Paradis XXIV : Loin des Cieux (première partie)

par Béatrice Aubeterre

* * *

INTERMONDE, année 2356

Au XXIV e siècle, la Terre et ses colonies sont parvenues - plutôt de force que de gré - à s'unifier politiquement au sein de l'Intermonde, gouverné par l'ICG (Interworld Central Governement).

Voici deux cents ans, des villes sous dômes (les Globes) se sont développées sur Mars, les lunes de Jupiter et de Saturne ; de gigantesques bases gravitent autour de Vénus et dans la ceinture d'astéroïdes.

Un siècle plus tard, alors que les premières générations d'humains grandissaient déjà au-delà de la Terre, la découverte d'un système de vol plus rapide que la lumière a permis la colonisation de planètes dans d'autres systèmes solaires. Cependant, les humains n'ont jamais rencontré d'autres espèces intelligentes.

Si certaines planètes ont acquis un niveau de vie standard, comme Gaïa, Lumen, Archipel ou Azur, d'autres, comme Arcadia ou Elysium, servent de villégiatures et de centres d'affaires aux plus aisés. D'autres enfin, comme Permafrost ou Erg, sont des planètes "dépotoirs" où sont envoyés les individus jugés indésirables pour la société.

Le génie génétique a permis la création de nombreuses espèces animales et végétales qui assurent la subsistance de l'humanité dans le système solaire et au-delà, mais aussi d'êtres humains génétiquement construits ou modifiés, adaptés à des tâches précises ou des environnement particuliers. Ils ont longtemps été considérés comme des outils, propriété du gouvernement ou des consortiums qui les produisaient ou les utilisaient. Depuis vingt ans, ces expérimentations sont interdites et ils ont acquis des droits à part entière.

L'IGC est gouverné par un conseil avec une présidence tournante. Il comprend pour moitié des élus de la Terre, pour l'autre moitié des représentants des colonies (en nombre proportionnel à leur population) et des bases spatiales - même si ces dernières, propriété des grands consortiums, relèvent d'intérêts privés. Les consortiums sont associés à tous les niveaux à l'action de l'ICG.

* * *

PROLOGUE

Campany, planète Arcadia, mercredi 16 mai 2356

Le son qui s'élevait de l'holoposte n'était qu'un bruit de fond pour l'homme assis derrière le large bureau de néoteck d'Apaloos. Sur la surface doucement polie, parcourue de reflets vert et bronze, trônait un module de communication sécurisée, dans un habillage de métal brossé qui répondait aux nuances du néoteck. Les dalles de marbre étoilé et les murs de verre photosensible, à peine teintés, ajoutaient leur froideur parfaite à cet univers aseptisé auquel les couleurs chaudes des matériaux ne parvenaient pas à donner vie. Au-delà des murs vitrés, Campany ressemblait à une constellation émergeant des premières ombres de la nuit.

« ... Les premières personnalités viennent d'arriver sur les lieux de la réception, récitait la voix féminine qui s'élevait de l'holoposte, tandis que les images en trois dimensions s'agitaient en vain à l'autre bout du vaste bureau. Les plus grands noms veulent s'associer à cet anniversaire capital dans l'histoire des droits de l'homme... »

Mince et élégant, l'homme portait un costume bleu nuit à col montant qui coûtait à lui seul autant que le meuble de rare néoteck. Son visage à peine marqué par les premières lignes de l'âge mur se penchait avec concentration sur une station de travail, appelant diagramme après diagramme, listes de chiffres après listes de chiffres. Au bout d'un moment, il recula son fauteuil et passa la main, en un geste machinal, dans ses cheveux blond sombre parfaitement coupés, comme s'il se forçait à réprimer une nervosité montante.

« … Après l'allocution du président, la star interplanétaire Mannilla Eschervin interprétera une de ses compositions, accompagnée d'un son et lumière holographique. Plusieurs invités genhum prendront ensuite la parole, afin de témoigner de ce qu'était leur vie avant l'Émancipation… »

L'homme lança un regard machinal vers l'holoposte avant de reporter son attention sur le module de communication. Posant la main sur le scanner de reconnaissance génétique, il regarda l'écran prendre vie avant de taper sur demande trois mots de passe spécifiques.

