Épilogue : William

Etna se leva au bruit de la sonnette.

« Salut Killian ».

« Salut. L'est là mon frangin? ».

« Nope, il est sorti faire un tennis avec Adrien, mais il devrait être rentré d'ici dix bonnes minutes. Tu veux entrer ? ».

« Si ça ne te déranges pas ».

« C'est pour ça que je te propose ».

Etna se réinstalla dans son fauteuil et reprit son livre. Killian s'installa dans le canapé et fixa la fenêtre. Le comportement de sa cadette lui rappelait leur première rencontre : un peu trop désorienté pour faire la conversation.

« C'était comment l'Espagne? ».

« Très sympa. J'ai retrouvé mes amis d'enfance, ça m'a fait du bien. Mais le mieux c'était surtout le fait que ce soit un retour complet aux racines. De l'espagnol, que de l'espagnol rien que de l'espagnol ».

« Mais ? ».

« Pourquoi devrait-il y avoir un 'mais' ? ».

« Parce que tu t'appelles Etna, et que s'il n'y avait pas de 'mais', tu ne serais pas ici, revenue pour de bon ».

« Vrai » Acquiesça la jeune fille « Mais je ne suis pas revenue pour de bon. La France me manquait, les gens me manquaient. Ma cohabitation avec ton frère, voir Zach, tout… ».

« Tu m'as manqué, tu sais ? ».

« Oui… Tu m'as manqué aussi… Je suis désolée d'être partie comme ça ».

« Je pense qu'une rupture dans les normes aurait été trop compliquée… » Plaisanta le brun.

Etna se détendit quelque peu, c'était la première fois qu'elle faisait face à Killian, seule à seul, depuis son retour. Un tête à tête, sans tiers. La conversation qu'elle avait tant appréhendée était en marche et elle se déroulait sur un ton de plaisanterie. Elle qui c'était attendu à des reproches…

« Puis c'était plus radical » Continua Killian, un peu plus sérieusement « Pas le temps de regretter… ».

« Que tu crois ».

Un silence de quelques secondes s'installa dans la pièce avant que Killian ne se lève et ne vienne s'asseoir sur l'accoudoir du fauteuil de la brune.

« T'as raison, autant être honnête. J'ai regretté de ne pas t'avoir payé le billet pour l'Australie. J'ai regretté d'être sorti quatre fois de la gare alors que je voulais aller en Espagne pour te récupérer. J'ai regretté de ne pas avoir plus insisté sur les mail, SMS et lettres ».

« Si ça peut te rassurer… T'es pas le seul à avoir eu des regrets… Mais au final, je crois qu'on ne s'en sort pas plus mal ».

« Peut être, peut être pas ».

Killian se pencha sur Etna. Il avait envie de l'embrasser. Il avait cette envie depuis qu'il savait qu'elle était de retour, depuis qu'il l'avait entendu de la bouche de son frère. Plus encore depuis qu'il l'avait revue pour la première fois, de loin. Elle avait tellement changé en si peu de temps. Il savait que c'était une connerie. Il savait qu'Etna le savait, et c'est pourquoi ils remercièrent tous les deux, mentalement, Ilme qui entra au même moment dans l'appartement.

OoO

« Ma mère l'a fait ! » S'écria joyeusement Zacharie en raccrochant son portable.

« Mais encore ? » Interrogea Ilme en relevant la tête de son bol de céréales.

« Elle vient de signer et la voila partie pour le sud de l'Afrique ! ».

« Garçon ou fille ? » Demanda alors Etna.

« Je sais pas. Surprise ! ».

« Je comprends rien ! » Pleurnicha Ilme.

« Pleure pas, je vais tout te dire » Répondit Zacharie en attrapant son cadet par l'épaule « Depuis mon départ, quand j'ai commencé à habiter ici et que ma soeur a intégré sa maison, ma mère s'est sentie seule. Elle ne travaille plus des masses depuis quelques années et a trop de temps pour elle. Bref, elle s'ennuie… Elle a donc décidé d'adopter un gosse. Parce que c'est cela qui lui plait. Élever des monstres, comme ma soeur et moi ».

« Aaaaaah » Acquiesça alors Ilme « Pourquoi pas… ».

OoO

Zacharie se glissa silencieusement dans la chambre surchauffée de sa meilleure amie. Il fronça les sourcils, voyant qu'il n'était pas le seul à avoir eu cette idée-là ce soir. Néanmoins, il retira son pantalon, ses chaussettes et sa chemise avant de se glisser tout contre son amie.

