Bonjour tout le monde, me revoilà pour un nouveau projet mais pas à seule ou à deux. Non, pas moins de 10 cerveaux pour ce projet. Comme vous l'aurez peut être compris, les ailes de la gloire n'est pas une histoire à proprement parlé, mais un jeu de rôle. Il n'empêche que cela reste un récit ^^. J'essaierais d'être régulière et de mettre un bout de journée par semaine. Sachez que vous pouvez également retrouver cette histoire avec la mise en page et les couleurs de chaque personnages sur le site de Charlie Audern. Vous y retrouverez également la fiche de chaque personnage avec l'origine de leur passé sombre. :)

Voilà j'espère que ça vous plaira. N'hésitez pas à laisser des commentaires, ça fait toujours plaisir et je vous souhaite une bonne lecture.


Jour 1 - Partie 1

Adam se réveille d'un coup sous les bip bip incessant du réveille qui hurle de plus en plus fort.

- ET MERDE !

Il se prend la tête entre les mains et gémit.

- Oh putain de casquette... ta gueule toi.

Il frappe le réveil et regarde l'heure, cligne des yeux et regarde de nouveau l'heure.

- Chier...chier...CHIER !

Il se retourne vers la masse à coté de lui qu'il secoue sans ménagement.

- Ethan ! ETHAN bon sang ! Il est 8h30 !!!

L'autre grogne et se retourne. Il repousse son ami tout en se retournant. Lorsqu'il entend l'heure il ouvre grand les yeux.

- Arrête d'hurler comme ça.

Il se frotte la tête, sentant déjà le sang battre à ses tempes.

Adam repousse ses cheveux emmêlés et tâtonne à la recherche de son paquet. Il allume une demi cigarette et se lève du lit.

- On est à la bourre... en plus c'est aujourd'hui que les nouveaux arrivent. Café ?

Ethan acquiesce et tend la main pour prendre le bout de cigarette des lèvres d'Adam.

-Bon sang rappelle moi qui a eu l'idée de faire cette soirée hier ?

Il lui rend la cigarette et se lève tout en s'étirant.

Adam shoote dans une canette qui roule contre le mur.

- Toi... pour les 6 ans de la boite. Café ou pas ?

Il se masse les reins.

- T'as encore pris tout le lit !

Il se traine vers la cuisine et grogne sous la luminosité du soleil de printemps. Le photographe va allumer la cafetière tout en se frottant son menton qui pique.

-Ne commence pas à râler, c'est toi qui me laisse prendre tout le lit. Oui un café s'il te plait.

Il va dans la salle de bain et se fait un brin de toilette avant de revenir s'habiller dans l'autre pièce.

-On s'en est vraiment pris une bonne hier... D'ailleurs ça va aller toi ?

Il le regarde les yeux striés de rouge, un air neutre.

- Ce n'est pas parce que j'ai bu un peu trop que je vais replonger...

Il se frotte les lèvres dans un vieux reflexe d'ivrogne et verse deux grandes tasses de café. Il tend la sienne à Ethan en avalant la première gorgée.

Ethan le détaille longuement.

-J'aurais du éviter de t'entrainer hier soir.

Il prend la tasse et boit une longue gorgée, se sentant beaucoup mieux après.

Adam lui sourit doucement.

- Ca va aller je te dis.

Il passe une main dans ses cheveux en s'affalant dans le canapé.

- Alors on a quoi au programme ?

Ethan termine sa tasse et s'en sert une seconde.

-On doit accueillir le nouvel attaché de presse pour lui montrer le travail et les dossiers. Et ensuite nous avons convoqués tous les modèles pour la nouvelle saison et pour qu'ils puissent tous se rencontrer.

- Ah oui... l'attaché de presse...

Il finit sa tasse.

- Tu es sur qu'on a besoin d'un fouille merde à l'agence ?

Ethan a un petit sourire.

-Ce n'est pas un fouille merde, c'est celui qui va les gérer justement. Et il vaut mieux que ça soit lui plutôt que toi avec ton vocabulaire et tes gestes raffinés.

- Gnagna... tous les journaleux sont des fouilles merdes, je sais de quoi je cause !

Il allume une autre cigarette et lance le paquet à Ethan.

- Vais me raser vite fait.

Cette fois l'autre éclate de rire.

-Oui oui je sais, tu les détestes. Et pourtant on en a besoin; et là je parle des vrais journalistes de mode.

Il regarde sa montre.

-Dépêche toi. On va finir par être en retard.

Adam lui répond d'un grognement et se rase rapidement. Il sort et enfile une chemise lâche et un jean des plus classique. Il noue rapidement ses cheveux et tire sur sa cigarette.

- Y a combien de nouveau déjà ? T'as fait les auditions sans moi.

Ethan réfléchit.

-Trois mannequins, ainsi que l'attaché de presse et l'assistant stagiaire... Tu vas voir, ils ont du potentiel.

Adam éclate de rire.

- Un assistant...rien que ça... je te jure !

Il écrase sa cigarette et se verse une demi tasse avant de vérifier son matériel photo. Ca fait une sacrée brochette quand même !

- Tu as vraiment décidé de mettre le paquet cette année.

-Ce n'est qu'un stagiaire, il faut bien lui apprendre le métier.

Il se lève et met sa tasse dans l'évier avant de la rincer.

-Et puis il faut ce qu'il faut maintenant que l'agence commence à avoir du succès.

- Ouais...

Il ferme sa mallette et boutonne à moitié sa chemise, laissant sa tasse sur la table basse.

- Je compte faire un roulement sur les 3 plateaux. Pour les extérieurs il faut attendre la bonne lumière.

Adam repousse une mèche de devant ses yeux.

- Je testerai les modèles. Mais je te préviens, je ne bosse pas avec des amateurs.

Il prend sa veste en cuir et ses clés.