« Connexion PA2 disponible », annonça une voix féminine synthétique. L'image légèrement brouillée d'un homme en tenue militaire se précisa. Grand et sec, l'expression fermée, il ne portait aucun signe d'arme ni de grade. Il salua d'un bref signe de tête, geste de politesse condescendante envers un civil. L'homme dans le bureau lui rendit sans la moindre manifestation de chaleur humaine.

« Unité 12398, projet PA2 au rapport, prononça le militaire d'une voix mécanique. Nous n'avons plus qu'un saut à effectuer vers notre destination. La route est déserte. Aucun témoin.

– Bien, unité 12398. Prévenez-moi de votre arrivée sur les lieux. Je tâcherai d'être sur place dans un délai de deux jours standard.

– Compris... Monsieur. »

La communication se coupa, de l'initiative manifeste de son interlocuteur. L'homme tendit le bras pour éteindre le module de communication. Il se pencha légèrement en avant, les coudes posés sur le bureau, le menton reposant sur ses mains jointes.

* * *

Dans l'Interspace, mercredi 16 mai 2356

Quelque part dans la zone interspatiale, un vaisseau militaire de transport léger avançait lentement vers les coordonnées du prochain saut. L'appareil à la gueule carrée, lourdement armé, n'avait rien d'élégant mais répondait parfaitement aux besoins de ses affréteurs. De puissants brouilleurs le rendaient invisible à tous les systèmes de repérages... Sauf peut-être à des yeux humains, mais dans cette partie de l'espace, le vaisseau inconnu représentait le seul îlot de vie. Le responsable de l'unité 12398 se pencha pour couper la communication.

« Mal nécessaire... », commenta-t-il, un soupir dans la voix.

Il se tourna vers son adjoint, qui présentait un type physique étrangement proche du sien :

« Vérifiez que notre cargaison est en bon état. Personnellement.

– Tout de suite, monsieur », répondit l'autre homme en se mettant brièvement au garde-à-vous avant de quitter le poste de commande à grands pas.

Un trajet à travers des coursives étroites le mena dans une salle éclairée avec parcimonie ; en son centre, se dressait un caisson d'où émanait une légère luminescence. Un scientifique en blouse blanche, le cheveu rare et le visage pincé, leva un regard interrogateur.

« Contrôle de routine », annonça le militaire.

Le scientifique baissa les yeux vers un panneau de contrôle, en vérifia les données :

« Le sujet est stable. La phase n'a pas affecté le système. »

Le militaire s'approcha et, posant la main sur le caisson, en observa le contenu avec fascination. Il leva les yeux vers le scientifique, comme sur le point de poser une question, mais se contenta finalement de hocher la tête :

« Bien. »

* * *

Campany, planète Arcadia, mercredi 16 mai 2356

"... Aujourd'hui, 16 mai 2356, voici exactement vingt ans que la création d'êtres basés sur le génome humain et la modification non thérapeutique de ce génome ont été officiellement interdites. Voici exactement vingt ans que les humains génétiquement créés ou modifiés ont cessé d'être considérés comme la propriété du gouvernement ou des corporations et ont acquis des droit civiques..."

L'homme dans le bureau releva brusquement la tête ; son regard pivota vers l'holoposte :

" Arrêt ", prononça-t-il sèchement.

Les figures holographiques palpitèrent, moururent. La voix de la commentatrice laissa place au silence.

L'homme s'étira légèrement et se tourna vers la haute silhouette qui s'élevait, imprécise, dans la demi- pénombre :

"Nous pouvons y aller, Samaël."

(A suivre…)

* * *

INDEX

Apaloos :

planète agricole, principalement dédiée à l'exploitation sylvestre.

Émancipation :

mise en application de la loi du 16 mai 2336, accordant aux genhum un statut d'être humain à part entière.

Genhum :

(familier) être humain dont le génome a été modifié à des fins utilitaires (non reproductrices ou thérapeutiques). Sont considérés comme genhum les humains génétiquement modifiés, les humains génétiquement construits et les clônes.

Holoposte :

poste de retransmission d'images holographiques.

Interspace :

zones de l'espace ne relevant pas de la "zone territoriale" d'une planète ou d'un système.

Néoteck :

bois employé pour la réalisation d'objets de luxe, issu d'une souche de teck génétiquement modifiée pour s'adapter à des environnements extra-solaires.

Phase :

pour phase supraluminique, période de la navigation pendant laquelle un vaisseau se trouve propulsé à une vitesse supérieure à la lumière.