Épilogue

Quelques heures plus tôt.

Downey ne se trouva que peu surpris de la présence de Gary Wittham sur le seuil de sa porte, encore moins de son déguisement, pour le moins réussi. Il l'invita à entrer plus loin et lui demanda :

« Que puis-je pour vous, sir Wittham ?

_Je tenais seulement à vous remercier d'avoir sauvé la vie de Nelson, à Southampton.

_J'ai fait ce que n'importe qui aurait fait à ma place. Ce que vous n'auriez pas manqué de faire, si je ne m'étais précipité le premier à son secours. »

Gary esquissa un sourire entendu à l'inspecteur Downey. À cet homme il ne pouvait et ne pourrait jamais rien cacher. Car il était bien le membre d'équipage que Nelson avait cru reconnaître au bas de la passerelle, à Southampton. Il était le marin, le mendiant, le vendeur de journaux qui avait ensuite suivi son amant de loin, redoutant que les hommes de main de son père ne se doutent d'une quelconque ruse et reparaissent brusquement pour lui faire avouer ce qu'il ignorait.

« Remerciements acceptés. Que comptez-vous faire, à présent ? »

Gary lui expliqua qu'il allait se retirer quelques temps de la ville, afin de se faire oublier, et que tous ceux qui l'avaient connu se résignent, et acceptent sa mort.

« Tous sauf vous, bien entendu, ainsi que Nelson, qui ne mérite pas de souffrir plus longtemps. Je vous assure cependant d'une chose, inspecteur. J'ai beaucoup d'admiration pour vous, mais elle n'est rien, comparée à celle que vous inspirez à Nelson. Il continuera donc son travail auprès de vous, et vous n'aurez pas à souffrir de mes futiles désirs.

_A la bonne heure !

_Je ferais ce qu'il faut pour le protéger. Si je dois pour cela disparaître à jamais, je le ferais. »

Downey s'approcha tout près de lui et lui murmura :

« Cela n'arrivera pas si vous savez rester prudent. Et vous le resterez, c'est un ordre.

_Entendu.

_Maintenant, disparaissez de ma vue. Et allez le voir avant qu'il ne se jette du haut de Tower Bridge. Je vais avoir besoin de lui. »

Gary acquiesça, lui serra la main avec reconnaissance, et quitta ses appartements.

Une fois ses arrières assurés, il partit sur le lieu du rendez-vous qu'il avait fixé à son amant, grâce à la onzième arcane du jeu de tarot. Il lui tardait tant de le serrer à nouveau dans ses bras !

La fin