Voilà enfin la suite et fin des aventures des Psychotiques à l'académie militaire. Désolés pour le retard, on n'a aucune excuse. -_-'

En espérant vous faire passer un bon moment, bonne lecture !


32 – La fuite

Lou et Bolti sont à la recherche de Nila dans l'académie militaire. Ils finissent par atterrir dans une des chambres et tombent sur Mac, le frère de Lou, plutôt bien entouré.

Lou : Bon, je vais faire court. On cherche Nila.

Mac : Tu tiens tant que ça à le retrouver ?

Lou : C'est pas le sujet.

Mac : Vous l'avez perdu ? Étonnant !

Lou : Mac...

Mac : Tu n'as jamais fait attention à tes affaires, ni aux plus petits que toi.

Lou : Qu'est-ce-que t'es en train d'insinuer ?

Mac : Moi rien. ...parents indignes !

Lou : Bolti, retiens-moi ou je lui explose sa tronche !

Bolti : Vas-y, fais-toi plaisir !

Lou : Vraiment ?

Bolti : Sinon, je m'en charge moi-même !

Lou : On peut le prendre à deux.

Bolti : Pourquoi pas.

Mac : Eh !

Rico revient dans la chambre.

Rico : C'est oune open chambrrrre ?

Mac : Désolé, c'est complet.

Nila : Rrrrriiiicccooooo !

Bolti : Nila !

Lou : Oh, quel doux cocottement ! Ça m'avait presque manqué.

Bolti : Hein ?

Nila : Lou ! T'es là !

Lou : Oublie ce que je viens de dire.

Mac : Oh, magnifique ! La famille est au grand complet.

Bolti : Pas tout à fait. Où est Diala ?

Mac : Qui ?

Lou : Personne.

Bolti : Lou !

Lou : T'as déjà oublié notre dernière rencontre ?

Rico : Ah, si ! Ye me souviens de ella !

Lou : Elle vit ici. Pourquoi tu veux la ramener ?

Bolti : Qui te parle de la ramener. On peut simplement lui rendre visite.

Lou : Non !

Nila : Ouiii !

Rico : Ye peux vivrrre dans sa chambrrre ?

Un bruit de trompette retentit. Et après ce petit interlude musical militaire :

Zor : INSPECTION GENERALE !

Lou : Oh put*** !

Rico : Ye ne connais pas ce mot.

Lou : Faut qu'on se tire !

Nila : Pourquoi ?

Mac : Les VIP d'abord !

Lou : Espèce de...

Bolti : Lou ! Nila est là je te signale.

Lou : Et alors ?

Nila : Espèce de put*** !

Bolti : Nila !

Les filles présentes, outrées, récupèrent de nouveaux objets relativement tranchants. Les autres sortent de la chambre, fermant derrière eux. Mac est déjà parti depuis longtemps.

Bolti : Il court vite ton frangin.

Lou : Les lâches sont toujours bons à la course.

Bolti : Ça m'étonne que tu sois pas déjà parti.

Lou : Très drôle.

Nila : Espèce de put*** !

Rico : Esssspècio de poutaa !

Bolti : Mais c'est fini oui !

Lou : C'est pas « a » à la fin, c'est « ain ». Pu-tain.

Rico : Esssspècio de poutaaaainn !

Lou : C'est presque ça.

Nila : Esssspècio de poutaaaainn !

Lou : Ah, c'est beau les échanges culturels !

Bolti : Oh, mais vous allez vous taire !

Zor : Mais qu'est-ce-qu'il se passe ici ?

Bolti : Oh non !

Lou : Je propose de débarrasser le plancher.

Nila : Où ça un plancher ?

Rico : Ma, qué signifie planecheure ?

Ils partent en courant, Zor sur les talons. Ils atteignent la fenêtre par laquelle ils sont entrés, dorénavant fermée.

Irio : Eh, mes frères, z'avez vu ? J'ai fermé la fenêtre pour éviter les courants d'air.

Lou : Quel abruti !

Bolti : Mais comment va-t-on faire ?

.

La suite au prochain épisode.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Bon, d'accord, maintenant.

.

Bolti se précipite vers la fenêtre pour l'ouvrir. En temps, Zor les rejoint et attrape Rico par la peau du cou.

Bolti : Sautez !

Lou balance Nila dehors avec toute la délicatesse dont il peut faire preuve, puis fait de même avec Irio avant de sauter à son tour, se servant d'eux comme matelas d'atterrissage.

Bolti : Et moi ?

Lou : T'avais besoin que je te pousse ? Saute !

Bolti : Mais... et Rico ?

Lou : On s'en fout !

Bolti : D'accord. J'arrive !

Rico, dans les bras de Diala, passe la fenêtre avant le saut de Bolti. Ils se retrouvent tous sur la terre ferme.

Bolti : Comment t'as fait pour te débarrasser de Zor ?

Rico : Mone amourrrr m'a aidé !

Lou : Diala, ton amour ? C'est une blague ?

Rico : Ma, no ! C'est l'amourrr de ma vie !

Diala : Oh oui, c'est mon chéri.

Nila : Pourquoi on court plus ?

Zor saute à son tour au sol.

Zor : Je vais vous étriper bande de moules !

Lou : Si c'est pas lui, c'est moi ! Courez !


Tada !