18/02/2013 : Bonjour, je vous annonce que Harem est enfin sorti. Vous pouvez le commander sur le site de charlie ou bien l'acheter en version epub (mais sans les illustrations) sur le site lulu. Pour plus d'infos rdv sur la page de mon profil ou en mp

A bientôt


Comme je vous l'avais annoncé, Charlie et moi-même publions Harem pour Noel. Nous avons ajouté une nouvelle inédite dont voici un extrait. Nous espérons que cela vous plaira.

N'hésitez pas à nous laisser votre avis et à me contacter en MP pour plus de précisions sur la publication et sur le moyen de commander le livre.

Bonne lecture :)


LECONS PARTICULIERES

Edan marche à travers les couloirs du palais jusqu'à la salle de conférence de son père. Aujourd'hui il avait 14 ans et devenait ainsi un homme. Et comme le voulait la tradition, il allait être initié aux plaisirs avant que son père, l'empereur, ne lui lègue son harem. Cet autre royaume entièrement tourné vers lui et son bien être. Longtemps il l'avait observé de loin, il y avait même rendu des visites secrètes sans que personne ne le sache, excepté le favori de son père qui y avait vécu avant qu'il ne devienne son consort.

Edan s'arrête devant la porte et prend une grande inspiration avant d'entrer. Il n'était jamais vraiment à l'aise en face de son père. Il préférait Rubis, plus souriant, moins taciturne. Le prince pousse la porte et entre. Face à lui se trouvent les deux hommes qui l'attendent. Rubis, vêtu du noir de sa position de consort sourit en coin et lui fait un clin d'œil à l'insu de Jaad. Ses cheveux roux brillent sous le soleil qui entre par les fenêtres en arc. Il frôle la main de l'empereur, l'incitant à lever les yeux des papiers qu'il lisait. Le visage de Jaad s'adoucit à la vue de son fils : il avait grandit si vite ! Reposant les documents sur lesquels il travaillait, il croise les mains devant lui.

— Approche Edan, j'ai à te parler.

Le jeune homme s'avance et s'incline devant son père.

— A présent que tu es un homme, il y a des choses que tu dois savoir. Comme le veut la tradition, tu vas être initié à l'art du plaisir. Rubis t'a choisi la personne qui s'occupera de ton apprentissage.

L'empereur tourne la tête vers son consort, lui laissant la parole. Rubis incline la tête envers le petit prince.

— Mes salutations mon jeune maître. J'espère que tu t'es convenablement reposé car il se trouve entre les murs du Harem, plusieurs jeunes hommes désireux d'éprouver ta résistance.

Un autre clin d'œil discret envers le prince avant que Rubis le jauge du regard.

— Eut égards de ta jeunesse mais sans oublier ton ardeur, je me suis donc penché sur les esclaves et je me suis dit...

Le consort passe sa langue sur ses lèvres, faisant durer le suspens.

— Je me suis donc dit qu'une fleur exquise mais non conquise serait le meilleur choix.

Edan observe le compagnon de son père, attendant qu'il cède enfin le nom du candidat choisi. Ils en avaient vaguement discuté quelques semaines auparavant sans qu'aucun nom ne soit prononcé. Le jeune homme peut sentir son cœur battre alors qu'il affiche une mine neutre, voire blasée.

— Et donc qui as tu choisi pour moi et mon éducation ?

— Eh bien...

Rubis jette un regard rapide à Jaad avant de sourire.

— Je me suis proposé mais il se trouve que mon Seigneur et Maître s'y est refusé.

L'empereur lui jette un regard noir. Il goutait ce genre d'humour dans leur intimité, mais l'appréciait peu face à son fils qui avait toujours marqué beaucoup d'affection pour l'ancien esclave. Edan quant à lui sourit largement devant la pitrerie du consort alors que Rubis continue :

— Qui, autre que ton humble serviteur, serait à la hauteur de cet honneur ? Après réflexion il me semble qu'un homme ayant de l'expérience et assez de caractère pour rendre l'expérience enrichissante en tout point conviendrait mieux. Un homme et non un adolescent mais pas non plus un ancêtre. Le choix était donc réduit. Mais connaissant un minimum ta personnalité, mon jeune maître, j'ai donc porté mon choix sur l'une des créatures les plus exotiques du Harem : un homme à la peau cuivrée venu d'une contrée lointaine. Un homme aux cheveux noirs où une natte de perles de bois et de plumes serpente. Un homme tatoué de bleu, aux mains généreuses et à la bouche taquine. Un corps de granit, un esprit de feu.

Rubis soupire exagérément d'envie. Edan, quant à lui, passe en revue les habitants du harem qu'il connait pratiquement tous au moins de vue. Un sourire étire ses lèvres lorsqu'il comprend de qui il s'agit. En face, Rubis suit les évolutions des sentiments sur le visage du prince, notant intérieurement qu'il lui faudrait travailler plus attentivement sa neutralité.

L'ancien esclave frôle l'épaule de Jaad telle une plume d'oiseau. Il sourit à l'adolescent.

— Il se fait appeler Aigle Tempête. Vois-tu de qui il s'agit ?

Edan acquiesce.