Etna se retourna à l'affaissement du matelas et parla dans son demi-sommeil :

« Killy ? ».

« Ah non ma grande. Ça fait déjà un bail que tu l'as largué » Répondit-il doucement en lui caressant les cheveux.

« Zach… » Déclara-t-elle avant de se boudiner contre son torse.

Zacharie resserra sa prise et ferma les yeux. Il essaya de faire abstraction des deux autres souffles.

« Qu'est-ce qu'il s'est passé avec Don ? ».

« Rien du tout. Bonne nuit » Répondit-il doucement.

Un nouveau silence s'installa dans la pièce et l'iroquoise sentit ses paupières se faire lourdes.

« Zach ? ».

« Hm ? ».

« Je suis fière de toi ».

« … On verra ça plus tard ma belle. Bonne nuit ».

« Bonne nuit ».

Etna se colla encore plus à lui.

« Qu'est-ce qu'il fait là Ilme ? ».

« Il avait le cafard. Et on savaient pas que tu allais venir squatter aussi. Je crois qu'il stress un peu à cause de Juan ».

« Il devrait pas. Quatre mois de relation à distance, c'est déjà beaucoup. Ça ne m'étonne pas qu'il craque ».

« Tu lui dira ça demain ».

« Hn. Heureusement que tu as un grand lit, quand même ».

« Heureusement » Accorda la brune avant de se rendormir, vite suivie par son ami.

OoO

« Dites, ça fait un moment que j'y pense » Attaqua le décoloré prêt pour sa douche « Ça vous tenterait pas un appart à trois chambres ? ».

« T'en as marre de dormir avec moi ? » Questionna Etna avec un léger sourire.

« Meuh non… Mais je pense que ce serait plus agréable. Regarde, tu peux inviter personne à l'improviste et je ne vais pas te demander de squatter le canapé à chaque fois que je veux ramener quelqu'un… ».

« Quelqu'un, hein ? » Appuya Etna.

« Je proposais juste ! Mais je vous rappelle aussi qu'on va quand même être sept dans l'appart à la fin de la semaine ».

Zacharie partit prendre sa douche, laissant Etna et Ilme face à face dans la cuisine.

« Tu crois qu'il va nous le dire quand ? ».

« Quand il sera prêt ».

« Sûrement » Soupira Etna en vidant sa tasse « J'y vais. J'ai promis à mon père de trouver un boulot pour les vacances de Noël. Et j'arrive toujours pas à croire que je me sois lancé dans une fac… ».

« J'ai du mal aussi. Mais je suis là, tu le sais ».

OoO

« Ilme, arrête de stresser comme ça » Grogna Etna devant son ami, qui sautait d'un pied sur l'autre en regardant l'aire d'atterrissage, derrière la vitre.

« T'es marrante. T'es au courant que les avions se crashent parfois ? ».

« Eh, j'ai un scoop pour toi, viens voir » Ilme s'avança et fixa l'écran que lui montrait son amie « Regarde, ici, tu as tous les vols avec leur point de départ. Si tu suis la ligne qui dit Madrid, tu peux constater que l'avion est toujours en vol… Donc, tu arrête de stresser ».

« Facile à dire ».

« Ilme… Pour toi, il y a Juan dans l'avion. Pour moi, il y a Tulio, Julio et Angel… Alors non ce n'est pas plus facile ».

« Et tu ne les as pas vu depuis combien de temps ? ».

« … Pourquoi tu te bloques sur ça ? Ilme, merde, t'es humain. Vous avez essayé une relation à distance et ça ne marche pas. Ça arrive. Pas besoin de culpabiliser et de te stresser comme ça. Tu vas te faire un ulcère » Etna se leva et alla se chercher un café au distributeur automatique.

Elle soupira en se retournant, voyant son ami toujours aussi collé à la vitre, mais la brune fut heureuse de constater qu'un avion s'approchait du terrain d'atterrissage. Enfin ! Il avait bien une heure et demie de retard. Etna regarda Ilme qui, toujours à travers la vitre, observait les passagers tout en se rongeant les ongles. Elle lui tapa sur les doigts.

« Ne t'en fais pas. Juan est direct. Il va te montrer en moins de dix secondes où en est votre relation et ce sera à toi de voir ce que tu veux faire ».

