Disclaimer : tous les personnages sont à moi. Toute ressemblance avec des personnages ayant existé serait fortuite.

Genre : Tranche de vie.

Bêta lectrice : Miliju

Défi : Ecrit dans le cadre d'une image vaut mille mots proposé par le forum : le coin des plumes frénétiques


C'est trop bête


Ils travaillent tous les six dans le même journal. Ils sont amis depuis la faculté. De tout temps, ils ont organisé au moins une fois par semaine une sortie entre copains. Ca avait été une chance pour eux de pouvoir se faire engager dans la même maison d'édition d'un hebdomadaire.

Ils n'ont pas tous le même poste. Certains ont réussi mieux que d'autres. Ils ont entre vingt-cinq et vingt-sept ans.

Qui sont-ils ? Quatre garçons et deux filles.

Antoine est le plus jeune du groupe, il vient tout juste d'avoir vingt-cinq ans. Il est roux aux yeux verts, des cheveux bouclés, des tâches de rousseurs sur le visage, un air enfantin. Il est également le plus petit des garçons, il fait tout juste un mètre septante. Il considère les autres membres du groupe comme ses frères et sœurs. Enfant unique, sa mère lui a consacré beaucoup de temps, l'emmenant dans ses sorties. Cependant, il a dû attendre d'entrer à l'école pour côtoyer d'autres enfants et la faculté pour avoir des amis dignes de ce nom. Il essaye d'oublier qu'il est également le fils du directeur de la maison d'édition. Il sait pourtant que leur amitié n'est pas liée à ça. Même si ça lui a permis de les garder dans son voisinage direct. Depuis son entrée au journal, il y a deux ans, il tient la rubrique des faits Divers.

Bridget a vingt-six ans, des yeux bleus et les cheveux blonds. C'est une jeune femme élancée et ravissante. On la verrait plus dans le rôle de mannequin qu'à la rubrique sportive. Pourtant, elle adore ce qu'elle fait. Elle est passionnée par tous les sports surtout le football. Elle fait rêver les quatre garçons. Mais elle n'est intéressée que par Camille, le troisième membre du groupe.

Ce dernier est un noir métissé d'une beauté saisissante. Il est aussi le plus âgé du groupe. Il vient de fêter ses vingt-sept ans. Sa mère a fui l'Afrique du Sud alors qu'elle était enceinte de lui. Elle savait que son enfant ne serait pas accepté par aucune des deux communautés. Elle avait voulu préserver le fruit de son amour pour l'homme blanc qu'elle ne pourrait jamais épouser. Camille connaît son père, il vient souvent passer les vacances près d'eux. Il a même une petite sœur de dix-sept ans. Son père sera là dans un mois. Après avoir fini sa carrière en Afrique du Sud, il a décidé de profiter de sa pension près d'eux. Pour le plus grand bonheur de sa mère, qui n'a jamais pu aimer quelqu'un d'autre. Parfois, le jeune métis en voulait à son père de ne pas avoir renoncé à sa vie pour rendre sa mère encore plus heureuse et pouvoir mieux connaître son père qu'au travers de lettres et durant les vacances où l'homme leur rendait visite.

Camille et Bridget vont se marier d'ici six semaines. Le jeune homme avait voulu attendre la venue de son père pour convoler en justes noces. Ce que la jeune femme comprenait et avait accepté. Ensemble, ils ont d'acheté une maison près de leur lieu de travail. L'homme tient la rubrique économique du journal. C'est un poste qu'il lui va à merveille surtout qu'il a fait des études de comptable dans un premier temps.

