Chapitre 9

Deux mois s'étaient écoulés depuis ses débuts chez , trois depuis la dernière fois qu'il avait vu Bradford dans la ruelle près de son ancien boulot. Tout allait si vite … Toshan ne voyait plus les jours défiler ces derniers temps.
Malgré les réserves de Arié quant à son nouveau salaire, bien moindre que chez Soluce IT, il avait sauté le pas, conforté dans son choix par Mohama.
On sait bien que tu attends autre chose de ce job que quelques dollars, lui avait-elle glissé alors qu'il prenait congé.
Elle avait raison. Ce qu'il voulait c'était Brad. Il était déterminé, bien plus que quand il avait voulu le séduire à la soirée du Del Rey, deux ans auparavant.
Il allait le récupérer mais la partie s'annonçait plus difficile que prévue.
Deux mois déjà. Deux mois pendant lesquels il avait bossé comme un dingue. Bien obligé de toute façon, il était encore en période d'essai. Pas de traitements de faveur.
Il avait été mis dans le bain tout de suite par Pete. Lors de l'entretien final son ami, et futur patron, l'avait prévenu : il avait été choisi pour ses qualités techniques et non pas pour ses liens présents et passés avec les boss. Evers lui avait bien laissé entendre que si cela n'avait tenu qu'à lui, il n'aurait jamais passé la porte de l'agence. Question de conflits d'intérêts.
Après cette mise au point toute professionnelle le bon vieux Pete était réapparu et il l'avait invité à boire un coup avec Josh après sa première journée pour fêter son embauche.

C'était mal parti donc. Surtout que Brad et lui ne faisaient que de se croiser et que, les seules fois où ils s'étaient retrouvés seuls, son ex faisait preuve d'une réserve exagérée. Il se tenait toujours trop loin de lui, était trop froid, écourtait leurs discussions
Il devait avouer qu'il était un peu perdu. Pourquoi être venu le chercher si c'était pour le fuir par la suite ?

Toshan regarda sa montre. Il était une heure de mat' passée. Il grimaça, ça allait être dur d'être en forme pour une nouvelle journée de boulot dans quelques heures. Mais bon, il avait terminé ce qu'il avait à faire dans les temps et il n'était pas mécontent de son travail.
Il éteignit ordinateur et lumière et allait se diriger vers la sortie quand il entendit de la musique provenant du fond de l'agence.
Il se dirigea vers le bruit, pensant trouver Mat' en train de s'arracher les cheveux sur ses devis, toujours trop chers. Souvent la jeune femme et lui se retrouvaient tard le soir pour fermer la boutique. Ils finissaient généralement par disserter inlassablement sur le rock et le cinéma Bollywood. Leurs passions communes.
Il passa devant le bureau désert de Meyer. Ah ben non, elle n'était pas là.
Son cœur commença à s'emballer. Il entra dans la salle de repos et se rendit compte que la mélodie provenait de ce que Pete lui avait présenté comme un « débarras ».
Il poussa la porte et resta, saisi, sur le seuil.
Assis sur le bord d'un clic-clac défoncé, Brad était en train de gratter une de ses guitares sur un air des Doors.
Alors que son ex continuait de jouer, il détailla la petite pièce encombrée. Dans ces 15 mètres carrés s'entassaient penderies débordantes, caisses de CD et de livres, objets personnels, … Toute la vie de Bradford Sheffield.
« Hey ! »
Sheffield sursauta.
« Oh … Salut … T'es encore là ?
_ J'avais un truc à finir pour tout à l'heure. Et toi ? Qu'est-ce que tu fous ici ? »
Brad se mordilla les lèvres sans répondre.
« Tu habites ici ? Toshan n'en revenait pas.
_ C'est pour le côté pratique, quand je bosse tard, …
_ Tu habites ici. » asséna l'autre
Brad détourna le regard, gêné.
« J'ai vendu mon appart' et quelques trucs pour financer ma part de l'agence. Pete avait ses indemnités de licenciements. Moi j'ai foutu le camp, j'avais droit à rien. »
Cela expliquait beaucoup de choses : les meubles qui semblaient familiers un peu partout dans les locaux, le fait qu'il ne voyait jamais Brad arriver le matin, les clés de l'ancien appartement qu'il n'avait pas réclamées.
« C'est vachement cosy comme endroit, fit Chah en s'asseyant à côté de Sheffield. Chaleureux. Un peu encombré mais sympa quand même. »
Il nota dans un coin le poster des Led Zep'. Brad l'avait gardé alors qu'il valait une petite fortune. Valeur sentimentale ?
« Arrête de te foutre de ma gueule. » répondit l'Américain en reposant la guitare sur son pied.
Quand il se retourna il se retrouva près du visage de Toshan. Dangereusement près.
« Si tu veux tu pourrais venir dormir chez moi, fit l'Indien en se rapprochant de plus en plus. J'ai un convertible un peu dans le genre de celui-ci. Tu serais peut-être à l'étroit car c'est également mon lit mais au moins y'a une fenêtre dans la pièce.
_ Tu me ferais visiter ton appartement ? Les choses changent on dirait.
_ Bradford Sheffield a bien changé, lui. Je peux faire un effort. »
La réponse de Brad se perdit au fond de sa gorge quand les lèvres de Tosh sur les siennes l'empêchèrent de sortir.
« Tu m'as manqué. » avoua Brad
Devant le silence de son amant, il se redressa sur un coude.
« T'es censé me répondre « moi aussi »
_ Je réfléchissais à comment formuler ma réponse, l'informa Toshan.
_ C'est si dur que ça ?
_ J'ai failli crever de ton absence, déclara-t-il finalement. Ca fait pas trop mélodramatique ?
_ C'est pas totalement de ma faute, lui fit remarquer Sheffield en se recouchant contre lui.
_ Je sais.
_ Tu es quand même un putain d'entêté totalement radical. Et avec une fierté sacrément mal placée.
_ On me l'a dit, reconnu Tosh. Avec d'autres termes, mais on me l'a dit.
_ Qui ?
_ Quelqu'un que j'aimerai te présenter. Si ça t'intéresse.
_ Mon dieu : ton appart, tes amis, ironisa Sheffield. C'est trop d'un coup !
_ Je t'aime Brad. »
Là, effectivement, c'était trop d'un coup. Bradford en eu le sifflet coupé et il resta silencieux alors que Tosh s'appliqua à lui montrer combien il l'aimait et combien il lui avait manqué. A un moment cependant, il ne put plus se retenir et ses cris de plaisir couvrirent le grincement du vieux clic-clac et résonnèrent dans les locaux déserts de .

