Deux mondes opposés

Qui est ce qui pouvait bien lui téléphoner à cette heure si ? Il était quoi ? 4 heures du matin, 4H07 exactement.

Ca avait intérêt à être important parce que sinon, il risquait de devenir méchant. Il réussi enfin à atteindre la chose qui le tirait de son sommeil, et décrocha sans même chercher à savoir qui pouvait bien l'appeler.

Il grogna plus qu'il n'annonça son nom, et attendit pour voir ce qui se passait.

« Je vois que tu es toujours aussi agréable au réveil ! »

Son interlocuteur était bien réveillé lui, et il avait visiblement envie de lui parler, mais dommage, la réciproque n'était pas vrai.

« Ecoute, je sais pas trop quel heure il est de ton coté, mais ici c'est le milieu de la nuit et tu me réveilles, alors je suis agréable si je le veux bien ! »

Il s'en voulait d'être comme ça, mais il n'avait pas le choix.

« En fait, je suis dans ta rue. Juste en bas de chez toi, donc il est la même heure chez moi que chez toi. Tu me laisses entrer ? »

« Pas envie. »

« Ecoute Jackson, je crois que j'ai vraiment mérité tout ce que tu m'as dit la dernière fois qu'on s'est vu. Mais je n'ai pas vraiment eu l'occasion d'en placée une, et maintenant, j'aimerais répondre à tout ça. »

« Ca fait quatre mois Warren, c'est trop tard et de toute façon j'ai pas envie d'entendre ce que tu as à me dire. » dit Jackson en raccrochant. Il connaissait assez l'autre homme pour savoir qu'il ne s'arrêterait pas là, alors il coupa son téléphone, et alla dans le salon pour en faire de même avec son fixe.

Il commençait son nouveau boulot ce matin, et son réveil allait sonner dans moins d'une heure alors il décida de rester début, et mit la machine à café en route.

Il ne connaissait pas encore son nouveau boss, mais lors de l'entretient, on lui avait fait comprendre que c'était un homme qui aimait collectionner les filles. Au moins, il était sur de ne pas commettre deux fois la même erreur.

En entendant frapper à sa porte, il soupira. Warren avait probablement du réveiller tous ses voisins afin que l'un d'entre eux lui ouvre la porte principale de l'immeuble. Il détestait ce type. Un coup d'œil dans le judas lui apprit qu'il connaissait vraiment trop bien son ex.

Il portait un costume hors de prix, comme tout le temps, et derrière lui Jimmy se tenait, droit comme un piquait. Ainsi c'était lui qui avait repris sa place, la nouvelle statue qui devait s'assurer que Monsieur Warren Grant, troisième du nom, obtiennent tout ce qu'il désirait sans lever le petit doigt.

« Ouvre s'il te plait, il faut que je te parle Jack' »

Il décida d'ouvrir, avant qu'il ne demande à Jimmy d'enfoncer la porte.

« Tu as intérêt à faire court Warren ! »

Il referma la porte juste après le passage de son ex, histoire que Jimmy reste dans le couloir, la conversation qu'il allait avoir était strictement privé et il n'avait de toute façon jamais aimé ce type.

« Jackson, je sais que je n'ai pas été correct avec toi, et je voudrais m'excuser. »

« Tu ne t'excuses jamais Warr' c'est une preuve de faiblesse. C'est pas ce que ton père t'a appris. » Warren n'aimait pas parler de son père, sauf quand il était en réception, là Grant senior était l'homme qui lui avait donné tout les atouts de sa réussite actuelle. Jackson avait peut être un peu abusé avec la dernière réplique.

Warren respira profondément, il savait qu'il avait mérité tout ça. C'est juste, qu'il n'avait pas l'habitude, on ne lui avait jamais rien refusé de sa vie, et c'est pour ça qu'il n'avait jamais rien vraiment désiré.

