Pandemonium

Prologue

Réversa.

Une ville aux consonances étranges et une histoire qui l'est encore plus.

Située dans les confins de l'Angleterre, Réversa est une ville "test", une ville cachée aux yeux du monde. A moins de vraiment la chercher, vous ne la trouverez pas.

Nommée ainsi par les chercheurs qui la composaient de prime abord, Réversa est une erreur de la nature.

Ville émergente de la fin du XVIIIème siècle, Réversa n'était en réalité auparavant qu'une petite bourgade dont l'ancien nom a été effacé des mémoires. L'industrialisation pointait le bout de son nez et les multiples usines et industries qu'on peut encore croiser en ville sont le témoin de ce passé glorieux.

L'économie prospérait. La population était bien lotie, étant principalement constituée de bourgeois et autres aristocrates. C'est ce prétexte qu'utilisèrent des scientifiques qui débarquèrent en ville, un peu comme un cheveu sur la soupe.

Bien sûr, ceux-ci furent l'objet de commérages en tous genres. Quoi de plus normal ? Toute une clique d'experts en biologie, c'est un peu bizarre pour une ville qui ne possède même pas d'université.

La population locale regardait d'un drôle d'oeil ces scientifiques. On murmurait tout bas que les dirigeants du pays avaient décidé que la ville serait investie dans le but d'observer les comportements entre gens d'une classe sociale de haut standing. Un microcosme qu'on pouvait observer à la loupe à tout loisir.

Mais les gens se trompaient. Ils n'étaient pas si loin que ça de la vérité, cependant.

La ville a bel et bien bien été "créée" comme une pièce d'oeuvre scientifique mais certainement pas pour étudier les comportements d'une société de riches bourgeois. Non, c'était bien plus vicieux que ça.

Ces fous de savants avaient l'intention de tenter une nouvelle expérience : modifier les liens déjà existants entre les habitants et les enchaîner littéralement entre eux. Certes, toute la population n'était pas liée, ç'eût été bien trop compliqué et le projet était d'une trop grande envergure. Mais créer un lien artificiel entre deux personnes, ça, c'était déjà beaucoup plus faisable.

Comme on peut facilement le deviner...les débuts de ces expérimentations furent catastrophiques. Officiellement, il n'y eut jamais aucun souci, bien entendu.

Les comment et pourquoi de ces expérimentations seraient trop longs à relater. Alors retenez simplement qu'il s'agissait de manipulations génétiques. On voulait modifier le génome, remplacer une portion chromosomique, la "trafiquer" de manière à réussir à lier une personne à un autre habitant de la ville. Des recherches en parallèle, souvent sur les mêmes cobayes, conduisirent à un phénomène inattendu. A présent, non seulement deux personnes possédaient un lien artificiel entre elles...mais on avait aussi changé leur nature profonde.

A une telle époque, c'était bien dangereux de trafiquer ainsi dans l'ADN. La génétique venait à peine d'être découverte. ADN et génome étaient des mots inconnus. D'où sortaient ces scientifiques ?

De ce chaos formidable naquirent de nouvelles espèces. Les Réversiens, autrefois totalement humains, étaient à présent transformés. Des vampires furent créés. Des loups-garous. Des lutins. Des elfes. Par la suite, arrivèrent les anges. Mais cela est une autre histoire, bien ultérieure aux événements contés ici. Ils ne seront sûrement pas abordés dans ce récit macabre.

Explication officiellement donnée face à cette erreur hasardeuse ? Simplement, le caractère de chaque personne influence de façon inconsciente sa nature profonde. Ces manipulations ont simplement eu l'effet de faire "ressortir" cette nature. Après tout, avez-vous déjà vu des vampires humbles et doux ? Des lutins psychopathes ? J'en doute.

Ce déversement de créatures surnaturelles eut l'effet de bouleverser la vie à Réversa et une nouvelle ère s'instaura sur la ville. Une ère de terreur et de « crise sanguinaire » comme elle fut qualifiée par les dirigeants de l'époque.

Alors que la seconde guerre mondiale ravageait les terres et les âmes du monde entier, Réversa échappa, étrangement, à cette folie meurtrière.

Préservée, comme dans un cocon, la vie poursuivit son cours.

Enfin, peut-être pas.

Réversa ne subit pas la guerre...Mais les meurtres, incendies et violences en tous genres faisaient rage. Des exécutions avaient parfois même lieu en public...sans que personne n'aie la moindre idée de qui les commanditait. Le souci ? Personne ne le faisait. La ville était livrée à elle-même, depuis que l'on avait retrouvé le maire égorgé dans son sommeil. Enfin...ceci est la version officielle de l'histoire. Parfois, il vaut mieux ne pas connaître la vérité.

Depuis, plusieurs personnes ont tenté de prendre le pouvoir, d'instaurer de nouvelles institutions. Peine perdue, à Réversa, il semblerait que l'anarchie remplace la politique, qui a pris ses congés, découragée.