- T'as besoin de moi dans le bureau pour l'attaché de presse ?

Ethan va chercher sa veste.

-Ne t'en fais pas ce ne sont pas des amateurs. Certains sont déjà très professionnels et d'autres sont des diamants bruts. Pour ce qui est des photos je te fais confiance, c'est ton domaine.

Il le suit au garage et monte dans la voiture.

-Non je devrais pouvoir m'en sortir, mais ce serait bien que tu sois en partie là en tant qu'associé... Et tu te montreras sous ton meilleur jour.

- Dis tout de suite que j'ai une sale gueule !

Il grimpe dans sa voiture noire aux vitres teintées et fait vrombir le moteur.

-Non mais je sais à quel point tu peux être désagréable quand tu l'as décidé.

- Ouais je ferais de mon mieux. Sauf s'il commence à me chercher des poux. Tolérance minimum pour les mouches.

Il sort du garage souterrain et prend la rue. Ils ne sont qu'à 10mn du studio.

Ethan secoue la tête avec un petit sourire en coin et ouvre la fenêtre en grand pour profiter de l'air frais du début de journée.

-Je sais, je sais. Mais fais un effort, je ne l'ai pas prévenu que mon associé était un aboyeur.

Comme pour lui donner raison, Adam répond par un grognement.

- T'as pas une bonne nouvelle pour moi histoire de compenser ?

-Quoi l'idée d'avoir plein de mannequins tous plus cannons les uns que les autres et rien que pour toi ne te met pas en joie ?

Il le regarde.

-Eh bien si tu veux une nouvelle, sache que l'attaché de presse est un très bon coup.

- Ah ?

Il se tourne vers lui le regard intéressé.

- Racontes.

-J'hésitais entre les deux candidatures et disons que Stephen a eu l'argument en plus.

Il se passe une main dans les cheveux.

-Et crois moi il est doué.

Adam ricane.

- Je note, je note...

Il lui lance un petit regard amusé et tourne dans l'entrée du studio. Il gare la voiture dans le garage et rejoint le studio encore silencieux. Ils allument les plateaux et la soufflerie se met en marche.

Le directeur le suit et entre à son tour. Il inspecte rapidement les lieux et va ensuite au bureau pour allumer son ordinateur.

-Au fait, Michel rentrait cette nuit. Il devrait être là pour la réunion de ce matin, même s'il arrive en retard.

- Hum...

Adam vérifie un à un les plateaux.

- La nouvelle collection est arrivée et bien sûr les livreurs les ont laissés sur le plateau 3... Putain ce n'est pas compliqué d'ouvrir la porte de la réserve.

-Je les rappellerai à l'ordre. Tout est en bon état au moins ?

Ethan vérifie les mails, des propositions de contrats, des demandes pour des soirées peoples. L'année commençait sur les chapeaux de roues.

- Ca a l'air d'aller. Faudra appeler la maintenance, ils n'ont pas réparé le trou dans le mur de la salle 2.

Ethan soupire.

-Ca fait plus d'un mois que je me bats avec eux. La prochaine fois essaye de garder ton calme au lieu d'abimer le matériel.

- C'est la faute de Mathis. Il m'a énervé à vouloir trop jouer.

Il rallume une cigarette avant de revenir vers le bureau à la porte ouverte.

-Alors tu cognes dans le mur à défaut de cogner sur le modèle.

Ethan soupire.

-Si tu continues comme ça je te mets en cours de gestion de l'agressivité.

- T'aurais préféré que j'abime sa belle gueule ?

Il lui fait un sourire en coin et lui tend sa cigarette.

-J'aurais préféré que tu saches te contrôler.

Ethan prend la cigarette tout en soupirant.

-En plus tu as faillis te casser la main. Imagine ce qui se serait passé si ça avait été le cas ?

- Et bien tu aurais pris un autre stagiaire.

Il éclate de rire.

- Le dernier n'était pas fameux le pauvre... il a tenu a peine 15jours.

-Tu es un tyran Adam c'est pour ça qu'il n'a pas tenu.

Il exhale un rond de fumée.

- je ne suis pas un tyran. J'aime le travail bien fait un point c'est tout. Un mec qui ne sait pas prendre la bonne décision au bon moment ou ne tient pas la pression ne me sert à rien.

-Tu devrais tout de même être un peu plus relax avec les stagiaires. Comme leur nom l'indique, ce sont des débutant et tu es là pour leur apprendre le métier. Pas pour les terroriser.

Adam éclate de rire. Il ferme la porte du bureau et s'assoit en face de lui en écrasant son mégot dans le cendrier.

- T'as les dossiers des nouveaux ?

Ethan expire la dernière bouffée de cigarette et ouvre le dossier. Il tourne ensuite l'écran d'ordinateur vers son associé.

-Les voilà.

- Explique-moi donc un peu.

Il se s'installe et fait défiler les photos. Il s'arrête sur la photo de Christopher un moment, sent une bouffée monter un mélange de terreur et d'autre chose et secoue la tête avant de s'arrêter sur Loustic.

- Tu prends des oiseaux exotiques maintenant?

-Ah Loustic. Tu verras, il a son petit caractère, et comme Michel il sera plus pour des contrats un peu plus hard.

- Ouais.

Il revient sur la photo de Christopher.

- J'aime bien ce blondinet.

-Ah Christopher. Il est assez ambitieux. Je crois qu'il a hâte de faire ta connaissance également.

- Ah ouais ?

Il sourit en coin et se caresse la bouche dans son vieux réflexe d'ancien alcoolique.

- On verra ça. Tu as les dossiers des deux autres?

Ethan regarde encore une fois les fichiers et ouvre celui de Mel et de Stephen.

-Mel est un étudiant en gestion. Il semble travailleur et assez réservé sur sa vie privée. Et pour Stephen, il est un peu jeune, mais très professionnel. Je pense qu'il nous enlèvera bien des épines dans le pied.

