avant de s'écrouler sur une chaise devant son café.

- Merci.

Accoudé contre la table de travail il regarde le métis boire son café, tandis qu'il boit son chocolat chaud.

-Ca va aller le boulot aujourd'hui ?

- Ouais... vue que j'ai été viré du supermarché, j'ai plus de temps libre. Il me reste le fastfood et la station essence.

-Tu devrais vraiment en arrêter un des deux; tu vas finir par te tuer la santé.

- J'ai besoin d'argent. Tu sais que je ne veux pas dépendre de toi.

-Ce ne serait qu'un prêt Ace. Quand on est un couple et que l'on vit à deux ce n'est pas de la dépendance... A moins que tu considères qu'on est en collocation.

Il le regarde par dessus sa tasse.

Ace finit sa tasse et le regarde.

- Tu sais bien que non. On est colocataire que vis-à-vis de tes parents et du proprio.

-Donc les choses étant claires entre nous, tu devrais arrêter de t'en faire et te reposer un peu plus sur moi pour le moment. Surtout que demain tu rencontres cette Maya; tu as besoin d'être en forme. Et les grosses cernes que tu as sous les yeux ne sont vraiment pas à ton avantage.

Ace se lève et vient entourer les hanches de son compagnon.

- Ok. Je garde la station essence. Travailler en soirée ça te laisse tu temps pour bosser à la maison comme ça.

Charlie pose sa tasse sur le comptoir et embrasse le roux.

-Merci.

Il lui sourit.

- Merci de rien du tout. Il faut que tu y arrives Charlie. Tu es doué.

-Toi aussi tu es doué et tu as bien plus de mérite que moi qui suis en école.

Il l'embrasse encore avant de rompre l'étreinte pour mettre les tasses dans l'évier.

- Laisse, je le ferais tout à l'heure.

-D'accord.

Il regarde sa montre.

-De toute façon il faut que j'y aille où je vais être en retard. On se voit ce soir.

- Et mon bisou ?

Charlie revient arrière et l'embrasse.

-Insatiable.

Il lui sourit puis va prendre son sac avant de filer.

Ace soupire et regarde la porte se refermer. Il prend son portable, appelle le fastfood et une fois qu'il à plaqué son job, retourne se coucher.

Charlie arrive d'un pas tranquille devant l'école, sa musique sur les oreilles. Il sait qu'il est en avance. Comme d'habitude il regarde sur le panneau dans quelle salle il est puis va s'installer en attendant le début de la journée.

Un grand type assez maigre avec de longs cheveux châtain et mou se laisse tomber à coté de lui.

- Salut.

Charlie tourne la tête vers le garçon et décale un instant l'un de ses écouteurs.

-'lut.

Le garçon sort ses affaires et ouvre un calepin. Il prend un bout de fusain et retouche un dessin.

Du coin de l'œil Charlie le regarde faire. Dans ses oreilles la voix de Ace résonne. Le son n'est pas génial, mais ce n'est que la démo pour le moment.

L'autre lui jette un coup d'œil.

- T'écoutes quoi ?

-Ace Hélios.

Il a un petit sourire et lui tend l'un de ses écouteurs.

- C'est qui ?

Il prend l'écouteur et le porte à son oreille.

- Le son est pourave.

John écoute un moment.

- La voix est extra !

-Un mec qui sera bientôt connu, là ce n'est que la démo d'où le son pourri.

- Je kiffe trop. Comment tu as eu la démo ?

-C'est un pote à moi.

- Sérieux ! Cool... tu penses qu'il voudra m'en filer une ? On est un bande de pote et on aime bien le son underground. Je fais un peu de clavier et un pote de la batterie. Si ton pote veut, il peut venir chanter avec nous.

Charlie lui sourit. L'un des premiers vrais sourire qu'il offre à un autre étudiant de cette école.

-Je lui en parlerai. Si tu veux un meilleur son, il chante au bar le Grand Frère dans le quartier Est de la ville.

- Hum... ouais. Quand ?

L'autre reprend son griffonnage mais arrête pour battre la mesure.

-Le lundi, mercredi, vendredi et parfois le samedi.

