Chose promise, chose due : me voilà de retour (déjà?!) avec un nouveau chapitre !

Missa-chan : Ça fait plaisir de te voir toujours fidèle :) Merci pour ton suivi ! Et pour les remarques, au contraire, elles sont les bienvenues, ne t'en fais pas. Merci de remarquer mes erreurs. ^_^

Laska : Merci d'aimer toujours mes personnages chéris, j'espère que ce chapitre te plaira également.

EliH : Merci beaucoup pour les compliments, merci de prendre le temps de me lire et de me dire ce que tu penses de mes écrits. Je suis heureuse que mes histoires te plaisent. En revanche, tu ne pourras pas lire les tomes 1 et 2 car ils sont publiés, désolée. Ils narrent l'histoire de Sven. Le tome 1 se passe quand Sven a 30 ans, et comme j'ai adoré ce personnage et que je ne voulais pas le quitter, j'ai écrit le tome 2. Dans le tome 2, j'ai complètement accroché à mon personnage de William. D'ailleurs, dans une petite histoire que j'ai publiée avec le tome 2, j'ai écrit l'histoire de Ryan et Dominic car j'adore ce couple également. Tout ça pour dire que Sven est effectivement bizarre, mais c'est un humain avec ses qualités (?) et ses défauts (!) En tout cas, n'hésite pas à faire toutes les critiques que tu veux sur cette histoire car c'est ainsi que je pourrai avancer !


Ce week-end est indiscutablement l'un des meilleurs de ma vie. Michael et moi ne sommes pas restés plus de quelques instants décollés l'un de l'autre. Nous n'avons pas passé les deux jours à faire l'amour, non, mais il nous était physiquement impossible de quitter les bras de l'autre plus de quelques minutes, comme si nous étions chacun la bonbonne d'oxygène de l'autre. Nous être attendus a peut-être rendu notre amour plus passionnel, à moins qu'il ne s'agisse-là de l'unique manière dont nous sachions être ensemble. Après tout, il y a dix ans, j'avais déjà beaucoup de mal à me séparer de mon Mickey et comme nous nous en sommes rendu compte, je suis toujours le même. Michael, en revanche, a changé au moins sur un point puisqu'il semble désormais capable de m'aimer. Je préfère ne pas m'attarder sur le fait qu'il semblait déjà capable de m'aimer il y a dix ans.

Durant ce week-end, nous n'avons rien fait de spécial. Comme je l'avais annoncé à mon amant, j'avais l'intention de ne le garder que pour moi et c'est ce que j'ai fait. Par conséquent, nous ne sommes pas sortis de la maison et c'est aussi bien étant donné le temps déplorable qu'il a fait. Nous avons joué à la console en buvant de la bière, comme lors de nos jeunes années. La seule différence est que la vieille Sega a été remplacée par une PlayStation. Nous avons également regardé quelques films parmi les vidéocassettes que j'ai acquises ces dernières années, dont Dirty Dancing et Croc Blanc.

-Allez, Will, lève-toi, chuchote mon compagnon en me secouant doucement.

Je demeure allongé, les bras refermés autour de Michael, les yeux clos comme si je dormais toujours. Toutefois, mon vieil ami me connaît assez pour dire d'une voix amusée :

-Cesse de faire l'idiot, je sais que tu es réveillé.

J'ouvre un œil et je croise le regard rieur de Michael. Ses cheveux bruns sont ébouriffés et une barbe naissante assombrit ses joues, lui donnant un air négligé qui le rend irrésistible. Je ne veux pas me lever, je ne veux pas être lundi matin car je sais que dès que j'aurai déposé Michael à son cabinet, je ne le reverrai certainement plus avant deux longues semaines.

-Allez, Will, insiste l'homme que j'aime.

Je pousse un soupir à fendre l'âme et Michael éclate de rire.

-On dirait que tu es condamné au billot.

-Je préférerais presque. Tu sais bien que je pars au Japon dans deux jours.

-Et alors ? Nous nous reverrons à ton retour.

-Pourquoi ai-je l'impression d'être le seul affecté par cette longue séparation ?

-Disons plutôt que je suis le seul à réagir en adulte, rétorque Michael avec un sourire moqueur.