- Mouais ça reste des mouches pour moi.

Il soupire et referme les dossiers.

- On verra ca.

Ethan lève les yeux au ciel.

-Sous prétexte qu'il y a deux nouveaux salariés dans le staff, monsieur ne va plus savoir faire un café.

- Faut bien qu'ils servent à quelque chose tes grattes papiers.

Il lui fait un clin d'œil et regarde la pendule.

- Ils doivent être arrivé dans la salle de réunion.

Ethan acquiesce. Il met en veille l'ordinateur et se lève.

-Après toi associé.

Il lui montre la porte et lui emboite le pas.

Adam ouvre la porte de communication avec la salle de conférence. Ils sont tous là, ancien comme nouveaux attendant de commencer la réunion dans cette salle circulaire ou une table ovale les accueille tous.

Ethan les regarde tous rapidement et les salue. Il les présente les uns aux autres et explique également qui sont Mel et Stephen et quel va être leur rôle. En plein milieu de la réunion Michel fait son entrée. Même s'il est discret, son retard ne passe pas inaperçu. Lunette de soleil sur le nez, il se met dans un coin et croise les bras, écoutant Ethan. Ce dernier ne fait pas de commentaire et continue. Il invite ensuite les nouveaux à voir Adam pour les essais photos.

**

Alors qu'il marche tranquillement jusqu'à l'agence pour sa première réunion, Mel se remémore les dossiers qu'il a vu avec son nouveau patron ainsi que ses premières impressions. Le tout assez méthodiquement.

Ethan Smill, directeur de l'agence Séraphin : professionnel, son contrat de stage à été disséqué point par point. Réputation fondée de coucheur. Pas de scandale croustillant, suspect.

Petite note : faire attention au double jeu.

Adam Marcelo, sous directeur et photographe : homme à scandale, les archives regorgent de papiers sur lui. Sûrement son premier sujet de chronique. Englobe à lui seul tout ce qu'il déteste dans ce monde.

Petite note : éviter de se faire mettre en pièce, le journal refuse de payer les frais hospitaliers.
Terrence Tyler, maquilleur : trop mystérieux pour ne pas avoir un passé digne d'intérêt. Surtout trop d'articles sur ses conquêtes d'un soir, pas net. Fait cependant froid dans le dos.

Petite note : l'approche sera dure, mais ne pas désespérer.

Michel Saint Pierre, Le modèle : Très mystérieux sur sa vie privée, trop cachotier. Hypocrite ? Sûrement.

Petite note : sujet pour le moment le plus intéressant à chroniquer. Entraînera facilement l'agence à sa suite.

Mathis Livier, modèle : grande gueule, sûr de lui, carriériste.

Petite note : jusqu'où ?

Alec Brighton, modèle : encore un mystère ambulant. Tête à claque avec son sourire. Le monde des bisounours n'existant pas dans la mode, à classer dans la catégorie des hypocrites.

Petite note : ne pas lui arracher son sourire par agacement.

Oliver Neli, modèle : Egocentrique et capricieux. Un mannequin dans toute sa splendeur.

Petite note : vérifier les rumeurs sur le « coucou »

Christopher Sheperd, nouveau modèle : blonds aux yeux verts, métis. Profil basique. Bouille sympathique sur les photos, à voir si cas intéressant.

Petite note : faire attention à son côté « eau qui dort ».

Loustic Benett, nouveau modèle : tout de l'ado en crise, couleur, piercing, maquillage. Un certain style tout de même. Cas intéressant, sera sûrement sujet de nombreux scandales.

Petite note : jeune et… influençable ?

Stephen Brook, attaché de presse : animal fourbe à approcher avec attention et modération.

Petite note : premier job ? Vérifier si c'est bien pour son CV qu'il a été choisi.

Avis général : Un panel d'authentiques hypocrites et opportunistes. Il ne reste plus qu'à les écraser un à un.

L'agence se profile à l'horizon. Un sourire vint naître sur ses lèvres et c'est tout en sifflotant qu'il pousse la porte de son nouveau lieu de travail… pour un temps.

**

Adam entre dans la salle de réunion, suivit d'Ethan. Il les salut d'un simple signe de tête. Comme à son habitude il va se positionner contre le mur prêt de la fenêtre et laisse Ethan parler. Depuis le temps il connait la musique. Il regarde tour à tour tout le monde. Les nouveaux d'un coté, les anciens de l'autre. Ethan tout d'abord… Ah Ethan, il lui doit quasi tout. Presque 20 ans qu'ils se connaissent et des conneries ils en ont fait le tour… même encore maintenant. Il retient un sourire en repensant à la soirée d'hier. Ouais, un autre « grand moment ». Puis ses yeux regardent un a un les modèles. Mathis…Beau mec, il n'y a pas à dire puis il adore les blonds c'est bien connu…Un caractère assez difficile a gérer en photo quand ce dernier n'en fait qu'à sa tête. Il ne compte plus le nombre de fois où ça a faillit se terminer dans le sang. Ethan a beau dire, il sait se retenir. Terrence… Etrange personnage. Mignon, souriant, avenant… mais parfois un manque de chaleur, dans ses yeux, assez troublant. Niveau professionnel, rien à dire. Alec… autre blond, autre style, autre charme… il trouve qu'il compose beaucoup et parfois sur-joue en photo. Etrangement la gravité et l'innocence se mélangent souvent dans son regard de myope. Pourtant comme Mathis, la pudeur ne fait pas parti de ses principes. Oliver, tout comme Alec, arrivé récemment, il manque un peu de maturité dans la photo pourtant il a du potentiel. Si ce n'est quelques retouches obligatoires quand il pose les bras nus. Les traces rouges en leur pliure sont plus qu'explicites. Par contre niveau caractère il faut qu'il soit cadré un maximum. Il a une trop grande gueule au gout d'Adam. Trop sûr de lui, trop arrogant… pas assez mûre. Néanmoins avec les bons arguments et après quelques joutes verbales, il rentre dans le rang.

