Dylanne

"Allô ?
_Salut, c'est Frank.
_Salut, Frank. Comment vas-tu , demanda-t-elle en laissant tomber son activité matinale.
_Bien, merci.
_J'ai appris, pour Huey. Ils en ont parlé aux infos à la radio, ce matin. Ils disent qu'ils s'est fait tiré dessus par un dealer ?"
À l'autre bout du fil, Frank mit les choses au clair : le tireur n'était pas un dealer, mais un junkie. Il ne s'agissait pas d'un règlement de compte, mais d'une agression. Et Huey allait bien. L'opération s'était bien déroulée et il allait bientôt pouvoir sortir de l'hôpital.
"Sa mère est à son chevet.
_Oh, tant mieux. Enfin je crois", sourit-elle.
_Enfin voilà. Je voulais juste que tu le saches, reprit Frank, plutôt hésitant.
_C'est gentil, merci."
Après quelques secondes de flottement, elle finit par demander :
"Quel hôpital ?
_St Térésa. Tu sais, ça lui ferait vraiment plaisir si tu... Je ne sais pas, tu as peut-être un message à lui faire passer ?"
Elle se mordilla la lèvre. Elle aussi hésitait énormément. Quand elle avait entendu les infos ce matin, cela l'avait étonnamment troublée. Elle avait décroché son téléphone pour composer le numéro de Huey, afin de s'assurer qu'il n'avait rien, et qu'il y avait eu erreur sur la personne. Mais elle ne l'avait pas fait. Et même s'il n'y avait pas eu erreur sur la personne, l'appel de Frank la soulageait. Quant à cette histoire de dealer et d'éventuel règlement de compte, elle n'y avait pas cru une seule seconde. Huey flirtait souvent avec les limites, mais ne les dépassait que rarement.
Elle songea avec un pincement au coeur que la seule fois où il l'avait fait avec elle, elle ne lui avait pas pardonné.
Depuis, elle avait accepté ses excuses, mais s'était éloignée inexorablement de lui et des siens.
"Dis-lui que..." commença-t-elle, soudain terrassée par le doute.
Elle ne voulait pas de malentendu, de faux espoirs.
"Non, ne lui dis rien. Je suis contente qu'il soit sorti d'affaires. Sincèrement. Merci d'avoir appelé. Passe le bonjour à Brian, tu veux ?
_Sans problème.
_Et à Huey, aussi. Dis lui..."
Elle prit une profonde inspiration et se décida enfin à laisser un message à celui qui avait été un jour l'homme de sa vie :
"Dis-lui que je pense à lui."
Et elle raccrocha, avant que ses mots ne devancent sa pensée. Quelle conne. Elle l'aimait encore.


Fast

"C'était qui ?
_Dylanne, lui répondit Frank, l'air dépité. Elle te passe le bonjour."
Arrivant de la cafétéria avec deux gobelets de café, Fast lui en tendit un. Frank le remercia et ils restèrent un moment dans le couloir à observer les alentours.
"Qu'est-ce qu'elle a dit d'autre ?
_Elle ne viendra pas."
Fast ne cacha pas sa déception :
"Elle lui en veut toujours à mort, pas vrai ?
_Faut la comprendre. Si Huey avait pas autant picolé, elle aurait pas cette putain de balafre sur le visage.
_Je sais bien, mais il a droit à une seconde chance. Il l'aime, et elle aussi, j'suis sûre. Tu réalises que s'il s'est fait flinguer, c'est parce qu'il ne conduit plus ?"
Frank hocha la tête, et se dirigea vers une des chaises disposées le long du couloir. Il savait tout cela. Ils le savaient tout les deux mais ils n'y pouvaient rien.
Fast se demanda si Dylanne était au courant de ce détail, d'ailleurs. Depuis leur accident, Huey avait non seulement mis un sérieux frein à sa consommation d'alcool, mais il refusait catégoriquement de s'installer au volant d'une voiture. La sienne avait terminé sa course folle à la casse, et aucune autre ne prendrait sa place. Et il ne s'agissait pas seulement d'une question de principe. Huey était dans l'incapacité totale de conduire un quelconque véhicule.
S'il avait accepté de voir un toubib, il aurait sans aucun doute du faire face à un diagnostic indigne d'un mec comme lui. Style phobie comportementale. Sauf qu'en l'état actuel des choses, personne n'était officiellement au courant. Tout allait donc bien.
"Il t'a réclamé, tu devrais y aller avant que les docs nous demandent de le laisser se reposer.
_Je peux pas, il est avec sa maman", sourit alors Fast en se dirigeant vers la chambre à reculons.
L'ironie de la réponse n'échappa pas à Frank. S'ils n'intervenaient pas à temps, Huey leur en voudrait beaucoup. Parce qu'il l'aimait, sa maman. Mais de loin, surtout.


Épilogue

"Un discours ! Un discours ! Un discours !"
Les mains en l'air, Huey se leva de sa chaise. Ses mouvements étaient encore prudents, tant certains lui étaient encore douloureux, mais à part ça, il était définitivement en bonne santé. Waverly était sous les verrous, l'album enregistré, et les merguez bien grillées. En plus, tout le monde ou presque avait accepté l'invitation, et attendait son petit discours, là sur ce toit d'immeuble du Queens.
Il fut bref. Infiniment reconnaissant, mais bref. Tout simplement parce qu'il avait déjà pris chacun d'eux à part, à un moment ou à un autre depuis sa sortie de l'hôpital, pour les remercier. Dans le désordre Fast et Frank, bien sûr, pour leur amitié. Collins, pour sa patience et sa loyauté. Eddie, Rose, et les médecins de l'hôpital pour leurs années d'études et leur savoir-faire. Les forces de l'ordre pour leur compétence et leur efficacité. Sa famille et ses amis pour leur soutien inconditionnel. Otis et sa dulcinée, pour s'être occupé de lui alors qu'il se vidait de son sang, en attendant les secours. Et les infirmières, aussi, pour tout un tas de raisons qu'il passa sous silence.
"Il y a seulement une personne que je n'ai pas revue depuis, et qui est là aujourd'hui", termina-t-il.
Il leva son verre et posa les yeux sur la jeune femme la plus discrète de l'assemblée, en bout de table.
"Swoon."
Elle lui sourit et lui adressa un petit signe, comme quoi ce n'était vraiment rien du tout. Sauf qu'il précisa :
"Merci à toi d'avoir pété les genoux de cet enfoiré de fils de pute. Au moins j'aurais pas à le faire moi-même.
_Hugh Thomas Angel Diaz Morgan ! s'éleva instantanément une voix aiguë, outrée et partiellement étouffée. Tais-toi et mange !"
Huey posa sa main sur son coeur et se pencha légèrement en avance, dans un ultime geste de reconnaissance. Puis il obéit à sa maman parmi les rires, les tintements de verre et les plats qui circulaient entre tous les invités.

La fin