20 H 00

Lieu : Mon appartement – Mon salon.

Je dîne paisiblement en compagnie de mon cousin.

« Tu vas lancer une annonce pour te trouver un nouveau manager ?

- J'y suis bien obligé car je serais incapable de gérer ma carrière et mon emploi du temps en parallèle.

- Si tu veux, je peux m'en charger ?

- Hors de question car j'ai d'autres projets pour toi.

- Ha bon ?

- Oui mais compte sur moi pour ne rien te dire.

- Bien, c'est comme tu veux. »

Tout à coup, j'entends frapper à la porte. Aurélien pose sa fourchette sur le rebord de son assiette et se lève pour aller ouvrir. Quelques secondes plus tard, l'Asiatique est de retour dans le salon. Cependant, il n'est pas seul puisque Sylvain et Eddie dans la pièce. Je me lève de ma chaise pour aller les saluer.

« Bonsoir vous deux, j'imagine que vous avez appris la nouvelle ?

- Oui et nous sommes désolés pour toi, présente Sylvain. Du coup, tu vas être obligé de trouver un nouveau manager.

- Je le sais et je vais lancer une annonce dès lundi prochain.

- Tu ne perds pas de temps, m'indique Eddie.

- Ce n'est pas de ma faute si cela s'est produit en plein début de ma carrière. Au fait, vous avez dîné ?

- Oui et cela fait longtemps, répond le brun.

- D'accord et vous ne voulez pas manger le dessert avec nous ?

- Je ne dis pas non.

- Et toi Sylvain ?

- Je rejoins Eddie.

- Super, je vois que nous avons affaire à de gros gourmands. »

Pendant que je retourne à ma place, Aurélien quitte le salon pour entrer dans la cuisine. De mon côté, j'invite mes deux amis à s'installer autour de la table. Peu de temps après, mon cousin revient de la cuisine avec un gâteau dans les mains. Il le pose tranquillement sur le sous de plat et reprend sa place derrière son assiette. D'ailleurs, l'asiatique s'adresse à nos amis.

« Par contre, cela ne vous dérange pas qu'on finisse nos assiettes avant d'attaquer le dessert ?

- Du tout. » Répond Sylvain.

Soudain, le pendule d'Aurélien sort de sa manche droite. Il s'élève en indiquant une de mes fenêtres du salon. De suite, je m'inquiète.

« Que se passe-t-il Aurélien ?

- Je n'en sais rien mais je n'aime pas beaucoup ça. »

Brusquement, mes cheveux commencent à se mouvoir comme si un vent violent soufflait dans la pièce. A ce moment, une vision me frappe l'esprit.

Lieu : Mon esprit – Vision.

Je me revois à l'endroit où était cachée Cécile. Marek réapparaît juste après avoir disparu dans la lumière. Il se tourne vers moi et montre un visage torturé par la douleur.

« Marek, que se passe-t-il ?

- Je ne veux pas être contre toi.

- Quoi ? »

Marek voit son corps se tordre, comme si un énorme aspirateur invisible l'attirait dans son antre. C'est sur cette dernière image que ma vision cesse.

Lieu :Mon appartement – Mon salon.

Je reviens à moi et constate que Sylvain et Eddie me regardent bizarrement.

« Un problème vous deux ?

- Tu es sûr que tout va bien pour toi ?

- Bien sûr Sylvain, pourquoi cela n'irait pas ?

- Parce que tu semblais un peu ailleurs.

- Désolé si c'est l'impression que je t'ai faite. »

Je me lève de ma chaise pour débarrasser mon assiette. Aurélien s'empresse d'en faire autant pendant que le pendule retourne dans sa manche.

Lieu : Mon appartement – Ma cuisine.

J'entre dans la pièce jusqu'au fond pour mettre mon couvert dans l'évier. Mon cousin exécute les mêmes gestes avant de me prendre à part.

« Tu viens d'avoir une vision ?

- Oui et d'après ce que j'ai vu, quelqu'un a empêché Marek d'accéder au repos éternel.

- Quoi ? Qui aurait pu faire cela ?

- Je n'en sais rien. En tout cas, Retourne auprès de nos amis pendant que je contacte Stéphane. »

Aurélien hoche positivement de la tête et sort de la cuisine pour retourner dans le salon. C'est d'une voix basse que j'appelle Stéphane. Celui-ci se montre face à moi.

« Je viens d'avoir une vision et je pense que Marek n'a pu accéder au repos éternel ! Peux-tu me renseigner ?

- Je ne sais pas mais je vais essayer.

- Merci Stéphane. Je t'attends vers vingt trois heures pour avoir ta réponse. »

Stéphane disparaît tandis que je retourne dans le salon.

Lieu : Mon appartement – Mon salon.

Je reprends ma place et constate qu'une nouvelle assiette a été posée sous mes yeux. Sur son creux, une part de tarte. Mes amis ont également été servis et c'est avec gourmandise que chacun d'entre nous attaque le dessert. Dès la première bouchée, Eddie est entièrement conquis.

« Vraiment délicieux. Puis-je savoir où tu l'as acheté ?

- Désolé mais je ne l'ai acheté nulle part et son créateur se trouve face à moi. »

Eddie tourne sa tête pour complimenter Aurélien.

« Félicitations. J'ignorai que tu étais si doué en pâtisserie.

- Merci mais les professionnels de ce métier se débrouillent mieux que moi.

- Avec tous les produits d'usines qu'ils mettent à l'intérieur de leurs gâteaux, j'en doute. »

Suite à cette remarque faîte par Sylvain, Eddie questionne mon cousin.

« Tu envisages d'en faire ta profession plus tard ?

- Non car je me destine à la recherche génétique.

- D'accord et tout se passe bien au niveau de tes études ?

- Et comment. »