- Ok. Je passerai avec mes potes. Il a de ses putains de textes ! Mais je suis sur qu'en ajoutant plus d'instrument ça donnera encore mieux. La guitare c'est bien mais ça laisse du vide.

-Je suis d'accord, mais il est seul pour le moment. Bientôt il aura besoin d'un groupe pour l'accompagner.

La chanson passe sur family dream qu'il avait enregistré durant un des minis concert de Ace.

La chanson fait sourire le châtain.

- Il est gay ton pote ?

-C'est qu'une chanson. Et si c'était le cas ça ferait une différence ?

Charlie se referme à nouveau, retrouvant un visage neutre.

L'autre hausse les épaules.

- Qu'il soit gay ou zoophile, je m'en cogne s'il fait de la bonne zic. Et c'est le cas.

Il sourit.

- C'est que cette chanson... c'est pas tout le monde qui veut une famille.

-Il veut pas une famille, il veut juste sa famille.

Le brun se détend à nouveau. D'autres commencent à les rejoindre dans la salle.

- Ils sont super perso ses textes. Tu ne veux pas me filer ta démo que j'en fasse une copie ?

Charlie hésite un instant. Ils avaient bien fait ce qu'il fallait pour que les chansons d'Ace soient déposées, son père leur avait donné ce conseil pour qu'il ne se les fasse pas voler.

-Si tu veux, mais tu me la ramènes vite s'il te plait.

- Hey mec ! Tu me la files maintenant. Je fais ça à la pause et c'est de retour dans ta poche pour 10h30.

John lui fait un clin d'œil.

- Tu ne crains rien, on n'est pas des requins.

-Ca marche.

Charlie acquiesce et se passe une main dans les cheveux, un peu gêné.

-Désolé mais on ne sait jamais sur qui ont peut tomber en même temps.

- Ouais, je ne le prends pas mal. Nous ce qu'on veut c'est jouer, pas foutre la merde. Je ferai écouter à mes potes et je les emmènerai mercredi au grand frère.

-D'accord. Dans ce cas je te présenterai à Ace. Ca pourrait même être sympa que vous puissiez faire un essai ensemble.

- Ouais. Suffit que mes potes soient d'accord. Mais pour ça j'en suis presque sur à 100%.

Il lui fait un clin d'œil. La prof entre et leur sourit. C'est une jeune femme d'environ 25 ans dans le genre sportif.

- Salut tout le monde.

Elle brandit un tas de feuille.

- Les demandes de stages. L'administration m'a enfin autorisée à vous les donner.

Charlie éteint la musique. Le reste de la classe fait du bruit, certains allant jusqu'à applaudir la prof. Il lève les yeux au ciel avant que les feuilles passent entre les rangées. Il regarde son exemplaire. Un stage de trois mois à faire dans la photographie. Il se gratte la tête. Il allait falloir qu'il s'y mette maintenant s'il ne voulait pas finir dans une boutique photo à développer les clichés de vacances des gens.

- Alors je rappelle les consignes, essayez de trouver un professionnel dans votre style de photo. Quelque chose qui vous montrera le coté professionnel. Evitez les photographes classiques pour vous tourner vers l'art ou le design.

Un des élèves lève la main.

-On peut vraiment le faire dans n'importe quoi ce stage tant qu'il y a de la photo ?

- Qu'est ce que tu appelles n'importe quoi Darryl ? Je me méfie avec tes idées tordues.

Quelques rires éclatent dans la salle.

-Arrêtez m'dame j'avais pas d'idées tordues. Je voulais juste savoir si on pouvait aller avec des artistes ou bien s'il fallait rester dans une boite avec un cadre.

- Mode, industrie design, art sous toutes ses formes, journalisme...

L'intérêt de Charlie se réveille. Il allait finalement peut être pouvoir faire quelque chose d'intéressant s'il faisait un peu de recherche. Restait à trouver quelque chose qui soit dans son style et lui plaise.

- D'autres questions ? Oui Maria ?

- C'est obligé d'être dans le même endroit pour les trois mois ?

- Non, tu peux avoir jusqu'à trois stages différents.

-Mais ça veut dire qu'on ne pourra pas vraiment explorer à fond le secteur.

-A vous de voir ce que vous voulez; vous êtes grands... D'autres questions ?