Le rouquin lui sourit, mal à l'aise, stressé et tous deux s'avancèrent vers l'arrivée. Le premier à apparaître fut Angel qui n'avait pas de bagage en soute, il prit son amie dans ses bras avant de serrer la main d'Ilme. Tulio était juste derrière. Ilme l'observa. C'était la première fois qu'il rencontrait un ami d'enfance d'Etna. Celui-ci avait les cheveux noirs, courts, plutôt négligés, les yeux noirs et la peau bronzée.

« Holà ! » Déclara-t-il avec un large sourire en lui serrant la main. « Me llamo Ilme, yo soy un amigo de Etna ».

« Salut » Répondit celui-ci « Content de pouvoir enfin te rencontrer ».

« C'est Tulio, Ilme, il parle français et voici Julio, qui lui, non ».

Ilme acquiesça et regarda ledit Julio. Il n'y avait aucun doute sur le fait qu'ils étaient jumeaux. Celui-ci avait les cheveux plus longs que son frère en une courte queue de cheval, mais les mêmes yeux noirs et le même teint halé.

Et enfin, arriva Juan. Ilme perdit son sourire. Il ne voulait pas lui faire du mal, mais il devait admettre que leur relation était difficile et que s'il c'était senti bien au départ, ce n'était désormais plus le cas. Il embrassa néanmoins Juan.

OoO

« Bon les gars, je vous préviens, on va être serrés » Commença Etna en espagnol, ce qui surpris Ilme qui ne l'avait pas entendu depuis longtemps « Nous sommes sept pour plusieurs soirées. Les jumeaux et Angel, je vous laisse ma chambre, ok ? ».

« Mais et toi ? » Demanda Tulio.

« Je vais dormir avec Zach sur le canapé ».

« Et il est où Zach ? » Demanda Angel. Il n'avait pas souvent eu l'occasion de croiser l'iroquoise.

« Il est parti rencontrer son nouveau petit frère. Il est arrivé en France hier matin, du côté de Paris ».

OoO

« Rentrez, soyez pas timides » Grogna Zacharie en ouvrant la porte de l'appartement. De là où il était il pouvait deviner que l'invasion espagnole avait commencé.

Il s'avança dans la pièce et attendit de croiser tous les regards avant de faire son annonce, malgré qu'Etna essaye d'apercevoir le petit garçon caché derrière lui.

« Tout d'abord, salut. Tulio, je suis content d'enfin te rencontrer, ainsi que toi Julio. Angel, Juan, content de vous revoir ».

Les quatre espagnols le saluèrent en retour, même si Julio avait eu besoin d'une traduction de la part de son frère.

« Alors, j'aimerais vous présenter… Kévin et Laura ! ».

« Laura ? » S'exclama Etna.

Zacharie leva un doigt pour lui faire garder le silence, se retourna et grogna en direction de la porte.

« Je vous promets qu'ils ne mordent pas. Allez, dépêchez-vous ».

Deux jeunes enfants s'approchèrent, bien qu'ils restent collés aux jambes du décoloré. Le garçon ne semblait pas avoir plus de quatre ans, deux de plus qu'Isoline et Accarias, et la petite fille approchait sûrement sa septième année. Aux yeux d'Etna du moins.

« Ma mère n'avait rien voulu me dire. Ils sont frères et sœurs et originaires d'une colonie de l'Afrique du Sud. Ils parlent français comme les gosses de leurs âges. Kévin a cinq ans et demi et Laura aura sept le mois prochain ».

Tout le monde leur sourit et les deux enfants répondirent timidement : trop de monde pour une première entrée en scène.

« Bon, je dois les ramener. Je suis désolé, je ne serai pas de la partie pour les retrouvailles, mais je me rattraperai demain. Etna, tu pourras me déplier le canapé dans la soirée ? ».

« Oui, t'inquiète pas, j'y dors aussi ».

« Correct. Bon, bah, bonne soirée. Peut-être à plus. Allez les monstres, on y va ».

Kévin fit au revoir de la main avant que sa sœur ne l'attrape et ne l'entraîne vers la sortie.

« Elle est un peu possessive… » Grimaça Zacharie.

OoO

« Bon, et maintenant ? » Commença Zacharie en lâchant les clés de sa voiture sur la table basse du salon « Si on revoyait cette proposition d'un appart à trois chambres ? ».