Dorianne, la deuxième fille du groupe. Une ravissante brunette aux yeux noisette. Elle est l'aînée de deux enfants. Elle vit toujours chez ses parents par facilité. Au fond de son cœur, elle envie le bonheur de Bridget. Elle aussi a été amoureuse secrètement de Camille mais pour rien au monde, elle ne viendrait perturber le bonheur de sa meilleure amie. Elles ont dragué Camille, elle n'a pas su l'attirer. Elle ne va pas en vouloir à Bridget pour ça. Elle aimerait être à sa place, c'est tout. Et puis elle doit admettre que son travail la rend heureuse. Elle aime participer à la vie du petit groupe. C'est souvent elle qui décide du lieu de des sorties qu'ils effectuent. C'est ce qu'elle fait aussi pour le journal. Elle organise le planning des journalistes qui partent sur le terrain. Elle rassemble les articles et les agencent pour le mieux.

Le membre suivant de cette petite troupe s'appelle Esteban, c'est le frère jumeau de Bridget. Il est aussi blond qu'elle avec le même regard. Autant sa sœur est passionnée par le sport. Autant Esteban adore tout ce qui touche à la mode. C'est lui qui tient la rubrique mode de la revue. Parfois leurs parents pensent qu'il y a un mélange des esprits qui a raté au moment de la conception de leurs jumeaux. Néanmoins, ils aiment leurs enfants de la même façon pour leurs qualités et leurs forces. Esteban reste cependant un peu dans l'ombre de sa sœur.

Le dernier membre du groupe s'appelle François. Il a vingt-six ans également. C'est un jeune homme réservé et discret. Il a de grands yeux verts et les cheveux noirs coupés très courts. Il est également le sixième de la famille, il a encore deux petits frères derrière lui. Ses parents ont d'abord eu quatre filles qui sont suivies de quatre garçons. Depuis tout petit il a pris l'habitude de se fondre dans la masse. Et comme dans sa famille, il suit le mouvement. On l'apprécie pour ses silences et sa capacité à écouter et comprendre. Il occupe la rubrique People et culturel.

Comme toutes les semaines, Dorianne a prévu une soirée pour vendredi. Ils vont se rendre au cinéma pour regarder le dernier film qui fait fureur pour l'instant. Pour véhiculer tout le monde lors des sorties, elle a acheté un monospace. C'est aussi une des raisons pour laquelle, elle n'a pas encore quitté le nid familial. Toutes ces sorties et ce qui tournent autour peuvent coûter cher. Elle préférait de loin l'achat de cette voiture que de prendre un appartement pour elle toute seule.

A la sortie du bureau, Dorianne est là, au volant de sa camionnette bleue foncée. Elle klaxonne pour attirer l'attention. Puis elle ouvre la fenêtre pour leur crier d'une voix enjouée.

« Montez, le restaurant est en dehors de la ville. »

Sans se faire prier les jeunes gens grimpent, deux devant et trois à l'arrière. Esteban et François près de la conductrice. Tout en discutant de la journée de travail qui vient de finir de s'écouler, les cinq autres se laissent conduire. C'est une chose qu'ils apprécient également. Les surprises que prépare la brunette. Elle n'a pas son pareil pour réaliser des soirées agréables. Le restaurant thaïlandais qu'elle a choisi vient d'ouvrir.

« Comme ça François, tu pourras faire la critique après avoir consommé, sourit Dorianne en se garant devant l'établissement.

- Super, tu as encore réussi à te faire rembourser le restaurant par la maison d'édition, ricane Antoine en ouvrant la portière à l'arrière.

- Tu vas faire le même coup pour le film ? » Questionne Esteban en venant donner une claque sur l'épaule du roux.

Il fait un clin d'œil à Dorianne pour la taquiner un rien.

« Peut-être, je ne vais pas tout vous dévoiler. » Admet la jeune femme en fermant la camionnette puisque tout le monde en était sorti.

µµµ

Le restaurant est agréable, la présentation bonne, l'accueil charmant. Le menu est copieux et très fin. Le seul petit défaut qu'a trouvé François c'est que le curry n'est pas assez pimenté pour la cuisine Thaï. Durant tout le repas, il picore dans tous les plats que ses amis ont choisis afin de se faire une idée et pouvoir étayer son appréciation. Il décide de faire une très bonne critique de restaurant dans sa rubrique de vendredi prochain.

