Titre: Relation Complexe Rating: M (lemon !) Disclamé: Tous les personnages sont à moi c'est mes chéris alors on est gentil avec eux =D NDA: Coucou à tous ceux qui passe par ici ! Je vous remercie d'avance de me lire et vous souhaite une bonne lecture avec mes deux chéries ^^ Ceci est ma toute première fics donc je la poste en première, mais mes autres fics arriveront peu après ^^

Relation complexe

Chapitre 1(vue d'Alex)

Autour de moi l'ambiance était à son plein. Sa criait, rigolait et dansait sans la moindre contrainte, le temps d'un soir.

Sim: Aller ! Amuse toi donc un peu Alex ! Ce n'est pas une fille qui va te foutre le moral à zéro !

Je regardais Sim en soupirant. Lui et d'autre pote m'avait emmené dans une boite super branché pour me remonter le moral. Une fille que je convoitai m'avait tout simplement foutu un gros râteau en appuyant bien sur mon complexe. Oui c'est vrai je ne suis pas tout à fait viril, j'ai un visage bien efféminé malgré moi et je dépasse difficilement un mètre soixante dix. Des yeux un peu trop grands et des cheveux blonds que je gardais long, ma seule fierté. Elle m'avait sortit lors de ma déclaration : « Je ne veux pas sortir avec un gars si efféminé » puis était partit. Je soupirai une nouvelle fois démoralisé. Soudain Sim me donna un coup de coude et me pointa quelqu'un du doigt. Je suivis son regard :

Sim : Hé, ce ne serait pas ton style ?

Moi : Où ?

Sim : Ben le mec…

Moi : Ha non alors, ça ne va pas recommencer ! Je t'ai dit que j'étais hétéro pas homo, zut alors, je ne suis pas comme toi.

Je regardais malgré tout le gars, tout mon contraire : grand, des cheveux noirs, et viril. La chance !

Sim : Je ferais remarquer que tu le dévore du regard mon cher hétéro.

Moi : J'en ai marre je me casse.

Je le levai furieux, regardant une dernière fois le type et sortit sans répondre aux protestations des autres. Non mais ! Je suis assez complexé alors fallait pas en rajouter, mince, c'est vrai quoi ! Les mains dans les poches je m'avançais dans les rues sombres d'un pas rapide. Que je n'aime pas rentrer seul la nuit même si les lumières éclairer bien, je ne suis pas trouillard hein ! C'est juste que je n'aime pas. Je croisais une bande, sans m'arrêter :

?: Hé toi ! Viens t'amuser avec nous !

Moi : Non, je n'ai pas le temps.

?: Aller ramène ta belle gueule d'ange. On va te faire sentir bien.

Moi : Je ne veux pas, je ne suis pas comme vous.

On m'attrapa par le bras et me força à me retourner. Je me débâtis mais ce n'est pas ma force de mouche qui fit grand-chose :

Moi : Lâchez moi je vous dis.

?: Aller laisse toi faire. Me fait pas croire qu'une belle gueule comme toi n'aime pas les gars.

Ils étaient trois, tous près à me rattraper si je réussissais à me sauver.

Moi : Mais lâche moi !

Il s'approcha de moi, je crus ma dernière heure arrivé quand brusquement ce beau petit monde fut mit au tapis en un instant. Je clignais des yeux incrédules, devant moi le gars aux cheveux noir. Quel style ! Une chemise noir attaché avec un seul bouton, un pantalon qui tenait par je ne sais quel miracle à ses reins, un regard gris acier. Si beau. Je ne pouvais décrocher mon regard de mon sauveur, incapable de dire le moindre mot. Il avait une grâce inhumaine, presque féline.

?: Il me semble qu'il vous a dit ne pas vouloir n'es-ce pas ?

La troupe qui m'avait agressé se releva et partit en courant. Il se tourna vers moi, un léger sourire sur le visage :

?: Quand à toi…

Moi : Alex. Tu t'appelle comment ?

Matt : Je me prénomme Matt. Enchanté Alex.

Moi : Merci Matt.

Je m'apprêtai à partir quand il me retint :

Matt : Attend un peu, dédommage moi.