- Ca peut être à l'étranger ?

- Oui mais les démarches seront plus compliquées.

Le brouhaha se fait encore dans la salle et les questions fusent avant de se tarir.

-Bien s'il n'y a pas d'autres questions, je vous rappelle qu'il y a actuellement une exposition sur la photographie au grand palais.

John donne un coup de coude à Charlie.

- J'ai le CE de mon père qui peut avoir des places. Tu en veux?

-Ouais je veux bien. Cette expo me tente, mais les finances sont limites ce mois-ci. Il bosse dans quoi ton père ?

- Assurance. Il a fait la gueule quand j'ai voulu faire photo, mais ma mère a sut l'amadouer.

Charlie pouffe de rire.

-Moi c'est l'inverse. Ma mère était pas très chaude mais mon père l'a convaincu.

John hausse les épaules.

- De toute façon je m'épanouie que dans la photo.

-Idem. Et puis rien d'autre ne m'intéresse... au grand dam de ma mère.

Il a un petit sourire en coin.

-Ce qui est un plus non négligeable je dois dire.

- Vraiment rien d'autre ? T'as pas de copine ?

-Pas de copine non... Mais ce n'est pas pareil ça.

Son regard se fait mélancolique l'espace d'un instant.

-Ca c'est à part.

- Hum... je crois que je comprends.

Il retrouve son sourire.

- Mais t'aime de la bonne zic, donc ça compense.

-J'aime la musique de Ace surtout.

Il lui fait un clin d'œil.

L'autre rit doucement.

- J'attends de le voir en vrai et de l'entendre.

-Si tu as aimé la démo, tu resteras scotché en live. Il y a chaque fois plus de monde au Grand frère quand il chante.

Il se retient de parler de Maya.

- Ouais on verra. Tu as fait quoi pour le projet d'automne ?

-Le thème c'est portrait de famille.

Devant l'air dubitatif du châtain il secoue la tête.

-Mais c'est pas du tout ce que tout le monde pense.

- Ce n'est pas très clair...

-Normal c'est fait pour. Tu verras le contraste de ce que je veux faire passer le jour J. Et toi tu bosses sur quoi ?

- Noctambule. J'essaie les clichés de nuit ou de crépuscule.

-Ca doit être sympa ça. Tu vas monter le projet comment pour la présentation ?

- Tu ne me dis rien, je ne te dis rien. C'est 50/50 mec.

John lui sourit.

Charlie hausse les épaules, bon joueur.

-C'est de bonne guerre.

La prof attire leur attention et ils se mettent enfin au travail.

-+-+-+-+-

Charlie referme la porte avec un petit claquement et va s'affaler sur le canapé avant de retirer ses chaussures. Le reste de la journée avait été épuisant, et il n'avait plus qu'une envie... se détendre.

Ace sort en coup de vent de la salle de bain, les cheveux encore mouillés qui bouclent lourdement sur ses épaules.

- Salut mon ange. Tu n'as pas vue ma chemise en jean ?

Charlie ouvre les yeux et le regarde en souriant, ses yeux s'attardant sur le corps du roux.

-Salut... Je crois qu'elle est au sale, c'était prévu que je fasse la machine ce soir.

- Merde... bon qu'est ce que je vais mettre ?

Il traverse le salon pour leur chambre.

- Ca a été ta journée ?

Charlie acquiesce.

-Oui. Je me suis fait un pote à l'école. Il s'appelle John... Il est plutôt sympa et il fait de la musique lui aussi.

- Tu t'es fait un pote ? C'est bien ça !

Il sort la tête de l'armoire, un polo dans chaque main.

- Avant je n'avais pas autant de mal à choisir, j'ai trop de fringue maintenant.

Il lui montre les pulls.

Charlie lui sourit.

-Je crois que je vais pouvoir commencer à t'offrir autre chose que des fringues maintenant. Met le marron.

Il s'étire puis se lève du canapé.

-Ouais j'écoutais ta démo et il est venu s'asseoir à côté de moi. Quand il a entendu ce que tu faisais il a adoré. Je lui ai dit de venir avec son groupe te voir jouer. Ils cherchent un chanteur.

Ace enfile le pull marron et grogne.

- Il est trop serré !

Le pull le moule agréablement.