Adam se déplace un peu pour regarder les nouveaux arrivés. Donc suivant les photos… le gamin aux cheveux rose doit être Loustic. Drôle de nom, drôle de personnage. Ouais il a de la classe mais il lui manque la prestance qui caractérise l'agence. Ensuite si ça mémoire est bonne, le blond doit être Christopher. Il fronce les sourcils. Ce prénom et cette blondeur le reportent une dizaine d'année en arrière. Pourquoi alors qu'il pensait s'en être sorti, voilà qu'il a l'impression d'un déjà-vu désagréable. Il secoue la tête, Le passé c'est le passé. Son Christopher est loin et surement riche et ailleurs. Il a un rictus alors qu'il regarde les deux autres hommes. Un autre blond… intéressant et un gratte-papier à l'allure de fouine. Mouais… à voir. Puis Michel arrive et s'excuse de son retard. Même échevelé ça reste une beauté. Il lui sourit. Ils font du beau boulot ensemble…Accessoirement de la bonne baise. Mais pas plus.

**

Son fidèle pot de fleurs dans une main et sa grosse valise à roulettes rose de l'autre, Loustic va s'installer sur l'un des nombreux sièges de la salle de réunion. Il vient de passer presque dix heures dans le train de nuit qui l'a ramené de sa campagne natale et son allure générale s'en ressent : Il a le teint blême, les yeux légèrement bouffis, les cheveux en pétards avec en prime quelques mèches coincées dans ses nombreux piercings et promène avec lui un mélange d'odeurs indéfinissables entre sueur, clope et joint. Sans parler de son haleine. Et ses pieds…

Sa position légèrement en retrait lui permet d'observer plus tranquillement les autres. Des blonds…des myopes…des asiat'… des bruns…c'était ça la grande agence Séraphin ? Un petit rictus étire ses lèvres. Trop nul. Heureusement qu'il était là maintenant pour relever le niveau. Et pimenter un peu tout ça.

**

Michel était rentré à 5h après 8h d'avion où il avait eu du mal à dormir. Il avait ensuite dormi à peine quelques heures, le réveil le faisant émerger dans un état légèrement nauséeux. D'habitude il avait plus de temps pour rattraper ses décalages horaires, mais c'était la rentrée de l'agence et Ethan lui avait dit qu'il tenait à sa présence pour se présenter aux autres et qu'il puisse lui même se faire son avis. Il arrive donc en salle de réunion en retard et ne quitte pas ses lunettes, sachant ses traits tirés par la fatigue et le décalage horaire.

Debout dans son coin, il observe chacun des participants. Tout d'abord ceux qu'il connaît déjà : Terrence, le maquilleur dont il appréciait le travail et qui dégageait toujours quelque chose qui lui nouait le bas ventre, comme un prémices aux plaisirs qu'il aimait. Ethan et Adam étaient fidèles à eux mêmes, Adam avait peut être les traits tirés plus que d'habitude et semblait déglutir aussi plus que la normale.

Mathis avait toujours le regard pétillant de malice et vif d'esprit, mais même s'il faisait des progrès, tous les deux n'étaient pas dans le même style de contrats.

Alec et Oliver étaient les derniers arrivés des anciens. Il n'avait pas vraiment eu l'occasion de les rencontrer et de les connaître, mais le blond lui faisait une mauvaise impression. Son sourire était trop présent pour être honnête. Le brun quant à lui ressemblait plus à une future diva, mais cette attitude amusait plus Michel qu'autre chose.

Le modèle phare s'attarde plus longuement sur les nouveaux : Le premier mannequin, Christopher, lui semblait sympathique mais quelque chose dans son attitude et dans la façon dont il regardait Adam l'intriguait.

Le second, Loustic… Son genre était clairement inhabituel et très tendance hard. Michel fronce les sourcils. Ce serait surement lui dont il faudrait se méfier le plus en tant que concurrent. Tous deux jouaient clairement dans la même cour dans le style des contrats.

Enfin les membres du staff : Mel, l'étudiant en gestion, semblait aux aguets de la moindre petite chose et action qui avaient lieu dans la salle de conférence. Michel a un léger haussement d'épaule, il se fichait un peu de ce que pouvait bien faire un étudiant en gestion dans l'agence.

Ce qui n'était pas le cas pour l'attaché de presse. Stephen Brook… Il avait déjà entendu ce nom quelque part. Ethan n'avait pas fait léger en le recrutant. Ce mec était connu pour être un vrai tyran avec les mannequins pour qu'ils donnent la meilleure image d'eux même. Sauf que Michel ne jouait pas sa carrière en restant un gentil garçon bien sage avec une image toute lisse. S'il avait sa carrière aujourd'hui c'était parce qu'il avait cultivé le mystère autours de sa vie privée, tout en choisissant avec précision quelles photos et quelles situations il voulait mettre en avant. Rien n'avait été le fruit du hasard dans le peu de photos qui étaient apparues dans les tabloïds.

Il écoute patiemment la fin du discours d'Ethan. Cette nouvelle année de la mode s'annonçait riche en rebondissement et en concurrence. Michel était définitivement impatient.

