Bon commençons par les points qui posent problèmes : 1)Dans les légendes, Arthur est un roi qui vit au XIIème ou au XIIIème siècle. Par contre, l'époque décrite : les druides, le début de l'Evangélisation, le départ des troupes romaines, … (Selon les légendes) font qu'il s'agirait en fait plus d'un personnage ayant vécu au Vème siècle. Dans cette histoire, je ne vais pas trancher et rester quelque part les deux, parce que c'est plus simple. Disons qu'on est à mi chemin entre le film Arthur (avec Clive dans le rôle titre) et Kaamelott (qui est déjà un mélange d'une société médiéval placée au Vème siècle)

2)En ce qui concerne l'Iliade, je dois avouer que ça fait longtemps que je l'ai lu (5 ans environ) et que je n'ai pas très envie de recommencer. Je ne sais plus si la liaison entre Achille et Patrocle est mentionnée ou pas, mais pour les besoins de l'histoire je vais dire que c'est le cas.

Eux, ils étaient libres

Arthur se laissa aller, tout allait bien maintenant. La reine était rentrée chez ses parents, elle serait encore absente une vingtaine de jour. Elle protégeait le secret de son mari, par amour et aussi parce qu'elle serait humilié si on apprenait que le roi découchait pour aller voir un autre homme. Mais elle n'approuvait pas pour autant, et Arthur n'en pouvait plus de sentir son regard sur lui. Il n'en pouvait plus de l'entendre lui rappeler qu'il péchait contre le seigneur et contre elle. Ce qu'il faisait été mal, il le savait mais il ne pouvait le nier : il aimait ça.

Il aimait sentir le corps de Lancelot contre lui, et surtout il prenait du plaisir à faire l'amour avec lui. L'autre chevalier n'allait pas tarder de la rejoindre, à la faveur de la nuit. Quand tous les autres seraient à l'auberge, en train de se souler avant de rejoindre leur lit pour baiser avec leur femme, lui serait dans les bras de l'homme dont il était amoureux et il partagerait un moment de tendresse avec lui.

Il ouvrit à peine la porte, se faufilant dans la chambre royale le plus discrètement possible. Une femme de chambre avait allumé un feu dans la cheminé, Arthur était devant. Les mains tendues devant lui comme pour les réchauffer alors que la température était encore assez chaude (pour la saison au moins), le roi semblait perdu dans ses pensées.

Lancelot savait qu'il l'avait entendu arriver, mais Arthur ne bougeait pas. Son amant décida d'attendre simplement, c'était ce qu'il y avait de mieux à faire dans ses cas là.

« Je me rappelle avoir étudié un texte quand on m'a fait apprendre le grec. C'était l'histoire d'une guerre, elle avait déjà durée dix ans mais les envahisseurs s'accrochaient et le siège continuait. »

« Il s'agit de l'Iliade d'Homère. C'est un des grands textes fondateurs de la croyance des grecs. »

« Dans ce texte, Achille avait un amant, Patrocle. Et une maitresse aussi, Bryséis. Et ça ne choquait personne. Qu'est ce qui a changé ? »

« Les hommes ont changé mon roi, et la religion aussi. Aujourd'hui, nous risquons la mort pour une chose que nos ancêtres acceptaient. Ainsi vont les lois, elles vont et viennent selon les hommes. »

« Je pourrais rendre ceci légal, j'en ai le pouvoir ! »

« Mais sous quel motif mon roi ? Vous vous mettrez l'Eglise à dos, ainsi que tout le royaume. Je suis prêt à accepter la mort si tel est mon châtiment pour vous aimez. »

« Je le sais, mais je ne trouve pas ceci normal. Ce soir, soyons Achille et Patrocle ! Ils étaient libre, ils n'avaient pas peur. Ils était heureux »

Lancelot aida le roi à enlever son grand manteau de fourrure. Il n'osa pas dire au roi qu'aucun des deux hommes n'étaient rentré de Troie. Patrocle tué alors qu'il se faisait passer pour son amant et Achille tué alors que la victoire était proche. C'était peut être ça leur punition aux hommes comme eux, mourir au combat au plein de leur gloire.