J'ouvris de grands yeux, il se pencha vers moi:

Matt : Oui pays moi pour t'avoir aidé.

Moi : Je t'invite quelque part ?

Il me tira à lui et m'attrapa le menton, amusé :

Matt : Non tu vois je préfère les paiements en espèces.

Je ne pus répliquer qu'il m'embrasser déjà, ses mains descendirent m'enlacèrent par la taille. Je me débattis mais il resta totalement inébranlable. C'est alors que je sentis sa langue lécher mes lèvres, si doucement, un gémissement m'échappa malgré moi et toute idée de résistance m'abandonna. J'ouvris mes lèvres, goûtant sans retenu à son baisé. Sa langue se glissa dans ma bouche se mêlant à la mienne. Je fermais les yeux, enroulant mes bras autour de son cou, me plaquant contre lui. Si bon. Une de ses mains descendit sur mes fesses, doucement. C'est à se moment là que je réalisai ce que je faisais. Je posai mes mains sur son torse et le repoussai de toutes mes forces. Il me lâcha rapidement. Je m'écartais en titubant un peu, tremblant :

Moi : Que…que pense tu faire ? Je suis hétéro pas homo !

Matt : Tu n'avais pas l'air de ne pas aimer.

Il se rapprocha de moi :

Moi : Ne me touche plus !

Matt : Es-tu sur de ne pas vouloir plus ?

Mon regard se dirigea illico sur ses lèvres sachant déjà comme il était doué pour embrasser. Il les humecta comme pour m'inviter. Je dus me faire violence pour m'arracher du spectacle de sa langue passant lentement sur ses lèvres :

Moi : J'en suis sur.

Tellement sur que je partis en courant pour être sur de ne pas me laisser tenter.

Matt : A plus tard.

Moi : N'y compte pas.

J'arrivai chez moi essoufflé et peux disposer à subir ma petite sœur qui me tomba dessus :

Sœur : Dit tu es allé où ? En boite ? Dit Alex ?

Je l'ignorai et m'enfermai dans ma chambre pour m'écrouler dans mon lit. Un rêve tout ceci était un rêve, obligé !

***

Le lendemain lorsque je me rendis au lycée, Sim me tomba dessus peux avant l'entrée. Il me salua amusé par mon air sinistre :

Sim : Hé ! Sourit ! Ne me dit pas que tu pense toujours à cette nana ?

Moi : Non…

Si ce n'était que ça ! Malheureusement la fille était passée en second plan depuis ma rencontre avec Matt. Il me hantait littéralement et je n'avais pus dormir. Une horreur, comment ai-je pus apprécier un baiser venant d'un homme ? Je n'avais pas bus pourtant. Rien que le fait de me remémorer la scène me fit frissonner :

Sim : Oh tu as froid Alex ? Rentrons vite dans la salle alors.

Je le suivis, touchant furtivement mes lèvres d'une main tremblotante. Pitié faîtes qu'il ne croise plus ma route !

-Enfaîtes, tu as eut raison hier d'ignorer ma suggestion. L'homme hier, n'est pas resté longtemps donc je n'ai pas pus lui parler mais à ce qu'il parait il est connu pour séduire toute personne qui lui plait. Il a même rendu des hétéros, homo. Tout le monde tombe sous son charme. Enfin tu ne semble pas du tout t'intéresser par ça.

Comme il se trompait, j'avais eut le malheur d'être la cible de se séducteur et maintenant je n'étais plus aussi sur de moi. Enfin peux être que si je n'allai plus en boite pendant un moment il m'oublierait ?

Je suivis les cours de la journée telle un supplicier attendant d'être pendu. Quand on fut enfin en fin de journée je partis à toute allure, pour être sur de ne pas me faire embarquer dans une viré avec les copains. Le plus prudent était de me faire oublier. Je marchais d'un bon pas quand on me tira brusquement part le bras, m'emmenant dans une ruelle.

Moi : Quoi ? Qui es-ce que me voulez vous ?

Matt : Ce n'est que moi Matt.

Moi : Ne m'approche pas ! Si tu ne me lâche pas je vais te frapper.

Matt : Voyez-vous ça, le petit ange se rebelle.