**

Mathis regarde rapidement autour de lui une fois le discours effectué par Ethan. Les impressions sur les nouveaux arrivant sont rapides, Christopher ne lui plait pas le sentant comme un rival, Loustic l'amuse par con coté flashy. Les deux employés pour les bureaux ne le dérangent pas, il sait juste que Stephen va les faire cravacher s'il est vraiment doué. Puis enfin il revient sur ses collègues et là c'est une autre histoire. Alec sourit encore et son visage semble être heureux cela le crispe mais vu qu'ils sont autant bosseur l'un que l'autre il ne dit rien mais veut être le meilleur des deux. Michel arrive discrètement enfin tente, il sourit en le voyant, il avait voulu lui prendre sa place mais l'autre est doué sans conteste il l'apprécie assez. Puis il passe le regard sur Oliver, Mathis retient une fois encore un soupire, il ne supporte pas de le voir si sûr, si orgueilleux et égocentrique cela lui rappelle trop sa mère, du coup il adore le rabaisser et le remettre à sa place. Vient ensuite les deux grands de la boite enfin les deux pontes. Adam a encore une mine déterrée, cela le dégoûte de le voir se bousiller et n'hésite pas à lui dire sans gants et sans retenue, le titillant alors sans limite. Le dernier regard est pour Ethan, il préfère faire profile bas devant lui, il le respecte en tant que patron et ancien modèle voulant devenir encore plus connu que lui.

**

Stephen rentre dans la salle où se déroule la réunion. Il salue vaguement ceux qui s'y trouvent déjà. Il en reconnait quelques uns vu qu'il s'est renseigné sur l'agence avant mais apparemment il y a des nouvelles têtes. Que des belles gueules, enfin pour la plupart. Mais il finit tout de même par se demander pour certains ce qu'ils font là.

Il décide de faire un petit tour d'horizon, histoire de se donner une première impression. Les anciens sont là mais il ne voit pas le mannequin vedette. Il doit sûrement faire sa star, se faire désirer. Il préfère arriver en retard pour que tout le monde le remarque. Ca promet. Stephen décide d'aller se poser de manière à avoir une vue d'ensemble sur les mannequins dans le but de les analyser. Mais il sait bien qu'il ne pourra pas trop juger vu qu'il ne leur a pas encore parlé et qu'il ne connait rien d'eux, pour l'instant. De toute manière rien que comme ça il peut déjà dire qu'il y en a qui vont poser problème. Smill lui a dit « ton boulot, c'est gérer la presse, je veux pas de mauvaises images ». Hé bien, par exemple, il peut déjà dire que le stagiaire, celui aux cheveux rouges, il ne sait pas pourquoi mais il va poser problème. C'est l'instinct. C'est bon que le jeune homme ne soit que stagiaire mais s'il devennait mannequin à plein temps dans l'agence… Ca se lit sur son visage qu'il aime qu'on le remarque. En attendant, c'est qu'un stagiaire, donc, Stephen s'en fou. Pour l'instant, il est dans l'ombre et qu'il le reste. Et il le restera. Il se demande vraiment ce qu'il fait là. Il fait vraiment tache. Il continue son petit tour, aussi discrètement que possible.

Bon après, il y a le blond à la gueule d'ange. Stephen cherche son nom. C'est un ancien. Mathieu. Non Mathis. Oui c'est ça, Mathis. Une gueule d'ange. C'est sa deuxième agence. Il a l'air de ne pas poser de problème. Enfin à première vue parce que les mannequins sont connus pour leurs frasques. Stephen espère juste qu'il fait partie de la catégorie soit beau, tais-toi et rien dans le cerveau.

Le reste c'est que des nouveaux ou alors il ne les connait pas mais ça serait étonnant. Le regard de Stephen s'arrête sur un autre mannequin. Il ne peut s'empêcher de le comparer à un Yakuza. Il a une sale tête. En plus avec son tatouage de dragon au poignet, on dirait vraiment qu'il fait partie de la mafia chinoise, japonaise ou coréenne. Oui, il a jamais été doué pour reconnaître d'où venait les bridés. Mais bon malgré sa tête, on dirait qu'il a l'air sympathique. On verra quand il aura ouvert la bouche.

Y en a un autre avec des origines de ce type vu qu'il a légèrement les yeux bridés. Oliver. Voilà c'est ça, Oliver. C'est un nouveau qui est là depuis pas longtemps. Stephen c'est quand même bien renseigné sur ces mannequins. En même temps, il avait plutôt intérêt s'il voulait travailler pour cette agence. Oliver est pas mal. Ca change de tous ces blonds. Il a l'air calme. Mais comme le dit si bien ce très vieux proverbe, il faut se méfier de l'eau qui dort. D'ailleurs, il n'est pas surnommé le coucou pour rien. En gros à surveiller aussi. Faudrait pas qu'il aille coucher avec n'importe qui pour nous mettre sur le dos un bon scandale.

Ha tient, on fait dans le type mannequins intello là. Stephen a son regard tourné vers le mec qui porte des lunettes lui donnant vraiment un style de premier de classe. Encore un blond. Smill a un faible pour les blonds ou quoi ? Si c'est le cas, Stephen n'avait pas besoin d'ouvrir ses cuisses vu que le « concurrent » était un petit brunet. Allez, il vaut mieux voir le côté positif des choses, ça lui a permis de prendre du bon temps. Mais bon, ce petit blondinet, trop mince ne devrait poser aucun problème. Il sourit tout le temps. Il le verrait bien dans une pub pour dentifrice. En attendant, c'est un mannequin et Stephen ne pense pas qu'il aura trop de soucis à se faire avec lui.

Le dernier mannequin a l'air plus âgé, légèrement plus vieux que Stephen. Belle gueule. Les lunettes noires c'est peut-être un peu too much, il n'est pas encore connu. Il est beau mais par contre il est petit. Bizarre pour un mannequin. En général, c'est grand. Y a des femmes qui sont plus grandes que lui. Mais il faut laisser ce qui est, il est beau. Petit mais beau.