— Oui. Il est entré au harem de Père il y a deux ans.

Il croise le regard de son père et le détourne, gêné d'admettre qu'il le connait. L'empereur garde un visage impassible et clôture l'entrevue.

— Eh bien je vois que ce choix te convient. Les leçons commenceront dès demain.

Rubis hoche la tête et pose franchement sa main sur l'épaule de son seigneur. Il suit des yeux le petit prince qui sort puis attend que la porte se referme avant de regarder Jaad sans un mot. Une fois hors de la salle, Edan se dirige vers ses appartements. Il allait enfin devenir un homme. Demain il serait avec l'esclave qui l'intriguait le plus depuis son arrivée, Aigle Tempête.

Aigle Tempête entend le gong et sourit. Il rejette l'habit translucide de cérémonie et enfile un pagne de cuir retourné. L'amérindien choisit ses parures avec soin : lacet de cuir, perles de bois peintes et sculptées, plumes colorées. Tranquillement, il traverse le harem dans le silence de la matinée, puis le palais jusqu'aux quartiers du jeune prince. Quand un eunuque ouvre la porte, il entre et s'incline comme le veut la tradition ; attendant le bon vouloir de l'héritier qui faisait les cent pas dans la pièce. Edan est plus nerveux qu'il ne le pensait, mais dès qu'il voit l'esclave, il affiche une apparente assurance.

— Tu dois être Aigle Tempête. Relève-toi.

L'esclave se redresse lentement. Il jauge le jeune garçon. Brun comme son père mais les yeux et la bouche de sa mère. Un corps encore en transformation mais des épaules déjà d'apparence solide. Il ne dit rien.

Le prince l'observe en retour. Grand, exotique. Ses perles de bois s'entrechoquent légèrement lorsque la brise pénètre dans la chambre.

— Mon père t'a nommé pour être mon esclave sexuel.

— Il me semblait avoir compris le contraire. Tu seras l'élève et moi le maître jusqu'à ce que je juge les leçons parfaitement apprises.

Un léger sourire frôle les lèvres de l'esclave et disparaît. Edan fronce les sourcils.

— Je ne suis pas là pour être l'objet de tes plaisirs.

— Si je veux prendre du plaisir, je n'ai pas besoin d'objet.

Aigle Tempête incline la tête et la plume d'un bleu cobalt frôle son épaule nue.

— Dans ma tribu, le passage à l'âge adulte se fait par une initiation complète. La sexualité en fait partie, car en plus d'être plaisant et agréable, le sexe est aussi une arme ou un pouvoir, parfois plus important que l'argent ou les armes.

Le prince a un léger sourire devant le jeu de mot de l'esclave. Il décroise les bras et va s'asseoir dans l'un des fauteuils.

— Un pouvoir ? En quoi le sexe peut il être un pouvoir ?

Aigle Tempête s'assoit en tailleur sur le sol, les mains sur les genoux. Ses perles cliquètent doucement et les éclats de verre colorés lancent des éclairs arc en ciel sur le sol. Lentement il lève ses mains et les retourne paumes vers le ciel en balance.

— Un royaume prospère se définit comme une balance où tout s'équilibre. Pour maintenir cet équilibre il faut savoir peser parfois à gauche et parfois à droite. Imposer et concéder. Le sexe suit le même chemin. Prendre son plaisir, donner son plaisir, l'imposer ou l'implorer. Une négociation peut se finaliser dans une couche, une guerre peut se gagner dans une couche. Le partenaire devra être satisfait qu'il soit implorant ou imposant.

Edan l'écoute attentivement tout en l'observant avec attention.

— Et tu as accepté de m'enseigner pour gagner une bataille ? Pour contrebalancer ton statut d'esclave en dominant le fils de ton maître ?

Aigle Tempête plonge ses yeux noirs dans ceux tout aussi noirs d'Edan.

— En entrant au harem j'ai laissé derrière moi les batailles. Penses-tu petit homme, que ton père laisserait la rancœur d'un esclave souiller ton apprentissage ? Tout se résume à l'équilibre.

— Pour ce que je sais de toi, tu pourrais dissimuler ta rancœur. Tu ne serais pas le premier à le faire.

Le jeune prince le scrute, cherchant à le sonder. Aigle Tempête l'observe sereinement.

— Alors approche et regarde donc au fond de mon cœur.

L'amérindien repose ses mains sur ses genoux, le dos bien droit.

— Viens vérifier par toi-même tes soupçons.

L'adolescent se lève et s'approche de l'esclave. Lentement, il s'accroupit en face de lui et tend sa main, la passant dans les cheveux de l'homme.

— Je ne veux pas de ton cœur et tu n'auras pas le mien.

Edan plonge son regard dans les yeux sombres.

— Tu n'es là que pour satisfaire mon corps et m'apprendre à donner du plaisir comme il se doit.

— Mon cœur est loin. Ton cœur est trop jeune pour aimer. J'ai déjà accepté les conditions de ton père.

— Et quelles sont les conditions de mon père ?

— Faire ce pour quoi il a requis mon aide et mon savoir.

— Très bien. Puisque nous sommes d'accord, commençons la leçon.

A suivre dans la publication de Harem...