Suzanne 15 20.

Auteur : Jurkane.

o – o – o – o

Table des matières.

Première partie : Le temps des études.

o – o – o - o

Chapitre 1 : La rencontre de Suzanne Denver-Worms avec celui qu'elle considère comme son Ange.

Chapitre 2 : Une nouvelle vie qui se prépare.

Chapitre 3 : Retour à l'établissement Lingen, école pour jeunes filles en Suisse.

Chapitre 4 : La Princesse Nénuphar et de ses amies, Lariki et Kim. Le Premier Paradis des Fleurs et des Jardins, chant sacré atkin.

Chapitre 5 : L'enregistrement du CD. Projet pour un DVD;

Chapitre 6 : Le film dans le jardin de Mademoiselle de Merlecoeur. La bague aux trois cercles.

Chapitre 7 : Pendant les vacances. Des dissensions entre le père et la mère de Suzanne.

Chapitre 8 : Nouvelle année scolaire. Arrivée des trois sœurs colombiennes.

Chapitre 9 : L'attaque de l'école. Le passage du « don » de Maria Esperanza à Suzanne. Fin du temps des études.

o - o - o - o

Deuxième partie : Le temps des amours.

o – o – o - o

Chapitre 10 : Les douloureuses opérations de chirurgie esthétique.

Chapitre 11 : Le groupe musical « Time of Cherries ».

Chapitre 12 : Concerts à Londres, Berlin, Chicago. Premières manifestations de « l'Esprit malin ».

Chapitre 13 : Concert à Osaka. Suzanne fait la connaissance de Maître Tsin. Révélations sur l'ennemie de la jeune fille.

Chapitre 14 : Concert de Paris. Dissolution du groupe « Time of Cherries ».

Chapitre 15 : Rapprochement entre Will « Oranda » et Suzanne. Le désir de vengeance de Madame Jones.

Chapitre 16 : Arrivée en Nouvelle Zélande. La jeune fille doit chanter pour la bande sonore d'un film en tournage.

Chapitre 17 : Déclaration d'amour et première nuit.

Chapitre 18 : Le film « Planète Hé Ma ». La Prière de la Chamane.

Chapitre 19 : Le tournage de la scène. Rencontre avec le jeune acteur Oreste.

Chapitre 20 : Les malheurs d'Oreste.

Chapitre 21 : Oreste, le surdoué, délivré de ses chaînes.

o - o - o - o

Troisième partie, le temps des épreuves. ( 1 )

o – o – o - o

Chapitre 22 : Incertitudes entre Will et Suzanne. Réveil de Madame Jones.

Chapitre 23 : Qui est réellement l'ennemie de Suzanne ?

Chapitre 24 : La petite maison française. Les fresques de la vieille église.

Chapitre 25 : Fête au village. Les Jones consultent la May, une célèbre voyante.

Chapitre 26 : Le coup de folie de Jason.

Chapitre 27 : Première épreuve : la dépression de Suzanne.

Chapitre 28 : Les Jones, mère et fils.

Chapitre 29 : La vie comme elle va : naissances, mariages, enterrements.

Chapitre 30 : Les lettres d'invitation. Nouvelles perspectives d'avenir.

o - o - o - o

Le temps des épreuves. ( 2 )

o – o- o – o

Chapitre 31 : Arrivée en Suède. Le groupe Läa and Töo.

Chapitre 32 : Réapparition de Madame Jones et de K, peintre et Exécuteur, l'Ange de Suzanne. .

Chapitre 33 : Arrivée de la Princesse Nénuphar. Retrouvailles de K et de Suzanne.

Chapitre 34 : La Convention pour la Paix entre les Peuples.

Chapitre 35 : Les souvenirs d'enfance de Suzanne.

Chapitre 36 : Les deux portraits. La déclaration de K.

Chapitre 37 : Brouille et réconciliation.

Chapitre 38 : Destins croisés : Madame Jones, K, Suzanne.

Chapitre 39 : Les rêves prémonitoires.

Chapitre 40 : La Première du film. L'instant du hasard.

o - o - o - o

Épilogues.

o – o – o - o

Chapitre 41 : Epilogue 1 : Premier choix du hasard.