Voilà le boss. Et si Stephen déduit bien c'est son associé avec lui. Ils ont dû faire la fête parce qu'ils ont la tête des grands jours. Surtout l'associé : cernes, yeux rouges, teint légèrement blafard. Alcool et cigarettes, sûr, autres choses peut-être. Dommage parce que si on lui enlève ça, il est canon. En plus, tout dans son attitude démontre qu'il est sûr de lui. Peut-être un peu trop. En regardant un peu mieux, Stephen se dit qu'il doit avoir une grande gueule, il ne sait pas pourquoi, c'est sont intuition. Le regard de l'associé s'attarde un peu sur chacun des gens présents. Lorsque c'est au tour de Stephen, il peut dire qu'il n'a pas l'air de l'apprécier plus que ça. C'est sûr qu'il n'est pas mannequin mais quand même.

Smill est pas mal non plus. Pour l'avoir testé il peut dire que c'est un bon coup. Pas trop son style physiquement mais sexuellement, il n'y a rien à dire. Professionnellement, tout devrait bien se passer, il aime le travail bien fait, lui aussi. Il est compétent, chacun d'eux le sait, la petite sauterie c'était un plus. Pour commencer sur de bonnes bases.

Michel fait son entrée. Une entrée remarquée. Monsieur se prend pas pour de la merde, on l'aura compris. Stephen sait que c'est le mannequin numéro un de l'agence et il comprend très bien pourquoi. C'est vrai qu'à la base il a un faible pour les bruns, mais lui on ne peut que le trouver beau. Par contre il est un peu jeune. Le succès a dû lui monter à la tête. Stephen ne peut s'empêcher de se remémorer son entrée pour se conforter dans cette idée.

Il espère que tout va bien se passer. Il espère qu'il n'aura pas à se mêler à la presse à scandale. Ce sont les pires, une vraie merde à arrêter, pire que la peste. Ce qu'il cherche, c'est travailler avec des journalistes, des vrais. Les merdes, il les laisse aux autres. Vendre l'agence et ses mannequins aux journalistes ne devrait pas être trop dur. Quand il aura toutes les infos nécessaires il pourra vraiment commencer son boulot. Faire ses preuves et montrer ce qu'il vaut, c'est bien ce qu'il compte leur prouver à tous.

**

Assis avec élégance sur sa chaise, un bras négligemment posé sur la table et l'autre autour de son dossier alors qu'il est légèrement en biais, Alec regarde ses collègues de travail avec une expression calme et sereine sur le visage.

Il offre un sourire amical et éclatant aux nouveaux de l'agence. Il a presque envie de leur dire de ravaler leur air arrogant et pédant tant qu'ils le peuvent, parce qu'ils tomberont de bien haut en se rendant compte que c'est Michel le petit prince des lieux, et sûrement pas eux.

Alec dirait bien que le plus ridicule de tous est le gamin aux cheveux roses ; mais il doit bien avouer que tous se valent. Prétentieux, nombrilistes, superficiels. Eh, que peut-il dire, ne sont-ils pas tous comme ça dans ce milieu ? Trouver un type qui ne se prend pas pour le centre du monde est pratiquement impossible, d'où le fait qu'il n'ait pas d'ami ici.

À la rigueur, il veut bien admettre que le brun tatoué (dont il apprendra plus tard le nom Mel) et le blond qui sent la cigarette (Stephen) n'ont pas autant l'air de mépriser les autres.

Par contre, entre l'autre brun (Oliver), l'asiatique (Christopher) et M. Je-Suis-Trop-Cool-J'ai-Les-Cheveux-Roses (Loustic)...

Réprimant avec adresse un soupir et s'empêchant magnifiquement de rouler des yeux, il leur sourit une nouvelle fois et leur fait un signe de bienvenue de la main. Autant ne pas leur montrer à quel point il les trouve ridicules, il ne manquerait plus qu'il se fasse des ennemis...

Son regard se pose sur Mathis. Enfin quelqu'un qui sait ce qu'il veut sans pour autant péter plus haut que son cul. Alec aime bien Mathis, il le trouve divertissant et honnête. S'il pouvait y avoir plus de gars comme lui, le monde de la mode serait bien moins écœurant de superficialité.

L'entrée de Adam et Ethan l'empêche de s'appesantir plus longuement. Il se redresse lentement de sa chaise pour une position plus respectueuse.

Alec observe Ethan avec un sourire pour une fois sincère.

Ethan est une personne qu'il respecte énormément, et admire secrètement. Son parcours pour arriver jusque là où il en est aujourd'hui est un véritable exemple pour lui, quelque chose qu'il aimerait arriver à accomplir lui-même si un jour il en avait le courage ; et son agilité à traiter avec les gens est considérable.

Le regard d'Alec évite tout de même de se poser sur Adam. Cet homme l'intimide beaucoup, et très sincèrement, il lui fait même assez peur. Quelque chose dans son caractère explosif et violent lui rappelle les nombreux clients que Richard, son ex, lui avait envoyés quand il n'avait que douze ans et ne connaissait pas assez de choses pour satisfaire pleinement les hommes. Le seul moment où il arrive à être totalement à l'aise avec Adam, c'est une fois devant l'objectif de ce dernier. Même quand il le croise dans l'agence ou doit lui parler pour X ou Y raison, et malgré ses talents d'acteur, il a énormément de mal à garder sa façade confiante et joyeuse devant Adam.

En évitant donc de le regarder, il voit Terrence et est presque surpris de sa présence. Très sincèrement, s'il a toujours un sourire et un mot gentil pour Terrence, il ne peut pas dire qu'il l'apprécie, ni qu'il le déteste. Terrence est toujours là, présence sortie de nulle part et qui se fait oublier rapidement une fois hors de vue. Son existence l'indiffère tellement qu'il n'a même jamais tenté de se faire une opinion à son sujet.

Et d'ailleurs, il oublie tout aussi rapidement Terrence quand Michel entre enfin.

