Vengeance

Chapitre 1 :

Septembre, la rentrée des classes. Pour Axel, cela ne signifiait qu'un retour vers l'enfer. Il avait passé un été à surfer sur une plage à Tahiti en compagnie de quelque uns de ses amis, à draguer des filles sur la plage et à boire des cocktails au bar de l'hôtel dans lequel ils séjournaient. Mais maintenant que les vacances étaient finies, il devait retourner au lycée pour en finir avec sa terminale S et être en première place du classement (pas si) secret des meilleurs élèves de son lycée. Il voulait être bien vu dès le début des concours pour la fac. Il ne comptait pas entrer en polytechnique mais il se devait quand même d'être le meilleur pour se faire embaucher dans la boîte la plus populaire de Paris et gravir le plus rapidement possible les échelons. Tel était son objectif et il désirait ardemment l'accomplir même si pour cela il était obligé de se suivre les cours de terminale et de passer le bac. A vrai dire, il avait déjà passé le bac sous un nom d'emprunt 3 ans plutôt pour vérifier son niveau et, bien qu'il n'ait pas été premier, il n'en était pas loin. Axel était une tête mais le cachait. Il ne voulait pas que tous les regards se tournent vers lui avant l'heure où il devrait se révéler. Il avait passé des années à se cacher et ce n'était pas maintenant qu'il allait laisser son tomber son plan.

C'est avec son plan bien en tête qu'Axel ce réveilla ce matin-là, c'est en se remémorant son objectif qu'il s'habilla -un jeans bleu laissant voir un caleçon rouge lorsqu'il se penchait ou étirait un peu trop haut ses bras, une chemise blanche dont les derniers boutons n'étaient pas attachés, si bien qu'on pouvait voir un bout de son torse bronzé, et un pull en V bleu mais qu'il enlèverait bien assez vite (il détestait mettre un pull alors que l'on était toujours en septembre). Il passa rapidement dans la salle de bain pour faire sa toilette matinale et se recoiffer. Quand il regarda le résultat dans son miroir, il observa en premier ses yeux verts, son petit sourire en coin qui lui creusait une fossette et ses courts cheveux bruns bataillant avec classe sur le dessus de sa tête. Parfait. Avec sa tête, il resterait encore le mec le plus beau de tout son lycée pendant toute l'année et il n'aurait même pas à chercher trop loin pour se trouver une nouvelle copine, celle de l'année dernière n'étant plus assez bien pour sa réputation (c'est qu'il avait pris un peu trop la grosse tête à force…). Arrivé dans la cuisine, il donna un rapide bisou sur le front de sa mère, prit une brioche dans le panier à pain, mit son sac de cours sur une de ses épaules et sortit de sa maison direction le lycée.

OooOooo

Après dix minutes de marche, il croisa Nicolas -noir de cheveux, grand et athlétique-, son meilleur ami et l'un des membres du voyage à Tahiti, et il firent ensemble le chemin restant (pas grand-chose en réalité).

-Alors Nico, tes parents t'ont posé pleins de questions sur le voyage ?

-Tu parles ! Tu peux pas imaginer comme tu as de la chance ! Tu vis seul avec ta mère qui ne pose jamais de question alors que les miens essayaient de savoir tout ce que j'ai fait à la minute prêt.

Nicolas se mit alors à déblatérer sur le fait que ses parents étaient trop protecteurs, exigeants et toute cette sorte de choses. Axel ne l'écouta que d'une oreille. Il faut dire qu'il avait un peu mal prit le fait que Nicolas compare ses parents à sa mère. C'est sur que c'était plus calme chez lui, mais tout simplement parce que sa mère ne faisait absolument pas attention à son fils. Elle préparait la nourriture, faisait le linge et les courses pour une seule et unique personne alors qu'ils étaient deux à cohabiter. La mère d'Axel ne se souvenait pas qu'elle habitait avec quelqu'un et encore moins que ce dernier était son fils. Axel ne lui en voulait pas, c'était à cause d'un choc psychologique survenu des années plus tôt mais cela lui faisait quand même du mal lorsqu'il demandait à sa mère si il avait du courrier et qu'elle lui demandait qui il était et ce qu'il faisait dans sa maison.

Axel sortit de ses pensées lorsqu'il n'entendit plus un seul son provenant de son meilleur ami. Normal, ils étaient devant le lycée et Coralie, petite amie en date de Nicolas, bâillonnait celui-ci en l'embrassant à pleine bouche. Axel eut même l'impression de voir un bout de langue dépasser. Il se recula et se dirigea vers l'intérieur.