Je me débattis sauvagement, mais comme je vous l'ai déjà dit je n'étais pas très fort. Il lui suffit de me plaquer les deux mains au-dessus de la tête avec sa main droite pour me maintenir. Son beau visage entra dans mon champ de vision, toujours aussi troublant et charmant. Un sourire flottait sur ses lèvres :

Matt : Je crois savoir ce que tu pensais faire, ne plus trainer pour ne pas me rencontrer. Quel dommage je m'en suis douté. Tu as peur de céder à mon charme ? Hé bien sache, mon beau petit ange, que tu seras dorénavant mon petit ami.

Moi : QUOI ? ? ? ? Non mais tu rêve ! Je ne t'aime pas et ça ne risque pas d'arriver.

Je détournai les yeux pour ne plus le voir :

Moi : Lâche-moi ! Tu ne m'intéresse pas du tout, d'ailleurs je n'ai rien ressentit quand tu m'as embrassé, ce n'est qu'un passage dans ma vie.

Matt : Ainsi tu n'as rien ressentit…ose me le dire en me regardant dans les yeux et je te lâcherai.

Je commis l'erreur de tourner mon visage vers lui. Il ne me laissa aucune chance. Sa bouche se colla à la mienne, sa langue papillonna contre mes lèvres, chaudes avec un gout sucré. Sa main libre descendit sur mes reins avec légèreté. Je me retrouvai bloqué entre le mur et son torse en un instant. Je n'eux pas le temps de m'en préoccuper, sa main s'égaré vers mon bas ventre avec une lenteur délicieuse et je lâchai malgré moi un gémissement en fermant les yeux. Sa langue se faufila à se moment là, pénétrant dans ma bouche avec délicatesse. Elle sembla jouer avec la mienne, l'attirant dans sa propre bouche m'invitant à le goûter aussi. Sa main caressa mon sexe à travers mon boxer, me faisant gémir une nouvelle fois, ondulant sans même m'en rendre compte. Il passa une jambe entre les miennes frottant son corps contre le mien avant de se séparer brutalement de moi et de s'éloigner d'un pas. Je me retins de justesse au mur tremblant.

Matt : Voila la preuve que tu me mentais. La prochaine fois je ne me contenterais pas d'un simple baisé.

Il passa sa langue sur l'index de sa main gauche de manière provocante. Cela eut raison de moi, ma dernière pensée fut qu'il était vraiment sexy dans son jean et son t-shirt moulants, avant de perdre connaissance.

Je me réveillé dans mon lit, je ne sais combien de temps plus tard ni par quel miracle. Je descendis les escaliers pour trouver ma mère dans la cuisine :

Moi : Maman ? Je…

Maman : Oh, tu es réveillé Alex.

Moi : Comment suis-je arrivé ici ?

Maman : Un homme ta ramené ici, il a dit que tu t'étais sentit mal en plein milieu de la conversation. Tu as de la chance il a trouvé ta carte de bus avec l'adresse de la maison. Je lui ais bien proposé de rester jusqu'à ton réveille mais il est partit quand je suis revenus de mes achats. Il était sympathique, un ami ?

Moi : Pas vraiment.

Je remontais prétextant la fatigue. Je me rendis dans la salle de bain pour prendre une douche quand j'aperçus dans le miroir une tache sombre juste dans le creux de mon cou. Je m'arrêtai, m'approchai du miroir et là horreur : un magnifique suçon. Il aurait été trop beau qu'il ne me fasse rien pendant ma perte de connaissance ! Salopard ! Il allait me le payer !

Une inspection un peu plus minutieuse et poussée me fit découvrir quatre autre suçons, deux sur mon torses, un sur mon ventre et un autre juste au-dessus des reins. J'y crois pas ! Il en avait profité pour me déshabiller ? // Je rougis en m'imaginant ses lèvres qui se posaient sur mon corps. Quelles sensations déli…

Moi : Arrêtes ton petit délire Alex et ne te laisse pas embarquer dans cette histoire. Rappelle-toi bien que tu n'aime pas les hommes.

Je m'enfermé dans ma chambre peux désireux de revoir ma mère chantant les louanges de mon FORMIDABLE ami…

Alors ? Verdic ? Vous avez aimé ? Je mets la suite ? Une p'tite review ?