A.L.I.S.S

00

Initialisation et configuration.

« Initialisation des paramètres visuels. »

Poussant un léger soupir, un homme d'une trentaine d'années peut-être tourna la tête en direction de l'unique source de lumière qui baignait l'étroite et sombre pièce de sa lueur spectrale et frémissante.

« Configuration des paramètres visuels, vingt pourcents. »

Nouveau soupir. Peut-être étais-ce l'âge qui le faisait moins patient, peut-être étais-ce la routine, que ce soit l'un ou l'autre, l'inventeur se dit que la prochaine tâche qu'il se donnerait serait forcément de couper le sifflet à cette machine beaucoup trop monotone dont le programme – qui n'avait pas été créé de sa main – se sentait dans l'obligation de faire un compte rendu de son processus à toutes les tranches de dix pourcent. Il n'avait aucun besoin de l'entendre, il voyait encore très bien et savait toujours lire. Regarder l'écran, qui était énorme, lui était amplement suffisant. Déjà, le processus était long, voilà qu'il devait se taper le monologue du programme informatique du début à la fin, à chaque fois et comme si ce n'était pas assez, ces derniers temps, il devait superviser la machine de plus en plus régulièrement.

« Configuration des paramètres visuels, cinquante pourcent. »

- Je sais lire… je sais lire, nom de Dieu ! Et non seulement je sais lire, mais en plus, je vois la progression de mes propres yeux ! Je suis un spécialiste, pour l'amour du ciel ! Qui a besoins qu'une voix robotisée, qui ne sais même pas analyser ses propres paroles, sois là pour lui confirmer ce qu'il a déjà compris !

L'homme se massa les tempes et glissa une main dans l'une des larges poches de son sarrau. Il en repêcha un IPOD, qu'il alluma avant de se planter vivement les écouteurs dans les oreilles. Il n'avait pas le droit, mais il ne craignait pas de se le permettre. Il savait qu'il ne pouvait rien lui arriver de mal, pas même la perte de son job. Il était le meilleur. Le plus rebelle, mais néanmoins le meilleur. Loin d'être sot, il savait pertinemment qu'ils ne pouvaient pas se passer de lui. Ça lui donnait l'occasion de faire ce que bon lui semblait.

« Configuration des paramètres visuels, terminée. Initialisation des paramètres auditifs. »

- Mais tais-toi…

Il tourna la tête vers le centre de la salle, ou siégeait une chaise aux allures plus qu'inconfortables, sur laquelle était assise une jeune fille, vêtue d'une jaquette blanchâtre, chevilles et poings liés aux pattes avant et aux appuie-bras. Du premier coup d'œil, elle paraissait inconsciente. Sa tête pendait par devant, le menton presque appuyé contre son torse et sa longue tignasse de blés lui tombait devant le visage, serpentant sur ses genoux à découvert. L'ingénieur savait toutefois que le regard peut s'avérer trompeur, que jusqu'à preuve du contraire, toutes les options pouvaient être possibles.

« Initialisation des paramètres olfactifs… Configuration des paramètres olfactifs »

- Ça va, ça va, j'ai déjà compris que tu t'occupes du nez !

Il augmenta le volume de son MP3 et s'assit contre le mur, baissant la tête et fermant les yeux. Relaxer. Il devait au moins faire un effort. Faute de quoi, il y avait fort à parier qu'il irait mettre quoi que ce soit de bien dur et bien dommageable sur l'écran et la tour du gigantesque système informatique.

En fait, même pour ce genre de conneries, il s'en sortirait probablement sans rien de plus que d'être disputé comme un enfant par le haut directeur à la tête de sa section.

Le système continua ainsi d'énumérer tous ses faits et gestes mais l'ingénieur ne l'entendait plus. De temps à autres, toutefois, il levait les yeux pour voir où en était le processus de configuration.

[Paramètres tactiles]

[Paramètres gustatifs]

[Paramètres de sauvegarde automatique]

Il s'assoupit, alors que le programme passait en revue tous les systèmes dans les moindres détails. La machine continua son travail, méticuleusement, le plus rapidement possible, ce qui ne la sauvait pas pour autant d'être régulièrement gratifiée du gentil qualificatif de « vieille bécane ». Lorsque tout se fut terminé, le programme s'éteint par lui-même et l'ordinateur tomba immédiatement en mode économe. La pièce fut plongée dans les ténèbres durant un bref instant puis, à l'écran, qui faisait en fait tout le mur du fond, apparut le logo du plus important projet de la section : A.L.I.S.S.

Normalement, le spécialiste aurait dû intervenir immédiatement mais puisque ce dernier dormait tranquillement…


P.S. Tout commentaire posé dans mon récit n'est pas nécessairement un indice sur le fond de mes pensées. Entendons-nous sur ce sujet : les personnages sont dotés de leur propre caractère, de leur propres croyances et pour les faire vivre, certes, je me met à leur place. Cela ne signifie toutefois pas nécessairement que je suis d'accord avec tous les propos que vous pourrez voir au cours de l'histoire. Aussi, toute ressemblance avec une personne existante ou ayant déjà existé ne serait que le fruit du plus pur des hasards.

Sur ce, si vous désirez laisser des commentaires, ils seront le bienvenue, dans la mesure du respectable. En effet, cela vous étonnera peut-être, mais je n'écris pas pour me faire lancer des insultes et des pierres, c'est loin d'être mon passe temps favori. Si vous n'aimez pas l'histoire, si vous avez quelque chose contre ma manière d'écrire, voir, contre ma personne tout simplement, faites-vous une faveur et allez lire les projets d'autres artistes. Comme ça, ça évitera les embrouilles, autant à vous qu'à moi. Parce que sachez, chers lecteurs, que si on m'attaque, je mords.