Le décoloré était sûr que son projet allait faire impacte : ils avaient passé une semaine à sept dans un petit appartement et même si cela n'avait pas posé beaucoup de problème grâce à l'organisation, Etna et Ilme se rendaient bien compte qu'il serait plus agréable de vivre dans un espace plus grand.

« Et je suppose que tu l'as déjà, non ? » Répondit simplement le rouquin.

« Correct. Il s'agit de… Roulement de tambour… L'appartement de dessous. Ou alors il y a possibilité d'une petite baraque pas très loin d'ici ».

« J'imagine même pas le prix du loyer » Fit remarquer Etna. Avec les années, les prix ne faisaient qu'augmenter.

« Et bien… Elle est au même prix que celui-ci. Mais, pour la petite baraque, ce serait un petit peu plus cher. Mais si nous considérons que j'ai l'intention de squatter avec vous, cela se partage en trois, non ? Et dans ce cas, ce serait plus qu'abordable ».

Ilme se tourna vers Etna et lui sourit. Il savait que rien ne pouvait lui faire plus plaisir qu'une colocation avec son meilleur ami. Tout le monde se sentait partant et une petite maison semblait plus agréable qu'un appartement et impliquait peut être un jardin, plutôt qu'un balcon.

« Parfait » Conclut Zacharie aux deux hochements de tête. « J'appelle ma mère et on voit ça, ok ? … Oh que je suis content ! » Clama-t-il tout haut pour lui-même.

OoO

« Elle a de la gueule, non ? ».

« Zacharie, t'es sûr qu'on peut faire ça ? » S'inquiéta Etna.

En face des trois adolescents se trouvaient une maison d'un étage, avec un petit jardin.

« Attends de voir l'intérieur avant de râler ».

Le décoloré poussa son amie à l'intérieur. Au rez-de-chaussée se trouvait une cuisine séparé du salon par un comptoir. Il y avait aussi une salle de bain et des toilettes. À l'étage se trouvait trois chambres et encore des toilettes.

« Je peux râler maintenant ? » Interrogea la brune.

« Oui, maintenant tu peux » Sourit Zacharie.

« Elle est où l'arnaque ? Un truc pareil pour si peu, je n'y crois pas. C'est limite meublée, à part pour les chambres et le 'salon'. Y'a des trous dans le toit ? ».

« Non… Bon, cette maison est familiale, elle appartenait à mon grand-père maternel, décédé il y a une dizaine d'année maintenant. Ma mère louait la maison à des amis qui viennent de déménager, personne n'avait encore fait de demande quand ma mère me l'a proposée. Elle ne veut pas vendre, donc elle propose de nous la louer. Bon, bien sûr, elle a triché : le total à nous trois est en dessous du vrai prix, mais cela lui est égal du moment que nous en prenons soin… C'est pas cool, ça ? ».

OoO

« Tu fais quoi Et' ? » Interrogea Zacharie en enfilant son manteau.

« Je vais me noyer dans la baignoire en attendant que la soirée passe » Répondit son amie en entrant dans la salle de bain.

Le décoloré la regarda ouvrir le robinet d'eau chaude et compris alors qu'elle ne plaisantait pas. Pour le bain.

« Euh… Tu veux que j'annule ma soirée et que je reste avec toi ? » Demanda-t-il, inquiet qu'elle ne sorte pas.

« Non, pas de soucis. Je plaisantais. Je prends un bain le temps de me relaxer et je rejoins Andréa en ville… ».

« Ok… Tu restes pas toute seule alors, ça me rassure ».

« Pourquoi ? ».

« Pour rien, pour rien. Passe une bonne soirée » Déclara-t-il avec un léger sourire en coin.

Zacharie l'embrassa sur la joue et sortit de la salle de bain.

« Zach ? » Le rappela-t-elle. « Si… Si, je te promettais de ne pas être désagréable, tu ferais venir « quelqu'un » ? ».

« Je ne sais pas Etna… Et si, toi aussi, tu me présentais aussi « quelqu'un » ? ».

L'ex-rouquine sourit à son meilleur ami. À leur niveau, difficile de se cacher des choses, même si le décoloré était sur une fausse idée. Zacharie reprit son chemin.

« Sans sourire hypocrite ! » Réattaqua Etna « Juré ».

« On se voit demain matin ma grande, bonne soirée et ne drague pas trop » Sourit le décoloré.