Hé bien c'est nul de réagir en adulte ! Mon petit cœur fragile a besoin d'être rassuré, il a besoin de savoir que je vais manquer à mon amant autant qu'il va me manquer. Je ne peux cependant pas dire cela à voix haute, je ne ferais que mettre l'accent sur la souffrance que j'ai éprouvée à l'époque où mon amour était à sens unique et Michael culpabiliserait inutilement. Au lieu de cela, je décide d'agir moi aussi en adulte. Je plante un baiser sur la joue rugueuse de mon compagnon et je saute du lit avant qu'il n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit. Je cours en direction de la salle de bains et je lance par dessus mon épaule :

-Le dernier dans la douche a perdu !

-C'est de la triche, rétorque Michael.

Je suis déjà dans la cabine lorsqu'il franchit la porte.

-Il vaut mieux que j'aille préparer le petit déjeuner, annonce-t-il. Ce n'est pas raisonnable de prendre notre douche ensemble.

Je secoue la tête.

-Viens ! Promis, je reste sage.

Le sourire qu'affiche Michael est si sexy que je frôle l'arrêt cardiaque. Je ne suis plus du tout sûr de pouvoir tenir ma promesse, désormais, et lorsqu'il pénètre dans la cabine de douche, je ne peux pas retenir mes bras qui s'enroulent autour de son cou ni ma bouche qui part à la rencontre de la sienne. Malgré ses mots, mon amant répond à mon étreinte et à mon baiser sans se faire prier. Je me demande si sa volonté d'agir en adulte n'avait pas pour but de cacher que l'idée de ne plus me revoir pendant quelque temps l'affectait également.

Je prends un peu de distance afin de plonger dans les beaux yeux que j'aime tant puis je pose mes mains sur ses joues ombrées de barbe. Comme il me sourit tristement, je chuchote :

-Je reviendrai bientôt.

-Évidemment que tu reviendras bientôt ! s'exclame Michael d'une voix amusée.

Je lui souris, je dépose un baiser sur son front et j'allume le jet de la douche afin de mettre fin à cette conversation. Au lieu de passer mon temps à me répéter à quel point Mike me manque, je vais m'immerger complètement dans le travail pour ne pas y penser. Je me rends alors compte que j'ai peut-être un peu mûri, moi aussi, pendant toutes ces années car je me souviens d'une époque où j'aurais renoncé à ce voyage pour ne pas quitter l'homme que j'aime.

Lorsque Michael descend de ma voiture, alors que je le dépose devant son cabinet, j'ai envie de le rappeler et de lui suggérer de venir dormir chez moi demain soir pour ma dernière nuit avant que je ne parte au Japon. Toutefois, je sais que c'est un peu compliqué pour lui, il a parfois des consultations en début de soirée et rentrer chez lui est beaucoup plus facile que de venir chez moi. Je ne veux pas le déranger alors qu'il sera certainement épuisé après une longue journée de travail. Je ravale alors les mots qui étaient sur le point de sortir de ma bouche et j'observe mon amant fermer la portière de ma voiture en m'adressant un petit sourire. Afin d'être épargné par la pluie, il court jusqu'à l'immeuble dans lequel est installé son cabinet. Une fois dans l'entrée, il se tourne et me fait signe. Je lui souris et je m'insère dans la circulation pour me rendre à mon propre lieu de travail. La plupart des préparatifs pour mon voyage ont été effectués depuis quelque temps déjà, mais j'ai beaucoup de détails à régler avant de partir, notamment le différend que nous avions eu avec le fournisseur qui avait causé une rupture de notre chaîne de production. Je n'avais pas l'intention de faire un détour par Hong-Kong après mon séjour au Japon, et cela me coûte de retarder encore mon retour mais je dois saisir cette occasion pour rendre visite à ce fournisseur afin qu'il comprenne que nous n'avons aucune intention de réviser notre position et que s'il souhaite nous conserver en tant que client, il va devoir déployer de gros efforts, tout d'abord en me recevant à ce rendez-vous de dernière minute, et ensuite en acceptant sans trop broncher ce que je proposerai en termes de négociations.

Je songe que cela fait quelque temps que je n'ai pas revu Dominic et Ryan, j'irai leur rendre visite à mon retour. J'ignore cependant si j'irai en compagnie de Michael ou pas. En effet, j'ai envie de passer le plus de temps possible avec l'homme que j'aime. J'ignore en revanche si je dois parler à mes pères de notre nouvelle relation et même si je ne leur en parle pas, ils me connaissent si bien qu'ils vont sans doute le deviner en nous voyant ensemble.

Pourquoi faut-il que ces deux hommes soient aussi perspicaces ?