Après avoir laissé un bon pourboire, les six jeunes gens se dirigent vers la camionnette de Dorianne. La jeune femme ouvre le véhicule et tous y grimpent. Ils se réinstallent dans le même ordre. Camille tire sa future femme à lui. Cette dernière vient s'appuyer sur son torse, elle regarde sa montre et ouvre de grands yeux.

« Tu es sûre qu'on va arriver à temps ? Demande Bridget en voyant qu'il est déjà 20heures passées.

- Sûre et certaine, affirme Dorianne en lui jetant un regard dans le rétroviseur.

- Ca me semble bizarre, ajoute Camille en caressant la main de la blonde. Toutes les séances débutent à 20h30.

- Dorianne, tu as raté le croisement, crie Antoine en voyant la camionnette filer dans la mauvaise direction.

- Faites-moi confiance, vous allez adorer. » Précise la conductrice sans abandonner son sourire.

En voyant la direction que prend la voiture, Bridget s'extrait des bras de son amant. Camille se tourne vers elle avant de plisser le front. Ils sont en train de remonter une allée bordée de rhododendrons fushia et rose tendre. Un bungalow blanc apparaît. Dorianne se gare près de l'immense porte de garage faite de trois battants. Elle laisse les phares allumés pendant qu'elle demande à ses amis de sortir de la voiture.

« Qu'est-ce qu'on fait devant notre futur domicile ? L'interroge Bridget en regardant l'immense porte où leurs ombres viennent se refléter.

- Je suis venue tout à l'heure avec mon frère. On a installé une surprise et votre cadeau de mariage, sourit la brune en se dirigeant de sa démarche sautillante vers le bac de fleurs près de la porte d'entrée.

-Tu aurais pu nous prévenir du cadeau que tu allais acheter avec notre cagnotte, râle Antoine, les bras croisés sur son torse.

- Comment vouliez-vous que je vous fasse la surprise à vous aussi, si je vous en avais parlé à l'avance » bougonne Dorianne de s'être fait tirer les oreilles.

Elle s'arrête de marcher et soupire de désespoir. Elle voulait faire une surprise à tout le monde et là, ils avaient l'air plutôt déçu, ça lui gâchait son bonheur.

« Tu ne vas quand même pas faire la tête ? » Demande François avec tendresse.

S'il pouvait, il viendrait la serrer contre son cœur et lui donner un baiser sur la joue dans l'espoir de lui rendre le sourire.

Il n'aimait pas la voir malheureuse. Depuis un moment, il essayait de lui montrer qu'il avait beaucoup d'affection pour elle. Néanmoins, la brunette n'avait pas l'air de remarquer ses approches très timides.

« Oui, ajoute Esteban. Montre-nous le cadeau qu'on puisse se rendre au cinéma. »

Le jeune homme, nerveux, fait des allers et retours entre la camionnette et la porte du garage faisant grandir et rapetisser son ombre. Dorianne reprend sa marche vers le bac de fleurs. Elle glisse la main le long de la paroi intérieure de la jardinière. Elle plisse le front en ne sentant pas la clef qui devrait s'y trouver. Elle enfonce sa main tout au fond du bac et revient bredouille.

Les autres pendant ce temps observent la bâtisse, leurs ombres dansent sur la porte du garage suivant leurs mouvements. Camille a passé un bras autour des épaules de Bridget pour l'aider à se réchauffer. Esteban rigole avec Antoine. Ils n'ont pas l'air d'avoir remarqué que Dorianne replonge pour la énième fois la main dans le bac. Le seul qui regarde plus la jeune femme que la maison, s'en rend compte. François fait un pas vers elle.

« Il y a un problème ?

- Je ne trouve pas la clef. Comment est-ce qu'on va entrer ? Dit-elle au bord des larmes.

- Camille ou Bridget ont peut-être la leur ? Propose l'homme de sa voix douce.

- Il commence à faire froid, on entre ? » Questionne Bridget en se frottant les avant-bras pour se réchauffer.