Etna soupira et referma la porte de la salle de bain avant de se glisser dans l'eau chaude. Son comportement dans le passé avait des répercussions et elle le regrettait. Grâce à la relation qu'entretenaient Ilme et Adrien, la brune savait à peu près tout ce que cachait le décoloré. À plusieurs reprises elle avait croisé Adrien lorsqu'il venait chercher le rouquin pour un tennis, et dans ces cas là elle l'avait souvent vu embrasser Zacharie à la volée.

Soupirant encore, elle s'immergea dans l'eau et y resta quelques secondes avant de se rallonger confortablement. Où allait-elle aller avec Andréa ? La portugaise avait toujours des plans de dernière minute et elle avait peur que celle-ci ne prévoit une soirée « boîte », ce qu'elle détestait par-dessus tout. Mais cette sortie était prévue depuis près d'un mois, elle ne pouvait donc plus refuser, puis elle avait envie de se changer les idées. Après une petite demi-heure, la brune sortit de l'eau et alla s'habiller dans sa chambre. Elle enfila par dessus ses bottes, une longue jupe en jean puis un haut à manches longues. Par dessus, un pull-over dénudait ses épaules. Elle passa par la cuisine et attrapa une pomme avant d'enfiler son manteau pour rejoindre son amie à l'Insolite. Le bar était à moitié rempli, mais après tout, il n'était que 21 heures. Elle salua vaguement Mélène et rejoignit Andréa, accoudée à une table du fond, bavardant avec un garçon.

« Coucou » Salua-t-elle en lui faisant la bise.

« Salut Etna. Je te présente Antonio, mon petit frère, qui est arrivé hier à l'improviste et qui va rester là jusqu'au nouvel an ou près d'un mois, il sait pas encore ».

« Salut Antonio ».

« Ravi de te rencontrer » Répondit celui-ci.

« C'est quoi le plan ce soir ? ».

« T'es pas au courant ? » S'étonna Andréa.

« Non, je ne suis jamais au courant avec toi ».

« C'est l'anniversaire d'Adrien ce soir. Enfin, c'était hier, mais on le fête ici. C'est une idée de Donyphane, si j'ai bien compris. Enfin, il a trouvé une excuse bidon pour faire la fête ».

Etna ne dit rien et contempla son amie, elle comprit alors plus ou moins le sourire de satisfaction de Zacharie lorsqu'elle avait promis qu'il n'y aurait aucun sourire hypocrite. Si elle n'avait pas prévu de sortir, Zacharie l'aurait fait venir d'une façon ou d'une autre.

« Salut les gens ! » Déclara Ilme en arrivant vers la table.

« Tiens Ilme, déjà de retour ? ».

Elle devait bien être la seule à ne pas être au courant.

« Oui, j'avais dit pas avant demain, mais bon, à quelques heures près… » Sourit le rouquin.

Etna se demanda combien de fois encore elle allait être surprise au cours la soirée. Observant la pièce, elle se rendit compte que celle-ci n'était pas remplie que par les plus réguliers mais des jeunes de sa connaissance : Angel qu'elle avait vu plus tôt dans la journée et qu'elle hébergeait encore pour quelques jours, Stanislas qui arrivait vers Andréa – ils étaient ensemble avant que Etna ne revienne - mais aussi Carole et Issac.

« Vous êtes sûre que ce n'est pas plutôt pour Zach, la fête ? » Interrogea-t-elle avec suspicion.

« Je t'avais dis qu'elle capterait quelque chose » Murmura Stanislas à l'oreille de la portugaise.

« T'inquiètes donc pas » Sourit cette dernière « Pas de souci Etna, tu vas bientôt comprendre… » Puis elle se tourna vers Stanislas « Elle sait même pas que Adrien est né en avril. Tiens, v'là Zach et Adrien ».

De l'entrée, Zacharie fit un coucou à son amie et se fraya un chemin jusqu'à elle, Adrien sur ses talons, mais déviant vers la réserve, où devait se trouver Donyphane. Etna allait sermonner son ami, pour lui avoir caché la soirée, mais le noir se fit dans la pièce en même temps que le silence. Zacharie alluma son briquet et observa Etna.

« Bon, je sais, j'ai chié. On a tous un peu merdé, mais je m'y suis pris trop tard. Finalement on a repoussé cela de quelques mois pour être sûr que tout le monde soit là pour te souhaiter un bon retour en France, même avec quatre mois de retard, ainsi qu'un joyeux anniversaire ».

