Déclin

Dans un souffle la lueur opaline
Lumineuse et douce assolit
Vers le lac immobile et sans plis
L'eau délicieuse devient aigue-marine

Elle se teinte en violine
Quand doucement tombe la nuit
Fraîche onde qui luit
Sous la Lune cristalline

Un oiseau, frêle éclair abyssal
Doucement effleure l'onde opale
Dans un éclat argenté sort un poisson

L'eau s'ouvre en doux pétales
Il s'envole au loin, petite tache pâle
Perdu au cœur de cette éclosion