Il faut dire qu'elle n'avait sur elle qu'une simple robe d'été, alors qu'il faisait encore relativement frais en soirée, même pour une fin d'avril. La chaleur de son homme n'était plus suffisante.

« Tu as ta clef ? Demande François à la propriétaire de la maison en voyant que Dorianne retient ses larmes.

- Non, elle est à l'appartement. Camille n'a pas la sienne non plus, je le sais, il la laisse dans son bleu de travail. » Explique la blonde en frissonnant.

Pendant ce temps, Dorianne s'est un rien éloignée pour téléphoner à son frère.

« Rémi, où as-tu mis la clef de la maison de Bridget ?

- Elle est restée sur la table de la cuisine où tu l'avais mise. Pourquoi ?

- On est devant et on ne sait pas entrer, pleure la brune.

- Oh, il fallait la remettre dans le bac.

- Bien sûr, ça me semblait évident, rage-t-elle.

- Désolé.

- Tu peux l'être désolé » Lâche-t-elle en raccrochant.

Dorianne revient vers les autres. Elle a l'impression qu'elle va passer un mauvais quart d'heure. Elle vient de gâcher la soirée de tout le monde. Son ombre grandit sur la porte de garage. Elle s'arrête, soupire et explique le problème.

Bridget dans un premier temps enguirlande son amie avant d'aller s'enfermer dans la voiture pour ne pas attraper la crève et aussi ne pas dire des choses qu'elle pourrait regretter plus tard. Camille, après avoir mis sa main sur l'épaule de la brune, se dirige de son pas aérien vers la camionnette. Il ouvre la portière à l'arrière et grimpe afin de calmer sa fiancée pendant que les quatre autres réfléchissent à un moyen d'entrer.

François profite de la situation pour passer son bras autour des épaules de la jeune femme qui est encore secouée par des légers sanglots. Elle est déçue de ne pas pouvoir offrir la surprise escomptée. Elle est triste d'avoir gâché la soirée de tout le monde. C'est aussi une des premières sorties qu'elle organise qui capote, ça fait beaucoup dans une journée.

« Ne dramatise pas Dorianne. C'est une chouette soirée tout de même. Tu as inventé un nouveau type de jeu, bien plus amusant que de regarder un film, la taquine Antoine.

- Ca ne nous dit pas comment on va pouvoir entrer, rappelle Esteban.

- Et si on allait vraiment au cinéma ? Propose Camille en revenant vers le groupe.

- Mais … » Commence la brune.

Elle se fait couper la parole par Bridget qui vient de revenir et qui l'embrasse sur la joue pour se faire pardonner. Elle aurait bien mis son bras autour des épaules de son amie, mais il y en a déjà un et ça la fait sourire.

« Excuse-moi, c'est aussi le stress du mariage. Ce n'est pas dramatique. Demain, Camille doit travailler dans la maison. Retrouvons-nous ici à 10 heures comme ça on verra le cadeau de mariage que vous nous offrez.

- Ou elle nous le dit » propose Antoine.

Le roux se rendait souvent dans un dancing après la soirée entre copains. Il se voyait vraiment mal s'extirper du lit à 9 heures du matin pour faire plaisir aux autres alors qu'il se serait couché à 6 heures.

« Si je vous le dis, ça ne sera pas la même chose » soupire Dorianne en regardant les ombres danser sur la porte.

Ca la faisait rager. Pourquoi n'avait-elle pas dit à son frère de remettre la clef en place ? Elle était vraiment trop stupide. Elle le savait pourtant qu'il fallait tout expliquer à son frère. Il n'est pas méchant, mais il n'a pas inventé la poudre non plus.

Tout d'un coup, elle enlève le bras de François et se précipite à l'arrière de la maison. Elle avait ouvert la porte-fenêtre tout à l'heure pour l'aider à rentrer le matériel, si ça se trouve, il n'avait pas pensé à refermer la porte.