Pourtant, il existe une paix fragile dans cette cité. Un accord que vous ne trouverez jamais dans aucun document officiel, peut-être...mais un accord qui fonctionne tout de même.

Cette convention est d'une simplicité enfantine, en réalité. Puisque ce sont principalement les créatures nocturnes qui mettent à mal la ville – vampires et lycans, notamment – il a été décidé que les massacres et autres réjouissances ne seraient pas autorisés en journée. La nuit, au contraire, est le terrain de jeu préféré de la débâcle et du chaos. Le jour pour rattraper les horreurs de la nuit. Bien sûr, il y a toujours quelques entorses à la règle et certains humains n'hésitent pas à saccager la ville au système dual et à reporter la faute sur les créatures nocturnes.

Mais...les scientifiques, dans tout ça ? Et les expériences ? Car n'était-il pas question un peu plus haut de liens entre deux personnes ? Patience, cela n'a pas été oublié.

Ce qui fait la caractéristique de cette ville, en plus de ses créatures mythiques et folkloriques et de son système anarchique et dual, ce sont ses opposés.

Deux personnes qu'on a liées ensemble, à la suite de ces manipulations sont des opposés. Au départ, purement génétique, ce phénomène étrange a évolué et s'est déplacé d'une manière inexplicable au niveau de l'âme. Et si l'on pensait que ces liens artificiels n'étaient destinés qu'à la population touchée par ces tests, force est de constater que tout être né à Réversa ou qui vient vivre à Réversa pour une longue période – peut-être y a-t-il quelque chose dans l'air de cette ville ? – est condamné à posséder une âme incomplète, jusqu'au jour où il découvrira ce "bout manquant" en la personne de son opposé.

Concrètement, un opposé est la personne la plus importante pour un citoyen de Réversa. Vous partagez un morceau d'âme avec cette personne, vous êtes liés.

Vous pouvez la sentir. La deviner. Quand vous la rencontrez, quelque chose vous dit que c'est bel et bien elle, cette personne dont vous avez tant besoin. Une sorte de dépendance s'installe. Nous avons besoin de notre opposé, d'une façon intrinsèque, implicite, et pourtant bien réelle.

Bien entendu, les liens entre opposés sont tous différents. Il peut aussi bien s'agir d'amour, d'amitié, de fraternité que de haine ou de rivalité. Mais on ne peut pas être indifférent à son opposé. Au plus profond de soi, on le ressent avec exactitude, on le connaît, on sait s'il est proche ou loin de nous, ce qu'il ressent dans certaine mesure...il fait partie intégrante de notre vie. Personne ne peut vous connaître mieux que votre opposé.

Cet opposé peut être un parent, un ami, un amant, un ennemi, un total inconnu. Peu importe. Vous pouvez tout aussi passer des années à le chercher désespérément sans le trouver que le croiser au coin de la rue pendant que vous faîtes vos courses.

Mais sans opposé...vous ne pouvez pas être bien. Sans opposé, vous ne pouvez pas "vivre" normalement. Au fond, il y a toujours quelque chose qui vous manque.

Alors, si dans cette ville bicéphale, on vous arrache votre opposé...que se passe-t-il ?

Un unique mot vous répondra : folie.


Atmosphère : albums Architect of Lies et 11 Dreams – Mercenary / Wildfire – Sonata Arctica, 2 février 2010

Réversa et son univers sont l'entière propriété d'Edana May, créatrice du forum RPG. Je n'ai fait qu'emprunter cet univers, avec son accord.

Cette "fic" relatera l'histoire de mon perso principal, Damien Cohen, hors RP (pas d'interactions avec d'autres personnages du forum, donc). Mais afin d'appréhender correctement son état psychologique, il m'était nécessaire de vous fournir une description solide de Réversa, l'univers dans lequel évolue Damien. Si cette petite mise en bouche et Réversa vous intriguent, n'hésitez pas à visiter mon profil, vous y retrouverez le lien vers le forum, nous ne mordons pas ;)

Quant à l'organisation de cette fic...Je ne sais pas trop comment elle s'agencera. Ni le rythme auquel je publierais. Je suis principalement auteur de fics sur FF et rôliste à mes heures perdues.

Petite note sur le titre : Pandemonium est le nom donné à la capitale imaginaire de l'Enfer, par John Milton dans son oeuvre Le paradis perdu. Par extension, ce mot désigne aussi tout endroit où règne la corruption et le désordre ou un lieu bruyant. Pandemonium est le nom du bar géré par Damien...et il est inutile de vous dire que cet endroit n'accueille pas des saints. Étant également un synonyme de désordre, je l'ai trouvé approprié pour décrire la vie plus que chaotique de Damien.

N'hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce petit "prologue" ;)

Sorn