-Nico, je t'attends en classe, okay ?!

-hum hum

Axel se dépêcha de s'éloigner du spectacle, entra dans le bâtiment et gravit les marches de l'escalier pour se rendre au deuxième étage. Il s'arrêtait toutes les trente seconde pour dire bonjour à quelqu'un mais finit quand même par atteindre sa classe et réussit même à s'asseoir à une place avant que quelqu'un ne l'aborde. Il posait son sac à terre lorsqu'une fille aux longs cheveux blonds et à forte poitrine se pencha vers lui pour lui faciliter la vue dans son décolleté.

-Alors Axel, on ne me dit plus bonjour ?

Hannah, ex-petite amie qui ne comprenait toujours pas pourquoi le mec sur qui elle fantasmait depuis pas mal d'années la laissait tomber alors qu'il avait enfin succombé à ses charmes. Axel soupira.

-Bonjour Hannah, au revoir Hannah

-Pourquoi au revoir ?

-Parce que je n'ai pas envie que tu restes devant moi pendant que j'attends que le cours commence c'est tout, lui répondit Axel

-Mais pourquoi ?

-Parce qu'on est plus ensemble Hannah !

-Mais, je pensais que ça ne tenait que pour les vacances ! Que c'était un moyen pour ne pas me tromper avec d'autres filles alors que tu étais à Tahiti !

-Hannah, si j'avais voulu ne pas te tromper, je ne t'aurais pas plaquée, dit Alex en se tenant la tête dans les mains.

Décidément, cette fille était plus débile que ce qu'il ne le pensait déjà…

-Mais, tu veux quand même bien que l'on continue à se parler, hein ? Supplia-t-elle

-J'aimerais mieux pas Hannah, répondit le garçon, cette année, j'ai envie de me concentrer sur le cours. Si tu restes dans les environs, je serais peut-être tenté !

La jeune fille bougonna en pesant le pour et le contre mais, n'arrivant pas vraiment à calculer, elle capitula et repartit vers ses amies.

Enfin débarrassé !

-Alors Don Juan, dès la rentrée tu refoules les foules !

Ça, c'était signé Daniel, petit, brun, avec des lunettes mais ne manquant pas de charme et encore moins d'intelligence. C'était l'un de ses meilleurs amis et c'était aussi celui à qui il avait le plus de mal à cacher son secret. Axel se retourna vers le garçon avec un grand sourire et lui tendit la main.

-Daniel ! Alors ses vacances ? Bien rentré je vois ! J'espère que tu t'es mieux amusé que nous à Tahiti sinon je t'en voudrais d'être partit de ton côté avec ta famille !

-T'inquiète Axel, mes vacances étaient cool et j'ai même pu croiser des françaises des environs qui ont ouvert les yeux ébahies quand je leur ai dit que je te connaissais ! D'ailleurs, faudra que tu leur signes un autographe !

-C'est ça, et nous, on a croisé un éléphant rose en tutu !

Les deux garçon se mirent à rire mais se calmèrent dès que la sonnerie retentit. Daniel retourna à sa place et Nicolas, qui n'était pas encore arrivé, risquait fort de devoir s'asseoir au fond de la classe quand il arriverait. Axel en conclut donc qu'il pouvait laisser son sac sur la chaise vide à côté de lui. Mauvaise conclusion, ce qu'il comprit tout de suite quand il vit Nicolas, le prof et un nouveau entrer dans la classe. Son meilleur ami dut bien s'installer au fond mais cela ne laissait donc plus qu'une seule place de libre pour le nouveau.

-Bonjour ! Voici Alex, il est nouveau et j'aimerais que vous l'aidiez à s'intégrer dans la classe…

Pendant que le prof parlait, un message tourna chez tous les élèves et arriva en dernier chez Axel. Certains mots, de la part des filles surement, disaient que le nouveau était trop canon. C'est vrai qu'avec son mètre 85 (5 cm de plus qu'Axel), ses grands yeux bleus, ses cheveux blonds qui lui tombaient sur les épaules et son goût vestimentaire, il était pas mal. Mais plus que son apparence, plus que l'incroyable ressemblance entre son prénom et celui du jeune homme qui n'allait pas tarder à venir s'asseoir à côté de lui, c'était le mot d'Adrien, fouineur de première, qui avait retenu l'attention du brun.

Il aurait fait 100% au test d'entrée de l'école

Le test était dur et même Axel n'avait pas eut à faire exprès pour ne pas avoir 100%. Il releva la tête et ses yeux croisèrent ceux du nouveau, celui-ci le regarda d'un air goguenard. Il le sentait mal, très mal.