Cactus


Certains parcourent des sentier de braises chaudes, dorment sur des lits de pointes d'acier et voyagent en tapis volant, mais moi, je marche sur des cactus.

Des grands, des petits, des gentils, des méchants, des adultes, des enfants, des vieillards, des bébés, des morts et même des vivants!

Je ne comprends pas ceux qui font des sports extrêmes alors que pour avoir des sensations fortes, il suffit de se tenir debout sur un espèce de porc-épic vert et parfois fleuri, empli d'un jus savoureusement pétillant de fraîcheur.

Les gens font la tête à longueur de temps parce que leurs vies manquent cruellement de piquant.

Après tout leurs pieds épousent parfaitement le sol, tandis que le miens, eux, goûtent un acte purement charnel avec ces fines épines.

Une action souvent ensanglantée, mais surtout dévorée par une passion débordante de réalité.

Mon avantage sur les autres humains alors que je ne suis qu'une fillette haute comme trois prunes?

Je me sens grande, surpuissante et libre. Bref, je me sens Dieu!

La haine est cactus, l'amour est cactus, la solitude est cactus, l'amitié est cactus, la vie, la mort, le néant et même l'univers: tout est cactus!!!

Et moi? Je marche dessus.