Etna, passa sa main sur ses yeux, comme pour se défaire d'une illusion, et observa son meilleur ami qui souriait toujours derrière la flamme de son briquet. Elle ne savait pas quoi dire et au fur mais à mesure que les secondes passaient dans le silence, on pouvait voir un large sourire se dessiner sur son visage. Les lumières se rallumèrent et la salle se remplit à nouveau de nombreux bruits – paroles, tintement de verres et musique - tandis que chacun retournait à ses occupations.

« T'es stupide » Le remercia-t-elle tout en l'embrassant « T'aurais plutôt dû faire une fête pour mon départ ».

« Là, c'est toi qui devient stupide ».

Etna commença à faire le tour de la pièce pour remercier les personnes présentes, qu'elle n'avait pas vu depuis son arrivée, son départ, ou encore bien avant. Dans un coin de la pièce se trouvaient également Cédric et Amandine. Cette dernière partit dehors avec Ilme et Etna ne pu qu'esquisser un sourire du coin de la lèvre à son frère qui lui répondit de la même façon. Un tic qui leur venait de leur père. Ils échangèrent quelques mots puis lorsqu'Amandine revint, Etna s'avança vers Carole, qu'elle n'avait pas vue depuis son retour.

« Alors, la Grèce ? » Demanda-t-elle au couple.

« Magnifique ! Accarias et Isoline ont adoré ! » Répondit Carole en serrant la jeune fille dans ses bras.

« T'es à combien de mois ? » S'enquit celle-ci à la vue du ventre plus qu'arrondi.

« Six actuellement. Le petit est prévu pour fin février, début mars. Tu n'étais pas au courant ? ».

« Pas vraiment, non… C'est toujours dur de se tenir au courant avec la distance, mais tu aurais pu me le glisser dans l'un de tes mails ».

« Ah non, tu me connais, je donne des nouvelles de tout le monde, sauf de moi ! ».

Etna hocha la tête. Elle était ravie de savoir qu'Isoline et Accarias allaient avoir un petit nouveau dans la famille.

« C'est ta mère qui garde les monstres ? ».

« Non, ce soir c'est Marie-Lou. Maman a assez de problèmes avec Laura. Alors, je ne vais pas lui en rajouter avec mes deux terreurs ».

OoO

La soirée se termina assez tard, en petit comité, dans le salon de leur nouvelle maison. Etna avait été ravie d'entretenir une discussion civilisée avec Adrien – en statut officiel de petit ami de Zacharie - sans plonger dans l'hypocrisie et sans ressentir aucune animosité à son égard. Elle commençait à dodeliner de la tête lorsque Donyphane quitta la maison, le sourire aux lèvres, suivit de peu par Carole, Andréa et Stanislas. Ils n'étaient plus que cinq, en comptant Adrien et Angel qui passaient la nuit ici. La brune se leva, s'excusa et les remercia encore une fois pour la soirée avant d'aller se coucher. Dans son lit, elle fixa le plafond, attendant le sommeil. Elle avait croisé Killian dans la soirée. Le brun semblait se porter à merveille et c'était excusé de ne faire qu'une apparition. Elle aurait voulu parler avec lui. Finalement, ce ne fut que lorsque Angel vint se coucher à son tour qu'elle mit fin à ses pensées et s'endormit.

OoO

Le petit déjeuner du lendemain se déroula aux alentours de quinze heures, très silencieusement. Zacharie avait une gueule de bois dans les règles de l'art, et Ilme le suivait de près. Angel dormait toujours et Adrien et Etna ne savaient pas quoi dire pour nourrir la conversation et restèrent donc silencieux.

OoO

Nathalie ouvrit la porte quelques secondes après la sonnerie et sourit à Etna. La mère de Zacharie et Carole semblait fatiguée, nul doute que ses deux nouveaux enfants lui menaient la vie dure. Néanmoins, Etna l'embrassa avant d'entrer dans la maison et de se diriger vers le salon. Aujourd'hui les jumeaux avaient trois ans et étaient fiers de le faire savoir à quiconque passait près d'eux. Etna embrassa son filleul, lui tendant un paquet cadeau et fit de même avec Isoline. Elle alla s'asseoir près de Carole qui berçait William, né un mois et demi auparavant, le même jour que Zacharie. Alors qu'elle observait les deux enfants déballer leur cadeau, elle ne put s'empêcher de trouver une ressemblance frappante entre Accarias et Stanislas alors qu'Isoline prenait définitivement les traits de sa mère.

