En frappant à la porte de service, j'eus un doute : je ne savais pas comment Paulo allait réagir. Le bruit des verrous qui se débloquaient n'apaisa pas mes inquiétudes.

« Maître Jorgus, je suis heureux que ce malentendu avec les inquisiteurs soit dissipé et que vous alliez bien.

— Il n'y a pas de malentendu et les inquisiteurs sont à mes trousses, dis-je en passant la porte. »

Paulo resta interdit devant l'allure étrange de Lizzie, puis ses yeux glissèrent sur le bébé.

« Ce serait trop long de tout t'expliquer. Disons que ces deux demoiselles ont un ange gardien et que cet ange est dans ma tête.

— Je suis désolé… tout ce qui vous est arrivé est de ma faute. J'ai fait une erreur de manipulation lors du rituel, et après j'ai appelé les inquisiteurs qui vous ont emmenés.

— Ce n'est pas grave, je vais arranger tout ça. »

J'aurais aimé avoir l'assurance que j'affichais. Je tendis le carton à Paulo.

« Occupe-toi d'elles, ce sont nos invitées pour ce soir.

— Bien Maître. »

Je pris la jeune fille à part lorsque Paulo eut le dos tourné.

« Il est très conventionnel, dis-je à propos de mon assistant, alors évite de le brusquer.

— Ça va me faire du bien d'être avec quelqu'un de conventionnel comme vous dites. »

Laissant Paulo la conduire dans les dépendances de l'église, je me dirigeai vers la salle de purification. La Machine était toujours à sa place. Je la poussai jusque devant l'autel et la connectai au transcripteur sonore qui y était dissimulé. Lors des rituels, il servait à faire entendre la musique des anges aux fidèles.

La voix de l'ange résonna dans la nef.

« La suite des événements risque d'être stressante pour toi, j'en ai bien peur.

— Parce que tout ce qui a eu lieu depuis ce matin est censé être relaxant. Avec tout le respect que je vous dois, j'aimerai en savoir davantage sur les événements à venir. »

Ce fut le point de départ d'une conversation qui dura pendant des heures. Tous les actes que j'avais accomplis depuis ce matin trouvaient leur place dans le plan angélique.

L'Église Néo-Evangéliste était sclérosée et en dépit du pouvoir de ses prophéties, elle allait bientôt s'effondrer. Il fallait déclencher l'apparition d'une autre religion fondée sur les mêmes bases, afin que les anges ne perdent pas le contact avec l'humanité.

Les premiers rayons du soleil traversaient les vitraux de verre bleu quand je conclus.

« Dans cette histoire, j'ai été le déclencheur. Mon rôle devrait être terminé.

— Non, c'est le mien qui touche à sa fin. Il te reste une dernière chose à faire, mais tu dois être connecté à la Machine. »

J'appelai Paulo pour qu'il vienne m'assister. Il arriva à toute vitesse, le regard confus et des traces du rouge à lèvres de Lizzie sur le visage. Cette dernière ne mit guère de temps avant de venir elle aussi. L'ange prit de nouveau la parole.

« Au revoir Lizzie et Paulo, vous avez de grandes choses à accomplir ensemble. Jorgus, je te souhaite bonne chance. »

La sensation qui m'envahit lorsque je fus connecté était exceptionnellement violente. Je faisais partie du flux d'énergie qui circulait entre les hommes, les anges, mais aussi les machines. Je visualisai les inquisiteurs bien avant qu'ils n'entrent dans la chapelle.

Je vis même l'étonnement se peindre sur leurs visages encapuchonnés. Les doigts cybernétiques de l'inquisitrice Séverine luisaient d'énergie électrique lorsqu'elle leva la main et ordonna à ses hommes de faire feu.

Quelques-uns hésitèrent, ils n'étaient pas préparés à abattre une créature aux ailes de néon lévitant au-dessus de l'autel. Les autres sortirent leurs mousquets et tirèrent. Les balles de caoutchouc volèrent à travers la nef, brisant plafonniers et vitraux.

Lizzie cria et Paulo la poussa à l'abri. La seconde injonction de l'inquisitrice fut plus sèche. Cette fois plus personne ne tira, tous ses hommes étaient à genoux en train de prier. Peu à peu, l'église se remplit des curieux que le vacarme avait attirés ici, et eux aussi priaient.

Prise de panique, l'inquisitrice dégaina son propre mousquet. Elle n'eut pas le temps de tirer, Lizzie avait été plus rapide et son petit revolver terrassa la femme en robe sombre. La main crispée sur son épaule, elle tomba à genoux sur le sol. Sa capuche glissa, dévoilant un visage sans yeux ni paupières. À la place il y avait des globes cybernétiques d'un noir mat.

Je restais suspendu dans les airs jusqu'à ce que les renforts de l'inquisition n'arrivent et évacuent de force tous ceux qui se trouvaient là. La déflagration d'énergie qui eut lieu au moment où ils me tirèrent dessus souffla ce qui restait de vitres dans la chapelle.

Un mois plus tard, mon église avait été reconstruite. Elle était devenue une cathédrale, la cathédrale du mouvement Néo-Néo-Evangélistes, aussi connu sous le nom de NéoN-Evangélistes. Lizzie et Paulo avaient fait de moi le messie de cette nouvelle religion.

Mon portrait ornait les machines à prophéties qui proliféraient dans leurs églises. Le fait que j'aie survécu à l'explosion avait été occulté, il était plus simple d'avoir un martyr plutôt qu'un messie bien vivant.