« Je suis désolé, vraiment. Je ne voulais pas t'insulter, ni que tu t'en ailles. Je voulais juste qu'on soit ensemble plus souvent. »

« Arrête, on était tout le temps ensemble. Je passais mes journées justes derrière toi, à attendre que tu te retournes mais ce n'est pas ton genre. »

« Tu parlais de mon père tout à l'heure, tu sais bien que mon père m'a apprit beaucoup de chose, mais pas celle qui compte vraiment, comme l'amour. Je ne sais pas ce que c'est que de s'occuper de quelqu'un, de montrer de l'affection parce qu'on ne m'a jamais apprit. Laisses moi juste une chance, s'il te plait ? »

Warren ne disait jamais s'il te plait non plus, et ça Jackson le savait pour avoir passé deux ans avec lui.

« Comment tu sais que tu m'aimes si tu ne sais pas ce qu'est l'amour ? » Le ton de l'ancien garde du corps s'était adoucit.

« Parce que je l'ai lu sur internet, tu me manques, et j'ai ce pincement au cœur quand je pense à toi, et quand je ferme les yeux, c'est toi que je vois, et »

« C'est bon, j'ai compris. »

Warren commençait à avoir les yeux humides, mais juste un peu, parce qu'il faisait son possible pour ne pas pleurer. C'est quelque chose qu'on lui apprit étant jeune, à ne pas pleurer. Jackson craqua, et il le prit dans ses bras.

C'était la seconde fois que Warren se laissait aller avec lui, la première fois c'était il y a deux ans. Jackson venait d'entrer au service de Warren, et il était de service le soir. Son patron avait pas mal bu à une réception importante où de nombreux toast avait été porté. Puis il avait encore bu après pour fêter ça avec son père, en privé. Après le départ de ce dernier, Warren avait commencé à dérailler, il avait prit plusieurs objets et les avait jeté à travers la pièce. Jackson ne savait pas trop quoi faire, mais quand son patron s'était blessé avec un bout de verre casé, il se mit à agir. Il s'approcha de lui, en lui parlant doucement. Jackson lui avait prit les mains, pour l'empêcher de saisir autre chose.

Mais ce contact avait donné d'autre idée à Warren qui l'embrassa. Persuader que c'était de toute façon son dernier jour au service de Warren Grant et comme ce dernier lui plaisait beaucoup, il n'avait pas cherché à le repousser.

Après Warren lui avait avoué que son père l'avait fiancé sans le prévenir, que c'était ce qui l'avait mit dans cet état. Jackson avait reprit son poste, et personne n'en avait jamais rien su. Alors il avait gardé son poste, il avait été promu rapidement garde du corps principal, et bientôt Warren n'allait plus nulle part sans lui. Ils avaient continué à coucher ensemble, mais plus jamais l'autre homme ne s'était ouvert à Jackson. Et pourtant, il avait attendu.

« Ecoute Warren, je suis désolé mais ça ne change rien. Je ne peux plus travailler pour toi, et il est hors de question que tu crées un poste spécialement pour moi. » Lorsqu'il s'était quitter quatre mois plus tôt, Jackson lui avait dit qu'il ne voulait pas être sa pute. Ils s'en rappelaient tous les deux.

« Je commence un nouveau boulot aujourd'hui, et je ne voudrais pas être en retard. Part, s'il te plait. »

Warren regarda Jackson dans les yeux. Il apprenait beaucoup de chose de cette façon, et là, tout ce qu'il vit c'était à quel point son ex-amant était sérieux et déterminé.

Alors il se résigna, parce que c'était peut être mieux ainsi. Le premier mariage ne s'était pas fait, et son père venait de le fiancé à nouveau. C'était ce qui lui avait donné le courage de retourner voir Jackson. Mais il commençait à se dire que l'idée n'était finalement pas si bonne que ça.

« Tu sais où me trouver si tu changes d'avis pour nous deux. »

« Il n'y a jamais eu de nous deux, on vient de deux mondes trop différend »

En sortant, Warren se rendit compte que pour une fois, il était d'accord avec son père. L'amour ça faisait mal, il était plus facile d'y renoncer.