« Ben alors, t'as loupé le réveil ou quoi ? »
Pete venait d'entrer dans la kitchenette pour se préparer un café. Il regarda Brad, encore en t-shirt, les cheveux en bataille, en train de remplir une bouilloire d'eau.
« Tu bois du thé toi maintenant ? »
Evers stoppa net. Il avisa le sourire en coin que son associé essayait de dissimuler tant bien que mal et la lumière se fit.
« Brad !
_ Je te dois 10% de mes parts, je sais. Félicitations patron._ Putain j'm'en fous de tes parts ! Il est où ?
_ J'suis là Pete. »
Tosh sortit de la pièce, un peu gêné mais il n'eut pas le temps de fournir une quelconque explication que son ami le serra dans ses bras.
« C'est pas trop tôt les enfants ! s'écria-t-il en relâchant Chah.
_ Pete ? Brad haussa un sourcil étonné.
_ Je sais ce que j'ai dit, mais franchement, j'en avais plus qu'assez de ton air de supplicié. »
Il fut interrompu par la ponctuelle et survoltée Meyer.
« Salut les mecs ! Ca va ? Sympa les t-shirts, vous tombez du lit ou quoi ? »
Mathilde réalisa la portée de sa dernière remarque et ouvrit grands les yeux. Elle regarda d'abord Brad puis Tosh pour, enfin, chercher confirmation de ce qu'elle avait compris dans les yeux de Pete.
« Enfin ! » s'écria-t-elle avant de se verser un café et de repartir vers son bureau.
Pete éclata de rire.
« Je crois que je n'étais pas le seul à prier pour que vous vous lanciez. Allez, magniez-vous, le boulot n'attend pas ! Moi, j'ai un coup de fil à passer à Josh ! »
Et il les laissa enfin seuls. Enfin ensemble.

Epilogue

Les cris et les rires redoublèrent quand ils débouchèrent les bouteilles de champagne. La folie des derniers jours s'était finalement calmée et ils avaient enfin réussi à se retrouver. Employés, amis, famille, ils s'étaient tous rassemblés chez Brad et Tosh pour célébrer leur succès
Un an et était toujours là. Un an de batailles, de doutes et de travail acharné. Des sacrifices, des sacrés coups de gueule, des portes qui claquent et des fous rires, des nuits blanches et des matins difficiles.
Un an d'efforts reconnus par leurs pairs. Sur la table, entre les sushis rapportés par Pete, les chips bon marché, les samossas de Mohama et les saladiers de sangria, trônait le Effie award de l'agence de communication la plus prometteuse de l'année.
Une petite revanche sur Pierce & Jennings et une énorme victoire pour les patrons. Un nouveau défi aussi : confirmer l'essai et durer.
Martha s'approcha de Brad qui s'était un peu éloigné le temps d'un coup de fil.
« Vous ne vous arrêtez jamais ? demanda-t-elle en lui apportant une coupe de champagne.
_ Mon assistante est occupée, je suis obligé de prendre mes appels moi-même. » la charia-t-il
_ Que voulez-vous Monsieur Sheffield, je suis invitée chez mon patron, je ne peux pas être partout à la fois, répliqua-t-elle sur le même ton. Impressionnant ce volume, reprit-elle en appréciant les dimensions du loft dans lequel les deux hommes vivaient depuis 3 semaines. Je vous envie.
_ Je ne sais pas comment Mathilde fait mais elle dénicherait la lune si on lui demandait. Et si vous connaissiez le montant honteusement bas du loyer vous seriez encore plus jalouse. »
Elle lui saisit la main.
« Tout va bien de ce côté là aussi à ce que je vois. » fit-elle en passant le doigt sur l'anneau qu'il portait de nouveau au pouce.
Bradford regarda Toshan en train de discuter avec Josh et Arié.
« On a trouvé un compromis.
_ Lequel ?
_ C'est un secret. » éluda-t-il la question avec un clin d'œil.
Il la serra brièvement contre lui avant il alla rejoindre son amant qui lui tendait la main.