Le petit prince. Michel est une personne sympathique ; mais tellement naïve que Alec a presque envie de le secouer comme un prunier. Ce garçon, il prend tellement sa place de vedette numéro une pour acquise qu'il ne fait strictement rien pour la conserver. Le jour où il se fera écraser, il ne comprendra rien à ce qu'il lui arrive. Parce que, sincèrement, il a tellement été adoré et adulé qu'il ne peut même pas concevoir l'idée même que le succès est beaucoup trop éphémère, et qu'on a beaucoup plus de chances d'avoir une longue carrière comme troisième ou quatrième préféré qu'en temps que premier. Les premiers, une fois évincés, il ne leur reste plus rien.

Il a une chance énorme d'être dans les petits papiers de Adam et Ethan. Mais le jour où ils changeront de route...

Il adresse un signe de la main à Michel, accompagné d'un sourire amical discret, et retourne boire les paroles de Ethan.

**

Oliver est arrivé devant la fameuse salle pour la réunion. Il est littéralement crevé. Il faut dire que cette nuit était assez tumultueuse. Il reste assez curieux vis-à-vis de la découverte des nouveaux modèles, mais pas assez pour l'arracher de son oreiller. Il s'étire un bon coup avant de rentrer, arrange vite fait sa tenue, et prend un air décontracté en franchissant la porte.

Il dévisage tout le monde dans la salle. Il garde un sourire figé, histoire de faire bonne figure, bien que la seule envie qui lui vient à l'esprit est de regagner son lit.

« Bonjour à tous » fait-il en saluant d'un grand signe de main toute l'assemblée, plus destiné à ses collègues.

Il reste assez silencieux. A la sortie du lit, il ne valait mieux pas trop le déranger.

Oliver dévisage de suite les nouvelles têtes. Son regard se pose en premier lieu sur Loustic.

« Mais ils sont dingues de recruter cette racaille ! C'est quoi ces cheveux ? Il vient de se faire enculer par un petit poney ou quoi ?! Il ne ressemble à rien ! Mais piquez-le ! PIQUEZ-LE !»

Il évite de fixer ce dernier trop longtemps, et s'appuie contre un mur tout en évitant de le recroiser du regard. Il passa devant Mathis. Oliver garde le sourire, bien qu'un peu crispé si on le regardait d'un peu plus près.

« Toi, si tu me saoules ce matin, je te pète la gueule ! »

Son regard se pose ensuite sur Stephen.

« Pas mal celui-là. Il a une bonne tête de suceur. Je me demande bien quels sont ces talents…» Fantasme-t-il en le déshabillant un moment du regard en s'humectant les lèvres.

Il continue de fixer tour à tour les nouveaux, ses yeux se posent sur Christopher.

« C'est un beau mec, avec du style mais…Je ne sais pas pourquoi, mais je ne le sens pas ce type… Il a vraiment une tête de faux cul… Enfin bon, on verra bien pour la suite… »

Il continue de dévisager tout le monde, dans le mutisme le plus complet. Il étudie ensuite Mel.

« Il a l'air bien sérieux avec ses lunettes. On dirait un premier de la classe. Si on me le demande, je serais bien prêt pour le dévergonder un peu… » Se dit-il amusé.

Oliver soupire un moment, puis tourne la tête en direction de ses autres collègues. Il reste muet, encore dans le coltard.

Il fixe Michel, d'un air envieux.

« Quel que soit les circonstances il garde toujours une certaine classe… Un jour je serais top! Pas ce matin, mais je le serais ! » Songe-t-il, comme une sorte de petit rituel qu'il répète chaque matin.

Son regard croise ensuite Terrence.

« Quel zombi… Il ne s'arrange toujours pas… Je me demande bien d'où ils l'ont déterré ! Dans un cimetière ou quoi ?! Je me demande s'il va se casser un jour un os de la mâchoire s'il se met à rire… » S'exaspère-t-il intérieurement.

Il regarde enfin Alec, il lui sourit.

« Heureusement qu'il est là au beau milieu de tout ce tas. Sinon la vie à l'agence serait un peu plus morne avec toutes ces têtes tirant à moitié la gueule avec leur sourire forcé. »

Les boss rentrent rapidement en scène. Oliver regarde passer Adam, et esquisse un sourire en sa direction.

« Avec sa paire de lunettes sur le nez, il a dû encore se prendre une murge, le gros papi flingueur. Quel torture de le voir dès le matin, j'ai l'impression qu'il m'engueule déjà... » Pense-t-il.

Il regarde ensuite Ethan, et son état d'esprit vira à 180°.

« Rien qu'une escale avec lui dans les chiottes me réveillerait. Juste une escale putain… » Soupire-t-il en imaginant le corps d'Ethan dessous ses vêtements tout en se mordillant les lèvres.

La réunion est prête pour commencer. Oliver se redresse, et s'efforce d'écouter le discours malgré le manque de sommeil.

**

Tranquillement installé sur sa chaise, Terrence écoute le discours d'Ethan. Les jambes croisées, un pied se balançant légèrement, son regard erre sur les participants.

Le patron semble calme, comme toujours. Le jeune homme ne comprend pas qu'un endroit aussi vain qu'une agence de mannequin puisse susciter autant d'intérêt et de passion, mais si ça l'amuse... En tout cas il est sympa et ne lui prend pas souvent la tête, c'est tout ce qu'il demande. Ça, et continuer à signer ses chèques à chaque fin de mois. Le directeur de l'agence présente maintenant chaque membre du personnel aux nouveaux venus et les pensées de Terry vont un court instant vers chacun.

Adam est assis juste à côté d'Ethan. Un minuscule sourire rehausse le coin des lèvres du maquilleur. Combien de jours, ou plus probablement d'heure avant qu'il ne hurle après quelqu'un ou ne fracasse un mur ? Comment un homme de son âge peut être aussi...caractériel ? Pas étonnant qu'il ne s'entende pas si bien avec le photographe.