« Regarde maman ! Regarde ce que tata m'a offert ! » S'écria Isoline en découvrant un set pour le thé « Je vais le montrer à Kévin ! » Jubila-t-elle en courant vers le jardin où ce dernier se trouvait en compagnie de Zacharie et Laura.

Accarias se leva, embrassa la brune pour la remercier du jeu de croquet qu'elle lui avait offert sur le conseil de Carole, puis, silencieusement, il le porta dehors.

« Il n'a pas l'air emballé » Remarqua Etna « J'aurais dû lui prendre quelque chose d'autre ».

« Ne t'en fais pas, il adore, il joue toujours à ça avec lorsqu'il est avec les enfants des voisins. C'est juste qu'Iso joue beaucoup plus avec Kévin qu'avec lui, puis tu le connais, il ne s'exprime pas beaucoup. Comme son père ».

Etna hocha la tête. Accarias ressemblait beaucoup trop à Stanislas. Physiquement et mentalement. Même si son oncle recommençait à parler et à vivre en société depuis sa relation avec Andréa, il n'en restait pas moins peu démonstratif.

« Et Laura ? » Demanda alors Etna.

« Laura… Et bien, elle est bizarre : elle ne s'adapte pas aussi bien que son frère, est très protectrice envers lui et repousse maman pour tout, d'ailleurs elle le vit assez mal. Tu peux prendre William pendant que je vais ouvrir la porte ? Ce doit être Stan' ».

Etna reçu le nouveau-né dans ses bras. Il était si semblable aux jumeaux : de grand yeux tout noirs et qui dans le futur s'éclairciraient pour devenir bleus ou verts.

OoO

Zacharie poussait Kévin depuis plus d'une demi-heure quand Etna prit le relais. Elle jeta un œil à Laura qui semblait bouder dans un coin.

« Ne t'en fais pas » La rassura Zacharie. « Elle est toujours comme ça quand il s'agit de Kévin ».

« Faut lui laisser le temps. Elle est plus vieille ».

« Ouais, je sais, mais cela m'ennuie pour maman. Elle le vit mal ».

« C'est ce que ta sœur m'a dit ».

Ils soupirèrent à l'unisson en fixant Laura. Celle-ci avait les bras croisés et serrait les dents à s'en faire pâlir la mâchoire.

« Tu crois que je peux aller lui parler ? ».

« Vas-y, mais je pense pas que cela fasse grosse différence ».

Tandis qu'Etna se dirigeait vers Laura, Kévin sauta de la balançoire pour se joindre à Accarias qui examinait son jeu de croquet. Ils jouèrent un petit quart d'heure, demandant à Zacharie de faire un parcours, puis Kévin alla jouer un moment avec Isoline, essayant de motiver son « neveu » à se joindre à eux. Le décoloré était ravi de voir Kévin passer autant de temps avec les jumeaux. Du haut de ses six ans, il s'adaptait bien mieux que sa sœur à sa nouvelle vie. Entre-temps, Etna avait abandonné avec Laura qui s'était retirée dans sa chambre. Tout le monde avait déjà essayé au moins une fois de la raisonner ou de comprendre le malaise, et personne n'y était encore arrivé.

OoO

« T'es pas couchée, toi ? » Demanda Zacharie en voyant son amie sur le canapé, devant la télé.

« Nan, j'arrive pas à dormir ».

Zacharie soupira, passa à la cuisine boire son verre d'eau et vint s'asseoir près de son amie. Celle-ci dormait très mal depuis son retour. Quelque chose la travaillait, il en était sûr.

« C'est quoi qui t'empêche de dormir ? ».

« Je ne sais pas… ».

« C'est embêtant ».

« Très ».

« Tu n'as qu'à appeler « quelqu'un », peut être qu'il t'aidera à dormir ».

« J'aimerais bien. Mais il n'y a pas de « quelqu'un » ».

« Sérieux ? Et Tulio ? ».

« Tulio ? Tulio c'est mon frère spirituel, on était comme les doigts de la main quand on était gosses ».

« Ah, bah, merde alors, j'aurais juré que vous étiez ensemble ».

« Et ben non… Va te coucher avant que ta blonde n'attrape froid ».

« Depuis quand tu avais capté pour Adrien ? ».

« Aux alentours d'Octobre je crois. La nuit où tu es venu dormir avec moi au lieu de chez Don'… ».

« Ah… ».

« D'ailleurs, c'est hallucinant de voir qu'après plus de neuf mois avec Don', vous avez une aussi bonne relation amicale ».