- Ils font quoi comme musique ?

-Ce pull te va très bien et ça se porte comme ça.

Il lui vole un baiser avant d'aller dans la cuisine se faire un gouter.

-Je ne sais pas, mais visiblement ça ne doit pas être loin de ce que tu fais parce qu'il semblait vraiment intéressé. Mais je n'ai pris aucun engagement. D'abord il faut que tu les rencontres voir si le contact passe; et puis tu as aussi ton rendez vous avec Maya.

Ace se lèche les lèvres.

- On verra bien.

Il le suit dans la cuisine.

- Il est mignon ?

Le brun se retourne et lui sourit.

-Pourquoi, tu serais jaloux si c'était le cas ?

- Ouais. Je préfère prendre les devant.

Charlie réfléchit un moment avant de répondre.

-Hum... Je suppose qu'il est mignon dans son genre.

Il sourit.

- Donc, il ne te plait pas ?

Le sourire s'accentue.

-Et pourquoi il me plairait au juste ?

Ace s'approche dans la cuisine.

- On ne sait jamais.

Il passe sa main dans les cheveux de Charlie.

-Donc si je comprends bien, tu te méfies des autres garçons que je pourrais rencontrer, mais pas des autres filles ?

- Pour le moment tu n'as fréquenté ni les filles ni les garçons... et la première personne que tu fréquentes est un garçon.

-Ace, je t'ai déjà dit que je me fichais du sexe de la personne, donc si tu tiens tellement à être jaloux, il faudra l'être des femmes et des hommes.

Il sourit devant la tête renfrognée de l'autre et se dresse pour l'embrasser, passant ses bras autours la taille de Ace.

-En l'occurrence, il n'y a que toi qui m'intéresse, toi et personne d'autre.

Ace continue à caresser les cheveux de Charlie en soupirant, à moitié hypnotisé par leur douceur.

- Moi aussi. Si tu me quittes, je ne tiendrais pas. Jamais.

-Qu'est ce qu'il se passe Ace ?

- Rien.

Il lui sourit et se détache.

- Je m'en rend compte jour après jour c'est tout.

-Sauf que quand tu te comportes comme ça, c'est que quelque chose te préoccupe.

Il sourit.

- Tu me connais de mieux en mieux.

Il se mord les lèvres.

- Je stresse je crois.

-Bien sur que je te connais de mieux en mieux, ça fait plus d'un an maintenant.

Charlie finit de se préparer un bol et il vient s'asseoir à table.

-Tu n'as aucune raison de stresser. Je suis sur que tout se passera bien demain.

- Tu es bien le seul. C'est la chance de ma vie.

Il s'assoit à table.

- Si je la foire ça confirmera l'idée de mon père.

-Excuse moi mais ton père est un gros con dont tu n'as plus de nouvelles depuis des années, alors pourquoi tu te soucies maintenant de son opinion ? Tout le monde croit en toi Ace, il n'y a que toi qui ne crois pas en toi-même.

Ace baisse la tête en soupirant, ses doigts bougent nerveusement sur la table.

Charlie lui prend la main et attire son attention.

-Ace parle moi.

- Tu sais tout de toute façon.

Il serre les doigts fins.

-Arrête de te préoccuper de son avis. Tu sais comme moi qu'il avait tort d'accord et que tu vaux mieux que ce qu'il pense.

- Ouais, ouais...

Il s'amuse avec les doigts pour éviter de le regarder.

- Ca ira mieux mardi soir.

Charlie sourit et se met à manger de son autre main.

-Bien. Maintenant tu vas arrêter de penser à ça pour le moment et partir au travail sinon tu vas être en retard.

Ace se redresse et sourit.

- D'accord. Je bosse jusqu'à 23h à la station ce soir.

Il lui caresse les cheveux et le visage.

-Très bien. Je ne pense pas que je serais encore debout quand tu rentreras, je suis naze et j'ai des recherches de stages à faire.

- Ok.

Ace lui caresse une dernière fois le visage.

- Bonne soirée.

Il enfile son blouson et quitte l'appartement.

Charlie le regarde partir avant de terminer de gouter puis de faire quelques recherches pour son stage sans que cela donne quoi que ce soit de très concret.