Chapitre 42 : Epilogue 2 : Autre choix du hasard.

Chapitre 43 : Epilogue 3 : Dernier choix du hasard.

Chapitre 44 : Table des matières, résumés des chapitres et bonus.

o – o – o – o

Bonus. Une étrange histoire.

Fait suite à l'épilogue trois mais peut se lire indépendamment.

Le dernier tableau du peintre K « Jeune fille sous un arbre » fut envoyé comme prévu dans le testament à une demoiselle Suzanne Denver-Worms dans un petit village français nommé Sillengy sur Noire. Mais il ne parvint pas tout de suite à destination. Il « disparut » pendant le voyage.

Il illumina pendant un peu plus de trois mois le sombre et austère bureau d'une femme qu'on appelait respectueusement Master. Elle connaissait le peintre K sous son véritable nom et elle l'aimait, un peu plus qu'une mère n'aime son fils, un peu moins qu'une amoureuse n'aime son amant. Elle l'aimait comme une force attirée par une autre force.

Cette femme se savait malade. Elle souhaitait que l'homme la remplace au poste très élevé et très secret qu'elle occupait au Château. Il avait toutes les qualités physiques et morales requises. Mais finalement, les circonstances de la vie en décidèrent autrement.

Sachant qu'il avait légué tout ce qu'il possédait à la Société qu'elle dirigeait avec deux autres Masters, elle ne pensait pas agir malhonnêtement en détournant le tableau de sa destination première. Ce n'était qu'un emprunt. Elle l'enverrait à sa propriétaire dans quelque temps. Mais elle le voulait d'abord pour elle seule.

La lumière qui se dégageait de la silhouette féminine agenouillée sous l'arbre lui fit du bien au début. Il lui sembla que le mal qui la rongeait s'atténuait petit à petit. Mais au fur et à mesure que le temps passait, le tableau perdait son éclat. Chaque fois qu'elle le regardait, elle voyait la tristesse envahir la jeune fille et l'ombre de l'arbre se faire de plus en plus pesante.

Le portrait voulait aller vers la personne à qui il était destiné.

Alors, elle répondit à ce désir secret. Elle fit emballer le tableau. Des hommes discrets le transportèrent à Sillengy. Ils entrèrent dans la Maison des Roses de nuit, sans se faire remarquer par les voisins, et l'accrochèrent au mur du salon.. Will et Suzanne le découvrirent au-dessus de leur cheminée, alors qu'ils venaient en vacances en France, accompagnés pour la première fois par leur adorable petite Stella.

Ils trouvèrent sur le bureau la lettre du notaire leur annonçant la mort accidentelle du peintre K et les informant de son legs. Elle était accompagnée d'une carte portant ces mots : « J'ai emprunté ce tableau car je voulais connaître celle qu'il aimait. Je comprends son amour. Vous êtes source de bonheur et de lumière. Je vous le rends. Puisse-t-il illuminer vos jours. »

Suzanne regarda Will. Il souriait. Il dit en la prenant dans ses bras : « Nous ne serons jamais trop à t'aimer. » Il l'embrassa et le portrait sembla fugitivement rayonner.

o – o – o - o

Ultime note de l'auteur : Ce récit est une réponse à deux challenges.

J'ai commencé à le rédiger, à la main, au stylo à bille bleu, en septembre 2005 et j'ai écrit le mot Fin au bas de la version définitive en novembre 2006. J'ai ainsi évité de sombrer dans une dépression profonde après une grave maladie.

En juillet 2010, j'ai de nouveau éprouvé le besoin de me projeter dans l'avenir et je me suis lancé un autre défi : mettre cette histoire en ligne. Cela m'a pris encore une fois un an. Mais mon esprit est apaisé parce que j'ai réussi ce que j'avais entrepris. Je peux regarder les jours, les mois, les années à venir avec confiance.

Peut-être que la lecture de cette simple histoire, sans prétention aucune, fera du bien à quelqu'un comme son écriture l'a fait pour moi à deux reprises. J'en serais ravie. Tout le monde a besoin de rêver pour vivre. « Suzanne 15 20 » est simplement mon rêve personnel, je le partage avec qui en a envie.

Soyez heureux et portez-vous bien. Jurkane.