Puis viennent les mannequins, du moins ceux qui sont présents. Mathis, exubérant, mais pas désagréable quand il s'agit de passer la soirée dans les dernières boites à la mode. Trop envahissant à son gout, mais acceptable. Oliver et ses caprices, Alec et ses sourires presque aussi vides que les siens propres. Plus tout à fait des nouveaux dans l'agence, déjà. Terrence n'éprouve pas le besoin de rester avec eux plus que nécessaire, mais les fréquenter ne le dérange pas. Au fond, n'est-ce pas ce qu'il pense de la majorité des gens qu'il connait ? Sauf de Michel, peut-être.

Quand Ethan présente les nouveaux venus, Terry les observe attentivement, leur souriant. Christopher semble avoir les mêmes origines que lui, plus éloignés peut être. Mignon, jeune, il semble avoir tout ce qu'il faut pour réussir dans ce métier. Le gamin, Loustic, a l'air d'aimer se faire remarquer. Si c'est le cas, lui aussi a bien choisi son métier. Un attaché de presse, ensuite. Depuis quand on-t-ils besoin d'un attaché de presse ? Beau garçon. Quand au journaliste, Mel, tout beau garçon qu'il soit, lui aussi, il lui souhaite bonne chance pour rester dans les parages d'Adam...

La porte s'ouvre discrètement, Michel se glisse dans la pièce. Terrence lui sourit, presque naturellement. Avec son caractère calme, doux, il est probablement celui que le jeune homme appellerait un ami. Le seul de cette agence à avoir déjà été chez lui. Oui, presque un ami, si Terrence était capable d'en avoir...

**

Christopher avait décidé d'arriver relativement en avance pour avoir le loisir d'observer tout le monde à sa guise, ou peut-être pour être sûr qu'il ne raterait pas celui pour qui il était venu principalement. Mais avant l'arrivée d'Ethan et d'Adam, il y eut d'abord celle des autres mannequins, ou en tout cas de ceux concernés par l'agence. Il se doutait bien qu'il y en avait sans doute un ou deux qui ne seraient pas devant l'objectif. Difficile d'ignorer celui avec ses longs cheveux bicolores par exemple… Christopher le nota parmi ceux aimant sans doute attirer l'attention, ou en tout cas voulant afficher une quelconque différence. C'était bon à savoir.

Il est difficile, lorsque l'on arrive dans une agence de mannequinat, de pouvoir faire un tri parmi tous ceux que l'on voit. Si Christopher ne s'était pas autant estimé, il aurait pu se sentir diminués, car un seul mot serait venu à l'esprit de celui voyant pour la première fois les différentes personnes présentes dans la pièce. Parfaits. Ils avaient tous l'air parfaits et impeccables. Mis à part l'oiseau rare qui se démarquait, les autres semblaient tailler et sortis tout droit d'un film d'Hollywood. Ah, il y avait peut-être celui-là, là-bas… Son aspect atteignait un tel degré de perfection qu'il aurait été difficile de déterminer s'il appartenait à la gent féminine ou masculine. Christopher eut un regard appréciateur pour ses longs cheveux roux.

Ses yeux continuèrent d'errer sur ceux qui étaient présents. Pas d'Adam à l'horizon. Ses lèvres esquissaient un sourire naturel tandis qu'il se présentait à ceux venant lui parler, ou bien qu'il agrémentait quelques conversations de remarques bien choisies. Il ne tenait pas à rester dans l'ombre et à passer pour un asocial, mais savait qu'il valait mieux éviter de s'étaler dès le premier jour, surtout pour un nouveau. Aussi écouta-t-il mais ne resta pas silencieux, sans toutefois s'imposer. Il se présenta comme Christopher Sheperd, nouveau dans l'agence bien qu'ayant eu quelques expériences dans le mannequinat quand il était adolescent. Il capta un moment l'étrange tatouage s'inscrivant sous l'oreille d'un des hommes présents. Original. Il aimait bien. Plus les minutes passaient, plus il s'impatientait en son for intérieur. Que faisait-il ? Pourtant, Adam et Ethan finirent par arriver.

Christopher Sheperd n'avait pas de raison de se cacher d'Adam Marcelo. Il ne s'assit pas en retrait, mais ne fit pas de la lèche en se mettant pile poil devant. Néanmoins il fit en sorte d'être dans son champ de vision. C'était ça le plus important. Durant la réunion, il évita de le regarder trop longtemps, faisant passer son attention sur celui qui prenait la parole. Peut-être une fois, une seule fois, ses iris s'attardèrent un peu plus longtemps que nécessaire sur lui, mais il n'y pouvait rien. Adam n'avait pas changé dans le sens où il exerçait le même type d'attraction sur lui. Il n'en laissa rien paraître, sa pose elle-même affichant une nonchalance à toute épreuve, jambes croisées, il jouait distraitement avec ses doigts.

Ce petit manège ne cessa qu'à l'arrivée de Michel. L'observant avec des yeux de chat, il ne put empêcher un sourire, extérieurement amical, de venir s'afficher sur ses lèvres. Nul doute que si ce jeune homme se permettait cela, ce n'était pas pour rien, et Michel Saint Pierre, même s'il ne lui était pas familier, ne lui était cependant pas inconnu. Il avait vu des photos de lui. Dur de croire que même dans la réalité il paraissait aussi beau et bien fait de sa personne. En bon nouveau il le regarda le temps qu'il fallait, feignant une admiration, qu'il ressentait peut-être un tant soit peu, avant de reporter son attention sur Ethan et ce qu'il expliquait.

Attentif, il continua d'écouter, mais également d'observer, notant les détails de ceux qui n'avaient pas attiré son regard aux premiers abords. Les yeux bleus un peu bridés d'Olivier par exemple. A la fin de la réunion, il s'attarda avec ceux qui restèrent pour bavarder, puis alla dans le foyer non loin de l'agence pour s'y installer à son aise.

A suivre...