Un moment d'éternité, suspendu dans l'éther

Vivant sur une petite planète

Divisée entre ombre et lumière.

Tandis qu'autour de son étoile, elle dessine sa ronde,

S'étend la nuit, s'éteint ma vie.

Pour une valse que nous avions dansée,

S'offre à moi l'éternité.

***

Orbitant sans pouvoir me détacher,

Je m'éloigne et je me rapproche

Pauvre agrégat de quelques roches

Qui un jour béni fut happé.

A sa destinée je suis désormais liée

A ma destinée je ne pouvais échapper.

***

Cachée et discrète, je tourne autour de ma planète.

Née dans les ténèbres et inconnue des astres.

Invisible pour celui que ne saurait me voir,

Je suis une ombre iridescente qui miroite le soir,

Pourquoi ouvrirait-on les yeux ? Tout est noir…

***

Les étoiles murmurent,

Mais une étincelle suffit.

Le vide est peut-être dur,

Mais ma planète est ici.

***

La ronde s'accélère, une comète approche.

Occultant le soleil d'une obscure tache

Bientôt, l'impact

***

Au son de la harpe je fredonne

La mélodie feinte de la vie.

***

Mélancolie d'une lune