« Bah… On avait tout les deux quelqu'un d'autre en tête. Ça ne menait à rien et on le savait » Déclara-t-il, se dirigeant vers l'escalier.

« Bonne nuit ».

Zacharie lui fit un signe de la main et repartit se coucher tandis qu'Etna zappait. Elle était fatiguée et le sommeil ne venait pas. Cela l'irritait. La question tournait dans sa tête sans jamais trouver de réponses. Elle enchaîna plusieurs films jusqu'à tôt le matin. Alors qu'elle allait se faire un chocolat chaud, elle remarqua qu'il était cinq heures passé et qu'il ne servait plus à rien d'aller se coucher. Elle passa par sa chambre et enfila un pantalon de sport ainsi qu'un tee-shirt avant de partir courir.

OoO

« Ouah ! Des croissants ! Cela me rappelle le bon vieux temps » Sourit Ilme en s'asseyant à la table de la cuisine.

Etna lisait un livre dans le salon, en face de la télé allumée sur les dessins animés. Adrien arriva à son tour suivit par Zacharie. La brune en profita pour passer à la douche. À son retour, Ilme était sorti courir et elle était seule avec les deux garçons.

« Je sors voir Andréa » Déclara-t-elle.

Rester avec le couple lui mettait le cafard. Elle ne pouvait que se blâmer elle-même pour cela, mais ce n'était pas ce qu'elle recherchait. Parfois Killian lui manquait, la complicité qu'ils avaient partagé, leurs prises de tête pour pas grand-chose. Elle ne comprenait pas comment le brun avait pu rester si longtemps avec elle sans péter les plombs.

Alors qu'elle passait à côté de la plage, elle décida de s'arrêter. Andréa n'avait été qu'une excuse puisqu'elle était chez Stanislas. Etna s'assit dans le sable face à la mer, croisa ses bras sur ses genoux et y posa sa tête pour contempler l'étendue d'eau. Les bateaux étaient de sortie, les sky-surfs aussi, donnant une multitude de couleurs au ciel. La mer était houleuse et Etna regrettait presque de ne pas aimer la voile. Elle passa ses doigts dans le sable fin. Tout cet environnement lui avait manqué lors de son année en Espagne. Elle était chez elle dans les deux pays, mais ne savait pas vraiment où rester. Le retour d'Angel l'avait motivée à revenir en France. Le choix était difficile et la réponse n'était pas encore claire dans sa tête. Et elle savait que c'était cela qui l'empêchait de dormir : revenir en France et repartir ou revenir et rester loin de l'Espagne.

Elle aimait trop passer du temps avec Zacharie, Ilme, Andréa, et aussi Adrien, qui était plus qu'agréable à vivre. Elle soupira. Elle en avait mis du temps pour apprécier le blond, mais ne regrettait pas l'effort, au final. Celui-ci avait fini par définitivement quitter Sarah avec qui les choses tournaient mal depuis son accident et cela rendait Zacharie heureux, et ce dernier appréciait même Anaïs, qui elle, restait proche du blond.

Plus rien ne la retenait en Espagne. Son père était en permanence en déplacement, les jumeaux partaient au Mexique et Sancho qui vivait désormais sur la capitale. Elle posa sa tête dans le sable et observa le ciel se remplir peu à peu de cerfs-volants. Le temps parfait : du soleil, de la chaleur et du vent. Et finalement, contre toute attente, elle s'endormit.

C'est la maison qui lui avait finalement donné la motivation finale. La maison et ses amis. Sans oublier les études qu'elle venait de commencer et qui lui plaisait plus qu'elle n'oserait l'avouer.

Fin

Voilà, au final, il n'y aura pas eu beaucoup de modifications. J'avais trop peur de changer les personnages. Mais je ne les supporte toujours pas. Je pense qu'ils me renvoient tous une image de l'ancien moi que j'étais et dont je ne veux plus me rappeler. Si vous avez aimé Alone in the Day et l'Insolite, je vous en remercie. Sinon, merci tout de même d'être arrivé jusqu'ici.


Pour en savoir plus sur le Donyphane adolescent, ce qui lie Adrien et Mélène, ou ce que deviennent Isoline, William et les autres, je vous invite à lire les Extras. D'autres arriveront peut-être prochainement (un sûr). Malgré que je ne supporte plus Alone, les personnages, eux m'inspirent toujours !