Note de l'auteur: voici un texte qui se situe entre la prose et la nouvelle. Il a été écrit sur la base d'un thème proposé, qui est "j'ai trouvé la clé de mes facultés".

Bonne lecture!


C'est en chacun de nous...

C'était il y a quelque temps à peine, quand je m'enfonçais dans des abîmes un peu familiers, connus d'un peu tout le monde… Ça ne les rend pas plus agréables ou peuplés… On s'y sent toujours seul. Enfin…

Si, ils sont peuplés, mais de nos propres démons. Je m'y perdais complètement, cherchant une trace de moi-même qui a eu du mal à se forger un destin. Aujourd'hui encore j'ai tellement de mal pour me voir! Ça ne me plaît pas encore, ou ça me dérange… C'est moi et pas moi… Je ne sais quoi penser de tout cela…

Mes ongles ont gratté encore une fois mon âme pour l'arracher en lambeaux, pour sucer la moelle du karma empoisonnant mon sang… J'étais pitoyable. Il y avait bien une chose que je n'arrivais plus à voir, c'était l'ombre de l'espoir… Il m'avait abandonnée, comme une poupée de porcelaine qui aurait perdu ses couleurs, ses joues roses, ses lèvres pulpeuses…

Le cycle se remettait en route, infernal, inaltérable, incommensurable… Et surtout, immortel. Oui… Immortel, un sens qui m'est venu y a peu à l'esprit, alors que ce dernier était plongé dans une noire éclipse. Esprit...

S'il était là, si j'étais là, c'était pour une bonne raison. Pas pour une quête fantastique, ni pour un destin fabuleux, mais simplement pour un chemin à faire, une vie à mener… Mais pour cela, il fallait que je trouve ma voix… et mon air. Celui que je respire, que je crache, que je hume, que je fume même…

Alors, je me suis relevée… J'ai cherché le ciel, les étoiles, la galaxie, le soleil, l'eau, la forêt... partout. Bien sûr, y en avait autour de moi, mais c'était pas ceux-là, non… Ceux que je voulais, ils étaient en moi. Encore en moi…

Alors que j'allais brandir mes ongles pour tripoter de nouveau mon âme, pour les retrouver, une main m'en empêcha.

« Il y a d'autres moyens », m'a-t-on répondu… Ce n'est pas ce que moi je désirais comme réponse, mais je n'avais pas le choix: on me retenait les mains !

J'aurais pu le faire avec les dents, une lumière m'en a empêchée. La mienne en plus, c'était le comble ! Ma tête s'est relevée toute seule. J'ai eu très mal à la gorge, je criais comme pas possible pour échapper à cette étreinte… Peu à peu, ce n'étaient plus des hurlements, mais un chant… Oui, je chantais. Pas toujours juste, pas toujours comme il faut, mais… je ne criais plus. Je n'avais plus mal. J'avais chaud, mais il n'y avait plus de souffrances…

Puis on m'a lâchée. Les abîmes étaient là, sous mes pieds. Je n'y ai pas replongé… Mes doigts se sont accrochés à une chaînette. Dessus, il y avait une clé… Non, pas n'importe laquelle… C'était une note de musique. Elle était douce, pure, même si elle n'était pas tout à fait brute. Elle était entière, c'était ce qui importait…

Je l'ai prise dans la main; j'ai soufflé dessus… L'air alors s'est déployé. Je n'en croyais pas mes yeux! Ma partition, elle était en moi depuis toujours et je ne l'ai même pas vue ! Elle dansait avec mes organes ! Sa tessiture me faisait chavirer… Soudain, cette clé se détacha de moi, brisant la chaînette en un bruit cristallin. Une fée apparut devant moi, bleue d'or et rose d'argent. Elle m'a dit : « Je m'appelle Fa »…

La clé de Fa… J'ai découvert son secret, qui n'est autre que l'énigme de ma vie. Elle se perche sur mon épaule et me susurre : « Il y a encore de nombreuses choses que tu dois découvrir… D'autres cordes à ton arc, tout comme les mots que tu enlaces, l'air que tu passionnes, l'image que tu sculptes à la gouache et aux cendres de bois… »

J'ai haussé les épaules; elle s'est tue et m'a laissée continuer mon chemin. Depuis, elle m'accompagne silencieusement dans tous les travers que je peux traverser… Mes rêves sont devenus cauchemars, j'ai besoin d'extérioriser tout le noir que je me suis créé; ceci est un autre apprentissage…

Quand je pourrai, je laisserai un baiser dans le vent, accompagné des larmes de ma passion enflammée et soutenu par les racines de mes espérances… Pour l'instant, j'ai trouvé la clé de toutes mes Facultés. À moi de les ouvrir, à l'Autre de me prendre enfin la main pour ce que je suis. J'espère qu'il n'est plus très loin…