La brune inspire profondément, elle met sa main sur le chambranle et pousse dessus. Un sourire glorieux se fait. Il a cédé, elle peut, enfin, entrer dans la cuisine. Elle attrape les clefs qui sont toujours sur la table. Elle fait demi-tour pour sortir par la porte-fenêtre et venir retrouver ses amis devant l'entrée.

Arrivée au coin de la maison, elle secoue le trousseau et éclate de rire.

« Encore une chance qu'il faut tout dire à mon frère. Il n'avait pas fermé la porte-fenêtre. »

Dorianne introduit la clef dans la serrure du garage, le volet se lève lentement. Elle allume la lumière du garage et va couper ses phares avant que la batterie ne soit morte. Les autres ne savent pas vraiment pourquoi ils ont attendu l'accord de la jeune femme pour bouger, mais elle dégage une telle autorité, qu'ils ont préféré ne pas se faire reprendre de volée en entrant trop rapidement dans le garage.

La brunette se met devant ses amis, elle les regarde les uns après les autres et commence d'une voix claire.

« On va le faire en chenille. Vous mettez vos mains sur les épaules de celui qui est devant. Vous fermez les yeux et on ne triche pas ! »

Ses yeux pétillent de bonheur, tellement elle est heureuse de pouvoir faire sa surprise. Elle regarde ses amis se mettre en file indienne. Elle vérifie si tout le monde a bien fermé les yeux et elle vient se mettre devant François qui est le premier de la file. Elle lui prend les mains pour les déposer sur ses épaules.

Tout en s'activant, elle commence à chanter.

« Pose les deux pieds en canard, c'est la chenille qui se prépare. En voiture les voyageurs, la chenille part toujours à l'heure. Accroche tes mains sur les épaules » adapte-elle avant de reprendre le cours normal de la chanson. «Pour pas que la chenille déraille. Tout ira bien et si tu veux, prie la chenille et le bon Dieu. »

Alors qu'elle arrive dans la bonne pièce, elle ne recommence pas le refrain. Elle vient chercher chaque membre de la chenille pour les mettre tous l'un à côté de l'autre. Elle va allumer la lumière et dit d'une voix claire et précise.

« Ouvrez les yeux ! »

Les cinq jeunes gens clignent des paupières très surpris devant ce qui y a été installé. Il y a un home vidéo avec un écran plat géant sur le mur d'en face. Il y a aussi un lecteur DVD pour regarder des films dans une ambiance chaleureuse.

Les murs sont peints dans les tons blanc cassé. Il y a un ensemble de canapés moelleux dans les tons bordeaux foncé et un meuble bar en chêne afin de se préparer des boissons durant leurs soirées spectacles.

Bridget, un sourire radieux sur les lèvres, vient se précipiter dans les bras de sa meilleure amie pour l'embrasser et la serrer contre son cœur. A regret, elle lâche Dorianne avant de passer à chaque membre du groupe qui sont aussi responsables de ce magnifique cadeau, même si ce n'est que financièrement.

Camille fait une accolade aux autres hommes du groupe avant d'embrasser Dorianne sur la joue. Le métis est tout aussi ravi de la surprise. Les couleurs lui plaisaient, il aurait installé exactement le même.

Antoine regarde sa montre, il pense toujours à sa soirée en dancing et est le premier à faire réagir les autres qui continuent à discuter et à regarder tout ce qu'il y a dans la pièce.

« Alors on se le regarde ce film ? C'est pour ça qu'on est là. »

Rapidement, les jeunes gens s'installent dans les divans. François demande la permission à Dorianne de s'asseoir dans le deux places à côté d'elle. Bridget fait un clin d'œil à son amie. Depuis que le temps que le jeune homme lui fait la cour, la blonde est heureuse de le voir se décider. Au mariage, elle essayera de jeter le bouquet de la mariée à la brune pour qu'elle puisse trouver rapidement le bonheur dans les bras du beau François, comme elle est heureuse avec son Camille.

Esteban et Antoine prennent chacun un fauteuil club d'une personne. Dorianne diminue la luminosité et enclenche le film qu'elle a préparé cet après midi, Dirty Dancing leur film fétiche.