Corps


Un corps dans une rue,

Marchant sous les reproches,

Cache sous sa jupe fendue

L'amertume qu'il empoche.

Il minaude un peu,

Racole beaucoup,

Pour finir dans un pieu

Où il écarte les genoux.

Souillé par un désir

Qui n'a jamais été sien,

Il se retient de jouir

Un regret vénérien.

Puis quand revient le jour,

Il rêve avec espoir

Qu'il fuit la rue et ses vautours...

Il reviendra ce soir.

C'est le corps d'une chienne,

Sous une veste canari,

Qui hurle sa peine

Dans un sanglot d'hystérie.

Une larme de pluie.

Une goutte de fiel.

Sous un imper' jaunit,

Pleure un petit ciel.